Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 04:55

L'Unité est une organisation qui, depuis les débuts de la 5e République, n'existe pas. Quel que soit le régime, son rôle est d'éradiquer ceux pouvant être nuisibles à la démocratie. Limiter le foutoir dans notre société en déséquilibre. Voilà trente ans que le sexagénaire Berthet est un des exécuteurs au service de l'occulte Unité. Souvent agissant seul, comme quand il élimina un trésorier-payeur-général du Bloc Patriotique. Parfois en trio avec Couthon et la redoutable Desmoulins, telle cette mission visant des personnages du Moyen-Orient. Supprimer des citoyens lambda, à l'occasion, ce qui est plus embarrassant pour Berthet. Les ordres viennent de Losey, qui n'a rien d'un simple bureaucrate de ministère, sans doute présent depuis les débuts de l'Unité. Quand il n'est pas en mission, Berthet privilégie la poésie et le bien-vivre, profitant d'une de ses multiples planques.

Alors qu'il séjourne à Lisbonne avec son amante noire, Amina, Berthet s'aperçoit qu'on veut l'assassiner, à son tour. Peu surprenant pour lui, car la modernisation de l'Unité est en cours. On aurait juste pu sélectionner des tueurs plus reluisants. Barbouzerie foireuse. S'il a été décidé de tuer Berthet, ce n'est pas tant une question d'âge ou parce qu'il en sait trop. Depuis une vingtaine d'années, en parallèle des opérations pour l'Unité, Berthet protège une gamine originaire d'un quartier modeste de Roubaix. Les plus mesquins l'ont cru pédophile, alors que ses sentiments sont purs. Berthet a senti le potentiel de la jeune fille, l'a accompagné sans se faire remarquer dans sa progression politique. Kardiatou Diop est désormais une politicienne incontournable, la secrétaire d’État préférée des Français. Raison de plus pour la protéger encore et toujours, au risque de se faire tuer à Lisbonne.

Compagnon de la prof Hélène Rieux, ancien enseignant lui-même, Martin Joubert est un pigiste de l'édition. Âgé de près de cinquante ans, il avoue un bilan déprimant. Même si son jeune ami et agent Alex Guivarch lui soutient le moral. Écrire des pornos pour mémés, publier des chroniques sur un site Internet extrêmement droitier, et maintenant se voir proposer la rédaction d'un livre destinés aux fachos, ça devient impossible. Refuser la toute dernière offre, c'est même se mettre en danger pour Alex et lui. Les nazillons Gruber et Delrio font appel à Stanko, le n°1 de la sécurité au Bloc Patriotique, pour dérouiller avec ses sbires ces récalcitrants.

C'est alors qu'intervient Berthet. Car Berthet a besoin de Martin Joubert. Il lui faut un écrivain pour raconter noir sur blanc toute la vérité sur l'Unité. Pour garantir la sécurité de Kardiatou Diop, tout en se protégeant lui-même, grâce à ses révélations. La très populaire secrétaire d’État est candidate à Brévin-les-Monts, face à la leader du Bloc Patriotique. Berthet sent que c'est un coup fourré de l'Unité, une manœuvre qui pourrait conduire à de sérieux ennuis pour Kardiatou. Après élimination de quelques skins, Berthet et Martin Joubert entrent en clandestinité, dans les parages de Brévin-les-Monts…

Jérôme Leroy : L'ange gardien (Série Noire, 2014)

Saint-John Perse (1887-1975), à la fois poète et diplomate, a écrit : “La démocratie, plus qu'aucun autre régime, exige l'exercice de l'autorité.” En effet, la stabilité politique se doit d'être encadrée par des institutions solides. Pas de méthodes répressives à l'exemple des dictatures, pas d'oligarchie élitaire concentrant les pouvoirs, la démocratie consiste à faire appliquer un respect des règles communes pour le bien de tous. Que reste-t-il donc de ce simple principe dans nos sociétés ? Sont-elles gangrenées par des réseaux occultes, par la propagande aujourd'hui appelée communication, par la parole décomplexée autorisant à insulter tout adversaire, par l'immédiateté interdisant de réfléchir plus loin ? Vaut-il mieux désigner une bourgade du Limousin comme repaire de terroriste, afin de faire oublier aux citoyens que nos supposés dirigeants de tous bords ne sont plus que des comptables ?

Non, Jérôme Leroy ne pose pas ces questions dans ce roman. Pourtant, elles sont là, juste derrière la carrière de tueur de Berthet, le quotidien déprimant de Martin Joubert, ou l'ascension politique de Kartadiou Diop. Le train de la démocratie a déraillé depuis longtemps, il cahote hors de la voie tracée, et nous faisons comme si tout allait bien. On veut croire à un renouveau, à une courageuse ministre de la Justice, à une Rama Yade ou une Najat Vallaud-Belkacem rayonnantes. Même si l'hystérie populiste gagne du terrain. Berthet est de ceux qui défendent cet espoir jusqu'au bout. Alors, ces officines secrètes genre l'Unité, ces think tank (ou laboratoires d'idées, c'est plus joli), ces économistes et politologues disant tout et son contraire, on s'en débarrasse quand ? Sans doute jamais, car “La démocratie exige l'exercice de l'autorité”. Jérôme Leroy illustre toutes ces failles de nos sociétés, ces errements et ces approximations. Et nous rappelle que, si la poésie n'a pas de valeur marchande, elle permet de se sentir quelquefois plus apaisés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pierre FAVEROLLE 20/09/2014 09:37

Salut Claude, n'ayant pas apprécié le précédent, j'hésite. Je vais peut-être essayer pour ne pas rester sur une appréciation moyenne. Dans Le bloc, j'ai trouvé le début très bon, mais c'est devenu très vite moyen ensuite. Amitiés

Claude LE NOCHER 20/09/2014 10:08

On est là dans un contexte très politique, mais cette fois, Jérôme Leroy développe peut-être davantage de poésie, via son héros Berthet, et son personnage de Joubert (l'écrivain) est assez attachant. A tester, si tu as le temps, quand même. Amitiés.

Philippe 17/09/2014 12:17

Bonjour M. Le Nocher,

Faut-il voir des clins d'oeil, des références dans les patronymes de certains personnages?
Camille et Lucile Desmoulins, révolutionnaires.
Georges Couthon, autre révolutionnaire moins connu.
Berthet comme Antoine Berthet, dont vous savez aussi bien que moi que son histoire en 1827 inspira Stendhal pour le personnage de Julien Sorel dans le " Rouge et le noir " , quoique Berthet était beaucoup moins sympathique que Julien Sorel.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Julien_Sorel#Antoine_Berthet

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Rouge_et_le_Noir#L.27affaire_Berthet

Saint-John Perse avait raison et ce qu'il disait ne peut être taxé de légèreté malgré le fait que lui-même était léger, doublement puisqu'il s'appelait Alexis de Saint-Léger Léger.

Losey comme Joseph Losey le cinéaste réalisateur notamment de Monsieur Klein ( 1976 ) avec Alain Delon ?

A propos d'histoire d'un adulte faussement suspecté de pratiques pédophiles alors que ses intentions envers l'enfant ou l'adolescent en question sont pures, protectrices.
Il me serait facile de citer " Les Risques du métier " ( 1967 ) avec Jacques Brel et Delphine Desyeux ( le petit rat de l'Opéra dans l' " Age heureux " , 1966, feuilleton réalisé par Philippe Agostini sur un scénario et un roman d'Odette Joyeux, mère de Claude Brasseur et elle-même petit rat dans son enfance ). Le film qu'on cite toujours quand on parle d'accusations de pédophilie - qui se révèlent justifiées ou non par la suite - contre un enseignant.
Donc je n'ai pas cité ce film !
Mais on pense moins à cet autre film rarement diffusé - je ne l'ai découvert qu'il y a 2 ou 3 ans sur France 2 tard le soir - : " Les Dimanches de Ville-d'Avray " .
Avec Hardy Krüger dont on se souvient surtour pour son rôle dans " Un Taxi pour Tobrouk " avec aussi Ventura, Aznavour, Maurice Ronet ( ou Biraud ).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Dimanches_de_Ville_d%27Avray

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Eschasseriaux

Incidemment - pour notre sujet d'aujourd'hui - " il est le fils du dramaturge Jacques Deval et le demi-frère du romancier Gérard de Villiers. "

Cordialement

Claude LE NOCHER 17/09/2014 16:11

Vous évoquiez le manoir de Limoëlou. Je vois qu'il a donné son nom à l'un des arrondissements de la ville de Québec, La Cité-Limoilou :
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cit%C3%A9-Limoilou
http://fr.wikipedia.org/wiki/Limoilou_(circonscription_provinciale)
Ce qui n'a rien d'étonnant en soi, nos ancêtres bretons ayant voyagé loin pendant des siècles.
Récemment, je lisais un avis d'obsèques (eh oui, nous z'autres provinciaux, nous les consultons toujours) concernant une famille de Belle-Île-en-Mer, où était aussi mentionnée le nom de Bangor. Jolie énigme car... Bangor est une des quatre communes de l'île, mais... c'est également une ville d'Irlande du Nord, qui semble donner son nom à Bangor dans le Maine (Etats-Unis)... A moins qu'il ne s'agisse d'une autre encore (dont une au Canada), dont voici la liste :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bangor
Sourions un peu : "L'amour du risque", avec une chanson de générique déjà navrante, fut, dans mon souvenir, une des plus médiocres série-télé de tous les temps (et pourtant, on a avalé des "nanars"). J'ai l'impression que ça brodait toujours sur le même scénario, avec verres de champagne à la fin.
Amitiés.

Philippe 17/09/2014 14:17

Rebonjour M. Le Nocher,

Oui, j'ai bien regardé Rothéneuf et Tarnac sur Wiki.
Je remarque au passage dans l'article sur Rothéneuf la phrase " le manoir de Limoëlou, demeure de Jacques Cartier, se trouve sur le point culminant de Rothéneuf. "
Je ne connaissais pas ce lieu Limoëlou, mais l'assonance avec le patronyme Limoëlan m'a frappé, de sorte que je me suis demandé si Limoëlan, l'un des participants à l'attentat de la rue Saint-Nicaise à Paris en 1800 contre le Premier Consul Napoléon Bonaparte, et le seul à avoir pu s'échapper en Amérique, les autres ayant été arrêtés, jugés et exécutés, pouvait être breton d'ascendance.
C'est oui, j'ai regardé :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Picot_de_Limo%C3%ABlan

http://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_de_la_rue_Saint-Nicaise

Je précise que j'avais bien compris que c'était vous et non pas Jérôme Leroy qui aviez pris l'initiative de citer Saint-John Perse.
La seule autre personne dont j'aie jamais entendu parler à se prénommer Saint-John ( et encore comme rappelé Saint-John Perse s'appelait plus classiquement Alexis ) est un personnage de fiction : Saint-John Hawke, le frère de Stringfellow Hawke ( Jan-Michael Vincent ) dans " Supercopter " , la série télé des années 1980 avec Ernest Borgnine dans le rôle de Dominic Santini. Saint-John, disparu pendant la guerre du Viêtnam, et qui sera ensuite le héros, une fois réapparu, d'une nouvelle saison de " Supercopter " après le départ de l'acteur Jan-Michael Vincent.
Je me souviens d'un poème de Saint-John Perse sur les " honneurs de la guerre " et les " horreurs de la guerre " .

A propos de Lisbonne, son statut de ville agréable et touristique a fait perdre de vue le fait qu'elle a été, l'une des rares grandes villes d'Europe dans ce cas, victime du terrible tremblement de terre de 1755 qui bien sûr causa de grandes pertes humaines et matérielles, mais aussi inspira nombre d'écrivains dont Voltaire en premier lieu.
Comme ont été sources d'inspiration l'incendie de Londres de 1666 après la peste de l'année précédente ( relire " Ambre " de Kathleen Windsor ( 1944 ) et revoir le merveilleux film de 1947 avec Linda Darnell - actrice morte tragiquement dans l'incendie d'une maison dans la vie en 1965 après avoir tenté de sauver une enfant sans savoir qu'elle était déjà dehors ), la peste à Marseille en 1720 - lire Marcel Pagnol - , l'incendie de Chicago en 1871 ( un film de 1938 avec Tyrone Power ) ou le tremblement de terre de San Francisco en 1906 ( film de 1936 avec Clark Gable et Spencer Tracy, le premier film catastrophe de l'Histoire du cinéma, sauf erreur ).

http://en.wikipedia.org/wiki/1906_San_Francisco_earthquake

Séisme qui a été photographié par Arnold Genthe.

http://en.wikipedia.org/wiki/Arnold_Genthe

Qui par ailleurs réalisa de nombreux portraits de personnalités de son époque, dont la poétesse Nora May French qui eut un destin tragique, se suicidant par le poison en 1907.
J'avais vu le site à elle consacré, avec ses poèmes puisque nous parlons aujourd'hui de poésie.

http://en.wikipedia.org/wiki/Nora_May_French

http://www.nora-may-french.org/

http://www.nora-may-french.org/poems/

Vous prendrez peut-être, ce que je ne fais pas tout de suite, le temps d'en lire quelques-uns.

En parlant de Spencer Tracy, peut-être avez-vous vu la " Neige en deuil " ( 1956 ) avec aussi Robert Wagner ( futur Jonathan Hart de la série " Pour l'amour du risque " ) , film américain qui a la particularité d'être l'adaptation du roman du Français d'origine russe Henri Troyat, situé dans la vallée de Chamonix.
Histoire à partir du réel accident du Malabar Princess en 1950, avion d'une compagnie indienne - l'Inde n'étant indépendante que depuis 1947 - .
Accident qui est aussi la source du film " Malabar Princess " ( 2003 environ ), situé de nos jours mais avec une référence à l'avion de 1950, avec le regretté Jacques Villeret dans l'un de ses derniers rôles.
Histoire dont parle également Françoise Rey ( l'auteur originaire de cette région, dont l'homonyme Françoise Rey écrit des romans érotiques ) dans son roman " Crash au Mont-Blanc " paru chez Glénat en 1991 mais réédité en 2013 chez Autour du Mont-Blanc, Françoise Rey étant alors son propre éditeur.

http://crash.mont-blanc.com/.

http://www.masse-fr.com/critiques/crash_rey.html

http://www.amazon.fr/gp/product/2954272090/ref=olp_product_details?ie=UTF8&me=

Cordialement

Claude LE NOCHER 17/09/2014 13:20

Bonjour Philippe
Ce qui est déplorable, quand on chronique un roman, c'est de ne pas pouvoir souligner certains détails. En effet, Leroy ne choisit pas ses noms de personnages au hasard. De même, il s'inspire de son propre cas, avec l'écrivain Martin Joubert. Celui-ci écrit des piges pour un site "Boulevard Atlantique" qui n'est autre qu'Atlantico, alors que Leroy écrit pour un autre du même genre, Causeur.fr. Il est question de la Bretagne dans ce roman. Berthet se réfugie à Rothéneuf (je vous laisse chercher où c'est). Encore plus étonnant, sa compagne Amina passe ordinairement ses vacances à Crac'h (idem), ce qui est à côté de chez moi. Par contre, je n'ignore pas que Lisbonne séduit tous ceux qui y ont séjourné.
C'est un facho qui traite Berthet de pédophile. S'il vous arrive d'aller sur certains forums (auxquels je ne ferai pas de publicité), vous verrez que les nazillons ont coutume d'utiliser les plus viles insultes (de ce genre) envers leurs opposants. C'est là que ça vole bas, très bas...
Jérôme Leroy ne cite pas Saint-John Perse. C'est moi qui me suis souvenu de cette formule sur la démocratie (qui a été assez facile à vérifier in extenso via Internet). Par contre, l'auteur évoque un village qui ressemble à s'y méprendre à Tarnac, en Limousin. Le roman est d'ailleurs dédié à Serge Quadruppani, qui est un sympathisant de cette communauté de Tarnac (entre autres).
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/