Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 07:20

Qui est Pauline Dubuisson ? Un jeune femme de vingt-six ans, devenue une criminelle ? Son parcours n'est pas si simple, bien évidemment. Élevée dans une famille de notables de Dunkerque où elle vit le jour en 1927, Pauline Dubuisson possède un fort caractère dès le plus jeune âge. Elle n'a que treize ou quatorze ans quand elle commence à avoir des amants. Intelligente, elle est engagée en 1944 à l'hôpital allemand de Dunkerque. Ce qui lui vaudra de sérieux ennuis à la Libération, pour elle comme pour sa famille.

Après-guerre, Pauline fait ses études à la faculté de médecine de Lille. Là encore, la jeune femme collectionne les aventures sexuelles. C'est à cette époque qu'elle rencontre Félix Bailly. Cet étudiant tombe vite amoureux d'elle, mais rien ne montre que la réciproque soit vraie. Relation déséquilibrée, sans nul doute. Pendant plusieurs années, Pauline domine Félix, n'hésitant jamais à le tromper, à le rendre malheureux. Félix finit par comprendre la situation impossible. C'est la rupture, il quitte Lille pour étudier à Paris. Bientôt, il va plus sereinement trouver l'amour auprès de Monique, se fiançant en vue d'un mariage.

Pour Pauline, c'est une défaite inacceptable. Elle tente de renouer avec Félix, mais c'est un échec. Elle devient dépressive, essaie de se suicider, puis acquiert une arme à feu. Une dernière fois, Pauline ruse afin de revoir son ancien amant. Selon la version de Pauline, sa nouvelle tentative de suicide se transforme en accident, causant la mort de Félix. Ce qui sera contredit par la reconstitution des faits, des témoins ayant bien entendu des coups de feu peu après que les deux jeunes gens se soient trouvés ensemble. La psychologie de Pauline est complexe, et il est avéré que son comportement fut souvent malsain, pervers. Elle sera condamnée, mais subsistera un doute…

Serge Jacquemard : L'affaire Pauline Dubuisson (Fleuve Noir, 1993)

C'est en romancier que Serge Jacquemard retrace dans ce livre de la collection Crime Story l'histoire de Pauline Dubuisson (libérée en 1959 après six ans de prison, décédée en 1963). Il appuie sur certains effets, privilégiant le drame au mélo, prenant plutôt le parti de l'héroïne meurtrière de cette affaire. Néanmoins, on perçoit les questions liées à cette époque (l’Épuration, en particulier) ainsi qu'au milieu bourgeois auquel appartenait Pauline Dubuisson. Une jeune femme libre de ses instincts sexuels, le cas n'était peut-être pas si rare, mais on ne l'affichait pas sans complexe comme elle. Pour l'auteur, l'essentiel consiste à décrire tout cela grâce à une narration fluide, très vivante… Ce livre publié en 1993 est à nouveau disponible en version numérique depuis 2014, chez French Pulp.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story
commenter cet article

commentaires

Antoine 27/08/2016 14:36

Bonjour Claude,
je n'ai rien lu de Serge Jacquemard, qui fut apparemment un pilier du Fleuve Noir en son temps. Vu l'abondance de sa production, il y a forcement du bon et du moins bon dans son oeuvre, je suppose. Auriez-vous un titre de lui a suggerer en particulier pour le decouvrir? Certains de ses livres ont des titres assez trash, je me demande s'ils en refletent le contenu!
Merci de votre reponse si vous pouvez m'eclairer.

Claude LE NOCHER 27/08/2016 15:59

Bonjour
Oui, Serge Jacquemard fut très productif pour diverses collections du Fleuve Noir. La plupart de ses romans sont assez trash, oui, entre violence et sexe (pas seulement allusif). Je ne sais trop quels titres conseiller. Sans doute ses deux premiers, "Qu'allais-tu faire à Dallas ?" et "La Maffia à Paris", d'abord parus en grands format (1973) puis réédités en poche début des années 1980. Je crois me souvenir que "Carnage pour un dieu du ring" était plutôt réussi, aussi. Dans la collection Flics de Choc, "Piège pour fugueuses" était assez exemplaire de son style de roman d'action pétaradant, me semble-t-il. Toute cette série fait beaucoup appel à la perversité, on l'aura compris. Dans la coll. Crime Story, outre "L'affaire Pauline Dubuisson", on peut aussi lire son livre sur "La bande Bonny-Lafont". Je n'ai pas lu celui qu'il a consacré à Ted Bundy, mais peut-être également ? Ses "Espionnage", je n'en ai lu aucun.
J'espère que ces quelques indications pourront vous aider à choisir.
Amitiés.

Philippe 30/05/2015 15:39

Sur Amazon.fr ( je connaîs les réserves de beaucoup d'entre nous envers Amazon et autres sites de ce genre, mais ici il s'agit de voir les commentaires par des particuliers à propos de livres ou films qu'ils ont lus ou vus, ce qui s'apparente à des chroniques ), j'invite à regarder les commentaires sur ce film.
Le sujet exact du film, c'est l'accouchement sans douleur.

http://www.amazon.fr/Le-cas-du-docteur-Laurent/dp/B000BU9P32/ref=cm_cr_pr_product_top

Le meilleur commentaire, par Hervé " Horne " , contient la phrase : " Le film est dédié aux pionniers de la méthode psychoprophylactique d'accouchement sans douleur pratiqué pour la première fois en France en 1952 à la maternité des métallurgistes à Paris. "

C'est Rififille, dans un autre commentaire, qui dit ce qui m'était resté en tête : " Ce film n'est pas très connu, ma mère qui était placeuse au cinéma à l'époque de ce film ne le connaissait pas. "

Cordialement

Claude LE NOCHER 30/05/2015 17:28

En effet, "Le cas du Docteur Laurent" n'est pas le film le plus célèbre de Gabin, loin s'en faut. On ne serait pas surpris que l''Ordre des Médecins, ultra conservateur à l'époque, ait utilisé certains blocages. Peut-être auprès de l'Office catholique, qui donnait son jugement (le mot n'est pas trop fort) sur les films en ce temps-là. Ils en ont "censuré" (en disant "déconseillé") un grand nombre, ces culs-bénis. Souvenons-nous d'ailleurs que, jusqu'aux années 1980, certains catholiques extrêmes du milieu médical ont voulu empêcher des avortements (mettant en danger la vie des patientes). Tolérance et religion ne vont pas toujours de pair, nous le savons.
Amitiés.

Philippe 30/05/2015 15:26

Bonjour M. Le Nocher,

Si vous n'étiez en effet pas né à l'époque des faits - 1951 environ pour la mort de Félix Bailly - , moi encore moins.
Je me doute bien que si vous n'abordez pas les points suivants dans votre chronique, c'est que vous laissez le soin au lecteur de les découvrir sur Wikipédia ou autre, s'il ne les connaît pas déjà. Il ne m'échappe pas que dans une chronique vous soulignez ce qui mérite de l'être à vos yeux, mais que ce n'est pas un résumé et n'a pas vocation à parler de tout.
Ceci posé, et l'affaire Pauline Dubuisson ayant parfois été évoquée sur AS, rappelons que les ennuis qu'eut Pauline Dubuisson à la Libération, que vous évoquez, inclurent le fait d'être tondue publiquement. Et peut-être violée, je ne sais plus. Son père fut aussi agressé.
Bien que l'histoire de Pauline ait inspiré le film " La Vérité " ( 1960 ) d'Henri-Georges Clouzot, avec Brigitte Bardot, qui fut un succès commercial, cet épisode de l'Epuration est absent de ce film.
A propos du procès en 1953, les commentateurs relevèrent la sévérité affichée par le président Jadin de la cour d'assises et l'avocat général Raymond Lindon ( de la famille de l'acteur Vincent Lindon, au passage ). Alors qu'un an plus tôt, ces mêmes magistrats avaient fait preuve de mansuétude envers Yvette Chevalier, pour des faits comparables - crime passionnel - en ce qu'il lui était reproché d'avoir tué son mari le ministre ou ex-ministre Pierre Chevalier ( ou Chevallier ).
Pauline Dubuisson quitta la France après sa sortie de prison pour s'établir à Essaouira ( anciennement Mogador ) au Maroc indépendant depuis seulement quelques années. Elle changea de prénom, se faisant appeler Andrée Dubuisson, à la fois pour qu'on ne fasse pas le rapprochement avec l'affaire - Dubuisson étant par ailleurs un patronyme assez courant dans le Nord de la France - et car son père se prénommait André. Elle trouva un semblant de bonheur, formant un couple avec un ingénieur, français comme elle, plus jeune qu'elle. Mais, sans que ce résultat ne soit recherché nécessairement, la sortie en 1960 du film de Clouzot fit reparler dans les médias de l'affaire Pauline Dubuisson que le public n'avait plus guère en tête. On chercha à savoir ce que Pauline était devenue. La presse la localisa au Maroc, et le jeune ingénieur apprit le passé de sa compagne. Je ne me souviens pas positivement d'avoir lu qu'il eut manifesté son intention de la quitter, mais c'est Pauline qui prit les devants en se suicidant un jour de 1963. Donc pas tout de suite après le film, remarquons-le.
Plusieurs ouvrages ont été consacrés à Pauline Dubuisson, avant et après celui de Serge Jacquemard ( je l'ai ) que vous chroniquez, M. Le Nocher. Je ne les ai pas en tête, il suffit de chercher sur Internet. Mais je voudrais indiquer que le plus récent est un album de BD, que j'ai quelque part. Aux éditions de Borée ou autre, en tout cas dans l'une de ces collections sur des affaires criminelles réelles qui existent chez plusieurs éditeurs de BD.

M. Le Nocher, là je m'écarte. Mais comme vous parlez d'une personne de votre famille dans cette génération dans le milieu médical, cela me donne l'occasion de citer un film peu connu bien qu'avec Jean Gabin : " Le Cas du docteur Laurent .
Peu connu, j'avais lu un commentaire d'une spectatrice à propos du DVD de ce film, où elle disait que sa mère, qui travaillait pourtant en plus de son métier principal comme ouvreuse dans un cinéma, dans les années 1950 donc à l'époque de la sortie de ce film, ne le connaissait cependant pas.
Dans ce film, Gabin joue un rôle qui se démarque de ses rôles habituels, un médecin, assez âgé, mais en avance sur son temps, qui aide des femmes en situation de détresse. Ce qui lui vaudra de comparaître devant le Conseil de l'Ordre des Médecins, sa façon de pratiquer la médecine étant peu orthodoxe pour l'époque. Il en sortira blanchi.

Cordialement

Claude LE NOCHER 30/05/2015 17:20

Bonjour Philippe
Je laisse surtout aux lecteurs le soin de découvrir ce livre, plutôt que des sources Internet parfois relatives. Par exemple, l'épisode "Epuration" de Pauline Dubuisson resté imprécis. Il est évident qu'un film de 1960 (fut-il de H.G.Clouzot), une quinzaine d'années après, ne pouvait guère l'évoquer. Cette collection "Crime Story" fut, avec la collection "Gore", la dernière tentative du Fleuve Noir d'alors de proposer des livres populaires. Globalement, les auteurs restaient fidèles aux faits, non sans une dose de spectaculaire.
Amitiés.

annemarieB 30/05/2015 08:57

Cette lecture me tente bien.....même si je n'aime pas "le noir", mais là
on est plutôt dans le fait divers tragique. Pourquoi pas ?

Claude LE NOCHER 30/05/2015 10:51

D'autant qu'il s'agit d'une façon "illustrée" de revivre cette affaire, sombre et réelle. Disponible en numérique ou chez les bouquinistes, pour le roman papier. Voilà pourquoi j'ai choisi de le chroniquer.

covix 30/05/2015 08:52

Je n'ai pas la mémoire de cette affaire, mais cela a du faire beaucoup couler d'encre à l'époque.
Bonne journée

Claude LE NOCHER 30/05/2015 10:49

En effet, vu le milieu médical - avec un certain prestige supposé - cette affaire fut un des cas marquants de la décennie 1950. Pas loin d'être aussi médiatisé que l'affaire Marie Besnard, par exemple. A redécouvrir, oui.

Bernieshoot 30/05/2015 08:43

Une histoire dont je me souviens et qui avait fait la une de l'actualité

Claude LE NOCHER 30/05/2015 10:45

Quant à moi, je n'étais pas né, mais j'ai eu dans ma famille une personne de cette génération, dans le milieu médical, qui eût aussi une vie assez particulière (mais qui ne tua personne). Ce qui explique mon intérêt pour l'affaire.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/