Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 04:55

Lors de sa publication en grand format, “Le village” de Dan Smith a marqué de nombreux lecteurs, et fut salué sur Internet par beaucoup de sites et blogs. C'est un suspense dur, sombre et puissant, qu'a concocté l'auteur. Tout est cruauté dans le contexte, et il faut une lucidité teintée d'humanisme pour que le héros résiste aux épreuves. “Tu n'as jamais été un fermier. Tu as toujours été un soldat. Un soldat qui joue au fermier, et je vois dans tes yeux que ce n'est pas ta vraie nature” constate son épouse. Il est vrai que Luka a combattu durant la guerre de Crimée, dans la confusion des camps en présence. Toutefois, il n'est pas simplement question d'un jeu de piste, entre un ancien baroudeur et un criminel.

Cette traque se passe à l'époque où débutent le méthodes staliniennes visant à accaparer les biens personnels de la population et à réduire les libertés individuelles, à développer la puissance de l’État russe y compris dans les moindres villages du pays. On sent la tension à Vyriv où, comme partout, la rumeur a précédé la venue des communistes destructeurs. Par contre, cela n'excuse nullement le lynchage initial dû la haine et à l'effet de groupe. Qu'un criminel s'attaque à des enfants n'autorise pas à abolir les lois. On est là dans un épisode violent de l'Histoire, ce qui influe fatalement sur les faits. Le froid et la neige ajoutent une âpreté aux aventures de ces personnages.

Un roman de qualité supérieure, qu'il n'est pas trop tard pour découvrir grâce à sa réédition en format poche.

Dan Smith : Le village (Éd.10-18, 2015)

En cet hiver 1930, la steppe enneigée isole plus que jamais le petit village de Vyriv, dans l'ouest de l'Ukraine. Ce qui convient aux habitants, car les envoyés de Staline sillonnent l'Union Soviétique afin d'installer le collectivisme. Être privés de leurs modestes biens, une échéance inéluctable que les paysans d'ici espèrent retarder, faute d'y échapper. Russe d'origine, Luka a longtemps été combattant, avant de s'installer dans le village natal de sa femme, Natalia. Ils élèvent leurs fils jumeaux de dix-sept ans, Viktor et Petro, et la petite Lara âgée de neuf ans. Leur nièce Dariya, fille de Dimitri Spektor et de la sœur de Natalia, est une gamine intrépide de huit ans, qui fréquente leur foyer.

Un jour, Luka et ses fils ramènent à la maison un inconnu quasi-mourant, dont le traîneau transporte les cadavres de deux enfants d'environ dix ans. La fillette morte a été mutilée, comme victime d'anthropophagie. Alors que Luka et les jumeaux enterrent discrètement les corps, Dimitri intervient. Malgré l'incompréhension, les premiers habitants arrivés sont assez raisonnables. Surexcité, Dimitri rameute les autres villageois, exigeant qu'on leur livre l'inconnu. Luka essaie de les calmer, mais ne peut éviter le lynchage. Les affaires du mourant indiquent qu'il s'agissait d'un soldat, d'un officier médaillé. Grâce à des photos, Luka réalise qu'il était le père des deux victimes. Sans doute traquait-il leur assassin.

La petite Dariya a disparu. Luka doit se bagarrer avec Dimitri, le père de la gamine, quand il accuse à tort et à travers. On remarque dans la neige les traces d'un homme botté, qui est certainement le voleur d'enfants. Luka, ses deux fils et Dimitri partent en chasse. Le coupable laisse des traces, volontairement. Quand le petit groupe se trouve à découvert, le criminel les prend pour cible. Luka comprend que c'est un tireur d'élite bien équipé, qui veut jouer avec eux. “Nous ne sommes plus seulement des chasseurs, nous sommes aussi des proies” constate Luka, qui envisage de continuer seul. Plus loin, le kidnappeur a laissé comme indice dans la neige un scalp d'enfant. Quand Luka et ses fils rencontrent une jeune femme, Aleksandra, elle leur apprend que les émissaires de Staline sont arrivés dans les villages environnants. Les persécutions ont commencé. Le périple dans la neige se poursuit…

 

Le village” est disponible chez 10-18 dès le 3 septembre 2015

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Wollanup 31/08/2015 23:16

Tres bon roman en effet.Le nouveau sort en octobre.

Claude LE NOCHER 01/09/2015 06:23

Un auteur à suivre de près, en effet.
Amitiés.

Philippe 30/08/2015 20:49

Rebonjour M. Le Nocher

( Ravi de voir un commentaire de Belette, apès ce que j'ai exprimé hier. )

Je viens à l'instant de voir le cas, que je ne connaissais pas, du nazi Karl Plagge qui sauva de nombreux Juifs en Lithuanie.
Histoire comparable à celle beaucoup plus connue d'Oskar Schindler.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Plagge

Cordialement

Claude LE NOCHER 30/08/2015 21:02

Oui Philippe, il y eut des initiatives importantes : "L'efficacité des efforts de Plagge pour sauver des Juifs en les utilisant comme travailleurs forcés a permis de sauver environ 20% de ces travailleurs, comparé aux 3 à 5% des Juifs lituaniens qui ont pu être sauvés en se réfugiant dans les forêts ou chez des amis. Les Juifs du camp HKP représentent le groupe le plus important de survivants du génocide en Lituanie." Ce qui signifie, hélas, 80% de victimes.
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 30/08/2015 19:03

Hello !!

Je confirme qu'il est trèèèès bien, je l'ai adoré, un vrai coup de coeur ! Et je profite que je suis sur mon PC peso pour laisser une trace puisque avec les autres, je sais pas :/

Claude LE NOCHER 30/08/2015 20:11

Hello, Belette...
Je traduis pour nos amis non-belgophones : "C'est un roman génial. J'en profite, car avec mes autres ordis, j'y arrive pas." Alleï, j'te taquine, ma Belette ! Je sais bien que tu es fidèle autant que possible. Et je confirme : "Le village", à ne pas rater. Et tu vas encore de très bons titres à noter pour les jours à venir...
Amitiés.

Philippe 30/08/2015 15:59

Bonjour M. Le Nocher,

Le rapport existe tout en étant indirect, mais le sujet de votre chronique me fait repenser à une photo du site Rare Historical Photos de l'année dernière. Voyez :

http://rarehistoricalphotos.com/smart-beautiful-deadly-19-year-old-russian-sniper-roza-shanina-54-confirmed-kills/

C'est une jeune femme de 19 ans, tuée au combat début 1945, qui s'appelait Roza Shanina. En plus d'être jolie comme on le voit sur ces photos couleurs, elle était malgré son jeune âge la meilleure femme sniper russe de la Seconde Guerre mondiale. Elle avait repris le poste de son frère tué au combat en 1941 déjà contre les Nazis.
Tout en ne perdant pas de vue que c'était une combattante de l'époque de Staline, ce qu'elle n'avait pas choisi, l'histoire de Roza Shanina est digne d'une grande admiration et respect.

Voyez aussi - je n'ai vu cette nouvelle photo sur le site qu'aujourd'hui - cette photo :

http://rarehistoricalphotos.com/bloody-saturday-a-crying-chinese-baby-amid-the-bombed-out-ruins-of-shanghais-south-railway-station-1937/

Vous avez des souvenirs du " Lotus Bleu " , l'album où Tintin rencontre Tchang sur fond de la guerre sino-japonaise des années 1930 ?
Cette photo montre un bébé quelques minutes après un raid aérien de l'aviation japonaise en 1937 contre la ville de Shangaï. Cette gare, dans le Sud de la ville, a été bombardée. Le photographe H.S. Wong, de chez Hearst, a eu le courage de descendre du haut d'un immeuble et sillonne le quartier en voiture. Il voit un premier enfant, puis le bébé de la photo. Un peu plus loin, sa mère tuée par le bombardement. Le photographe craint que d'autres bombes soient larguées, ce qui n'arrivera pas. Il se dispose à transporter le bébé à l'abri, mais le père du bébé est là pour le faire.
Wong ne pourra jamais identifier le bébé, ni même savoir si c'était un garçon ou une fille, ni si cet enfant, brûlé, aura survécu à ce bombardement-là ou à la guerre sino-japonaise dans l'ensemble.
Les Japonais, après la publication des photos dans la presse chinoise puis mondiale, diront que c'est un montage. Ce qui ne les empêchera pas de mettre à prix la tête de Wong.
A la fin de cet article, il y a 3 photos en rapport avec celle-ci. Celle du milieu et celle de droite illustrent les cas bien connus du public de Berlin qui reçut 45 000 tonnes de bombes à la fin de la guerre, et de Dresde, dont la destruction quasi totale suscita une controverse durant jusqu'à nos jours, au vu de l'ampleur des pertes humaines pour un objectif militaire stratégique presque nul.
En revanche, la photo de gauche illustre un fait que le grand public ne connaît pas toujours : l'usage d'armes chimiques, gaz et autres, par l'armée impériale japonaise, dés les années 1930, donc avant même la Seconde Guerre mondiale, et avant l'usage du gaz pesticide mortel Zyklon B par leurs alliés nazis à partir de 1941 ou 1942.
A ce propos, M. Le Nocher, il n'existe pas en DVD, mais peut-être avez-vous vu autrefois à la télé ce feuilleton des années 1980 avec Burt Lancaster, qui racontait l'histoire de l'IG Farben, entreprise allemande de chimie qui avait déjà une longue histoire avec de réels apports à l'humanité. Mais qui en vint à fabriquer le Zyklon B.
L'IG Farben après la guerre fut démantelée, mais ne cessa pas tout à fait d'exister, puisque divisée en plusieurs entreprises bien connues, elles, du public, telles que Bayer ( qui inventa l'aspirine ), AGFA ( les pellicules de films ), BASF ( les cassettes vidéo ) ou plus indirectement et lointainement Sanofi-Aventis.
Ironie de l'Histoire : le Zyklon B, gaz utilisé pour assassiner des millions de personnes dans les camps nazis, dont une majorité de Juifs, a été inventé par un Juif, Fritz Haber. Je me doute bien que vous le savez, mais rappelons que Fritz Haber était un grand chimiste allemand de son temps, certes né dans une famille juive, mais assimilée, et d'un patriotisme inébranlable. C'est lui qui,dés la Première Guerre mondiale, inventa les premiers gaz de combat. Le tristement célèbre gaz moutarde - beaucoup de familles parlent d'un ancêtre gazé au combat pendant la guerre de 1914-1918, dont des Français, au cours de telle bataille -. Appelé aussi ypérite, car utilisé pour la toute première fois à la bataille d'Ypres, en Belgique, en 1915.
C'est donc aussi Fritz Haber qui, en temps de paix après 14-18, mettra au point le Zyklon B. Gaz pesticide qui dans son esprit ne devait servir qu'à tuer des rongeurs nuisibles dans des propiétés agricoles. Haber mourra en 1934, ayant assisté l'année précédente à l'accession au pouvoir d'Hitler comme chancelier, mais il n'aura pas vécu jusqu'à ce que les Nazis détournent son invention pour le funeste usage que l'on sait.
Fritz Haber avait été quelque peu oublié de l'Histoire, ce n'est que depuis une vingtaine d'années qu'il a été redécouvert, son oeuvre, ses travauxs remarquables, ses inventions bonnes ou mauvaises.
A noter, je ne la possède pas, mais j'en connaîs l'existence, une série de 4 albums de BD racontant la vie et l'oeuvre de Fritz Haber. Je laisse le soin de rechercher la référence, auteur et éditeur, que je n'ai pas en mémoire.

Cordialement

Claude LE NOCHER 30/08/2015 16:50

Bonjour Philippe
Il y a fort à parier que l'héroïsme de Roza Chanina (ou Shanina) ait été peu glorifié en France, même dans les rangs des communistes d'après-guerre. L'essentiel de la documentation provient plutôt de pays anglo-saxons, on le voit. Le PCF d'alors pensait davantage à faire valoir son rôle dans la Résistance et ses martyrs FTP pour se rapprocher du pouvoir, qu'à évoquer "le grand frère" russe.
Cette jeune femme fut néanmoins une (jolie) patriote. Ce n'est pas faire l'apologie du stalinisme que de le dire. En France, encore aujourd'hui, le simple fait de citer cette période vous classe souvent chez les pro-Staline, si l'on ne condamne pas expressément les méthodes dictatoriales de celui-ci. Alors que oui, bien sûr, tout le monde mesure depuis longtemps les excès de ce régime stalinien. Est-il besoin "d'enfoncer le clou" ?
La guerre sino-japonaise (toile de fond de cet album de Tintin, en effet) a été largement gommée de nos mémoires par les évènements européens, de la guerre d'Espagne à la 2e Guerre Mondiale. Toute guerre entraine l'horreur, enfants et femmes en étant souvent les premières victimes.
Je ne me souviens pas de la série consacrée à IG Farben. Quant au Zyklon B, "que les Nazis détournent son invention pour le funeste usage que l'on sait" dites-vous... Oui, il est pénible d'entendre encore et encore la version négationniste à ce sujet, de la part de ceux pour qui tout ça n'est qu'un "détail de l'Histoire". Dans le documentaire de Olivier Pighetti diffusé sur France 3 le 8 juillet 2015, sur le pain maudit de Pont-Saint-Esprit, sont relatées les expériences secrètes américaines d'après-Guerre. S'il était question de tester le LSD sur les populations, peut-on certifier que des dérivés du Zyklon B ne furent pas utilisés dans des conflits ?
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/