Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 05:55

Parmi les polars disponibles en format poche dès ce mois de janvier 2015, en voici deux qu'il faut absolument retenir.

Zygmunt Miloszewski : "Les impliqués" (Pocket, 2015)

Varsovie, juin 2005. Magistrat âgé d'environ trente-cinq ans, Teodore Szacki a déjà les cheveux blancs. Il est marié depuis dix ans à Weronika, conseillère juridique employée à l'hôtel de ville, et passionnée de football. Ils ont une fille de sept ans, Hela. Teodore Szacki n'est, en tant que procureur, qu'un des modestes rouages de la justice polonaise. Avec son ami policier Oleg, ils se complètent fort bien. Les dossiers ne manquent pas, dont beaucoup en attente de CSS, classement sans suite. Il parvient parfois à en relancer un, tel le viol et le meurtre d'une ado disparue, dont le cadavre fut enterrée dans une cour d'école. L'affaire sera semi-élucidée. Dans un autre cas, face à une meurtrière ayant tué son mari non sans raison, le procureur Szacki ne retiendra qu'un crime accidentel.

Le docteur Cesary Rudzki a organisé durant le week-end un exercice thérapeutique pour quatre de ses patients, louant des locaux à l'église de la Vierge Marie de Czestochowa. Le dimanche matin, le cadavre d'Henryk Telak est découvert, tué d'un coup de broche à rôtir dans l'œil. Une affaire à sensation, sur laquelle la belle journaliste Monika voudrait obtenir des détails. Bien que mari fidèle, Szacki s'avoue désirer une relation intime avec Monika. Selon le premier rapport d'Oleg, le psy Rudzki ferait un bon suspect. Szacki interroge les patients, la prof Hanna, la comptable Barbara, et Ebi Kaim. Le docteur Rudzki explique au procureur la méthode utilisée pour cette thérapie, des jeux de rôles très intenses. Henryk Telak était le cas principal, ce week-end. Car l'ambiance familiale de la victime est assez mortifère. Jadwiga Telak, l'épouse de la victime, confirme. Le fils de quatorze ans, malade en sursis, est également interrogé. Sur son dictaphone, Henryk Telak enregistra entre autres un message d'adieu...

Bien que l'énigme soit le moteur de ce premier roman de Zygmunt Miloszewski traduit chez nous, on trouve ici bien d'autres aspects passionnants. D'abord, à travers la personnalité du procureur. Il sait que sa fonction est sans prestige, exigeant pourtant un discernement humaniste. Outre qu'il a d'autres dossiers en cours, on le voit troublé à la fois par cette curieuse thérapie qui entraîna un meurtre, et aussi par sa relation avec une journaliste. Dans un cas criminel, le doute habite toute personne sensée : le portrait nuancé de ce magistrat enquêteur s'avère très réussi. Ce qui distingue un roman noir, c'est son contexte. Nous sommes ici dans la Pologne postcommuniste, une quinzaine d'années après l'avènement de la démocratie. À travers le métier de Weronika, l'épouse du héros, on constate que des lourdeurs administratives restent présentes. Le procureur gagne correctement sa vie, mais semble attentif à ne pas gaspiller d'argent… Voilà un suspense noir qui ne possède que des atouts très favorables.

Polars poche 2015 : Zygmunt Miloszewski (Pocket) - Walter Mosley (Babel Noir)

Walter Mosley : "Les griffes du passé" (Babel Noir, 2015)

Âgé de cinquante-quatre ans, Leonid McGill a longtemps participé au plus sales activités de la vie new-yorkaise. Ce Noir encore athlétique, boxeur amateur, a tourné la page en devenant détective privé. Ses relations avec les flics restent diverses. À son égard, la policière Bonilla fait preuve d’empathie, mais l’inspecteur Kitteridge espère toujours le coincer pour ses méfaits passés. Quant au capitaine Charbon, c’est l’adversaire le plus dangereux du détective. Côté familial, pas brillant non plus pour McGill. Son épouse Katrina et lui sont aussi infidèles l’un que l’autre. McGill reste obsédé par la belle métis Aura Ullman. Elle l’a quitté pour le directeur financier gérant l’immeuble prestigieux où il a ses bureaux.

Sur le conseil de son fils, le détective engage la toute jeune Mardi Bitterman. Celle-ci ayant déjà connu de lourdes épreuves, elle va se montrer une secrétaire efficace. McGill connaît des contrariétés avec ses garçons. Twill, le fils très débrouillard de Katrina, et Dimitri, l’ombrageux fils de McGill, se sont entichés de filles de l’Est. Ils ont disparu avec elles, restant vaguement en contact. Katrina s’inquiète à juste titre. Pas sorcier d’imaginer que ces trop jolies filles appartiennent à un réseaux mafieux. En l’occurrence, celui d’un slave nommé Gustav. Si McGill ne craint guère les sbires de ce type retors, une explication invoquant une erreur ne suffit pas à régler la situation. Alphonse Rinaldo, conseiller spécial de la ville de New York, est en réalité un caïd mafieux auquel McGill ne peut refuser aucun service. Sans s’expliquer, Rinaldo exige que le détective retrouve et protège Angélique Tara Lear. C’est d’abord sur un double meurtre que tombe McGill. Une certaine Wanda Soa, fille de riches parents brésiliens, a été assassinée avec violence. Son meurtrier, un inconnu, est également mort dans la même pièce. Les flics étant sur l’affaire, ils posent d’embarrassantes questions à McGill. L'affaire s'annonce pleine de coups tordus...

Après “Le vertige de la chute”, la deuxième aventure de Leonid McGill, aussi excitante que la première. De plus en plus foisonnante, même. Le fil conducteur étant l’enquête autour d’Angie, le détective utilise ruse et force pour progresser. L’univers de McGill est bien loin d’investigations linéaires, ponctuées de quelques effets et de révélations soudaines. Son expérience s’est construite sur des erreurs, il le sait trop bien. Si son existence est encore plus compliquée que pour la moyenne des new-yorkais, McGill s’en accommode. Il se souvient chaque jour des leçons que lui inculqua son père idéaliste. Son principal enseignement étant, sans doute, qu’il faut toujours trouver un moyen de se sortir des situations périlleuses. C’est un pur bonheur de suivre les nouvelles tribulations de Leonid McGill, véritable héros humaniste de roman noir.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Yv 20/01/2015 16:07

Salut Claude, je viens d'apprendre que Les impliqués avaient une suite, chouette, je la lirai sûrement
Amicalement,

Claude LE NOCHER 20/01/2015 16:23

Salut Yves
Je n'ai pas encore eu le temps de découvrir "Un fond de vérité" de Zygmunt Miłoszewski, mais la 2e aventure de Teodore Szacki doit être intéressante, elle aussi. Amitiés.

maneval 19/01/2015 22:42

Toujours un bonheur, Walter Mosley

Claude LE NOCHER 20/01/2015 06:50

Je suis fan absolu de Walter Mosley, mon cher Eric. De vraies histoires de détectives, excitantes à souhaits. Amitiés.

Philippe 18/01/2015 17:26

Bonjour M. Le Nocher,

Regardez cette photo et lisez le commentaire.

http://rarehistoricalphotos.com/john-f-kennedy-campaigns-rural-west-virginia-precariously-perched-high-chair-deliver-speech-1960/

Je crois avoir déjà mentionné et recommandé ce site www.rarehistoricalphotos.com qui, s'il ne propose guère qu'une nouvelle photo chaque mois, est extrêmement intéressant.

Cordialement

Claude LE NOCHER 18/01/2015 18:28

J'ai vérifié du côté de la Confiserie des Hautes-Vosges, mais il me semblait bien qu'ils ne faisaient pas ce produit :
http://www.cdhv.fr/

Il semble que les non-fumeurs aient, là encore, perverti la Loi Evin :
"La recommandation du Conseil de l’union Européenne du 2 décembre 2002 relative à la prévention du tabagisme prône l’interdiction de la vente de confiseries et de jouets destinées aux enfants avec la nette intention de donner un produit et/ou à son emballage l’apparence d’un type de produit au tabac. De plus , l’article 16 de la convention cadre de l’OMS propose d’interdire la fabrication et la vente de ces produits"
Moi qui, bien que fumeur, ai été un partisan de la toute première version de la Loi Evin, je déplore la bêtise de nos politiques qui ont cédé aux ayatollahs dictatoriaux de l'anti-tabagisme, dont les arguties sont du terrorisme intellectuel. Par contre, on favorise l'industrie du chocolat, aliment dont les vertus sont fort relatives.
Amitiés.

Philippe 18/01/2015 18:06

Oui, et vous voyez qu'il est indiqué que des enfants pouvaient librement apparaître en public avec des pistolets-jouets, à eau ou à amorces. Les tragédies liées aux armes à feu et les questions de sécurité n'étaient pas encore ce qu'elles sont devenues.
Dans " Le Clan des Siciliens " ( 1969 ) d'Henri Verneuil, avec Gabin, Delon, Ventura, dans une scène Gabin rencontre son vieil ami pas vu depuis 37 ans qui va le conseiller pour le braquage de bijoux à réaliser, et un jeune garçon les braque avec son revolver-jouet. L'ami de Gabin lui dit " Comme ça ! ( tenir le pistolet le bras tendu, loin des yeux ) , jamais comme ça ( le garçon le tenait près de son visage, la gâchette juste devant les yeux ).

A propos, M. Le Nocher, vous auriez un site à m'indiquer pour m'acheter des boîtes de cigarettes en chocolat ?
Je ne fume pas, mais j'ai eu autrefois le plaisir de déguster des cigarettes ( ou des pièces ) en chocolat. Qui semblent avoir disparu du commerce, du moins dans les boutiques physiques, sans doute effet corollaire de la lutte contre le tabagisme, les cigarettes en chocolat pour enfants n'étant plus très bien vues.

Je ne plaisante pas vraiment, si vous ou quelqu'un d'autre me montrait un site commercial où acheter des cigarettes en chocolat, je le ferais.

Cordialement

Claude LE NOCHER 18/01/2015 17:50

Bonjour Philippe
Il est impressionnant de constater la simplicité de cet instantané de campagne électorale. D'autant que, souffrant en permanence du dos, Kennedy ne devait pas être si à l'aise debout sur ce siège-escabeau.
Sans être un nostalgique obsessionnel genre "c'était mieux avant", je dois dire que la simplicité qui régnait jadis était bien agréable. Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 18/01/2015 08:53

Salut Claude, devant un tel billet, j'ai honte ! je les ai en grand format et je ne les ai pas encore ouvert ! Pour la peine, je m'enferme toute cet après midi pour lire ! Saine punition ! Amitiés

Claude LE NOCHER 18/01/2015 09:03

Salut Pierre
Deux tonalités différentes, bien sûr, mais surtout deux héros dégageant une forme d'humanisme très attachante : voilà pourquoi j'ai plaisir à présenter ces deux titres ensemble, désormais dispos en poches.
Comme dit le proverbe : "Dimanche pluvieux, dimanche lectureux !" Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/