Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 04:55

Lui demander son identité serait inutile, et peut-être imprudent. C'est un Parisien, qui fait le maximum pour passer inaperçu. En tenue de ville, costume passe-partout, on est moins repérable qu'en jogging typé banlieue. Pour traiter ses affaires illégales et lucratives, il est perpétuellement en mouvement, méfiant à l'extrême, genre parano. Vis-à-vis de tous ses contacts, c'est lui qui fixe les règles. Ça lui rapporte des fortunes, judicieusement placées dans l'immobilier plutôt qu'en banque. Il opère dans le trafic le plus juteux actuellement. Non pas celui de la drogue, comme tant d'autres. Ayant appris la langue croate, il importe des armes depuis les Balkans. Lui-même n'apparaît jamais directement, nulle part. Sauf lorsque son business se détraque quelque peu, et qu'il faut réagir au plus tôt.

C'est ce qui s'est produit à Marseille. Freddy, son comparse local, avait la garde d'un stock d'arme plaqué dans un box. Des petits malins, peut-être par hasard car tout est possible à Marseille, ont mis la main sur cet arsenal. Le Parisien est donc obligé de descendre sur place, en costard malgré la chaleur, sa tenue de camouflage habituelle. Il a rendez-vous avec Freddy sur le Vieux-Port. Son contact, c'est le petit truand méridional dans toute sa splendeur. Il a l'air très heureux de rencontrer pour la première fois le Parisien, qui lui fait gagner 10 % à chaque transaction d'armes. Un job très rentable, mais grosse perte en cas de vol. Quant à ceux qui ont fauché le stock, Freddy est "presque sûr" de savoir de qui il s'agit. Car ils ont proposé de revendre lesdites armes à un de ses sbires.

Le plan de Freddy est limpide : un Comorien de ses amis, chez qui ils dégustent un repas goûteux dans les quartiers-nord, va se faire passer pour l'acheteur du stock disparu. Une fois la transaction lancée, le Parisien et Freddy n'auront plus qu'à intervenir et récupérer les armes. Évidemment, le scénario ne va pas se dérouler d'une façon aussi simpliste. Pas mal de viande froide qui va rester sur le carreau, finalement. Certes, le Parisien s'empare d'un pactole en argent liquide et en armes. Mais, pour aller au bout de cette affaire-là, il doit pactiser avec l'Indien. Un peu chtarbé à cause de l'abus de coke, ce caïd marseillais de pacotille. S'il n'a qu'un lointain rapport avec l'Amérique, l'Indien est néanmoins capable de rejouer Little Big Horn quasiment à lui tout seul. Ça va encore saigner…

Jérémie Guez : Là-bas, c'est Marseille (Petits polars du Monde, 2015)

Récompensé par le prix SNCF du polar 2013 avec “Balancé dans les cordes”, Jérémie Guez est un des jeunes talents à suivre de près. Excellent choix que de débuter cette quatrième saison des Petits polars du Monde par cet auteur. Il nous dessine le portrait vivant d'un trafiquant d'armes d'aujourd'hui, possédant une morale personnelle : “L'éthique, quand on vend des armes, c'est toujours bizarre. Mais bon, on trouve toujours des trucs pour s'arranger avec la réalité. Pour se dire qu'on n'est pas un salaud, et qu'on fait quelque chose de logique puisqu'on vend ce que les gens achètent, et si c'est pas moi alors c'est un autre… blablabla […] De tous ses vieux principes à la con, il n'en a gardé qu'un. Il ne vend qu'aux pirates de la rue. Pas aux terroristes. Il ne peut rien contre la revente de son propre matos, mais fait tout pour que seuls les voyous en bénéficient.”

Illustrée par Jacques Ferrandez, cette nouvelle de Jérémie Guez s'avère mouvementée, non sans une part d'ironie. L'apparente cordialité des volubiles Marseillais, qui vantent volontiers leur bonne humeur méditerranéenne, ne peut faire oublier que c'est de longue date la ville de tous les trafics, braquages et rackets. Étranger à Marseille, heureusement pour lui, le héros est en permanence sur ses gardes…

Ce texte est suivi d'un mini-guide signé Jean-Michel Boissier, “Échappée à Marseille”. Sur les traces de ce Petit Polar, le journaliste fait un petit tour informé et amusé des rues et des monuments, des jolis coins et des bonnes adresses, de l’esprit des lieux et de l’humeur des habitants. Ici, il découvre que le Vieux-Port s’humanise, que le MuCEM a de la gueule, que le Panier a ses bobos, que la Bonne Mère est bien haute, que Le Corbusier n’était pas si fada et que la ville n’est pas si facile. Sans oublier d'évoquer Jean-Claude Izzo.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 26/06/2015 10:44

Bonjour M. Le Nocher et tout le monde,

Je suis ici dans le même cas que Pierre Faverolle, ce n'est qu'hier que j'ai vu que la série des Petits Polars du Monde avait repris pour cet été, j'ai donc acheté d'un coup les trois premiers.

Vous savez je pense que l'acteur Patrick McNee est mort ?
Je me souviens que vous disiez l'année dernière que vous aviez lu ses mémoires.

Cordialement

Claude LE NOCHER 26/06/2015 10:53

Oui, Philippe, je me souviens de certains détails de son autobiographie, évoquant ses études financées (dans des établissements prestigieux, mais sans prestige pour lui) par l'amant de sa mère, ses débuts de comédien à la radio au Canada (bon moyen de se faire connaître à l'époque), de son piteux début de carrière en Grande-Bretagne avant d'être engagé dans le rôle de John Steed : le costume en tweed, la canne-parapluie et le chapeau melon semblent être (comme dans le cas de Peter Falk/Columbo) une idée à lui. Souvenons-nous que c'était Honor Blackman qui était la vraie héroïne de la toute première série de Chapeau Melon, pas lui. Il ne s'est jamais considéré comme un "grand acteur" (ni comme un mari très valable), mais il tenait un style.
Les Petits polars du Monde arrivent, oui. Je suis très heureux que Christine Ferniot ait choisi des auteurs tels Jérémie Guez, Emmanuel Grand, ou Nicolas Mathieu... car il est important / essentiel / capital que ces nouveaux talents soit mieux connus encore du grand public.
Amitiés.

Bernieshoot 26/06/2015 08:30

Un jeune talent qui mérite sa mise en lumière

Claude LE NOCHER 26/06/2015 08:54

...et même en image, puisque cette photo perso date de l'an dernier.

Pierre FAVEROLLE 26/06/2015 06:33

Salut Claude. J'ai acheté les 3 premiers hier. Ce sera surement le premier par lequel je vais commencer pour Jeremie Guez que j'adore. Je repasse pour t'en parler ... plus tard. Amitiés

Claude LE NOCHER 26/06/2015 06:38

Salut Pierre
Pour ne rien te cacher, je continue demain avec le Petit polar d'Emmanuel Grand... De toutes façons, Jérémie Guez eût été naturellement ma première lecture, car je l'apprécie également. Je ne sais pas si je les achèterai tous, mais plusieurs auteurs annoncés me tentent fort, c'est sûr.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/