Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 04:55

Recueil de cinq nouvelles de Carlos Salem

"Japonais grillés" : Dans un bistrot madrilène où se dégustent des spécialités espagnoles, un sexagénaire et un professeur plus jeune que lui discutent tout en buvant et en mangeant. Le plus âgé semble content de fêter son anniversaire avec cet enseignant inconnu. Il lui fait des confidences sur sa vie. Il est vrai que le sexagénaire exerce le métier de tueur à gages, le meilleur de son Entreprise. Il pense bientôt raccrocher pour laisser la place à son protégé, Juan, compétent pour lui succéder. Ce genre de projet suscite des jalousies, dans cet univers-là comme n'importe où ailleurs. Il est conscient que son supérieur hiérarchique a cherché à piéger Juan, en lui confiant une mission plus compliquée que prévu. Tuer un ancien mafieux russe reconverti homme d'affaires sérieux en plein jour sur la Plaza Mayor, c'est pourtant faisable. À condition de ne pas y croiser une troupe de touristes japonais venus admirer Madrid. Contre des témoins gênants, le sexagénaire est obligé d'utiliser les grands moyens, de faire place nette pour que la carrière de Juan ne soit pas entravée…

"Petits paquets" : Dirigé par “le mec à la Ferrari”, cet atelier clandestin de conditionnement de boîtes en tous genres emploie les laissés-pour-compte de la crise économique, ne leur versant qu'un faible salaire. Poe est l'un d'entre eux, malhabile avec les machines, mais doué pour le montage des paquets. Il ne fraternise guère avec ses compagnons d'atelier, sauf avec l'Artiste. Question de sensibilité en commun, très certainement. L'ex-étudiant en architecture est un créatif. Une fois, il amène son ami Poe voir la fresque qu'il a dessinée sur la face cachée d'un pont, celle qu'on ne voit que depuis le coin occupé par des clodos. Bien qu'elle ne soit pas terminée, l'œuvre est déjà remarquable. “Le mec à la Ferrari” va utiliser les talents de l'Artiste. Poe ne va pas du tout aimer ce qui se produit ensuite…

"Comme voyagent les nuages" : Poe est amoureux de Lola, la serveuse du bar, à la démarche féline. C'est même sa façon sexuelle de se déplacer qui trouble tant Poe. La nuit précédente, Lola n'était pas de service. Ils auraient pu franchir une étape plus intime. Mais Lola n'a pas ouvert, quand Poe a sonné chez elle avec insistance. Au bar, ce soir, se trouve un quadragénaire suicidaire, qui leur raconte sa fumeuse histoire. Le royaume secret du métro ? Des gens qui y disparaissent ? Le suicidaire dit avoir surveillé tout ça, sans vraie explication. Pas même pour la mort suspecte de Publio, le joueur de bandonéon…

"Des marguerites dans les flaques" : Le commissaire Salgado a été un bon flic, encore qu'il ait pu se montrer brutal. À la veille de la retraite, il a été rétrogradé après une nouvelle bavure, perdant son titre de commissaire. Problèmes personnels et, surtout, abus d'alcool résument sa vie. Pendant un temps, il est resté d'allure digne, mais le déclin est vite venu. Au bar d'Ulises, qu'il fréquente depuis longtemps, il raconte au patron cette enquête qu'il veut mener malgré tout, sur le meurtre de la jeune prostituée métisse Jazmine. Parce que ça ressemble à la mort de sa propre fille, Margarita…

Carlos Salem : Japonais grillés (Éd.In-8, 2015)

"Mais c'est toi qu'elle aimait le plus" : Cortés et Poe ont été amoureux de la même femme, Olga. Celle-ci a préféré épouser le riche Vincente. Ces derniers temps, Olga se sent en danger. Elle a reçu des messages anonymes menaçants. Elle se méfie de son mari, dont les finances ont été affaiblies par la crise. Il semble vouloir la supprimer pour toucher une assurance-vie. Olga s'est confiée à Cortés, qui parvient à convaincre Poe de la protéger à son domicile à elle. Il y a urgence : le contrat d'assurance expire dès le lendemain. Toute la nuit, Olga et ses deux ex-soupirants attendent de pied ferme l'éventuel assassin…

Comme ses suspenses, pleins d'inventivité et de fantaisie, les nouvelles de Carlos Salem sont d'une écriture maligne et rigoureuse. Bars de nuit et autres bistrots servant de décors, vous pensez qu'il va se contenter de décrire des alcoolos malmenés par le destin ? Malgré l'ambiance et les boissons fortes, ses héros ont les idées bien plus lucides qu'il y paraît. Ils sont capables d'éclairer la noirceur en faisant des étincelles, ces types-là. Et au final, ils savent nous surprendre, bien sûr. Dans ces textes plus courts, on retrouve avec grand plaisir l'humour des romans de Carlos Salem. Un auteur qui offre toujours le meilleur, afin de ne jamais décevoir ses lecteurs.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs Polar_2015
commenter cet article

commentaires

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/