Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 05:55

Un homme a été tué au bowling de Dixy Bill, à New York. C'est l'inspecteur Nooland, assisté du sergent McGrett, qui est chargé de l'enquête. Ça s'annonce mal, car les papiers d'identité de la victime sont faux. Il faudra déterminer pourquoi on a abattu cet homme en public. La police ne doute pas que l'assassin soit un professionnel. Sidney Bruce Horney est un journaliste new-yorkais. La Tribune, le journal qui l'emploie, révèle bientôt le nom de l'inconnu : Johnny Starret, dit Johnny-le-Gandin, grand spécialiste du vol de bijoux, un type insaisissable. Sid Horney avait eu la chance de l'interroger quatre ans plus tôt. Sidney est viré du journal ce même jour. Il se promet de faire la lumière sur l'affaire avant tout le monde, que ce soit la police ou La Tribune.

Employée de l'hôtel California où résida Johnny Starret, la séduisante Sybil va aider Sidney dans son enquête parallèle. D'abord, il s'agit de découvrir qui était ce Bergetto, auquel la victime parla au téléphone peu avant sa mort. Une casquette neuve, des cigarettes King, et une poignée d'indices permettent au journaliste de se poser les bonnes questions. Tandis que, de son côté,l'inspecteur Nooland aide un garde du corps à ne pas se faire tuer, et trouve la piste de l'assassin, Sidney découvre les véritables raisons de ce crime. Préparant son scoop, il s'adresse à une agence de presse...

Léo Malet : Mort au bowling (Éditions 12N, 2012)

Ce roman fut initialement publié en 1952 dans la collection Le Verrou, petits fascicules des éditions Ferenczi. Il était signé sous le pseudonyme de Frank Harding. À cette époque, Léo Malet écrit depuis déjà plusieurs années. C'est dire que, même s'il s'agit d'un roman moins ambitieux paru dans une collection modeste, l'auteur maîtrise son intrigue. Il est certain que l'Amérique décrite ici n'apparaît pas d'un grand réalisme. Ça n'a guère d'importance, l'essentiel réside dans une ambiance énigmatique, une enquête agitée. Ce n'est pas un chef d'œuvre, mais une histoire très plaisante à lire, finalement plutôt souriante. Ce titre est disponible depuis juillet 2012, au catalogue des éditions numériques 12N.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Le Papou 01/03/2014 15:42

Un petit Malet chaque mois éloigne les soucis et ravive la mémoire. Mon dernier fut "Les eaux troubles de Javel" et en mars je changerai d'arrondissement.
Amicalement
Le Papou

Claude LE NOCHER 01/03/2014 15:55

Eh oui, il y en a quinze à explorer en compagnie de Nestor, mais attention à ne pas prendre quelques coups sur la tête, comme ça lui arrive si souvent !
Amitiés.

Max 27/02/2014 21:40

Bonsoir Claude,
Léo Malet...un auteur dont la notoriété m'a toujours étonné ! Personnellement, je n'aime pas, exception faite de la "Trilogie noire".
Cordialement,
Max

Claude LE NOCHER 28/02/2014 07:45

Bonjour Max
Il faut souligner que ce sont les "purs parisiens" qui ont, il y a près de quarante ans, remis en valeur l'œuvre de Léo Malet, via "Les nouveaux mystères de Paris" avec Léo Malet. Si Nestor Burma est intéressant, certains autres romans noirs de l'auteur (dont la trilogie) sont davantage captivants.
Amitiés.

La Petite Souris 27/02/2014 21:26

Léo Mallet, encore un auteur que je me dois de découvrir pour parfaire ma " culture" polardeuse ! En attendant, à lire les échanges en commentaire, je me dis qu'on y gagne beaucoup à fréquenter ton site Claude ! c'est un plaisir ! AMitiés

Claude LE NOCHER 28/02/2014 07:48

Salut Bruno
Vaste domaine, pour ne pas dire immense, que celui du polar, ne serait-ce que depuis les années 1930 à nos jours. Puisque l'ami Philippe m'a remis en mémoire Kââ; voilà un auteur (défunt, hélas) qui pourrait te plaire. Même Serge Brussolo le considérait comme un des meilleurs.
http://action-suspense.over-blog.com/article-kaa-un-hommage-trois-romans-43914796.html
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 27/02/2014 19:23

Bonsoir ! ;-)

Ici, j'avoue mon ignorance...

Claude LE NOCHER 04/03/2014 17:00

"Moi d'abord, moi d'abord !" Oui, on les entend bien hurler pour se faire remarquer. D'autres, plus subtils, nous font les yeux doux pour capter notre attention. Même en lisant intensément, impossible de tous les adopter.
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 04/03/2014 12:20

:D Bonjour, le problème est que bon nombre de romans me crient qu'ils sont des priorités... mdr

Claude LE NOCHER 02/03/2014 18:26

Hello Belette
En attendant le support numérique, on trouve aisément ces romans d'occasion... Quant à disposer de temps de lecture supplémentaire, nous en sommes tous là : on lit ce qui nous parait les priorités.
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 02/03/2014 15:43

Hello^^ Mon ignorance n’incluait pas le nom de l'auteur et Nestor Burma mais plus une ignorance parce que je n'avais jamais lu cet auteur (et vu aucun Burma). mdr

Pour le moment, je ne pratique pas encore le numérique pour mes livres, mais je compte un jour me faire introniser dans l'affaire, mais pas pour tout de suite... et ce sera sur tablette, que je lirai, pas sur liseuse ! L'avantage de la tablette, c'est qu'elle est multi fonctionnelle et qu'elle lit tous les formats !

Mais je retiens que je pourrais lire cet auteur dès que j'ai un peu de temps... oups !

Philippe 28/02/2014 02:36

A propos de Léo Malet, je ne les ai pas personnellement, mais il y a deux livres à mentionner.
Toujours aux Moutons Electriques, un titre que vous avez peut-être vu sur leur site, sur les Vies de Nestor Burma. Ou bien je confons avec un autre détective, là j'ai la flemme de regarder la page.
Et, là je suis sûr que c'est Malet / Burma, chez l'Harmattan - encore ! - mais dans la collection Sang maudit, cet ouvrage dont vous connaissez le titre, Le Paris de Léo Malet ( ou de Nestot Burma, je ne sais plus ), paru en 2007, l'auteur c'est Lallemand ou un autre.

Claude LE NOCHER 27/02/2014 19:56

Bonsoir Belette
Oui, on est là dans "l'histoire de la littérature policière", à laquelle appartient Léo Malet (auteur des enquêtes Nestor Burma, personnage incarné par Guy Marchand à la télé). Bien que n'étant pas pratiquant, j'ai vu que ça existait en édition numérique, alors pourquoi ne pas en reparler ?
Amitiés.

Philippe 27/02/2014 08:17

Le mot " détectives " m'a fait repenser à ce nouveau titre " Jeunes détectives " ( j'ai le numéro de l'Indic avec votre article sur " Nos jeunes héros " ) aux Moutons Electriques dont j'attendais la parution avec impatience depuis des mois. Je vois qu'il est enfin paru et je vais l'acheter dés aujourd'hui si je peux. Ainsi que " Pirates " et " Détectives rétro " .

http://www.moutons-electriques.fr/livre-167

http://www.moutons-electriques.fr/livre-129

http://www.moutons-electriques.fr/livre-225

Cordialement

Claude LE NOCHER 27/02/2014 18:21

Une collection qui apparaît fort sympathique, en effet.
Amitiés.

Philippe 27/02/2014 07:22

http://polarophile.free.fr/dossiers.htm

Dont :

http://polarophile.free.fr/dossiers/20121117-DES-ORCHIDEES-POUR-MONSIEUR-CHASE.pdf

http://polarophile.free.fr/lectures/20100417_LES_DETECTIVES_DE_L_ETRANGE_Article.pdf

Philippe 27/02/2014 07:14

Bonjour M. Le Nocher,

Je viens de regarder rapidement et j'ai pu mal voir, mais je ne crois pas avoir vu le site
http://polarophile.free.fr/
sur votre page de liens ?
Quand vous l'aurez davantage consulté, vous apprécierez s'il vaut ou non la peine que vous l'ajoutiez ?
Je ne peux en dire plus, puisque je n'ai découvert ce site qu'il y a quelques minutes en même temps que je lisais votre chronique.
Encore une merveille de ces associations d'idées.
Je me disais que chaque fois que je vois le nom de Léo Malet, je ne puis m'empêcher de penser à quelque chose de rebutant aujourd'hui : le fait que son vocabulaire apparaisse parfois vieilli, en ce sens que je me souviens qu'au moins une fois, je ne sais dans quel roman, c'est un Nestor Burma, Malet utilise le terme " chinetoque " à propos d'un personnage. Depuis longtemps à présent ce mot est invariablement et incontestablement raciste, c'est admis. Pourtant, il semble bien que dans le contexte où Malet l'utilise, et à l'époque où il écrivait, il n'ait pas eu de pensée raciste et que le personnage qui recourt à ce mot, peut-être Burma lui-même, ne se veuille pas raciste. Qu'il pense et dise le monsieur ou la dame " chinetoque " tout comme il dirait, dans des versions actualisées du roman ( qui existent peut-être ) le monsieur ou la dame asiatique. Ou comme il dirait le monsieur ou la dame de telle autre provenance.
Ce n'est pas Léo Malet qui était raciste, c'est un mot qu'il emploie sans le vouloir péjoratif mais qui a acquis une acception toujours péjorative.
D'autres mots, comme " nègre " , font réfléchir. Ce mot, employé tout seul, est bien sûr une insulte raciste. Mais quand c'est non pas un substantif, mais un adjectif, dans une expression consacrée, il n'est pas péjoratif : quand on parle d' " art nègre " ou de " bal nègre " de Paris. Le mot retrouve alors son sens premier, noir, du latin niger ( d'où vient aussi le nom du pays, le Niger ).
Je me suis laissé emporter par mes élans, je reviens à mon propos initial : quand j'ai vu que votre chronique portait sur un polar de Léo Malet, il m'est revenu à l'esprit l'usage du mot " chinetoque " dans un autre de ses polars avec Burma.
J'ai tapé " chinetoque Malet " sur Google et n'ai pas vu l'extrait de roman que je recherchais. Mais cela a amené à des résultats sur autre chose. On voit que le mot chinetoque a été utilisé dans des titres de romans par des auteurs non connus pour être racistes et qui ne pensaient pas l'être en choisissant ces titres.
" Tango chinetoque " de Frédéric Dard, 1977, une aventure de San Antonio.
" 12 chinetoques et une souris " de James Hadley Chase, 1944 ( il faudrait connaître le titre original ), un titre qu'aucun traducteur français ne choisirait aujourd'hui.
" Chinetoque / Malet " fait aussi apparaître l'article :

http://polarophile.free.fr/dossiers/20120201-DOSSIER_KAA.pdf

qu'il serait intéressant de regarder, sur un auteur connu sous le nom de Kaa, ( 1945 - 2002 ), mort de maladie à 57 ans. Cet article déborde à partir de Kaa pour parler plus largement de Fleuve Noir, de Spécial Police entre autres.

Cordialement

Claude LE NOCHER 28/02/2014 07:57

Bonjour Philippe

Pour tout savoir sur Saint-Coulitz, dont Kofi Yamgnane fut maire :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Coulitz
et sur lui-même : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kofi_Yamgnane

A propos de racisme, quand on lui disait qu'il n'y avait pas que les Blancs qui le soient, il se contentait de répondre : "Il y a la même proportion d'imbéciles partout".

Une anecdote tragi-comique sur des personnes qu'on a connues, revues par hasard :
Il doit y avoir une quinzaine d'années, accident de voiture dramatique dans les Landes. Toute une famille de Marocains partant en vacances, dans un véhicule surchargé, est décimée. A la télé, le chef des pompiers locaux s'exprime sur l'affaire : c'était un de mes deux meilleurs copains de l'école maternelle.
Amitiés.

Philippe 28/02/2014 02:20

M. Le Nocher,

Un livre sur le racisme dans le polar ?
Sur un sujet en rapport mais plus large, transversal, j'ai un ouvrage acquis il y a quelques années :
Immigrés et romans noirs ( 1950 - 2000 )
Nadège Compard
L'Harmattan, avril 2010

http://www.amazon.fr/gp/product/2296118267/ref=olp_product_details?ie=UTF8&me=&seller=

Votre camarade d'école vous a peut-être oublié depuis longtemps, quoiqu'on ne sache jamais. Peut-être vous reconnaîtrait-il s'il vous revoyait.

En 2004, je me promène dans une librairie juive rue des Rosiers dans le quartier juif le plus notoire de Paris.En vitrine il y a le fameux chandelier à sept branches et des caractères hébraïque sur la porte d'entrée. La première personne à qui je parle est la fille de la libraire. A la différence de sa mère, qui a une tenue classique, cette fille arbore une tenue juive traditionnelle avec un couvre-chef original. Au moment de payer après avoir choisi les livres, c'est le père qui m'encaisse. Il n'est pas le libraire en titre puisque c'est sa femme, mais il est parfois là. En voyant mon patronyme sur le chèque avec lequel je paie, il me demande si j'ai un homonyme qui ait été à l'Ecole Polytechnique. Je réponds que mon patronyme étant relativement courant il y aurait a priori plus de chances pour que je sois simplement homonyme avec une personne qu'il aurait connue portant le même nom. Ce monsieur sort l'annuaire de Polytechnique que je n'avais pas vu et l'ouvre. Mettant aux pages d'une certaine promotion, il me montre le nom de mon père ( j'avais bien sûr déjà vu cette page à la maison ). Puis, dans la même promotion, il pointe un autre nom et me dit que c'est le sien. Il me charge de remettre sa carte à mon père ce que je ferai par la suite. Lucien Magnichewer, ce monsieur avec un aspect extérieur de Juif orthodoxe, tout en noir, le cordon sur le côté, une très longue barbe blanche, la kippa sur la tête, avait partagé deux ans d'école avec mon père- l'X - plus de quarante ans plus tôt, de 1960 à 1962.
Et voilà que j'avais d'abord parlé à sa fille, avant que nous ne sachions que nos pères respectifs étaient amis longtemps avant notre naissance.

Voilà un exemple parmi j'imagine beaucoup d'autres que chacun de nous pourrait citer qui illustre comment on peut recroiser des chemins avec des personnes connues il y a très longtemps.

Cordialement

Philippe 27/02/2014 22:04

Je crois savoir que Kofi Yamgane est ou a été élu local en Bretagne, proposant, ce qui a été adopté, dans sa commune la mise en place d'un conseil des anciens formé par les vieux habitants, inspiration prise dans les villages d'Afrique. Il a dit avec humour, se comparant à des amis bretons blancs, qu'eux c'étaient des Bretons d'avant, et lui un Breton d'après la marée noire !

Cordialement

Claude LE NOCHER 27/02/2014 18:20

Bonjour Philippe
Commençant par la fin, je vous signale avoir consacré une chronique à Kââ, un auteur que j'aimais énormément :
http://action-suspense.over-blog.com/article-kaa-un-hommage-trois-romans-43914796.html
"Le racisme dans le polar", voilà un thème qui mériterait un article complet. D'abord parce que ces notions varient selon les époques. Il n'existait pas la même méchanceté (voire la même haine) autrefois, même s'il y avait du racisme. Au début du 20e siècle, parler d'un "rastaquouère" a une connotation amusée, plaisante, juste moqueuse. Dans les années 1950 ou 60, les polars qui mettent en scène des truands arabes, corses ou asiatiques les montrent comme des truands, des malfaisants, leur origine n'étant qu'une indication géographique. On y parlait aussi de policiers bretons ou auvergnats, selon le même principe. Quant au mot "nègre" (negroes), il fut revendiqué par les militants américains Noirs d'autrefois qui refusèrent le terme "afro-american". Oui, c'est utilisé de façon insultante depuis longtemps, hélas.
Au collège, début des années 1970, pendant un ou deux ans, j'eus un copain de classe Antillais typé Africain. On s'entendait très bien. Sa famille était victime d'un racisme, le même qui eût visé tout étranger à une petite bourgade, plus la couleur de peau. Je viens de lire qu'il se présente sur une des listes électorales pour les prochaines municipales, dans cette ville où nous avons été au collège. Il est certain qu'il m'a oublié depuis longtemps.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/