Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 04:55

Jeune journaliste, Ludovic Mermoz s'est installé dans un village à quelques encablures de Saint-Étienne, dans le massif du Pilat. Il y a crée un petit journal local, “Le vilain canard du Pilat”. Il est entouré de Lucile Kerouec, “miraculée des services psychiatriques”, et de Lola Campagnole, championne de twirling bâton. Outre ces deux collaboratrices ayant des attaches dans la région, il y a aussi Yvon Ben Ouassil. Ce marginal mi-Breton, mi-Tunisien s'implique volontiers dans les enquêtes journalistiques de Ludovic Mermoz. L'ouverture d'une aire pour gens du voyage agite une partie de la population de Latourbière-sous-Pilat. Sous l'impulsion d'un ex-commerçant d'ici, Edmond Lopard, il s'est même créé un comité d'opposants, la LDL. Jérémy di Calcio, un jeune quelque peu paumé, ne jure plus que par ce nouveau gourou, apôtre de l'intolérance.

Ludovic Mermoz est averti par un appel téléphonique anonyme qu'un cadavre gît dans un fossé, non loin de l'aire des nomades. Sur place, il n'y a plus qu'à alerter la gendarmerie. Le corps est celui d'un jeune Tzigane, Imir Kastriot. Le vieux chef des gitans installés sur l'aire, Artoran, n'est pas loquace envers les journalistes. Pas hostile, non plus. Ce qui, entre marginaux, laisse une chance à Yvon Ben Ouassil de l'apprivoiser. Artoran compare Imir Kastriot à un hérisson, “niglo” en langage gitan. Un animal parfois tué par hasard, ou alors par un de ses prédateurs naturels. Les gendarmes ne tardent pas à arrêter Zéoviev, un voisin. Plusieurs sanglants indices l'accusent. Mermoz et son équipe pensent qu'il a simplement déplacé le corps, mais qu'il est innocent. D'ailleurs, un paysan d'à côté est en mesure de fournir un très bon alibi à Zéoviev.

Pour les journalistes du “vilain canard du Pilat”, les meilleurs suspects restent Jérémy di Calcio et Edmond Lopard. En ce soir du 14 juillet, ils font la tournée des bals de la région afin de retrouver le jeune di Calcio. Quand on le secoue un peu, il avoue les avoir alerté par téléphone, mais nie être impliqué dans le crime. Pourtant, dès le lendemain, Jérémy di Calcio se dénonce, avant d'être rapidement incarcéré. S'il a voulu se protéger, il n'est pas certain qu'il échappe à la mort. Au journal, menaçant Lola Campagnole, un cambrioleur a volé leurs récents fichiers photos. Peut-être qu'on ne souhaite pas que ressurgisse le passé d'Imir. Suivant une autre piste, Mermoz et Yvon surveillent la belle Nina et la boite de nuit “Standing Ovation”. Un repaire de mafieux, à n'en pas douter. Reste à savoir qui avait le plus intérêt à supprimer le jeune gitan…

Jean-Louis Nogaro : Niglo (Coëtquen Éditions, 2014)

On retrouve ici le contexte d'un précédent roman de Jean-Louis Nogaro, “La morte des tourbières” (Éd.du Caïman, 2012). Le décor, c'est un secteur du Massif Central proche de la vallée du Rhône, autour de Saint-Genest-Malifaux, non loin de Saint-Étienne (Loire). D'ailleurs, c'est dans cette ville que débute l'affaire, trois ans plus tôt. Des paysages que l'auteur connaît bien, ce qui explique que ses personnages s'y déplacent avec aisance. On nous livre peu d'éléments sur Ludovic Mermoz et son équipe. Le plus insolite et attachant, c'est Yvon, le Djerbien baba cool. L'association d'Edmond Lopard rappelle tous ces comités anti-gens du voyage nés ces dernières années, attisés par des politicards populistes.

L'intrigue s'inscrit dans la bonne tradition du roman d'enquête, avec sa panoplie de pistes incertaines, de suspects aux alibis douteux, de témoins plus ou moins utiles. Ce qui entraîne les lecteurs au gré de péripéties mouvementées à souhaits. Dans le polar, la forme classique est toujours une valeur sûre : le récit étant d'une très belle fluidité, on suit avec un vrai plaisir les investigations de ces journalistes campagnards.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2014 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 04/08/2014 16:04

Bonjour M. Le Nocher,

A propos de Roland Lacourbe le spécialiste des études sur les histoires de chambres closes ( Paul Halter étant lui le principal auteur des romans de ce genre ), vous vous souvenez qu'il avait été question de lui l'année dernière :

http://action-suspense.over-blog.com/renaud-marhic-lutins-urbains-%E2%80%93-l-attaque-du-pizz-raptor-%C3%89d.p-tit-louis-2013

Vous avez peut-être ou pas vu qu'un nouvel ouvrage était paru :

http://manannan-editions.com/index.php/hikashop-menu-for-products-listing/product/38-la-grande-anthologie-des-chambres-closes-et-du-crime-impossible

La Grande anthologie des chambres closes et du crime impossible
Tome I
Roland Lacourbe
Traductions de Danièle Grivel
Editions Manannan, mai ou juin 2014

Avec une préface de Martin Winckler

Auteurs des nouvelles :

Lilian de La Torre
Christianna Brand
Bill Pronzini
William Krohn
Patrick Pommier
J. Barine
Charles B. Child
Edward D. Hoch
Jack Wodhams
William Brittain
Joseph Commings & Edward D. Hoch
Arthur Porges

Il y a le chapitre " Entracte 1 : Le crime impossible "
par J. Barine

Et " Entracte 2 : Quand la réalité dépasse la fiction "
par Roland Lacourbe

Ce dernier consacré à des cas réels de mystères de chambres closes.
Pas de cas très connus, on n'y trouvera pas l'affaire Laetitia Toureaux, cette jeune femme retrouvée poignardée le dimanche de Pentecôte 1937 dans une rame arrivant à la station Porte dorée sur la ligne 8 du métro parisien.
Cette histoire sera en revanche dans le volume 2, encore à paraître, de l'ouvrage " 1001 Chambres Closes : Guide de lecture du crime impossible ", de Roland Lacourbe, Vincent Bourgeois, Philippe Fooz et Michel Soupart, Editions Semper Aenigma, dont le volume 1 est paru en 2013 ( cité en commentaires sous la chronique du roman de Renaud Marhic ).

On verra par contre Conrad Kilian, cas assez connu, un géologue français retrouvé en 1950 suicidé ( ? ) par pendaison dans sa chambre d'hôtel à une hauteur de 1,20 mètre inférieure à sa taille d'1,78 mètre.
Alain Decaux l'évoqua jadis dans l'un de ses livres d'histoires dans les années 1980 chez Perrin.

Je recopie le premier et le dernier paragraphe de l'article qui fait 4 pages :

" Conrad Kilian était un géologue français qui, chargé d'une mission d'exploration par l'Institut de France à la fin des années vingt, fut le premier à soupçonner l'existence d'importants gisements de pétrole au Sahara. Il fut retrouvé pendu dans une chambre d'hôtel à Grenoble le 29 avril 1950. La version officielle parla de " suicide " et l'affaire fut rapidement classée. Mais bien des détails troublants remettent en cause cette thèse. "

" ... Il en était arrivé à la conclusion que la France, en administrant les terres conquises durant la Seconde Guerre mondiale par le général Leclerc, pouvait s'assurer de fabuleuses ressources en hydrocarbures et, en conséquence, une indépendance énergétique pour le siècle à venir. " L e Fezzan conquis par Leclerc, écrivait Daniel-Rops dans un article de l'hebdomadaire La Bataille paru en février 1948, contient plus de pétrole que l'Irak et l'Iran réunis. " A la fin du conflit, Kilian avait entrepris des démarches en ce sens auprès des officiels. Mépris, indifférence, incompréhension ? Ou tout simplement trahison ? Personne ne daigna s'intéresser à ses conclusions. Furieux, Conrad Kilian rédigea un compte-rendu détaillé de ses études et de ses démarches, dossier qu'il confia à quelques amis intimes en qui il avait la plus entière confiance, et où il affirmait sans ambages que certains gouvernants français - dont Maurice Schumann, alors Ministre des Affaires Etrangères - " avaient volontairement renié les conquêtes de Leclerc, et renoncé de leur plein gré à assurer l'indépendance énergétique et économique de la France et de l'Europe occidentale. "
Toujours est-il qu'en se livrant à ces démarches, Conrad Kilian s'était fait de nombreux ennemis. Il est vrai que le comportement du géologue, jugé visionnaire mais plutôt excentrique, sema la suspicion sur ses conclusions très controverséees. Mais ses amis les plus proches, dont l'écrivain Daniel-Rops, croyaient fermement en ses découvertes et en ses conclusions surprenantes. Et pour eux, l'implication de services secrets étrangers ne fait aucun doute dans sa mort mystérieuse. En l'occurrence, l'Intelligence Service...Il fut établi que les plus importants gisements de pétrole repérés par Kilian au cours de sa dernière mission au Sahara en 1943-1945, furent exploités peu après par les Anglo-Saxons...Si l'on relie le " suicide " de Conrad Kilian à la mort " accidentelle " très suspecte du général Leclerc, inspecteur général des forces terrestres en Afrique du Nord, dont l'avion s'est écrasé le 28 novembre 1947 à une soixantaine de kilomètres de Colomb-Béchar, on a toutes les raisons de se poser des questions gênantes. Surtout lorsqu'on sait que Leclerc était convaincu du bien-fondé des conclusions de Kilian et qu'il était bien décidé à les défendre... "

Vous aurez vu la page d'accueil du site des éditions Manannan :

http://manannan-editions.com/

Qui pourrait faire penser qu'elles sont en Bretagne, alors qu'elles sont à Gravelines dans le Nord.

M. Le Nocher, vous voyez en haut de cete page le bandeau sur le Festival Interceltique de Lorient qui se tient ces jours-ci comme chaque année ?
Je crois que vous fréquentez certaines années ce festival ?

Cordialement

Claude LE NOCHER 04/08/2014 20:13

Cher Philippe
Je vous soumets une récente énigme de chambre close : comment 52 Kilos de cocaïne peuvent-ils disparaitre d'une salle plus sécurisée qu'un coffre-fort, à la Brigade des Stups du 36 Quai des Orfèvres ? Un séisme localisé a-t-il causé une explosion interne dispersant la drogue, la désintégrant à l'intérieur ? L'esprit de Mr Spock, d'Hannibal Lecter ou d'Albert Spaggiari a-t-il téléporté ce demi-quintal de drogue vers les confins du monde connu ? Le brigadier Jonathan G. est-il un descendant perpignanais de Fantômas (plutôt que d'Arsène Lupin) ?
Je ne connais pas vraiment le cas Conrad Kilian, mais le "complotisme" me laisse toujours perplexe. Quant au général Leclerc, son décès accidentel n'est pas vraiment suspect : des proches lui ont déconseillé de prendre cet avion, car les conditions de vol étaient très mauvaises. Mais, dixit Brice Pellman, Leclerc n'en avait jamais fait qu'à sa tête. Pour le meilleur ou le pire...
Le FIL (Festival Interceltique de Lorient) est très fréquenté, et le sera d'autant plus cette année, puisque l'Irlande en est - une fois de plus - l'invité principal. Côté livres, je n'y trouve plus guère de surprises. Voilà pourquoi, depuis deux ans, je n'y mets plus les pieds. Aussi parce que, avouons-le, les organisateurs comptent sur leur notoriété (bien réelle) mais peu sur la communication autour de certains aspects du Festival. S'il s'agit juste d'en faire la promo, sans retour de leur part, trop fastoche.
Amitiés.

Philippe 01/08/2014 16:00

Bonjour M. Le Nocher,

Vous vous souvenez ou pas que l'année dernière il était question de la revue Grandes affaires de l'Histoire, vendue en kiosque et sur shop.oracom.fr ?

http://action-suspense.over-blog.com/2013/10/ars%C3%A8ne-lupin-gentleman-cambioleur-et-roi-des-r%C3%A9%C3%A9ditions.html

Je parlais alors du numéro 1 sur 30 affaires criminelles.
Hier, j'ai vu en kiosque et acquis un spin-off de cette revue, Grandes affaires criminelles, dont c'est le numéro 1 ( Août-Sept.-Oct. 2014 )..
Pour l'instant, il n'apparaît pas sur le site shop.oracom.fr , il faut donc si l'on souhaite l'acheter soit attendre le temps pour que ce numéro, juste paru, soit mis en ligne, soit se le procurer en kiosque où il est déjà.

Voici, la revue en main, le sommaire ( contributeurs : Vincent Brousse, Christophe Belser, Alain Dommanget, Charles Bottarelli, Philippe Grandcoing, Jean-François Miniac, Thierry Desseux, Sylvain Larue ) :

La princesse de Lamballe, ou le cadavre outragé

Brune, le maréchal massacré

Entre légende et affaire criminelle : l'affaire de l'Auberge rouge
( Je sais, M. Le Nocher, que vous préférez la version de 1951 avec Fernandel et Françoise Rosay à celle d'il y a quelques années avec Gérard Jugnot et Christian Clavier. )

L'énigme Choiseul-Praslin ou le crépuscule de la monarchie de Juillet
( Famille dont un membre a inventé les pralines, ces cacahuètes enrobées de sucre caramélisé vendues sur les plages sous le nom de " chouchous " . )

Montcharmont : de la guillotine à Victor Hugo

La malle à Gouffé : l'affaire Eyraud et Bompard

Le mystère de la Fusarella

La bande des hommes rouges
( Les Chauffeurs de la Drôme )

L'Oeil du corbeau
( Angèle Laval, en 1920 à Tulle, inspiration du " Corbeau " ( 1943 ) d'Henri-Georges Clouzot avec Pierre Fresnay. )

Cinquante-trois ans derrière les barreaux !

Section Spéciale : le tribunal de l'injustice
( Voir le film de ce titre de 1974 de Costa-Gavras sauf erreur. )

L'assassinat de l'amiral Darlan, la fin de l'hypothèse " vichysto-résistante "

Marie Besnard, " l'empoisonneuse de Loudun "

Tonton Mimile
( Emile Buisson, l'ennemi public n° 1, arrêté par l'inspecteur Roger Borniche, voir Flic Story ( 1975 ) de Jacques Deray, avec Trintignant et Delon. )

Une passion cannibale : l'affaire Algarron-Labbé
( Ce Saint-Cyrien qui aurait demandé à sa bien-aimée de lui prouver son amour en tuant sa fille à elle. )

Les deux facettes de Monsieur Bill
( Georges Rapin, lire " Les fantômes de Monsieur Bill " , d'Alexandre Mathis, 2009. )

Noces de sang
( Sur les amants diaboliques de Bourganeuf, voir le film de 1973 de Claude Chabrol - originaire de ce coin - avec Michel Piccoli ou la BD aux éditions De Borée dans la collection de BD sur des affaires criminelles. )

Portfolio :
Les images du crime
( En cours de revue, pas à la fin. )
( Images tirées du Petit Journal illustré et de l'Oeil de la police, journaux du début du 20ème siècle qu'on pourrait rapprocher des revues actuelles sur le crime et les faits divers, intéressants malgré leurs tendances à l'occasion antidreyfusardes ou nationalistes. )

Cahier spécial :
( En début de revue. )
Provence-Alpes-Côte d'Azur

Bouches-du-Rhône

L'incroyable destin du docteur Bougrat

Sarret, le génie du mal
( Voir le Trio diabolique, 1974, avec Michel Piccoli. )

Le dernier guillotiné
( Hamida Djandoubi, la dernière exécution en France, en 1977, à la prison des Baumettes de Marseille. )

Vaucluse

Fortunée : la Vénus de Gordes

Question de statistiques
( Sur l'application aléatoire de la peine de mort en France, son côté loterie, le cas Danvers en 1908-1909, les scrupules à l'époque du Président Armand Fallières, qui grâcia systématiquement tous les condamnés jusqu'à céder à l'opinion publique devant des cas de bandes de chauffeurs dans le Nord et le Midi. Retour sur le projet de loi de 1908 voulu par le garde des Sceaux Aristide Briand visant à abolir la peine de mort. Projet compromis par l'affaire Soleilland, violeur et meurtrier d'une fillette à Paris, grâcié par Fallières et envoyé au bagne de Guyane. Avec la conséquence à très long terme qu'on ne reparlera de l'abolition qu'en 1981 avec Robert Badinter, lointain successeur de Briand. )

Var

Barbecue tragique sur le plateau de Signes

Tommy Recco, archange de malheur
( Toujours en prison à l'heure actuelle malgré ses 81 ans sonnés, ses multiples demandes de libération et le fait admis par tous dont moi qu'il ne représente plus aucun danger. )

Alpes-de-Haute-Provence

Le massacre de Valensole

Alpes-Maritimes

L'homme qui n'aimait pas les femmes
( Henri Vidal, tueur en série de femmes moins connu que Landru, grâcié en 1903 par Emile Loubet. )

Coups de feu sur la promenade des Anglais

Cordialement

Claude LE NOCHER 01/08/2014 16:29

J'ai chroniqué un livre sur "Le dernier guillotiné", Hamida Djandoubi, en effet. Je connais bien le cas de M.Bill, fils de famille dévoyé, et évidemment de Marie Besnard ou d'Emile Buisson. J'ai autrefois lu un roman sur le Dr Bougrat (coll.N'avouez jamais, Presses de la Cité). Les chauffeurs de la Drôme ont été retenus par l'Histoire, mais il eurent quelques imitateurs ailleurs en France.
Les cas de "corbeaux" restent des affaires qu'il conviendrait de "creuser". Je ne sais si des études leur ont été consacrées. Je veux dire, des livres sérieux et documentés sur leurs motivations, leurs milieux sociaux, etc. Leur violence et leur méchanceté, aussi. Leur "évolution" aujourd'hui. Car je ne doute pas qu'existent encore de tels personnages. Amitiés.

Philippe 01/08/2014 12:13

Bonjour M. Le Nocher,

Un bandeau sur Google indique :

Il y a 215 naissait Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur.

Cordialement

Claude LE NOCHER 01/08/2014 16:17

La Comtesse de Ségur est enterrée au cimetière de Pluneret, près de Sainte-Anne d'Auray. Zénaïde Fleuriot est enterrée à Locmariaquer, à l'entrée du Golfe du Morbihan. Deux sépultures que j'ai vues bien souvent. Qui font quelque peu partie de ma propre histoire : la tombe de mon grand-père maternel était proche du monument funéraire de la comtesse. J'ai vécu près du manoir où Z.Fleuriot écrivit plusieurs de ses romans, et la tombe d'une aïeule est aussi proche de la sienne. Elle était très respectée localement, m'a-t-on dit, non pas considérée comme une "originale". Amitiés.

Philippe 01/08/2014 15:50

Où exactement est-elle enterrée ?
A propos de Zénaïde Fleuriot, la biographie de François Mauriac par Jean Lacouture que j'avais feuilletée autrefois racontait qu'enfant Mauriac avait Zénaïde Fleuriot parmi ses auteurs favoris, malgré disons-le le fait qu'on ait dans l'idée qu'elle était surtout lue par des filles.
J'ai vu le nom de Zénaïde Fleuriot dans des titres de la Bibliothèque Rose, présentation d'avant 1958, cartonnages rouges avec lettres dorées et parfois une jaquette en papier. En 1958, c'est la Nouvelle Bibliothèque Rose, livres à fond blanc et tranche rose avec le numéro que se voit attribuer le livre, et au dos le dessin en ombre chinoise d'un garçon et une fille sur un âne, et " imprimé à Coulommiers par Brodart et Taupin, ou Lienhart " .

Cordialement

Claude LE NOCHER 01/08/2014 15:28

Bonjour Philippe
Bien que la Comtesse de Ségur soit enterrée non loin de chez moi, j'avoue avoir une préférence pour Zénaïde Fleuriot. Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/