Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 05:57

Belz est une petite île bretonne peuplée de pêcheurs, au large de Lorient. Marko Voronine y débarque, ayant été embauché comme marin-pêcheur par Joël Caradec. Ce que cherche surtout Marko, c'est qu'on l'oublie quelques temps. Clandestin venu d'Ukraine, il a fait le voyage dans un camion avec ses compatriotes Anatoli, Vasili et Iryna. Suite à un grave incident, ils ont supprimé les mafieux roumains qui les transportaient, récupérant l'argent qu'ils avaient versé. Les quatre Ukrainiens ont promis de se recontacter via Internet avant de tenter leur chance séparément. C'est ainsi que Marko a abouti sur Belz. Le microcosme insulaire n'est pas le meilleur endroit pour passer inaperçu. Un étranger inexpérimenté qui est engagé à la pêche au lieu d'un îlien chevronné, ça attire l'antipathie.

Pierrick Jugand, autre patron pêcheur local, apparaît le plus mécontent. Il semble prêt à dénoncer Marko. Dépressif, cet homme marié est tracassé par son métier toujours plus ingrat. Avec son équipage, c'est lui qui ramène d'une sortie en mer un pied humain coupé au tibia. Sinistre trouvaille, qui va amener sur l'île le commissaire Fontana, nouvellement en poste à Lorient, et son adjoint du cru, Pierre Nicol. Se montrant peu, Marko croise toutefois des gens moins hostiles. Tel l'abbé Lefort, qui connaît bien les pénibles conditions de vie des îliens. Il n'ignore pas que planent légendes et mystères sur cette “Île aux Fous”, comme certains l'appellent. Autre personne sympathique, Venel, le causant libraire de Belz raconte à Marko une de ces étranges histoires, celle de ce pêcheur de sardine qui du jour au lendemain oublia sa langue maternelle pour s'exprimer dans un langage inconnu.

Outre le vieux marginal Papou, figure insulaire qui se montre plutôt cordial avec Marko, l'Ukrainien fait encore la connaissance de la belle institutrice Marianne. S'ils deviennent intimes, c'est que Marko ressemble beaucoup à un défunt ami îlien de la jeune femme. Par Internet, l'Ukrainien recommande la prudence à sa famille restée au pays, et reçoit un message de Vasili et Iryna. Émissaire de la mafia roumaine, Dragos Munteanu est chargé de retrouver les fuyards. Grâce à des contacts, il ne tarde pas à localiser Vasili et Iryna près de Paris. Son périple l'enverra plus tard vers le sud de la France. Si Marko a envisagé de quitter l'île, il doit y renoncer. Une enquête est lancée après la mort suspecte de Pierrick Jugand, avec de nombreux flics sur place...

Emmanuel Grand : Terminus Belz (Éd.Liana Levi, 2014)

Pour un premier roman, Emmanuel Grand réussit un pari risqué. Car situer une intrigue sur une île est plus piégeux qu'il y paraît, une forme de théâtralité étant à craindre. Et les clichés ont la peau dure : “Environnement hostile” décréta un juge des divorces au sujet de l'île de Sein. Un certain isolement, une population en vase clos, une méfiance insulaire, ne suffiraient pas à restituer l'ambiance de façon crédible.

Le réalisme naît d'abord à travers les personnages. Telle l'île balayée par les tempêtes, même s'ils sont tourmentés, ils se doivent de rester forts autant qu'ils le peuvent. Et d'agir à bon escient, ce qu'ils feront. C'est là que le clandestin Marko doit trouver sa place, dans un contexte qu'il ne maîtrise guère. Fort bien dessinés, les portraits contribuent largement à l'atmosphère des lieux, donc à la bonne impression que nous donne cette histoire.

S'il esquisse un peu de fantastique, avec l'Ankou symbolisant la mort dans l'univers celtique, l'auteur évite à juste titre de “charger” les effets. Ce mythe ayant déjà beaucoup servi, il va ici “illustrer” l'aspect mortifère du récit. Il faut nuancer la formule “L'Ankou tue. Il n'épargne personne” car ce n'est pas un criminel, mais celui qui vient chercher les morts à leur heure.

Bien que ça n'enlève absolument rien aux réelles qualités de ce roman, qu'on me permette d'être tatillon sur ce secteur géographique. Si un auteur plaçait la Tour Eiffel sur les Champs-Élysées, il se ferait incendier. Cette île de fiction correspond à Groix, en face de Lorient. Par contre, Belz est le nom d'une commune proche, au bord de la ria d'Étel. Autre détail sans gravité, l'abbé Lefort se serait présenté sous le qualificatif de “recteur”, habitude qui a encore cours.

Quant à la mafia balkanique ou moldo-valaque lançant le menaçant Dragos à la poursuite des Ukrainiens, ça appartient au romanesque folklore des “méchants”. L'auteur fait un choix narratif : le suspense mise moins sur le dénouement, que sur les péripéties énigmatiques vécues par les protagonistes. Néanmoins, c'est par une marée d'équinoxe de mars que l'affaire aboutira. Un polar intense et convaincant, d'une lecture très agréable.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2014 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

BS 20/01/2014 11:57

Ci-dessous la question posée à l'auteur et sa réponse

Sauf erreur de ma part, il y a bien une commune Belz à côté de Lorient… mais pas d’Île de Belz. Est-ce un premier élément pour déstabiliser le lecteur ?

Non, pas du tout. Le lecteur doit être déstabilisé bien avant l’évocation de Belz. Dès les trois premières pages en occurrence. Ces trois premières pages sont en effet construites comme un coup de poing, quelque chose qui dit au lecteur : “Bon. Maintenant, on arrête de rigoler. J’ai vraiment une histoire pas croyable à vous raconter…” Pour ce qui est de Belz, il est vrai que le roman est inspiré de l’île de Groix qui se trouve au large de Lorient. Je n’y suis allé qu’une fois il y a quelques années, mais cette île m’a impressionné. Elle est sauvage, assez peu peuplée, peu touristique. J’ai tout de suite eu envie de situer mon histoire dans ce lieu, ou un lieu qui s’inspirerait de lui. J’ai nommé l’île Belz, qui est à la fois en effet un petit village du Morbihan, mais aussi une ville d’Ukraine, car cela me donnait la liberté de jouer comme je le voulais avec la géographie des lieux, de placer les routes, les dunes et les plages comme je l’entendais. En réalité, l’île de Belz est aussi inspirée d’autres endroits, l’île d’Yeu et Saint-Gilles-Croix-de-Vie, pour ne pas les nommer.

Claude LE NOCHER 20/01/2014 16:50

Eh oui, Pierre, il est toujours sympathique d'avoir diverses sources.
Les Bretons, insulaires, côtiers, ou terriens, te saluent...

Claude LE NOCHER 20/01/2014 16:48

Merci Bernard pour cet extrait d'interview.
(Les visiteurs peuvent cliquer sur "BS" pour en lire l'intégralité.)
Comme je l'ai écrit, cette précision géographique n'entame en rien la qualité du roman. Et ça peut désamorcer des critiques de gens plus pointilleux encore que moi sur les lieux évoqués.
Amitiés.

Pierre Seguelas 20/01/2014 13:13

Très intéressant.Merci d'avoir posé cette question à l'auteur qui y répond fort
intelligemment.
Amitiés aux bretons et aux îliens
Pierre


.

Pierre Seguelas 20/01/2014 07:30

Salut Claude,
Tous les bons blogueurs sont d'accord pour reconnaître de la qualité à ce roman. Je l'ai moi aussi apprécié. J'aime beaucoup le pointillisme breton : imagine que l'histoire soit titrée "Terminus Groix"!
Comme je l'ai fait sur la liste "813" et sur le blog de Pierre F., j'ai établi un parallèle avec le roman de Guillaume Audru 'L'île des hommes déchus" non pas en comparaison des récits mais parce qu'il me semblait intéressant de noter que ces deux bons premiers romans étaient consacrés à l'île et aux îliens.
J'aimerais avoir ton avis sur celui de Guillaume Audru qui me semble être un ton au-dessus de celui-là.
Amitiés
Pierre

Claude LE NOCHER 20/01/2014 16:42

Les clins d'œil font toujours du bien, cher Pierre !
Je crois que Jean-Louis N. m'a oublié concernant Guillaume Andru.
Amitiés.

Pierre Seguelas 20/01/2014 11:57

Telle n'était pas mon intention mon cher Claude, je faisais mon autocritique d'ariégeois purement souchien et j'ai aussi beaucoup d'amis toulousains.Du côté de Plaisance, la librairie est fournie, diverse et variée et les maîtres des lieux sont grands.
Et Guillaume Audru dans tout ça?
Amitiés
Pierre

Claude LE NOCHER 20/01/2014 10:39

Ne taillons pas un costard à nos copains de Toulouse. Je connais des gens très sympa du côté de Plaisance-du-Touch, par exemple.
Amitiés.

Pierre Seguelas 20/01/2014 09:12

C'était une petite taquinerie de ma part! Je te remercie pour ces dictons bretons. Je n'ai pas lu les romans bretons de Pinpin (je n'ai que son Poulpe Les gens bons bâillonnés et Vendanges en bordelais). Les gens du Sud sont effectivemen très susceptibles et particulièrement les toulousains!
Amitiés
Pierre

Claude LE NOCHER 20/01/2014 08:31

Salut Pierre
Sais-tu que dans les dictons bretons, les îles du Ponant sont associées à la mort : "Qui voit Sein voit sa fin", "Qui voit Groix voit sa croix", "Qui voit Ouessant voit son sang", etc. Le Toulousain Jean-Christophe Pinpin écrivit une série de romans (plus ou moins convaincants) sous ces titres, aux éditions Bargain...
Ma petite précision, c'est comme de signaler que Matabiau n'est pas la gare de Marseille, mais bien celle de Toulouse par exemple. Or, je crois les Toulousains bien plus susceptibles que les Bretons.
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 19/01/2014 18:43

Bonsoir,

J'en avais entendu parler sur FB, de ce livre. Bon, ne pouvant pas tout ajouter, je préférerais les chiens de Belfast... Faut bien faire des choix du au manque de temps...

Une belle chronique, en tout cas, mais bon, c'est une habitude ici ;-)

The Cannibal Lecteur 02/02/2014 20:18

Ou "je ne parle pas aux cons, ça pourrait les instruire". Le coup de l'orbite, je la sors souvent... ;-)
Amitiés Claude

Claude LE NOCHER 02/02/2014 19:59

La plus belle formule à répondre à un c..., c'est celle de Jean Gabin à Robert Dalban, dans "Le Pacha", signée Michel Audiard : "Quand on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner"
Amitiés, la Belette !.

The Cannibal Lecteur 02/02/2014 19:34

Warf ! Je n'aurais pas assez de papier pour lister tous les c*** !!

Claude LE NOCHER 28/01/2014 11:16

Ben, des fois, quand même, il se produit des crimes odieux, pas plus ragoûtants que dans la fiction. Et il nous arrive de croiser en vrai des personnages quelque peu rigides ou agressifs, qui ressemblent à des portraits de romans. J'ai fait une liste, d'ailleurs... Euh non, je n'avais plus assez de papier pour citer tous les c...
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 28/01/2014 09:29

Hello ^^
On l'espère... Si tout ce que nous lisions nous arrivait dans la vraie vie... oups !!

Claude LE NOCHER 25/01/2014 17:52

Salut Belette
Ah, ces histoires de voisinage malfaisant, c'est toujours un plaisir à lire... Tant que ça n'arrive pas dans la "vraie vie".
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 25/01/2014 17:25

Bonjour/bonsoir,

Rester raisonnable... aie, la chose la plus difficile à faire ! Je possède "après la fin" de Barbara Abel, et je compte lire les deux autres.

Claude LE NOCHER 22/01/2014 10:20

Salut Belette
"Derrière la haine" de la délicieuse Barbara Abel (mais ô combien perverse dans ses romans) est tout-à-fait recommandable aussi, oui.
Il fut un temps où j'ai reçu des messages adressés à "l'équipe d'Action-Suspense". Je les ai immédiatement transmis à l'ensemble de mon équipe, en effet, c'est-à-dire : moi. Bah, c'était sympa.
En matière d'achats de livres, soyons passionnés tout en restant raisonnable, pour ne pas se ruiner, quand même.
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 22/01/2014 09:12

Hello (de Lu),

Oh, un petit espion ! mdr. Si tu vas voir sur Babelio où je sévis sous mon totem "belette" accolé de mon matricule d'asile, le 2911 (belette2911) et que toi aussi tu en es membre, tu auras accès à mes livres "à lire" qui sont au nombre de 500 (minimum).

Moi, qui ai étudié le gestion et la compta, moi qui connait les dangers des crédits, moi qui sait que la dette se nourrit d'elle même et qu'elle est incontrôlable, et bien, j'ai fauté avec ma PAL... le doigt dans le l'engrenage, le cercle vicieux s'est refermé sur moi et voilà, ma PAL s'auto-nourrit d'elle même...

Ajoute à la liste de 7; "reflex" et "derrière la haine" et puis les livres de Caillot... Bon, j'engage des lecteurs !!! mdr

Claude LE NOCHER 20/01/2014 10:36

Pire que ça, chère amie, la vie des lecteurs est carrément infernale ! Oui, j'ai lu ta liste "en attente" pour proposer ces priorités. Quant au temps, y a plus qu'à gérer (eh eh).
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 20/01/2014 10:05

Hello !

Mhouahahahah, même pas mal !! Pourquoi ? Parce que TOUS les titres que tu me cites sont dans ma PAL !! Je dois juste trouver du foutu temps pour lire tout ça, tout en continuant de fouiner sur les blogs, de papoter, de surfer...

Merci quand même pour cette liste qui a déjà mis à mal mes finances... :-)))))

Dure la vie de lectrice-blogueuse !!

Claude LE NOCHER 19/01/2014 20:14

Bonsoir Belette
Outre "Les chiens de Belfast" de Sam Millar, les sept titres que je lirais en priorité sur ta liste de Noël/nouvel An :
Le Diable, tout le temps, de Donald Ray Pollock
Un pied au paradis, de Ron Rash
Au lieu dit Noir-Étang, de Thomas H Cook
Sur ta tombe, de Ken Bruen
Nu dans le jardin d’Éden, de Harry Crews
Et si Notre-Dame la nuit… de Catherine Bessonart
Les Impliqués, de Zygmunt Miloszewski
Belle chronique ? Merci. Disons que c'est un survol de l'intrigue, assorti de mon approche perso du roman.
Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 19/01/2014 10:48

Salut Claude, hasard de nos lectures et des programmations des avis, le mien sortira ce soir. Pour un premier roman, c'est un roman très réussi. Si je ne suis pas compétent pour pointer les petites erreurs, l'ambiance et l'hommage fait aux pêcheurs et leur travail extrèmement dur emporte mon adhésion. Certes, l'intrigue est secondaire ou du moins, nous fait croire à un final apocalyptique, ce qu'il n'est pas. Mais c'est un roman que j'ai bien aimé pour les raisons que je cite. Amitiés

Claude LE NOCHER 19/01/2014 11:49

Salut Pierre
En effet, l'ambiance insulaire comme celle du monde des pêcheurs côtiers est très bien présentée. Plusieurs lecteurs ont tiqué sur le final, ai-je lu (après écriture de mon propre commentaire). Je pense que c'est un peu à l'image des romans de Fred Vargas. Elle aussi concentre la dramaturgie sur le corps du récit, quitte à "décompresser" vers la fin. L'Apocalypse est reportée à une date ultérieure (eh eh).
Amitiés.

wollanup 19/01/2014 10:18

En me relisant,je vois que je snobe l'orthographe en ce dimanche matin.Mille excuses!

Claude LE NOCHER 19/01/2014 11:41

C'est l'harassant soleil breton qui te tape sur la tête du matin, je ne vois que cette explication.

wollanup 19/01/2014 10:16

Salut Claude,
Je comptais bien sur toi,régional de l'étape comme on dit, pour rétablir certaines approximations dans le discours de l'auteur dont j'avais lu,moi aussi,certains détails qui me titillaient en parcourant le bouquin dont le tittre m'avait intrigué.
Allez,c'est l'heure des voeux du maire en ce dimanche,grande messe locale avec enjeu politique majeur en cette année d'élections locales.
Belle journée ensoleillé à toi.
Wollanup

Claude LE NOCHER 19/01/2014 11:40

Salut Wollanup
Détails de moindre importance, mais qui pourraient dérouter quelques lecteurs. Tu sais aussi bien que moi que notre département, outre la population locale, voit passer des dizaines (ou centaines) de milliers de gens pour lesquels Groix, Lorient et autres lieux sont biens connus.
Les "inaugurations de chrysanthèmes" et autres évènements républicains, quels grands moments d'ennui profond. Mais il faut bien cultiver sa relation avec "les chers concitoyens" et néanmoins électeurs.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/