Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 05:55

Depuis 1949, San-Antonio est éternellement présent dans l'actualité de l'édition. C'est de nouveau le cas en cette année 2014, puisque Pocket lance une nouvelle présentation des romans culte de San-Antonio. Dès cette fin mars, on pourra ainsi lire ou redécouvrir “Du plomb dans les tripes”, “Sérénade pour une souris défunte” et “Passez-moi la Joconde”, trois ouvrages datant d'il y a une soixantaine d'années. Les années 1950 sont à l'honneur pour ce retour du commissaire, entraîné dans de trépidantes et souriantes aventures. Fin avril, ce sera le tour de “Berceuse pour Bérurier”, “San-Antonio renvoie la balle” et “San-Antonio chez les Mac”. Plusieurs autres titres savoureux sont programmés pour l'été, ainsi qu'à la rentrée. À chaque décennie d'origine, s'appliquera un habillage graphique différent. En effet, les premières couvertures rappellent celles de ces années-là.

Évoquons ici “Passez-moi la Joconde”, une des dix premières aventures de San-Antonio. Il évolue dans des contrées que l'auteur connaissait bien, entre la région lyonnaise et Grenoble. Il n'est peut-être pas inutile de préciser que le rythme narratif est soutenu, notre héros allant de surprises en rebondissements. En effet, San-Antonio est le roi du langage fleuri, mais ces intrigues des années 1950 sont avant tout mouvementées. Clins d'œil à noter, pour les initiés : le nom de famille Vinay désigne une commune d'Isère, mais également un éditeur lyonnais de l'époque (qui publia entre autres André Héléna)... Est aussi évoqué le roman “Kaputt” de Curzio Malaparte, or nous savons que Kaputt fut un des pseudos de Frédéric Dard.

San-Antonio : Passez-moi la Joconde (Pocket, 2014)

Un petit survol de l'intrigue de “Passez-moi la Joconde” :

En 1954, le commissaire San-Antonio émarge aux Services Secrets. Pour ses premières vacances depuis longtemps, il prend la direction du Dauphiné. Ex-officier durant la guerre et ancien journaliste, son ami Duboin tient un hôtel dans la région de Grenoble. Promesse d'un séjour farniente. Pourtant, une explosion détruit la voiture de San-Antonio, avec ses deux passagers, quelques jours plus tard. Tout ça à cause du collier d'un chien mort qu'il avait trouvé sur la route avant d'arriver. San-Antonio bigophone au Vieux, qui lui donne carte blanche afin d'éclaircir le mystère. Il se rend à La Grive, le bled où il avait ramassé le chien et son fameux collier.

Éboueur et poivrot, le nommé Dédé finit par lui avouer qu'une femme trentenaire l'a déjà contacté pour les mêmes motifs. C'était une inconnue à vélo, qui semblait aimer la couleur bleue. Sûr qu'il n'en faut pas davantage à San-Antonio pour dénicher la piste de cette personne. Il aboutit bientôt dans une propriété des environs, qui paraît déserte. C'est sous la forme d'un épouvantail, qu'il va découvrir dans le jardin le cadavre d'un métèque, le compagnon de la femme. San-Antonio obtient même le nom des locataires de la propriété, les Vinay, de Lyon. Apprenant qu'un camion Mac passa par là durant la nuit en question, le commissaire suppose que le collier du chien devait faire sauter le poids-lourd.

Par une gentille postière boitillante, San-Antonio identifie la DS des Vinay. Laquelle semble avoir été volée à un Lyonnais nommé Compère. Sauf que ce M.Compère n'est pas si clair. Il possède un entrepôt, que San-Antonio ne se prive pas de visiter clandestinement. Dans le sous-sol, on y a caché un gros rouleau de papier. En cet après-guerre, c'est une matière première qui a de la valeur, certes. Surtout si l'on peut imprimer des biftons sur le fameux papier. Par l'intermédiaire de son ami Duboin, San-Antonio contacte le détective lyonnais César. Celui-ci confirme qu'un camion chargé d'un gros rouleau de papier fit le trajet entre Grenoble et Lyon, ladite nuit. Lorsqu'il retourne à l'entrepôt, le commissaire y découvre le cadavre de Compère, abattu par balles. San-Antonio va encore traverser quelques périls avant de résoudre l'affaire !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Antoine 31/05/2015 13:27

Bonjour Claude,
excellent opus que ce livre, en effet.
A propos de San-Antonio, une question me turlupine. "Cereales Killer" est le dernier roman de la serie signe Frederic Dard. Or je lis parfois qu'il a ete termine par son fils, Patrice. Savez-vous si c'est exact?
Merci de m'eclairer si vous le pouvez!

Claude LE NOCHER 31/05/2015 18:42

Mieux vaut l'info que la rumeur.

Antoine 31/05/2015 18:32

Merci, Claude. Cette citation a le merite de la clarte.

Claude LE NOCHER 31/05/2015 16:32

Bonjour Antoine
Il me suffit de citer "Le Figaro" du 16 avril 2009 pour confirmer que Patrice Dard est l'auteur de "Céréales killer" :
"Patrice Dard, fils de Frédéric, n'a pas attendu la mort du père pour entreprendre une carrière d'écrivain, avec à son actif des dizaines de romans proches de l'univers de San Antonio. Tous écrits sous pseudonymes, notamment celui d'Alix Carol. En effet, l'éditeur de Frédéric Dard, Le Fleuve Noir, ne souhaitait pas que Patrice utilise son patronyme. Une situation plutôt frustrante. Le bon fils signa tout de même de son nom une bonne trentaine de livres de cuisine… Une façon de prouver qu'il pouvait sortir du sillon de papa.
Mais l'ombre de Frédéric Dard n'a jamais cessé de planer sur la plume du fiston. À sa mort, Patrice Dard exauça le souhait de son père en reprenant les aventures du fameux commissaire. «J'ai commencé mon premier San Antonio, "Céréales Killer", quelques jours après le décès de mon père. Au départ nous pensions l'écrire ensemble, mais il était trop malade.» Ce coup d'essai, signé simplement San Antonio mais présenté pour des raisons marketing comme une œuvre à quatre mains, fut un coup de maître. Pas moins de 300 000 exemplaires furent écoulés."

http://www.lefigaro.fr/livres/2009/04/16/03005-20090416ARTFIG00413-ecrire-au-nom-du-pere-.php

Amitiés.

de rien 28/03/2014 11:02

ah, mais c'est très bon cela, c'est le début début

Claude LE NOCHER 28/03/2014 11:25

Ouais, comme certains "polars historiques", mais en mieux !
Et puis, les décors de la région n'ont pas bougé depuis soixante ans, ceux qui vivent par là doivent reconnaitre les lieux.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/