Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 04:50

Jacques Langlois, conseiller éditorial de cet album, le souligne : chaque fois que les héros d'Hergé doivent embarquer, ils filent « au port, en vitesse » comme le dit Tintin à Milou dans Le crabe aux pinces d'or. Le temps d'enfiler son imperméable, et voilà le reporter sur les quais, face au Karaboudjan. C'est que pour les Belges, le Littoral n'est jamais bien loin. Pourtant, quand Hergé s'apercevra qu'il vaut mieux illustrer un vrai port, c'est de celui de Saint-Nazaire qu'il va s'inspirer. Cette ville lui rend hommage depuis.

Tintin voyage seul avec Milou dans ses premières aventures, y compris sur le Normandie quand il quitte New York. La présence du capitaine Haddock va ajouter un supplément maritime aux tribulations du jeune reporter. C'est que ce personnage, qui ne dédaigne pas les alcools forts, est issu d'une lignée de marins, depuis le temps du navire La Licorne. Et dans le milieu de la mer, il n'est pas rare de croiser quelques spécimens de requins. Tel ce diable de Rastapopoulos.

Ce thème offrant l'occasion de se pencher sur des facettes variées ayant trait à la mer, le magazine Historia revisite les albums de Tintin en rapport avec le monde marin. De l'Île Noire à celle de l’Étoile mystérieuse, des yachts de luxe aux paquebots, des sous-marins aux radeaux proches de celui de La Méduse, les explorations du grand large se succèdent dans les aventures de Tintin.

Tintin et la mer – Historia hors-série octobre 2014

Parmi la quinzaine de chapitres spécifiques, chacun trouvera celui qui lui paraît le plus marquant. Munis de leurs sabres d'abordage, les corsaires ont toujours leurs admirateurs. Les équipages de Surcouf ou de Jean Bart ne sont pas des pirates, mais des agents mandatés par Colbert et le roi de France. Les chasses sous-marines au trésors, avec leurs improbables scaphandres d'antan, s'adressent aussi à notre imaginaire.

Un chapitre est dédié aux chants de marin, souvent chansons accompagnant le travail des équipages, mais aussi refrains fredonnés quand sont permises des pauses. À juste titre, un autre aborde l'alcoolisme chez les marins. Rhum, goutte, whisky, et breuvages variés coulent à flot dans cet univers, afin de compenser la dureté bien réelle du métier. Des auteurs de chansons tel Théodore Botrel (La Paimpolaise) ont même écrit des complaintes anti-alcooliques. Il faut lire ici les pages sur les “Abris du Marin”, homes qui éloignaient les hommes à terre des tentations (et pas seulement de la boisson).

La mer, ce sont aussi les superstitions. Non sans logique, lorsqu'il s'agit des lapins, qui risquaient de dégrader les navires en bois. Monstres marins, spectres et sirènes ont alimenté les légendes. Sans doute la technique a-t-elle modifié l'état d'esprit, la sécurité. En particulier grâce à la TSF, basé sur le télégraphe, avant que n'apparaissent des liaisons radio directes. Des progrès dont Tintin va évidemment faire usage.

Des encarts plus courts évoquent des objets-phares, tels la barre d'un navire, le transat d'un paquebot, la malle au trésor, etc. Au chapitre dédié aux naufrages, nous trouvons le portrait d'un marin entré dans l'Histoire, le commandant Smith, celui du Titanic. On peut lui préférer celui de Jack Phillips, l'officier qui lança le SOS alors que commençait à couler ce paquebot. D'autres points de la tradition maritime sont également mis ainsi en valeur.

Îles, cargos, yachts, paquebots, sous-marins, autant de chapitres reliés à des extraits des aventures de Tintin. À titre personnel, ce sont les pages consacrées aux hydravions qui m'ont attiré. S'ils ont connu un beau développement dans la première moitié du vingtième siècle, ils sont rapidement abandonnés après-guerre. Les célèbres Canadairs restent les seuls avions de ce type. Les lecteurs de Tintin découvrant ces appareils à partir des années 1960 ou 1970 ne pouvaient qu'être intrigués par ces engins. Si pratiques, à en juger par les rapides manœuvres présentées dans les albums.

Ce hors-série d'Historia s'avère riche et passionnant. On le trouve en kiosque depuis le 2 octobre, et en librairie à partir du 15 octobre 2014.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 11/10/2014 14:24

Bonjour M. Le Nocher,

Donc il ne sera en librairie que le 15 octobre, je ne l'ai en effet pas encore vu hier chez mon libraire. Mais cette visite m'a permis de voir et d'acquérir un autre livre :

Tintin : les secrets dévoilés
Jean-Marc et Randy Lofficier
Editions Pages Ouvertes

Faîtes un brin de recherche sur le Net pour trouver le synopsis, ce que je ne fais pas pour l'instant.
Cet ouvrage analyse en détail chaque album ( y compris l'Alph'Art avec la référence à l'escroc Fernand Legros ) en s'étendant sur les sources, les influences, autour de l'album, les oeuvres littéraires et cinématographiques ayant inspiré Hergé, les adaptations de Tintin.
La même démarche, mais un style, un ton dfférents, par rapport au célèbre " Dossier Tintin " de Frédéric Soumois ( Jacques Antoine, 1987, sans l'Alph'art ), épuisé en neuf depuis longtemps et très cher d'occasion, que j'ai la chance d'avoir.

Cordialement

Claude LE NOCHER 11/10/2014 18:16

Rivière Blanche est un "miroir inversé" du Fleuve Noir, non ? Je crois que l'essentiel des titres entre dans une catégorie entre "Angoisse" et "Anticipation", deux mythiques collections du Fleuve Noir d'autrefois.
C'est avec "Rue des boutiques obscures" que j'ai découvert Patrick Modiano... que j'ai lâché en cours de lecture. Pas du tout mon univers, tout simplement, quelles que soient les qualités d'écriture.
Quant à Corinne Luchaire, fille de bonne famille, certes fragile, mais ses compromissions restent difficiles à pardonner, malgré sa propre complexité.
Amitiés.

Philippe 11/10/2014 17:07

Et quelle est la tendance de la collection Rivière Blanche ?
Polar, littérature blanche ou autre ?
A propos de littérature blanche, bien sûr vous savez que Patrick Modiano vient d'avoir le Nobel de littérature. Mais aviez-vous lu qu'il s'était intéréssé jeune à l'histoire de l'actrice Corinne Luchaire dont il a été question entre nous à un moment ?
C'est dit ici :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Corinne_Luchaire

Cordialement

Claude LE NOCHER 11/10/2014 16:22

Bonjour Philippe
Je connaissais de nom J.M.Lofficier pour la collection Rivière Blanche, dont il est un des créateurs. Je vois que le couple Jean-Marc et Randy Lofficier sont de sacrés graphomanes, cela dit sans ironie aucune. Il est certain que l'universel personnage de Tintin inspire beaucoup. Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/