Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 05:55

Jeudi 21 décembre, quatre jours avant Noël, il neige sur l'agglomération d'Isola. Cotton Hawes et Steve Carella, inspecteurs du 87e district, sont appelés à l'immeuble Harborview. Mme Marian Esposito a été mortellement poignardée sur le trottoir devant le bâtiment. En parallèle, dans l'appartement 304, on trouve le cadavre du quinquagénaire Gregory Craig, lardé de dix-neuf coups de couteaux fatals. Sa compagne Hillary Scott a alerté la police. Sosie de l'épouse de Steve Carella, elle est medium. Bien que la sécurité de l'immeuble soit stricte, le lieu du crime a été fouillé, laissant un grand désordre. On s'apercevra que trois cent dollars ont été volés, et surtout pour 83.000 dollars de bijoux. Même si Hillary ne croit pas au simple cambrioleur, la police ne peut que retenir le vol.

Gregory Craig était l'auteur du best-seller “Ombres mortelles”, histoire de fantômes qui prétendait s'inspirer de faits vécus. Sa fille Abigail n'était pas en bons termes avec son père. Ses parents ont divorcé trois ans plus tôt, peu avant le décès par noyade de sa mère dans le Massachusetts. Étrange mort pour une ex-championne de natation. Les “visions” d'Hillary sont moins utiles que le témoignage du gardien de l'immeuble. Ce jeudi-là vers dix-sept heures, Craig a reçu la visite d'un certain Daniel Corbett. Ce dernier est directeur littéraire chez l'éditeur de “Ombres mortelles”. Recevant Steve Carella et Cotton Hawes, il leur fournit un alibi, une coucherie avec une collègue, qui sera bientôt confirmé. Selon lui, l'écriture du futur livre de Gregory Claig s'avérait plus que laborieuse.

La mort de Marian Esposito semble une affaire connexe. Si son mari Warren Esposito est furieux que l'enquête néglige ce décès, la police apprend finalement que cet homme fut violent avec son épouse. Un élément qui a son importance ? L'alibi du mari, présent dans un bar à l'heure dite, pourrait bien être vérifiée. Hillary a une sœur jumelle, Denise, autre sosie de Teddy Carella. Sachant que l'inspecteur a aussi des jumeaux, les coïncidences abondent. Au lendemain de Noël, c'est Daniel Corbett qui est assassiné chez lui, poignardé comme Mme Esposito et Gregory Craig. Selon sa voisine aigrie, il fréquentait beaucoup d'homosexuels. Alex Harrod, ami Noir de Corbett, confirme qu'était prévu un trio sexuel avec les deux hommes et l'amante actuelle du défunt directeur d'éditions.

Bientôt, c'est Denise Scott qui est agressée dans la rue. Nul doute qu'on l'ait confondue avec sa sœur Hillary. Accompagné de la medium, Steve Carella se rend à Hampstead dans le Massachusetts. Les dossiers ne permettent pas d'en avoir le cœur net sur la noyade de Stephanie Craig. Hillary Scott et Carella sont bloqués là par la tempête de neige. Ce qui offre au policier l'occasion d'en savoir plus sur “Ombres mortelles”. C'est le 29 décembre qu'on pourra enfin arrêter l'assassin…

Ed McBain : Un poulet chez les spectres (Série Noire, 1981)

Ce roman fut traduit par Rosine Fitzgerald en 1981, puis fut publiée une réédition revue et augmentée par Pierre de Laubier en 1999. Il s'agit une enquête typique du commissariat du 87e. C'est principalement Steve Carella qui mène les investigations. D'ailleurs, on va entrevoir son épouse sourde et muette, leur maison de Riverhead, leur gouvernante Fanny Knowles, avec des allusions à leurs enfants. Malgré tout, c'est le travail d'une équipe de policiers qui importe dans cette série, plus que les cas individuels : “Ça explique donc pourquoi Carella se prenait pour le héros du drame… Il ne lui venait même pas à l'idée que Hawes pouvait aussi se prendre pour un héros.” Par ailleurs, l'inspecteur Meyer Meyer est aussi obligé d'assurer son service le jour de Noël et d'Hanouka, tombant à la même date.

Roman d'enquête, bien sûr. Pourtant, rien à voir avec la traditionnelle galerie de suspects, chère à beaucoup de romans d'énigme. Il faudra plus de deux cent pages pour s'assurer du nom du coupable présumé. Ce qui prime, ce sont les progrès des policiers dans une ambiance neigeuse afin de déterminer les circonstances précises des trois meurtres, peut-être quatre. Sans oublier l'origine de l'affaire criminelle. Même dans le Massachusetts, non loin de Salem et de ses sorcières, le cartésien Steve Carella n'est pas obligé de croire aux fantômes (“Ghosts”, titre original). Un très bon exemple des affaires traitées par le 87e.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le Papou 26/12/2014 16:36

suite et fin
quelques jours. Je note celui-là en espérant le trouver quelque part.
Bonne année 2015
Le Papou

Claude LE NOCHER 26/12/2014 17:16

Joyeuses Fêtes et Meilleurs Vœux pour 2015, ami Papou !
Entrer dans l'univers du 87e, côtoyer son équipe d'enquêteurs, c'est un grand plaisir dont il ne faut pas se priver. Je pense que "Un poulet chez les spectres" étant paru en deux versions, on doit pouvoir le retrouver, plutôt en livre d'occasion, bien sûr.
Amitiés.

Le Papou 26/12/2014 16:35

Bonjour Claude,
J'ai rencontré Ed McBain grâce à Tonton Paul et j'ai lu les 6 premiers, l'un après l'autre, en q

Philippe 18/12/2014 00:05

Rebonjour M. Le Nocher, M. Faverolle, Max,

Sans doute l'avez-vous mentionné dans une précédente chronique d'un autre livre d'Ed McBain que je ne recherche pas ici, mais il y a eu le film - de Philippe Labro je crois à l'époque où il lui arrivait d'être réalisateur - " Sans mobile apparent " , avec Jean-Louis Trintignant dans le rôle de l'inspecteur Carella. Dans les années 1975 ou 1980. L'histoire était située en France, plutôt dans le Sud me semble-t-il.
Ce n'est que longtemps après avoir vu ce film dans mon enfance que j'ai appris que Carella était une création d'un auteur américain, Ed McBain.

Cordialement

Claude LE NOCHER 18/12/2014 06:30

Bonjour Philippe
"Sans mobile apparent" s'inspire de "Ten plus one" d'Ed McBain. Ce film de 1971 fut adapté par Labro, Jacques Lanzmann et Evan Hunter (Ed McBain). Steve Carella devient Stéphane Carella, pas trop éloigné en prénoms. Nice, où se place l'action du film, n'est pas Isola - ville où il neige souvent dans les romans. L'excellent Trintignant est-il un "bon" Carella ? Sûrement, mais sans le charme du 87e.
Amitiés.

Philippe 18/12/2014 00:33

J'ajoute bien que cela soit prévisible que dans ce film puisque situé en France Carella ne se prénomme bien sûr pas Steve, mais soit a un prénom français soit n'a pas de prénom s'appelant alors l'inspecteur Carella.

Max 17/12/2014 22:49

Bonsoir Claude,
Ed McBain, un de mes auteurs préférés, bien que ses derniers bouquins aient été de moins bonne qualité. J'ai lu tous les "Série noire" et les "Un mystère"Carella, Meyer Meyer, Bert Kling, Arthur Brown, Cotton Hawes et sa mèche blanche séquelle d'un coup de couteau, autant de noms qui me sont familiers comme le sont ceux des inspecteurs du Yard dans les œuvres de Conan Doyle ou les acolytes de Maigret. Quelle plaisir de les retrouver à chaque fois, plus ou moins sur le devant de la scène.
Même s'il n'a pas inventé le police procedural, McBain a grandement contribué à le populariser de par chez nous.
D'autres excellents bouquins sous ses différents pseudos : Marsten, Cannon, Hunter...
Hillary Waugh est également remarquable dans ce domaine avec sa série des Fred Fellows.
Amicalement,
Max

Claude LE NOCHER 18/12/2014 06:23

Bonjour Max
Charles Williams, Chester Himes et Ed McBain, c'est le trio de mes auteurs préférés dans la Série Noire (ce qui n'en exclut pas quelques autres, bien sûr). Le 87e, c'est incontournable pour les amateurs de polars, je le répète. Le côté "groupe d'enquêteurs" donne à la plupart de ces titres l'aspect familier que tu évoques, ainsi qu'une notion d'intemporel : ils font leur job dans cette ville d'Isola malgré les années qui passent, même si la nature des crimes évolue avec la modernité. Ajoutons que, parfois, ces flics apparaissent tels des ombres : je crois que c'est dans "Entre deux chaises" que le personnage hésite à les contacter. Car il faut bien avouer qu'Ed McBain sut varier les intrigues et leur présentation.
Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 17/12/2014 21:21

Salut Claude, ce qui est amusant, c'est que j'ai acheté l'intégrale de 87ème district de chez Omnibus ... et je n'en ai lu aucun. Il va quand même falloir que je m'y mette. Je tenais aussi à te remercier de nous donner ces chroniques de romans plus anciens qui valent autant le coup que certaines nouveautés. Amitiés

Claude LE NOCHER 18/12/2014 06:11

Salut Pierre
Ed McBain et le 87e sont des incontournables du polar, j'y reviens dans ma réponde ci-dessous à Max...
Pour cette série de 4 "Série Noire", je me suis fait un grand plaisir en les relisant. Un "retour aux fondamentaux", en somme. Justement le 4e titre, aujourd'hui, montre que certains thèmes ou décors n'ont pas été exploités que par des auteurs actuels. Revenir à ces polars plus anciens, que ça fait du bien. Amitiés.

Philippe 17/12/2014 14:19

Bonjour M. Le Nocher,

Rappelons qu'il est admis dans le monde du polar et celui des séries télé que c'est Ed McBain avec ses chroniques du 87ème District qui a créé et lancé la vague des histoires à structure dite " modulaire " .
C'est à dire qu'au lieu du schéma du roman d'énigme classique genre " whodunit " avec un crime unique commis et un enquêteur qui recherche le coupable, on assiste à plusieurs affaires, de gravité variable, qui se juxtaposent, et soit resteront distinctes soit se croiseront. Traitées par les mêmes enquêteurs ou par d'autres, au sein du même commissariat, district ( precinct ), brigade, unité,etc.
Avec des éléments de la vie privée des enquêteurs, leur passé, famille, amis, entourage.
A la télé, c'est surtout la série policière des années 1980 Hill Street Blues ( située dans la grande ville imaginaire de Metropolis mais tournée à Chicago ) qui est créditée comme pionnière des séries à structure modulaire.
Rappelons qu'il a été observé depuis longtemps que le titre français " Capitaine Furillo " avait été mal choisi, puisque - comme on peut le dire pour l'inspecteur Carella et le 87ème District - la série se veut englobante en s'intéressant à tous les membres du commissariat, le capitaine Frank Furillo ( interprété par Daniel J. Travanti ) étant le personnage prédominant certes.

Cordialement

Claude LE NOCHER 17/12/2014 18:16

Comme vous le savez, cher Philippe, nous sommes sur une "plateforme" gérée par la société (toulousaine) Over-Blog. Qui ne demande au blogueurs que de payer et de ne pas récriminer. Ils viennent de changer un "outil d'administration", donc personne n'est surpris qu'un ou deux modules soient défaillants (ici, en anglais) Je viens de voir, en bas sur la droite, que "Suivez-moi" était aussi devenu "Follow us". Peut-être devrons-nous un jour apprendre le swahili, le persan, ou l'argot du Montana pour animer nos blogs.
Toujours sous la pression de "l'hébergeur" Over-Blog, je suis passé cet été en mode Premium. Pour être franc, j'avais prévu de le faire cette année. Ce qui permet de raccourcir le nom d'accès au site, quand on le tape. Encore qu'il soit plus simple de l'avoir dans ses favoris, fonction toujours existante sur les ordinateurs.
Cela dit, outre pas mal d'habitués comme vous, bon nombre de "visiteurs" arrivent via des liens : soit ceux de Google quand ils ont demandé une info sur un roman ou un auteur, par exemple ; soit ceux de quelques amis me citant parfois sur leurs murs Facebook ; soit encore par Tweeter ou via le réseau Google+ (G+ sur la gauche au pied des articles) où je transmets mon actualité. Le plus important est que l'audience reste à peu près stable. Sur ce point, c'est vraiment très satisfaisant.
Amitiés.

Philippe 17/12/2014 17:48

Par ailleurs, j'ai remarqué qu'aujourd'hui et à la différence de d'habitude, sur votre blog les messages relatifs aux commentaires sont en anglais.
Quand on a écrit et qu'on clique pour publier un commentaire, apparaît la phrase " Your comment has been published " au lieu de " Votre commentaire a été publié " .
" Reply " au lieu de " Répondre " .
Et, au moment où l'on voit un commentaire, c'est en anglais qu'est indiqué il y a combien de temps qu'il a été publié, par exemple " 3 hours ago " ici.
Est-ce-vous, M. Le Nocher, ou est-ce l'hébergeur qui a opéré cette modification ?
Va-t-il en être ainsi désormais, ou bien à partir de demain ou d'un autre jour ces phrases seront-elles à nouveau en français ?

Vous n'en avez jamais parlé, mais comme tout le monde qui visite votre blog je pense, j'ai remarqué que depuis quelques mois, il s'appelle www.action-suspense.com et non plus www.action-suspense.over-blog.com
Ce qui est mieux je trouve car plus facile à retenir et à taper sur un clavier.

Cordialement

Claude LE NOCHER 17/12/2014 16:11

Je ne saurais mieux expliquer les choses, cher Philippe.
Si Steve Carella apparaît plus "présent" dans l'univers du 87e, c'est qu'Ed McBain a davantage développé sa vie familiale. Alors que Cotton Hawes est plus valorisé sur sa stricte compétence professionnelle, que la religion de Meyer Meyer intervient dans le sujet, etc. En effet, Hill Street Blues a été la première série s'inspirant de cette méthode narrative. Avec sa très belle musique du générique :
https://www.youtube.com/watch?v=2rUYZpNh1P4
ou l'intégralité du thème :
https://www.youtube.com/watch?v=Je2fGzKiqRM
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/