Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 05:55

À l'initiative de l'éditeur Otto Penzler, chaque année paraît un recueil de nouvelles qui recense les meilleurs textes des auteurs américains du moment. Un écrivain confirmé choisit au final parmi les nouvelles sélectionnées. Ce type d'ouvrage fut publié plusieurs années sous le titre “Moisson Noire”. Donald Westlake, Lawrence Block, James Ellroy, Michael Connelly présidèrent au choix des textes. Pour cette édition, c'est Harlan Coben qui décide quelles sont les vingt nouvelles présentées. Il a retenu les auteurs suivants :

Brock Adams, Eric Barnes, Lawrence Block, David Corbett et Luis Alberto Urrea, Brendan Dubois, Loren D.Estleman, Beth Ann Fennelly et Tom Franklin, Ernest J.Finney, Ed Gorman, James Grady, Chris F.Holm, Harry Hunsicker, Richard Lange, Joe R.Lansdale, Charles McCarry, Dennis McFadden, Christopher Merkner, Andrew Riconda, S.J.Rozan, Mickey Spillane et Max Allan Collins. Certains de ces noms sont mal connus en France, d'autres ont déjà une solide réputation dans le suspense. Une présentation biographique permet de situer chacun de ces auteurs. Tous apportent leur inspiration personnelle et leur propre tonalité à ces courtes histoires. Cette diversité rend le recueil d'autant plus plaisant à lire. Une belle sélection, variée à souhaits.

Harlan Coben présente “Insomnies en noir” (Éd.Pocket, 2015)

Cinq exemples parmi la vingtaine de nouvelles :

Joe R.Lansdale : “Pluie d'étoiles”. Deel s'était engagé pour combattre en Europe, durant la Grande Guerre. Quatre ans plus tard, le voici de retour dans son petit coin d'Amérique. Il retrouve sa femme Mary Lou, vingt-huit ans, et leur fils de huit ans, Winston. Pendant sa longue absence, leur voisin Tom Smites aida beaucoup Mary Lou et son fils. Métis d'une Indienne et d'un Suédois, Tom est un beau jeune homme. Deel se montra autrefois très paternel envers lui. S'il renoue avec son monde, Deel reste marqué par les images fortes des épreuves guerrières qu'il a traversées. Une explication s'impose entre Tom et lui, lors d'une partie de chasse. Il est certain que la mort sera au rendez-vous, quoi que fasse le shérif Lobo Collins.

Lawrence Block : “Table rase”. Âgée de vingt-trois ans, Katherine Tolliver (dite Kit) n'a eu qu'une demie-douzaine d'amants. Son vrai premier petit ami, ce fut Douglas Pratter. Huit ans après leur séparation, elle le recontacte à Toledo. Il est marié, il a un métier stable, il a plaisir à la revoir. Leurs retrouvailles se concluent logiquement par une relation sexuelle. Pourtant, Kit n'est nullement une romantique. Ni cette jeune femme équilibrée installée à New York, ayant réussi socialement, ainsi qu'elle veut paraître. Elle s'est interrogée sur son parcours sexuel, débuté alors qu'elle avait treize ans. Et sur sa vie, qui changea de cap à la mort brutale de ses parents. Kit efface maintenant tout ce qui a trait à certains moments de son passé.

Max Allan Collins, d'après l'œuvre de Mickey Spillane : “Mort depuis longtemps”. Grant Kratch fut condamné à mort et exécuté, son décès effectif fut authentifié. Il s'agissait d'un violeur et tueur en série plutôt fortuné. Ayant assassiné pas moins de trente-sept jeunes femmes, il méritait son sort. C'est le détective privé new-yorkais Mike Hammer qui l'arrêta à l'époque, dix ans plus tôt. Or, Mike vient de le repérer, bien vivant, à l'aéroport. Il le piste jusqu'à son hôtel, et s'arrange pour obtenir ses empreintes digitales. En fait, ce serait celles d'Arnold Veslo, petit truand disparu de la circulation depuis belle lurette. Kratch trouva-t-il le moyen d'échapper à la mort, ou bien s'agit-il d'un sosie ? Avec sa brune partenaire Velda, le privé Mike Hammer enquête. En effet, il y eût d'autres victimes imputables à Kratch après sa mort supposée.

Richard Lange : “Tueur d'enfant”. Veuve, Bianca est la plus âgée des employés de service à l'hôpital, en majorité Latinos. Ses propres enfants restent proches d'elle. Alors qu'elle est de retour dans sa maison, un policier passe pour une enquête de proximité. Quelques jours plus tôt, un bébé a été abattu en pleine rue. Ce quartier de Temple Street est de plus en plus dangereux. Bianca affirme au policier qu'elle n'a rien vu. Pourtant, comme d'autres ici, elle sait que le tueur est un voyou appelé Marionnette (José est son vrai prénom). Mais Bianca a déjà elle-même quelques soucis avec sa fille Lorena, et sa petite-fille Brianna. Peut-être quelqu'un dénoncera-t-il Marionnette ? Pour Bianca, trouver un peu de paix en compagnie de son voisin salvadorien Rudolfo ne serait pas désagréable.

Brendan Dubois : “En patrouille”. Cooper est une vaste et pauvre agglomération de l’État du Massachusetts. Mariée, Erica Kramer y exerce le métier de journaliste free-lance. En vue d'un reportage de fond, elle a obtenu de participer à une patrouille de police nocturne. Parmi les soixante flics, elle a choisi d'accompagner l'agent Roland Piper. Parce que c'est le plus chevronné. Peu ambitieux, il aime s'occuper du secteur du Canal. Ce quartier sensible de Cooper abrite squatteurs et trafics. Une fois posées les règles de respect entre eux, Erica et Roland partent en mission. Le seul incident important pendant la nuit, ce sera un cambriolage en cours dans une bijouterie. Laissant Erica à l'abri, Roland Piper intervient, avant de se faire assommer, un choc pas trop grave. Les collègues de l'agent interrogent Erica, qui ne sait rien sur les gens abattus à l'intérieur de la bijouterie...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 14/11/2015 20:19

Bonjour Jacqueline,

Comme M. Le Nocher, votre grande sollicitude me touche beaucoup en ces heures tragiques et en direct du Québec.
Si je puis me permettre une note plus personnelle, il se trouve que j'ai de la famille paternelle à Montréal même. Deux frères de mon père sachant où nous habitons ont appelé aujourd'hui par Skype afin de s'assurer que nous allions bien malgré la proximité relative avec les théâtres du drame.

Rebonjour M. Le Nocher,

Vous vous souvenez que je vous avais rapporté avoir acheté le numéro d'Historia " Paris : les quartiers du crime " et le livre correspondant " Atlas du crime à Paris " de Dominique Kalifa et Jean-Claude Farcy ( Parigramme ) ?
Avec la tragédie qui se produit, leur contenu se trouve dépassé par l'actualité, aucun des crimes relatés dans cette revue et ce livre n'égalant l'immense crime d'hier.
Mais quand donc hier j'ai entendu comme tout le monde que le Ba-Ta-Clan était l'un des lieux de tuerie, il m'est revenu que, simple coïncidence je le dis sans ironie, une célèbre affaire criminelle mettait en scène - indirectement - le Ba-Ta-Clan et ses environs.
Et il se trouve que ce crime figure dans Historia et le livre.
Assez court pour que je reproduise in extenso :

" Historia
Novembre 2015
Page 84
XIe arrondissement
Un odieux crime pédophile rue de Charonne ( 1907 )
Albert Soleilland, fils de marchands [...] aisés, est un familier des époux Erbelding. Le dimanche 27 janvier 1907, les deux plus jeunes enfants du couple [...] ont passé la journée chez les Soleilland, au 133, rue de Charonne. Aussi est-ce sans appréhension que Mme Erbelding confie le jeudi suivant sa fillette de 11 ans, Marthe, à Albert Soleilland, venu la chercher pour assister avec sa femme à un spectacle au Ba-Ta-Clan, [ 50 ] boulevard Voltaire. Le soir, affectant une profonde émotion, il explique avoir perdu la fillette au théâtre [...] . Le 8 février, Soleilland avoue avoir tué la fillette et transporté son corps dans une consigne de la gare de l'Est, où sa dépouille est effectivement retrouvée. Marthe a été violée et poignardée. "

https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Soleilland

Je souligne que le même numéro d'Historia a aussi un dossier tout aussi intéressant sur les enfants-soldats :

Ces enfants qu'on fanatise
Des jeunes Spartiates aux djihadistes

Le dressage des jeunes Spartiates

Des chrétiens arrachés à leur famille

Aux ordres de Robespierre et de la République

Les bataillons de la revanche

Têtes blondes et croix gammées

Les enfants tueurs d'Afrique

Les ados pris au piège du djihad

L'éditorial en page 3 se termine par :

Une réponse sans détour à la question de René Barjavel qui se demandait déjà, en 1968, dans son roman La Nuit des temps, " [...] si l'adulte n'est pas qu'un enfant qui a déjà commencé à pourrir " .

Cordialement

Claude LE NOCHER 14/11/2015 20:43

Nous passons ici de la déplorable criminalité à des actes de guerre (de guérilla, à vrai dire) lâches puisque visant des populations civiles non concernées. Restons lucides : l'ennemi, ce ne sont pas nos politiques, nos autorités. La solidarité populaire s'impose. Quant à exprimer mon écœurement, je suis incapable de le formuler "à chaud". Deux chroniques polars sont programmées pour dimanche et lundi, elles paraîtront. Une manière de montrer que la vie doit continuer quelle que soit la menace.
Amitiés, cher Philippe.

Jacqueline 14/11/2015 12:27

Bonjour, je me permets d'utiliser cette rubrique pour exprimer combien je suis horrifiée par les événements de Paris. Nous sommes loin mais tout près avec le coeur. De Repentigny (une banlieue de Montréal) je vous envoie mes meilleures sympathies et surtout d'avoir tant de courage.
C'est une attaque aux valeurs que nous croyons immuables`quelle erreur! Bien à vous.

Claude LE NOCHER 14/11/2015 13:22

Merci Jacqueline
La démocratie est fragile, où que ce soit dans le monde. Je suis conscient (comme une large part de la population française) que celles et ceux qui apprécient notre pays sont sous le choc. J'espère que mes concitoyens seront assez intelligents pour faire que "l'union nationale" ne soit pas un vain mot. Est-ce du courage ? En tout cas, les Français n'ont pas peur de cette menace. Hélas, cette spirale de guerre fait des victimes, chez nous cette fois. C'est à ces victimes que doivent avant tout aller nos pensées.
Amitiés.

Philippe 14/11/2015 07:14

Rebonjour M. Le Nocher,

Histoire de vous montrer quand même que j'ai bien lu votre chronique et que je ne suis pas distrait : en la lisant il me semblait bien l'avoir déjà lue, ce que j'ai vérifié. Vous reprenez, pour cette édition Pocket, votre texte sur l'édition grand format Belfond de 2013 :

http://www.action-suspense.com/2013/11/harlan-coben-pr%C3%A9sente-%E2%80%9Cinsomnies-en-noir%E2%80%9D-%C3%89d.belfond-noir-2013.html

Cordialement

Claude LE NOCHER 14/11/2015 07:41

Bonjour Philippe
C'est le même livre, dont il s'agit ici de souligner qu'il parait en format poche, donc il est logique que ce soit à peu près le même texte.
Amitiés.

Philippe 14/11/2015 06:42

Bonjour M. Le Nocher,

Avant même de lire votre chronique, ce que je ferai ensuite bien sûr, je souhaitais vous dire.

Je me doute bien que vous l'avez déjà à l'esprit et que d'autres personnes ici en parleront.
Mais je me suis dit que vous pourriez - outre le fait que ce ne soit pas sans rapport avec le sujet polar - vu l'importance et la gravité de l'événement, mettre un billet, lancer une discussion ou à tout le moins rendre un hommage face à cette abomination qui vient d'avoir lieu ? Qui a même toujours lieu au moment où j'écris puisque nous ne savons pas si tout danger est écarté ? Ces tueries en divers points de Paris et au Stade de France.
( Comme pour Clément Méric cet étudiant tué par des extrémistes, ou quand ici on avait évoqué les victimes de la tuerie de Charlie Hebdo. )
C'est une attaque, une atteinte à nos valeurs, à la démocratie, à l'humanité.
Et la troisième fois seulement que l'état d'urgence est décrété en France, après 1961 pendant la guerre d'Algérie et 1984 en Nouvelle-Calédonie ( et là c'était seulement décrété là-bas alors qu'aujourd'hui c'est sur tout le territoire national ).

Cordialement

Claude LE NOCHER 14/11/2015 07:57

Cher Philippe, il n'est évidemment pas indispensable que je rappelle ma position, hostile à toutes les violences guerrières ou terroristes. Ce n'est pas réellement du pacifisme, car la passivité ne me correspond pas. Et je me sens autant (sinon plus) "patriote" que ceux qui le proclament à tort et à travers.
Il s'agit là d'une attaque barbare, d'une atteinte à nos valeurs... tout simplement à notre pays donc à nos libertés. Vague d'attentats qui, ne soyons pas aveugles, est une réponse à la guerre contre les islamistes menée (entre autres) par la France dans certains pays arabes. Vous, moi, et toute la population française ne pouvons que condamner. A nos autorités de prendre les décisions qui s'imposent.
Action-Suspense étant dédié à l'univers du polar et n'étant pas un forum, il est évident que je ne vais pas "lancer une discussion" sur ce drame. Quant à une réaction personnelle, une éventuelle chronique, j'aviserai le moment venu...
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/