Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 05:55

Mourmelon-le-Grand est une commune champenoise du département de la Marne, non loin de Reims. Depuis Napoléon III, elle abrite un vaste camp militaires français. En 1958, elle doit compter plus de quatre mille habitants. Une garnison américaine est encore présente, en plus des nos soldats. On dénombre alors plus de soixante-dix bistrots, qui accueillent volontiers ces troupes en goguette. Comme celui de Lydie, “Les flots bleus”, qui élève seule sa fille Mireille. Le café de René Moncornet reçoit plutôt les ouvriers, dont ceux des abattoirs. Ça reste un des pivots de l'économie locale, cet endroit où passe le bétail. Maquignon et boucher, le quadragénaire Michel Garandeau y traite beaucoup de ses affaires. Celui-ci est l'époux de Françoise, plus jeune que lui.

Cette femme moderne est naturellement la cible des commères du coin, à l'esprit étriqué et aux propos fielleux. En ce moment, c'est une affaire de pédophilie troublant la population, qui excite les cancanières. Un commerçant de la ville figure en bonne place parmi les suspects. Les mêmes mauvaises langues ironisent sur Colette, jeune femme de milieu modeste, d'une beauté sauvage éclatante. Elle est mariée à Marco. Pompier entre autres fonctions, Marco est le factotum communal. Brave garçon, un peu ivrogne depuis que ça va moins bien avec la fougueuse Colette. Il n'est pas exclu qu'elle le trompe. Dans la famille Rogain, on trouve celui qu'on surnomme Le Goupil. Il fait office de garde-champêtre, faute d'être compétent en quoi que ce soit.

Charles-Émile Chartier est le personnage le plus respecté de Mourmelon. Adjoint au maire, et secrétaire de mairie, marié à l'effacée Mounette, il a perdu un bras durant la guerre. Ce qui n'empêche pas ce manchot d'organiser chaque année de main de maître le bal des pompiers. C'est tout un cérémonial, qui commence par la traversée à pied de la ville, afin que Charles-Émile puisse saluer son monde. Dans la salle prêtée par les militaires, il y a l'espace payant réservé aux élites qui vont aussi dîner, et la piste de danse destinée au reste de la population. Bien que musicien amateur, Michel Garandeau accompagne ce soir-là l'orchestre, et n'est pas le dernier à mettre de l'animation. La sensuelle Colette fait un passage très remarqué, danseuse plus endiablée que les autres.

Jacky, qui se surnomme Zaz car il cultive des allures de zazou, est très excité par la fête. Le bal est une fois encore une belle réussite, dont se félicite Charles-Émile. C'est alors qu'une alerte au feu mobilise quelques-uns des pompiers. Du sérieux, car un fort incendie se propage du côté des abattoirs. On va sortir un cadavre de femme des décombres. Anormal qu'elle se soit trouvée là. Il s'agit assurément d'un meurtre. Le brigadier Lapouge va mener une rapide enquête de gendarmerie, un coupable idéal faisant l'affaire...

Jérôme Bellay : Le bal des pompiers (Cherche-Midi Éd., 2014) ─ Coup de cœur ─

Depuis de nombreuses années, Jérôme Bellay est un personnage influent dans les médias. Sans doute a-t-il peu de temps à consacrer à l'écriture romanesque. On peut le regretter, car ce livre montre qu'il ne manque pas de talent. Pourquoi situe-t-il cette intrigue à Mourmelon-le-Grand ? Natif de Châlons-en-Champagne, l'auteur a vécu plusieurs années ici. Sachant qu'un ado de quatorze ans est le témoin des faits, plus que le réel narrateur, on peut supposer qu'il s'est servi de souvenirs de jeunesse. Avant tout, il s'agit de la chronique locale d'une époque, avec une très belle galerie de portraits. La traversée pédestre de la ville permet de rencontrer toutes les couches sociales de la population.

Soyons bien conscients que 1958 n'a pas grand chose de comparable avec notre temps. La guerre mondiale a laissé des séquelles, même si elle a donné du prestige à quelques-uns. Si la politique divise, on garde une certaine bonne humeur. L'économie française se porte de mieux en mieux, favorisant les notables d'après-guerre en une période où le petit commerce est roi. Les gens modestes habitent des maisons sans grand confort, mais on envisage de futurs HLM plus coquets. L'armée américaine joue un rôle modernisateur aux yeux de beaucoup : “La Jeep est à la mode. En slalomant entre les bouses, les péquenots du coin ont l'impression d'avoir passé une vitesse dans la modernité. Ils se prennent pour des fermiers du Wyoming, même s'ils utilisent cet engin militaire pour tirer des charrettes à foin... Les autres guettent les surplus.”

L'aspect criminel n'est nullement oublié. Dans ces années-là, un bal des pompiers est une fête incontournable. Mais, comme dans tout groupe, c'est alors que peuvent exploser les rivalités. Jérôme Bellay se sert parfaitement de tout le contexte présenté au fil de la soirée pour nous plonger dans le drame. Une histoire policière impeccablement réussie. Voilà qui mérite un Coup de cœur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lystig 26/01/2014 19:12

si c'est un coup de coeur pour toi, alors je ne peux que noter !

Claude LE NOCHER 26/01/2014 20:00

Bonjour Lystig
Je ne pense pas que tu risques la déception, si tu as l'occasion de lire ce roman. Amitiés.

Oncle Paul 25/01/2014 16:47

Bonjour Claude
Moi, ce ne sont pas les bals de pompiers qui m'attiraient, mais dans le petit village de Seine et Marne où j'ai vécu une petite dizaine d'années, il existait une base de l'Otan avec une garnison réduite et américaine. Le patelin n'avait que six cents habitants et six cafés. Il est vrai que la télévision n'avait pas encore envahi les foyers au début des années soixante. Toute une époque...
Amitiés

Claude LE NOCHER 25/01/2014 16:58

Salut Paul
S'il n'y a plus de camps américains en France, je te rassure : ils ont continué à nous intoxiquer avec leur culture, en particulier via la télé et le cinéma. Dans ce roman, est d'ailleurs évoqué une ex-salle de cinéma locale :
http://www.salles-cinema.com/wp-content/uploads/2011/06/cinema-tivoli.jpg
Ce n'était pas "mieux avant", c'était autre chose... un rythme moins effréné, qui convenait peut-être mieux à tous... Bellay n'oublie pas d'évoquer ces commères d'antan, qui ont sans doute survécu à ces temps-là.
Amitiés.

Le Papou 25/01/2014 14:09

Bonjour Claude, Je le note, cela va raviver mes souvenirs de bal des pompiers.
Amicalement
Le Papou

Claude LE NOCHER 25/01/2014 16:50

Salut Le Papou
Jusqu'aux années 1970, c'était un rendez-vous festif fréquenté, le bal des pompons, le bal des pompiers... Avec un peu de chance, il y avait un défilé de majorettes en prélude à la soirée dansante... Des fois, on en profitait pour procéder à l'élection de Miss Andouillette, pour peu qu'un charcutier ait donné un peu de budget... Et il y avait toujours des ados qui rôdaient en fantasmant, au cas où une bourgeoise ait envie de tester un puceau... Lointain temps !
Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 25/01/2014 08:18

Salut Claude, j'ai compris ... je l'ajoute à ma liste ! Amitiés

Claude LE NOCHER 25/01/2014 08:28

Suggestion, pas d'obligation, mon cher Pierre !
Il est vrai que j'ai flashé sur cette histoire nuancée, racontée avec souplesse, revenant sur une France d'antan disparue.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/