Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 05:55

Pierre Civeri est amoureux de Marie-José. Celle-ci le considère comme un bon copain, mais elle est éprise de Gérard. Ce Gérard affirme être marié à une épouse très jalouse. Pierre ne croyait guère cette version. Pourtant, il a fini par constater que c'est vrai. Il va se dévouer pour faire le bonheur de celle qu'il aime, essayant à plusieurs reprises d'éliminer l'encombrante femme de Gérard. Ses premières tentatives fort maladroites tournent mal. C'est Gérard qui en pâtit, son épouse se portant toujours comme un charme. Grâce à une complicité d'occasion, Pierre parvient quand même à ses fins. Le voilà satisfait : Marie-José et Gérard sont désormais libres.

Pierre s'est absenté un temps de Paris. À son retour, il décide de revoir le couple. Gérard a changé de poste. Marie-José n'occupe plus son emploi. Ils habitent maintenant dans un ancien couvent, à l'écart du monde. La soirée de retrouvailles n'a rien de joyeux. Dès le lendemain, Gérard s'étant éloigné, Marie-José explique à Pierre qu'elle vit un enfer. D'une jalousie sans limite, son compagnon la tient enfermée. De nouveau, Pierre compte faire le bonheur de Marie-José. Il ne tarde pas à rejoindre Gérard au Val d'Oulx. Il s'arrange pour causer une avalanche, qui provoque la mort du mari de Marie-José. Toutefois, la police a trouvé un indice donnant à penser que ce n'est pas un accident. Les enquêteurs semblent soupçonner Marie-José de meurtre. Pour venir en aide à la jeune femme, une fois de plus, Pierre devrait se dénoncer. Mais les apparences sont nettement moins simples.

Fred Kassak : Voulez-vous tuer avec moi ? (1971)

Publiée en 1971, cette comédie policière de Fred Kassak est une adaptation de sa pièce radiophonique “Le métier dans le sang”. Si la situation initiale est pathétique, l'auteur ne privait pas d'utiliser une tonalité humoristique. En témoignent les ratages de Pierre pour occire l'épouse gênante, malgré des efforts méritoires. La seconde partie ajoute un petit côté sombre, sans que ça nuise à la fluidité ironique de l'intrigue. Le trop galant Pierre s'est carrément placé dans une situation inextricable. Il est probable que l'on considère aujourd'hui ce type d'histoire comme un peu basique, alors qu'il s'agissait d'un de ces suspenses malins diablement bien construits.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story
commenter cet article

commentaires

polochon 06/07/2014 00:39

Roman "adapté" par Michel Audiard pour son film "Comment réussir quand on est con et pleurnichard".......

Claude LE NOCHER 06/07/2014 06:40

Bonjour
Oui, "adapté" mérite des guillemets. Le talentueux Audiard s'inspire de l'idée générale, dont Kassak est d'ailleurs crédité. Carmet était irrésistible, Marielle égal à lui-même.
Et, comme toujours, quels dialogues :
"- Jane : J'étais sûre que t'étais formidable. Je suis pas déçue. Tu m'as loupée comme un chef. T'as pas arrêté de dire des conneries. T'as failli mettre le feu au paddock avec ta cigarette. Tu portes un maillot de corps. Tu gardes tes chaussettes (...) Et y'a même ta maman ! Y'a tout ! T'es une synthèse."
Amitiés.

Patrick 07/02/2014 18:03

C'est vrai en le voyant , je ne pensais pas trop que c'était toi , d'autant que tu avais dit que facebook , c'était pas trop ton truc..
mais il faudra y penser , il y a déjà Paul...;) c'est mon dernier mot...
Amitiés
Bonne soirée ...

Claude LE NOCHER 09/02/2014 06:42

Salut Serge
Sur YouTube, on peut visionner une série de ces téléfilms des "5 dernières minutes", dont j'ai relevé quelques titres d'épisodes - et leurs scénaristes :
"Les yeux de la tête," "La mort masquée", "Qui trop embrasse", "La clé de l'énigme", "Le diable l'emporte", "Histoire pas naturelle" (Fred Kassak), "L'habit fait le moine", "D'une pierre deux coup", "Le théâtre du crime" (M.B.Endrèbe), "Tableau de chasse", "Poison d'eau douce" (Michel Lebrun), "Les enfants du faubourg", "Le Tzigane et la dactylo", "Une affaire de famille", "Sans en avoir l'air", "Traitement de choc","Meurtres par la bande", "Le grain de sable", "Epreuves à l'appui", "Quand le vin est tiré" (Louis C.Thomas), "L'inspecteur est sur la piste", "Un mort sur le carreau", "Meurtre par intérim"(Thomas/Lebrun), "Voies de faits" (Thomas/Kassak)

https://www.youtube.com/watch?v=WqgLDuD_mLA&list=PLB1fj23FpmbCdNmPFb7txkAkDnFypTV1o

De sacrés bons moments de télévision d'autrefois.
Amitiés.

Serge 31 08/02/2014 23:19

Salut Claude.
J'ai dit tout le bien que je pensais de Fred Kassak dans mon commentaire à son portrait qu'en a tracé Oncle Paul sur son blog. J'enfonce ici le clou: il faut absolument lire "Nocturne pour un assassin"!... Kassak a également signé des scénarios pour "Les cinq dernières minutes" (comme son compère Lebrun). Je crois qu'on peut en voir aussi des bribes sur le site de l'INA.
Amitiés.

Claude LE NOCHER 07/02/2014 18:10

Dès que Facebook assurera une confidentialité et ne volera plus les travaux des internautes, j'y penserai. Amitiés.

Patrick 07/02/2014 17:48

Une petite question ..
Claude Le Nocher de Lunel , c'est toi ?...sur facebook)...

Claude LE NOCHER 07/02/2014 17:53

Non, Patrick, c'est mon seul homonyme. Bien que mon nom soit peu répandu, il s'est trouvé une personne s'appelant pareillement. Par contre, les photos montrent qu'il est plus âgé, physiquement différent.
Amitiés.

Patrick 07/02/2014 17:06

Je viens de commander :" On N'enterre Pas Le Dimanche" ....
Pas possible d'être autant tenté ....;)
Bonne soirée .
Amitiés...

Claude LE NOCHER 07/02/2014 17:44

Oups, désolé, cher Patrick !
En fait, j'essaie de présenter des auteurs d'aussi belle qualité que possible, d'où une certaine tentation.
Amitiés.

Max 07/02/2014 17:06

Bonjour Claude,
Kassak est un des grands du polar français, une œuvre originale, il a hélas trop peu écrit. Ses bouquins se trouvent en effet facilement et pas cher sur le net, il y a même je crois un omnibus en "Masque".
Sur la photo, il a un petit air de Chabrol (Claude).
Amicalement,
Max

Claude LE NOCHER 07/02/2014 17:50

Bonjour Max
Sympathique, cette photo prise à la BiLiPo il y a environ dix ans, qui peut effectivement faire penser au regretté Claude Chabrol. Sur le site de l'INA, on peut trouver sa pièce radiophonique “Le métier dans le sang” (avec Dominique Paturel). Du moins, les dix premières minutes, je suppose qu'il faut payer pour l'intégralité. Par contre, ses romans sont en effet facile à retrouver.
Amitiés.

Oncle Paul 07/02/2014 15:37

Bonjour Claude
Lire ou relire Fred Kassak ainsi que son ami Michel Lebrun est toujours un plaisir et une cure de jouvence. A ce propos j'avais mis en ligne un portrait de Fred Kassak établi d'après un échange de courriers.
Amitiés

Claude LE NOCHER 07/02/2014 15:49

Bonjour Paul
J'ai ajouté un lien avec le "Portrait" de Fred Kassak que tu proposes. Un auteur à l'œuvre fort agréable, c'est un fait.
Amitiés.

Patrick 07/02/2014 12:14

Bonjour Claude
Comment résister devant un tel billet...
Je me mets en chasse..
Bonne journée
Amitiés.

Claude LE NOCHER 07/02/2014 15:47

Bonjour Patrick
Que ce soit ce roman ou "On n'enterre pas le dimanche", il faut relire Fred Kassak... dont les livres se trouvent assez aisément d'occasion, je pense.
Amitiés.

Philippe 07/02/2014 06:45

Bonjour M. Le Nocher,

Ce n'est pas tout à fait le même scénario et le ton est beaucoup plus léger, mais ne pensez-vous pas à " Le Facteur sonne toujours deux fois " ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_facteur_sonne_toujours_deux_fois

Vous remarquerez que cet article dit que ce roman est classé parmi les 100 meilleurs polars de tous les temps :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_cent_meilleurs_romans_policiers_de_tous_les_temps

Liste qui serait à actualiser puisqu'établie en 1990.

La première version filmée que j'ai vue est bien sûr l'une des plus récentes, le film de 1981 avec Jack Nicholson.
Ce n'est qu'il y a deux ans que j'ai pu voir sur France 2 dans le Ciné-club la première version, qui se trouve être le film français " Le Dernier tournant " ( 1939 ), de Pierre Chenal, avec Fernand Gravey - celui de " Paradis perdu " , Michel Simon et Corinne Luchaire.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Corinne_Luchaire

Acrice que je ne connaissais pas jusqu'à il y a deux ans là aussi, quand j'ai acquis sa seule biographie, par Carole Wrona, réalisatrice d'un documentaire télé sur le même sujet.
" Elle a exercé une certaine fascination sur l'écrivain Patrick Modiano " , dit Wiki.

Corinne Luchaire : un colibri dans la tempête
Carole Wrona
La Tour Verte, collection La Muse celluloïd, septembre 2011

http://www.amazon.fr/gp/product/2917819111/ref=olp_product_details?ie=UTF8&me=&seller=

Une actrice qui se battit des années contre la tuberculose qui l'emporta à 29 ans en 1950. Qui ne fit pas assez attention à ses fréquentations pendant la guerre. Son père le journaliste Jean Luchaire fut fusillé à la Libération pour faits de collaboration. Pourtant très brillant et ayant eu des amis de divers horizons y compris juifs ou de gauche.
Corinne a elle-même aidé des Juifs tout en ayant fricoté avec le gratin de Vichy. L'une de ses
meilleures amies était Micheline Presle.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Luchaire

http://www.amazon.fr/gp/product/2262034370/ref=olp_product_details?ie=UTF8&me=&seller=

Jean Luchaire : l'enfant perdu des années sombres
Cédric Meletta
Perrin, janvier 2013

Cordialement

Claude LE NOCHER 07/02/2014 08:37

Bonjour Philippe
M'étant intéressé aux familles de collabos notoires, je connais l'histoire des Luchaire, en effet. On ne peut absoudre aucun de ceux qui ont suivi l'Etat-Major pétainiste à Sigmaringen. Ils ont mérité leur sort, ils méritaient pire.
Je note sur la fiche Wikipédia de Corinne Luchaire une de ces allusions qu'il est discutable de laisser croire tel quel au public : "elle avait de nombreux amis juifs, notamment Simone Signoret" (Son père M.Kaminker était Juif, elle n'a jamais été élevée dans aucune religion). Si la mondaine Corinne Luchaire a fréquenté des Juifs et des résistants, c'est probablement involontaire. Infiniment rares sont les gens du spectacle ayant aidé qui que ce fut à cette époque, mais parfois ils fermaient les yeux.
"Le facteur sonne toujours deux fois" reste une des plus belles constructions scénaristiques et psychologiques de l'histoire du polar, c'est évident. Sur le même postulat, furent écrits bien des romans beaucoup plus faibles.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/