Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 05:55

La nuit, même en prison, il y a toujours un moyen de prendre son pied. S'envoyer en l'air, mais pas en se faisant sauter par un codétenu : “Vous sortiriez bien de vos cellules me la mettre profond… Hein, les hommes ! Pas pédés, les gars, mais là vous me casseriez bien les fesses ! Je vous fracasserais la gueule, quitte à me faire détruire la mienne.” Non, pour la jouissance, il vaut mieux compter sur Erika. Si l'on est tant soit peu inspiré, si on sait la caresser même quand elle est toute froide au début, le bonheur ne tarde pas à monter. Si on a du doigté, elle réagit en se faisant entendre : “Le bruit infernal de ta jouissance, Erika, se démultiplie de cellule en cellule, de numéro d'écrou en numéro d'écrou.” Après 22 heures, ça excite évidemment les autres taulards, tant de liberté sonore.

Pourtant, c'est juste en souvenir de son pote Raymond, qu'il se sent la force de chanter en chœur avec sa belle Erika. Ils sont moins hermétiques à son art, les prisonniers, quand ils ont besoin de ses services pour écrire un courrier au juge, au procureur, à l'avocat, à leur famille, à leur femme probablement infidèle pendant leur incarcération. Dans ces cas-là, c'est bien lui et son Erika qui doivent se substituer à leur inculture de minables voyous. Moquez-vous de l'Écrivain, les gars !

Il n'empêche que ça dérange ces messieurs les détenus, ça perturbe le sommeil de ces braves prisonniers. Alors, on réclame le maton, qu'il aille chercher ses clés pour faire taire les délires orgiaques et nocturnes du copain d'Erika. On requiert même l'intervention du directeur de l’Établissement Pénitentiaire. Direction le mitard, le cachot pour une traversée de quarante jours. Ça cogite dans la tête pendant ce genre de villégiature. De quoi virer dingue aussi à fantasmer, si on a le moral à zéro. Lui, de penser à son défunt pote Raymond et à sa douce Erika qui l'attend, ça lui apporte une certaine dose d'évasion…

Hafed Benotman : Erika (Éd.du Horsain, 2015)

Le cœur d'Abdel Hafed Benotman a lâché le 20 février 2015, il avait cinquante-quatre ans. Apatride, braqueur récidiviste plusieurs fois condamné, son dernier séjour en prison s'est terminé en 2007. Pourtant, l'autre vie d'Hafed Benotman, depuis bon nombre d'années déjà, c'était l'écriture. Théâtre, nouvelles, romans et poésie, il exprima sa force créatrice par tous les moyens. Ces dernières temps, l'échange avec des scolaires et diverses animations l'ont rendu très heureux, avec la satisfaction de partager ses passions.

Hafed, ex-taulard réglo et rebelle, ne s'est jamais pris pour un intellectuel : “Quand un connard de socio me dit que la lecture et l'écriture avaient dû me permettre de m'évader de ma dure condition d'enfermé… Je ferme ma gueule. Ces cons d'intellos ne savent vraiment pas la vraie beauté risquée d'une évasion. La liberté ou la mort, loin, très loin de leur littérature thérapeutique” écrit-il dans cette nouvelle, publiée post-mortem. Un texte à découvrir, à lire (et à relire, afin de savourer) pour soi ou à haute voix. D'ailleurs, Hafed avait fait de cette nouvelle une lecture-spectacle. Voilà comment celles et ceux qui ont connu l'écrivain Abdel Hafed Benotman se souviendront de lui, et même si l'on n'a pas eu cette chance de le côtoyer, il faut lire des textes tels que celui-ci.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs Polar_2015
commenter cet article

commentaires

Laurence Warot 27/03/2015 11:56

Je reviens sur la soirée autour du livre " Erika" d'Hafed. Croyez bien que je l'aimais énormément Hafed. Mais ce qui me gêne dans la vidéo sur youtube, c'est qu'à aucun moment on ne voit ni n'entend les musiciens superbes qui ponctuaient ses textes. J'ai pris une vidéo ce soir là et je me demande si je dois ou non la mettre sur youtube, ?!

Claude LE NOCHER 27/03/2015 17:03

Bonjour Laurence
Il est vrai que la vidéo de cette lecture-spectacle vue sur YouTube...
https://www.youtube.com/watch?v=nAQXnIKQedw
... ne met pas assez en valeur la prestation, c'est dommage.
Si vous disposez d'une meilleure version, ce serait une bonne idée. Amitiés.

La Petite Souris 25/03/2015 20:09

bonsoir Claude ! Désolé je ne passe pas trop depuis quelques temps, mais côté boulot je suis tellement overbooké que je suis obligé de profiter des rares moments de loisirs pour me reposer. mais d'ici deux trois semaines les choses devraient s'arranger. Bon, je ne suis pas là pour parler de moi mais de cet auteur, ce type que je devine en te lisant toi et quelques autres comme étant un gars hors pair, qui brandissait sa rage de vivre en étendard. Un bonhomme que je vais continuer à découvrir malgré tout. Malheureusement il me restera comme un sentiment de rendez vous manqué. Figure toi qu'une année j'ai animé une table ronde avec des auteurs. Il devait en être et puis finalement il n'avait pu faire le déplacement. Quel dommage ! j'aurai sans doute eu un énorme plaisir à l'écouter parler, lui ce conteur, tant on m'a rapporté qu'il avait toujours beaucoup de choses à raconter. Dommage, mille fois dommage ! Amitiés

Claude LE NOCHER 25/03/2015 20:48

Salut Bruno,
La photo d'illustration, c'était il y déjà six ans sous le chapiteau de Rue des Livres, à Rennes. On a très vite sympathisé. Par la suite, on s'est souvent croisés, plusieurs fois à Lamballe et à Penmarch, une fois à Mauves-sur-Loire... Hafed n'était pas un revanchard, il assumait tout, mais ne s'en vantait pas. Il suffisait de comprendre qu'il avait eu besoin de l'excitation du grand banditisme. Mais les rencontres avec le public, les scolaires, les potes auteurs, c 'était devenu important aussi, peut-être primordial.
Il exploitait des images vécues, souvent. Je me souviens qu'il avait écrit une nouvelle pour un recueil du Festival de Lamballe. Il m'a expliqué que l'idée lui était juste venue dans le train du retour vers Paris, en observant autour de lui. Je te recommande "Coco" illustré par Laurence Biberfeld, c'est un bonheur d'inventivité.
Je n'étais pas un "proche" d'Hafed (qui l'était vraiment ?), mais c'était un copain, et il me manque déjà. Amitiés.

Laurence Warot 25/03/2015 18:41

J'ai eu la chance d'assister au spectacle , invitée par Hafed, c'était magnifique!

Claude LE NOCHER 25/03/2015 20:03

Bonsoir Laurence
Hafed était bourré de talent, et j'insiste sur le mot "créatif". Il est déjà gravé dans nos mémoires. J'enrage qu'il soit pari si tôt. Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/