Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 05:55

En ce 11 novembre 1968, New York commémore le cinquantenaire de l'Armistice de 1918, dans la joie. “Altman lui-même avait du mal à croire que cette date était arrivée pour de bon. Cinquante années avaient passé depuis la fin de la Grande Guerre, et les prédictions improbables de quelques optimistes à tout crin s'étaient avérées justes.” Âgé de soixante-quinze ans, Franklin Altman est un bibliophile érudit. Ce marchand de livres anciens s'est spécialisé dans les ouvrages et manuscrits datant d'après la guerre de 1914-1918, époque où son pays d'origine était au bord de l'effondrement économique et social.

Prénommé à sa naissance Ziegfried, Altman appartenait à une famille berlinoise aisée. Il fit de brillantes études, avant de participer au conflit mondial. Il ne fut pas un combattant, ayant été affecté aux services de renseignement à Berlin, où sa maîtrise de l'anglais était sûrement utile. Malgré la défaite, les agents furent décorés par le Kaiser. Altman quitta sa famille fortunée installée en Autriche peu après, direction l'Angleterre puis les États-Unis. En expert, il collectionna les livres publiés en cette période trouble d'après-guerre. Il lui arrive, comme en ce jour symbolique, de donner des conférences en public.

Parmi les lecteurs venus écouter son exposé dans cette librairie, il y a un petit homme qui semble vouloir le rencontrer ensuite. Âgé de soixante-dix-neuf ans, l'individu à l'air d'un pauvre diable, à “la silhouette spectrale, pâle comme un fantôme”, vêtu modestement et peu à l'aise pour s'adresser à Altman. Il s'agit d'un ancien condisciple, qui fréquenta la Realschule de Linz en ce temps-là. L'individu falot, usé par la vie, n'en garde pas d'aussi bons souvenirs que ceux d'Altman, dont un oncle enseignait l'anglais dans l'établissement. Le bibliophile l'invite à dîner dans un snack voisin, où il a ses habitudes.

L'homme fut soldat sur le terrain durant le conflit. Il en conserve une certaine amertume. Il vit mourir des amis, des fermiers bavarois comme lui. Son après-guerre fut nettement moins doré que celui de Franklin Altman. Outre le sentiment de trahison, il vécut dans la misère, avant de quitter l'Allemagne. Il fut docker, sur les quais de Brooklyn. Rien d'aussi prestigieux que le métier de son ex-condisciple. Néanmoins, il a écrit un livre, une sorte d'autobiographie sur son expérience de l'époque, contenant un épisode marquant pour lui. Un manuscrit qui est resté inédit depuis bientôt cinquante ans…

Thomas H.Cook : Le secret des tranchées (Ombres Noires, 2014)

Thomas H.Cook s'est imposé parmi les meilleurs écrivains américains grâce aux suspenses très personnels dont il est l'auteur. La construction des intrigues et la psychologie y sont toujours d'une finesse exceptionnelle. Ici, c'est une nouvelle de soixante-dix pages qu'il propose aux lecteurs. Elle s'inscrit dans un contexte historique, sur fond de guerre. “C'est surtout l'histoire de deux hommes, dont aucun ne comprend l'Histoire avec un grand H, et à la fin du récit, aucun des deux ne la perçoit mieux qu'au début” explique Thomas H.Cook dans l'interview qui suit le texte.

Rencontre entre deux expatriés allemands, où l'un affiche une arrogance élitiste, où l'autre garde en lui une sourde rancune. Le temps qui passe peut aveugler ceux qui se pensent supérieurs, il n'efface rien quand on se sait victime. Un texte plus court que d'ordinaire, qui se lit avec autant de plaisir que les autres œuvres de Thomas H.Cook.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe 02/11/2014 15:12

Rien à voir, mais sauriez-vous quel est le substantif pour désigner la manie d'avoir des objets en double ?
Je me pose parfois la question.

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/11/2014 06:37

Salut Serge
Oui, des auteurs chevronnés et des textes courts, ainsi qu'une petite interview de ces écrivains, ce qui ne gâte rien, bonne initiative d'Ombres Noires. Avec récemment des nouvelles de John Connolly et Thomas H.Cook, ce qui fait notre bonheur, aucun doute.
Il reste effectivement des livres de Thomas H.Cook à traduire. Entre sa parution chez Série Noire puis chez l'Archipel et maintenant chez Seuil, certains romans ont été ignorés. A mon avis, "Lola Faye" était prévu pour l'Archipel, et se retrouve en inédit chez Points : il eut été grandement dommage de sauter ce petit chef d'œuvre. On ne se lasse jamais de lire ses livres.
Amitiés.

Serge 31 02/11/2014 23:13

Salut Claude.
Il va falloir que je me penche sur cette collection qui prend l'heureuse habitude de proposer des textes courts d'auteurs accomplis: outre Cook, A. Perry, C.J. Box, J. Connolly... Et comme j'adore nouvelles et novellas... Pour les admirateurs de Cook (comme je les comprends), il y a encore une bonne quinzaine d'inédits à traduire!...
Amitiés.

Claude LE NOCHER 02/11/2014 16:39

On pourrait nommer ça la "duplimanie", cher Philippe.

Philippe 02/11/2014 14:23

Bonjour M. Le Nocher, Pierre, Max,

Je ne sais ce qui m'y fait penser, puisque le scénario est différent, mais cette histoire m'évoque " Inconnu à cette adresse " de Katherine Kressmann Taylor, paru en 1938 et longtemps plus publié avant de l'être à nouveau il y a quelques années dont une édition en Livre de Poche Jeunesse.

Cordialement

Claude LE NOCHER 02/11/2014 16:35

Cher Philippe
Sans vouloir vous contredire, cette nouvelle m'apparait très éloignée du roman que vous citez. L'Allemagne en est l'unique point commun. D'autant que les deux héros, ici, ne sont pas proches. Amitiés.

Max 02/11/2014 09:32

Bonjour Claude,
Madison, Faye, Carr....je suis en train de prendre un sacré retard avec Cook, un de mes auteurs préférés ! Vivement la retraite que je puisse lire encore plus (et voir plus de films, et écouter plus de musique, et faire plus de promenade avec mon chien).
Amitiés,
Max

Claude LE NOCHER 02/11/2014 09:41

La retraite, plus on s'en rapproche, plus on nous en éloigne, cher Max ! (prenons ça avec le sourire)
Les romans de Thomas H.Cook ont, pour moi, quelque chose de fascinant par leur humanité, et même d'hypnotique grâce à leur style (même si le mot est galvaudé). Un grand écrivain, c'est certain. Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 02/11/2014 08:38

Fichtre Claude, je viens à peine de finir La dernière conversation avec Lola Faye qu'il va falloir que j'achète celui ci ! On est fan ou on ne l'est pas ! Amitiés

Claude LE NOCHER 02/11/2014 08:44

Autre facette de Thomas H.Cook, mon cher Pierre, mais il me tardait de lire cette nouvelle d'un de nos auteurs préférés (ça sort le 6 novembre). "Lola Faye" et "Sandrine Madison" ont encore démontré cette année sont immense talent. Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/