Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 04:55

En 1919, la Grande Guerre est terminée, mais Saint-Nazaire reste la base stratégique de l'Ouest de la France pour l'armée américaine. La présence des troupes alliées, et l'activité portuaire renforcée par cette présence militaire, profitent à l'économie locale. Encore que le personnel du port s'estime mal payé et, plutôt soutenus par la municipalité de gauche, les dockers poursuivent une longue grève. Tous ces jeunes soldats dans les rues de Saint-Nazaire, ça entraîne divers méfaits et arnaques à leur encontre. Ainsi qu'une prostitution féminine très importante, une débauche mal contrôlable. En outre, les trafics clandestins de marchandises variées fleurissent entre le camp de Montoir et la ville.

Ce n'est pas le policier Jules Cagot qui sera capable de mettre fin à aucun de ces troubles. Ancien combattant à la gueule-cassée, il a été réintégré dans la police de Saint-Nazaire, mais n'occupe qu'un emploi subalterne. Jules est sujet à des crises, créant une amnésie partielle, ce qui l'a amené à noter tout ce qu'il risque d'oublier brutalement. Quand le cadavre d'Emma Lenaour est retrouvé dans le marais de Brière, on conclut à un suicide. Militante de gauche, élue au conseil municipal, Emma fut avant-guerre la compagne de Jules. Dans le logement du policier, une sorte d'icône rappelle le souvenir de la jeune femme, à laquelle il lui arrive de parler pour meubler sa solitude et chasser sa douleur.

Joe Delaronde est un Indien de la tribu des Houmas, natif de Louisiane, dans le delta du Mississipi. Homme athlétique, il fut adjoint du shérif avant de devenir soldat. Joe a trouvé quelques indices autour de la mort d'Emma. Son enquête parallèle le mène au camp de Montoir, sur la piste d'un nommé John Greenwood. Le capitaine Brown, supérieur de Joe, est un ancien de l'agence Pinkerton. Si, pour lui, le cas de Greenwood doit se traiter en interne dans leur armée, une autre affaire pose problème. Jackson, un soldat Noir, vient d'être assassiné en ville. Puisque Joe parle une forme de français, le langage cajun, il va s'associer à la police française. C'est Jules Cagot qui enquête sur le meurtre de Jackson.

Le soldat américain disposait de beaucoup d'argent, sans doute le fruit de ses trafics au camp de Montoir. Jules a aussi découvert une forte somme cachée par un inconnu dans l'appartement d'Emma. Un coup monté visant à faire croire qu'elle était corrompue. Jules rencontre le médecin qui a signé le rapport sur la mort d'Emma. Il avoue avoir été payé pour faire croire au suicide. Peu après, la concierge de l'immeuble ou habitait Emma est torturée à mort. Puis c'est Jules lui-même qui est violemment agressé par des voyous. Joe intervient à temps, liquidant les malfaiteurs. Le duo espère qu'un visite au café “Le rocher du Lion” les fera progresser. Néanmoins, la menace mortelle est de plus en plus présente autour de Jules et Joe...

Alain Vince : Lafayette, go home ! (Éd.Terre de Brume, 2014)

Proche des célèbres marais salants de Guérande et des plages de La Baule, la Brière est aujourd'hui un parc naturel protégé de l'urbanisation excessive. En 1919, plus sauvage encore, ce site devait beaucoup ressembler aux bayous de Louisiane. Un Indien tel que Joe Delaronde, venant de la petite ville de Houma, n'aurait certes pas été désorienté dans ce décor. Il se démarque des autres militaires américains, alors qu'il peut pourtant se revendiquer d'un peuple originaire de leur continent. Il s'exprime dans un délicieux langage cajun, dont il a bien raison de dire que c'est du vrai français. L'autre héros, rescapé de la guerre, marqué physiquement et moralement, s'avère plus malheureux. À la limite du fétichisme, il est devenu introverti mais essaie de garder un rôle social. Si Joe et lui collaborent, c'est tout de même l'Indien qui reste le plus efficace.

Même s'il est citadin de longue date, le marais de Brière et Saint-Nazaire sont la région d'origine d'Alain Vince. Dans ce roman, il reconstitue ces lieux tels qu'ils étaient au début du 20e siècle. Ville ouvrière où les tensions sociales furent longtemps fortes, Saint-Nazaire est alors vivante et populaire. Y compris grâce à ces salariés venus des environs, voire de toute la Bretagne. Les quartiers de Méan-Penhoët, de Toutes-Aides, de l'Immaculée, sont probablement moins symboliques de nos jours. Les habitants étaient fiers à contribuer à l'essor de cette ville, à sa “modernité”. Si la création du port datait de la deuxième moitié du siècle précédent, il est vrai que la présence des troupes américaines durant la première guerre mondiale permit un développement encore plus important. Non sans occasionner certains problèmes, ce que suggère cette fiction.

Sans étalage inutile d'érudition, Alain Vince nous plonge dans l'ambiance nazairienne de cette époque. Un contexte plus que singulier, il faut le reconnaître. Soulignons l'habituelle fluidité narrative de cet auteur, qui ne manque pas de talent. Voilà une solide intrigue, au climat sombre, captivante et documentée, un roman noir historique de très belle qualité.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2014 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 22/05/2014 17:10

Bonjour M. Le Nocher,

Si je puis m'écarter du polar tout en restant à Saint-Nazaire - et sachant que sur Action-Suspense la pub excessive du moins n'est pas la bienvenue - j'ai eu l'année dernière la curiosité d'acheter pour y goûter de la Diablotine, un apéritif artisanal à plusieurs parfums exotiques inventé et fabriqué à Saint-Nazaire. Par un entrepreneur individuel, l'EURL Birgand.
Son site :

www.diablotine.fr

Je le connaissais avant aujourd'hui, en revanche c'est après lecture de votre chronique que j'ai tapé " Diablotine / Saint-Nazaire " et découvert un autre site qui propose de la Diablotine :

http://www.la-boutique-de-bretagne.com/aperitif-diablotine-agrume-de-saint-nazaire__p129775.html

La Boutique de Bretagne www.la-boutique-de-bretagne.com est installée aussi à Saint-Nazaire et propose comme son nom l'indique des produits bretons mais aussi de Saint-Nazaire qui est assez excentrée par rapport au coeur de la Bretagne, d'un point de vue non-Breton du moins.
J'ai regardé, ce site ne vend pas de livres, à la différence de www.brittany-shops.com , ce site dont nous avions eu l'occasion de parler, qui a changé de nom, j'ai oublié le nouveau, et qui du reste propose moins de livres qu'auparavant.
On avait vu dernièrement qu'il n'y avait plus qu'un polar sur ce site dans la rubrique polar.
Vous disiez à propos des éditions Alain Bargain que c'était moins bien depuis que le fils avait repris les rênes après le père.

J'espère que ma digression aura quand même illustré la vitalité de l'économie, du commerce ou de la culture de nos jours à Saint-Nazaire.

Cordialement

Claude LE NOCHER 22/05/2014 17:34

Bonjour Philippe
Puisque vous me donnez une adresse gourmande, en voici deux autres (bien loin de la Bretagne) :
http://www.laboutiquegriottines.com/fr/top-15.html?disclaimer_ok=1
Leurs produits sont excellents, et leurs boissons alcoolisées doivent être consommées avec modération.
Si vous préférez les bonbons et diverses friandises, commandez-les de préférence à la Confiserie des Hautes-Vosges, qui produit artisanalement :
http://www.cdhv.fr/

Par ailleurs, je n'ai jamais dit que les éditions A.Bargain étaient "moins bien" depuis qu'elles sont dirigées par Carl Bargain. Toute entreprise évolue, et il se trouve que deux auteurs-phares (Firmin Le Bourhis et Françoise Le Mer) ont choisi d'être désormais publiés par les éditions du Palémon - aux côtés de Jean Failler, Christian Blanchard, Hugo Buan.
Amitiés.

Yv 22/05/2014 11:45

Salut Claude, pas lu du tout A. Vince, mais là, je crois que je vais y aller, entre St Nazaire, la période, tout est là pour que je m'y colle.
Amicalement,

Claude LE NOCHER 22/05/2014 11:49

Salut Yves
Oui, il y a de fortes chances que ce roman te plaise, non seulement par son aspect géographique. N'hésite pas... Amités.

Oncle Paul 22/05/2014 10:33

Bonjour Claude
D'Alain Vince je n'ai lu que Du raisiné sur le P'tit Lu. Un roman plaisant et il va me falloir me pencher à nouveau sur cet auteur discret.
Amitiés

Claude LE NOCHER 22/05/2014 10:48

Bonjour Paul
En effet, Alain Vince est un auteur discret, qui publie peu (enfin trop peu, à mon goût) mais toujours de très bons romans. N'hésitons pas à lui apporter un peu d'écho, afin que des lecteurs se montrent curieux. Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/