Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 05:55

On l'a collé pour vingt ans en prison. C'est mérité, puisqu'il a effectivement poignardé Julian McBridge. Si on n'avait pas asséché l'étang où il avait jeté le cadavre, il serait passé entre les mailles du filet. Pas de chance, mais vaut mieux qu'il le prenne comme ça vient. Détenu modèle, pour espérer une remise de peine bien relative ? Il accepte de peindre des jouets en bois, à l'atelier de la prison. C'est joli, et ça occupe. Par ailleurs, il a des séances avec un psy. Ça donne une image rédemptrice, sans doute. Sauf qu'il invente un tas de trucs bidons à raconter au psy. De quelle famille lui parlerait-il, vu qu'il n'en a jamais eu aucune ? Et puis, il y a Whitney Harrison, la brave visiteuse de prison. C'est elle qui lui met en tête des projets d'évasion, qui lui fait parvenir un Glock17. De quoi devenir un peu plus agressif envers les gardiens, quand on possède un pareil joujou.

Et puis, c'est le miracle inattendu. À l'autopsie du corps de McBridge, on s'aperçoit “que c'était une balle du fusil d'Iggy, mon meilleur pote, qui avait tué, pas mon coup de couteau. Il s'était dénoncé sans qu'on lui demande...” Et Iggy s'est suicidé en cellule trois jours plus tard. Le voilà donc libre, sans trop de fric, mais il réussit à en gagner un peu afin de retourner chez lui. Il retrouve sa maison dégradée, envahie par les rats. Il dispose de temps pour nettoyer et retaper tout ça. Il contacte aussi deux filles qui étaient copines avec Iggy, Rose et Emilou. S'il a vaguement fantasmé sur le cul parfait de Mary, joueuse de badminton, ils pourraient former un petit couple avec Rose. Un problème a régler, quand même : le cadavre de Brett Lindegren, qu'il a trouvé enterré dans son jardin. Ce notable est certainement une autre victime de son pote Iggy. Il faut s'en débarrasser.

Sa sexualité plutôt en berne est requinquée par la belle Beth. Mais voilà qu'un quatuor de tordus vient lui réclamer le butin d'un casse qu'ils ont accompli avec Iggy. Il ignore tout, se doutant bien que ces gugusses reviendront à la charge. En réalité, le fric était planqué dans le bateau qu'il a vendu à celui qu'il surnomme Big Jim. Ensemble, ils immergent le butin dans le lac d'à côté de chez Big Jim. Cet inconnu en Harley portant une toque à la Davy Crocket, qui rôdait dans le coin, c'est Pete, le frère d'Iggy. Il vit peinard avec la jolie Liza et leur bébé. Pete lui raconte les circonstances exactes de la mort de McBridge, dont il fut le témoin.

Beth a été agressée avec violence par les quatre complices, qui s'attaquent de nouveau à lui. Intervient un rouquin, qui était gardien à la prison, un nommé Bob, ami de Whitney Harrison. Ils vont lui offrir un refuge avec eux dans une caravane déglinguée. Est-ce que tout peut vraiment rentrer dans l'ordre, afin qu'il passe des soirées tranquilles au club des environs, entouré de Big Jim, Beth (qui s'est rétablie), Peter, et Rose ? Ce serait surprenant. Certes, les complices d'Iggy sont éliminés petit à petit. S'il apprend la vérité sur McBridge et Lindegren, qui furent quand même de vrais salopards, il n'est pas encore arrivé au bout de son chemin semé d'embûches…

Jacques Bablon : Trait bleu (Éd.Jigal, 2015)

Si Jacques Bablon avait étiré la même histoire sur quatre cent pages, au lieu de cent-cinquante, il n'aurait pas obtenu l'effet recherché. Car il s'agit ici d'un roman d'action qui mise sur la vitesse, sur un tempo vif, sur un rythme soutenu. L'identité du héros narrateur, on s'en fiche. C'est un de ces types largués qui pullulent, en Amérique ou ailleurs dans le monde. Un gars fataliste, puisque la vie ne lui a jamais fait de cadeau, et qu'il faut bien s'accommoder d'une existence chaotique. Il va prendre des coups ? C'est dans l'ordre des choses. Pas grand monde de fiable, parmi les personnes qu'il croise après sa sortie de prison ? Considérant sa marginalité, c'est également normal.

L'auteur utilise une tonalité narrative imagée carrément séduisante : “Pete était mal luné, ou tout comme. Il est resté sans voix quand il m'a vu dans mon cadre de vie. Ça faisait penser à l'enfer. Pas que le feu ou ma balafre sanguinolente. Caravane bouffée par la rouille entourée de buissons d'épines, cochon noir au milieu d'un champ de boue et de merde, et cerise sur le gâteau, John-Fitzgerald le zombi. Un choc quand on le voyait pour la première fois…” Dans la grande tradition du noir polar, le récit est percutant. C'est le plus bel atout de ce suspense mouvementé, digne de déjà figurer parmi les meilleurs suspenses de l'année.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Yv 04/03/2015 07:55

Salut Claude
Et oui, quelle force ce roman, je suis encore sous l& surprise d'avoir lu un roman court et tellement plein d'aventures que je me demande s'il n'en faisait pas deux fois plus. Une belle langue qui colle à l'histoire. Enfin, que du bon
Amicalement,

Claude LE NOCHER 04/03/2015 15:50

Salut Dom
Envoie-moi un mot sur mon adresse mail pour préciser la période où tu viendras explorer le sous-continent breton.
Amitiés.

holdiessssss 04/03/2015 13:56

bon et bien let's play, je vais me le faire, sur ton conseil, je vais le placer dans ma liste à lire rapidos, et j'aime bien cet éditeur en sus
A bientôt pour de vrai ^^, je vais pas tarder à paser dans le coin, si tu es par là tu fais signe

Claude LE NOCHER 04/03/2015 08:02

Belle surprise oui, mon cher Yves. Comme tu l'écris de ton côté, un roman "jouissif" par son tempo et la multiplication d'aventures. Je confirme encore et encore, un des meilleurs titres lus cette année. Amitiés.

Marine 03/03/2015 19:28

Bonsoir Claude,

C'est une bien belle chronique que tu nous as fait là !
Personnellement, je n'irai pas jusqu'à le classer parmi "les meilleurs suspens de l'année" et je n'ai pas été aussi enthousiaste que toi à la lecture de cet ouvrage mais on peut toutefois le recommander. Ca c'est certain !
Amitiés

Claude LE NOCHER 03/03/2015 20:05

Bonsoir Marine
D'un point de vue stylistique, l'auteur a visiblement "cadré" son récit tel qu'il le souhaitait, voilà ce qui en fait (selon moi) un des meilleurs titres sur la trentaine que j'ai lus depuis le début d'année. A la différence d'un Coup de cœur, toujours plus subjectif, c'est la technique (le tempo maitrisé) qui est remarquable. Amitiés.

Philippe 03/03/2015 17:03

Rebonjour M. Le Nocher,

Tout en sachant que les émissions de ce genre - je ne dirai pas de téléréalité puisque l'un des intervenants assure que ce n'en est pas, mais un jeu de séduction à la télé - ne sont pas votre tasse de thé, voyez cet article sur une nouvelle émission diffusée à partir de ce soir sur D8.

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/tele-realite/85759/d8-deshabille-les-candidats-de-telerealite.html?a1=DOL-1727353&a3=77-3545094&a4=DOL-1727353-77-3545094

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/03/2015 17:26

Bonjour Philippe
Jusqu'où ira-t-on dans le racolage et la connerie télévisuelle ? Oh ben, c'est juste un "jeu de séduction", genre "Tournez manège" justifie le directeur des programmes. Non, c'est vraiment prendre le public pour des gogos. "Cerveaux disponibles", disait en son temps Patrick Le Lay. On finirait par considérer son propos comme de la franchise. Et puisque tout le monde veut son "quart d'heure de notoriété" cher à Andy Warhol, allons-y gaiement. D'ailleurs, en bien plus soft, quand on voit certains candidat(e)s participant à "N'oubliez pas les paroles" avec Nagui, qui ne connaissent pas trois chansons françaises, on se dit que la démarche n'est pas différente : un instant de gloriole, "vu(e) à la télé". Amitiés.

Philippe 03/03/2015 12:39

Bonjour M. Le Nocher,

En matière de réforme carcérale, voyez cet article de dimanche :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/03/01/01016-20150301ARTFIG00002-violences-carcerales-un-module-respectteste-a-la-prison-de-mont-de-marsan.php?a1=DOL-1727353&a3=77-3545094&a4=DOL-1727353-77-3545094

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/03/2015 13:01

Bonjour Philippe
La plupart de nos concitoyens pensent que les détenus sont tous des malfaiteurs récidivistes dangereux. C'est exact dans un certain nombre de cas. C'est faux pour la plupart des incarcérés. Il a été démontré par des gens bien plus savants que moi, qu'il n'y a qu'une manière de remédier au problème carcéral, à la violence que ça engendre, aux dérapages religieux aussi : l'activité. Ne pas exclure à 100% de la "vraie vie" les détenus, ça commence par des contacts avec des intervenants extérieurs (choisis, on en d'accord) et par une dose de "liberté" entre les murs. Ce que fait le Prix Intra-Muros du Festival polar de Cognac, par exemple. Et peut-être par des secteurs où les prisonniers bénéficient d'une ambiance "calme". Vu comment la France est épinglée sur la question carcérale, il y a intérêt à remédier aux problèmes.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/