Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 05:55

Septembre 2000. François Davin est avocat d'affaires dans la région lilloise. Âgé d'environ quarante-huit ans, il peut être fier de sa réussite sociale, lui qui venait d'un milieu plutôt modeste. Sa ravissante compagne quadragénaire Florence est propriétaire d'une galerie d'art. Sans souci d'argent, il évolue dans le grand luxe. Dans sa BMW, François Davin roule sur l'autoroute, vers le Sud, seul. Voilà quelques jours, il a subi des examens médicaux. On a décelé une tumeur au cerveau, pas opérable. Il n'a pas voulu passer les mois qui lui restent en soins inutiles et déprimants. Il file sans but réel, hanté par sa mort à venir. Il finit par prendre un auto-stoppeur d'une vingtaine d'années, Paul. Quand François sent la migraine l'envahir, son passager conduit à sa place. Ils se dirigent vers Marseille.

Inquiète, Florence Béranger a alerté les gendarmes. Ceux-ci ont pu retracer avec retard le parcours de François, mais n'ont pas vraiment de raison d'intervenir. Paul espérait joindre un contact à Marseille, déjà repéré par ceux qui pourchassent le jeune homme. Gustave Pelizzari et ses fils, Bruno et Enzo, ne sont pas du genre à faire des cadeaux. Paul dit avoir été témoin de leurs trafics, raison pour laquelle ils veulent l'éliminer. Direction Toulon pour François et Paul. L'avocat se sent toujours mal. Quand il est pris à partie par un groupe, Paul intervient avec un flingue. Ce n'est pas la première fois qu'il sort son pistolet Beretta. Après quelques achats, encore et toujours financés par François, le duo se réfugie dans l'arrière-pays niçois, à Saint-Martin-Vésubie. D'où l'avocat téléphone à sa compagne.

Au service de la famille Pelizzari, le flic Perrot renseigne ses commanditaires avant de les rejoindre dans le Sud. Quand les fils Pelizzari débarquent dans le gîte où François s'est cru tranquille, il y aura deux victimes avant que Paul et lui puissent s'enfuir. Tandis que se poursuit leur équipée, François découvre ce que "le Petit" cache dans son sac : cinq kilos de drogue que Paul veut revendre, afin de débuter une nouvelle vie. Il rêve de s'établir à Tahiti, loin de sa vie actuelle, des embrouilles avec les Pelizzari.

Étape à Barcelonnette. Le jeune homme s'est procuré de la morphine, ce qui soulage les douleurs de François. Il vaut mieux ne pas en connaître l'origine, pour l'avocat. Tels un père et son fils, les deux fuyards s'offrent un séjour dans une auberge de luxe, à Saint-Rémy-de-Provence. Sans doute François sent-il déjà que son sort est lié à celui de Paul. Pour eux, c'est un répit de courte durée, car la suite de leur périple sera de nouveau agitée. Et certainement meurtrière. En effet, Paul connaît le secret du trafic de grande ampleur des Pelizzari. Et puis, il y a Marilena, que les adversaires sans pitié de Paul risquent de prendre en otage. C'est dans une usine au sud de Lyon, près de la gare de triage de Sibelin, que vont se régler les comptes…

Karine Giébel : Satan était un ange (Pocket, 2015)

Ponctué par des extraits des “Fleurs du mal” de Baudelaire, ce thriller prouve une fois de plus la maîtrise de Karine Giébel en ce domaine. La forme est celle d'une "road story", ce qui suppose des tribulations mouvementées : oui, les deux héros seront confrontés à bon nombre de péripéties. D'autant que la dangerosité de leurs ennemis ne se borne pas à vouloir récupérer un paquet de drogue. Leurs trafics et leurs méthodes nous rapprochent des thèmes du roman noir.

C'est évidemment le duo central qui donne sa puissance à l'histoire. D'un côté, un avocat obnubilé par la maladie qui le ronge, surtout pas préparé à des situations aventureuses. N'ayant pas eu d'enfant et n'ayant rien à perdre, il ressent bientôt une sorte d'affection paternelle envers son intrépide compagnon de voyage. De l'autre, un jeune type qui tente de changer de vie, après avoir approché de trop près un monde de truands. Le processus de la "fuite en avant" n'exige plus aucune morale pour lui. Pourtant, la santé de François l'incite à une instinctive compassion, et il devra également sauver quelqu'un qu'il aime. Il s'agit donc là de deux personnages attachants, dont on suit avec empathie le parcours. Un suspense de très belle qualité.

 

- Disponible chez Pocket dès le 12 novembre 2015 -

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

The Cannibal Lecteur 09/11/2015 19:49

Hello !

Je l'avais lu à sa sortie et j'avais adoré le duo, la fuite en avant... ;)

Claude LE NOCHER 09/11/2015 20:58

Salut ma Belette !
Une aventure très excitante, quand même meurtrière aussi, avec deux beaux personnages. L'ayant raté à sa sortie GF, j'en ai profité pour me rattraper ! Un bon moment de lecture, yes.
Amitiés.

Philippe 09/11/2015 12:19

Dans le prolongement - l'un des livres est une BD sur le jeune Charles de Gaulle de 14-18 - , je vous recommande les livres suivants tous parus en octobre ou novembre. J'ai pour ma part déjà achetés les BD sur de Gaulle et Mitterrand. J'envisage pour les autres.

Bonjour la France !
Charline Vanhoenacker
Robert Laffont

http://www.parislibrairies.fr/detaillivre.php?gencod=9782221190289

Joseph Kessel
Alex Boussageon
Paulsen

http://www.parislibrairies.fr/detaillivre.php?gencod=9782916552682

Mitterrand, un jeune homme de droite
Frédéric Rébéna, Philippe Richelle
Rue de Sèvres

http://www.parislibrairies.fr/detaillivre.php?gencod=9782369811022

Juger Pétain
Philippe Saada, Sébastien Vassant
Glénat - 1000 Feuilles

http://www.parislibrairies.fr/detaillivre.php?gencod=9782344005606

Charles de Gaulle t.1 ; 1916-1921
Jean-Yves Le Naour, Claude Plumail
Bamboo - Grand Angle

http://www.parislibrairies.fr/detaillivre.php?gencod=9782818934043

Cordialement

Claude LE NOCHER 09/11/2015 17:17

Belle sélection de livres, cher Philippe.
J'ai revu récemment le film de Michel Audiard "Vive la France" (1973), regard ironique et plein de verve sur l'Histoire de France (en particulier du 20e siècle, bien sûr) basé sur des images d'archives. Le magistral Audiard y glissa quelques vérités grinçantes sur la situation française. Je crains que plus personne ne possède le talent et l'esprit décalé, pour pointer du doigt nos défauts, comme il le fit avec humour... De nos jours, seule la polémique prime. D'ailleurs, on "déterre" volontiers De Gaulle, Mitterrand ou Pétain, pour alimenter certaines polémiques (voyez la brillante Nadine Morano).
Amitiés.

Philippe 09/11/2015 11:20

Bonjour M. Le Nocher,

Vous avez remarqué qu'aujourd'hui 9 novembre 2015 c'est le 45ème anniversaire de la mort du général de Gaulle ?
Sans entrer ici dans les positions de chacun sur de Gaulle, c'est une date - avec un multiple de 5 - digne d'être relevée.

Cordialement

Claude LE NOCHER 09/11/2015 11:52

Concernant l'œuvre littéraire du général de Gaulle, voici un extrait d'un texte du gaulliste Michel Droit :
"L’une de ses œuvres poétiques, pourtant, allait connaître un destin que son auteur, quand il entreprit de l’écrire — il avait alors quinze ans — était bien loin d’imaginer.

Il s’agit d’une saynète — à l’époque, on disait une saynète comique — intitulée Une mauvaise rencontre, mais où semble bien se produire, en revanche, la rencontre, tout à fait heureuse celle-ci, de l’Hugo de Ruy Blas et du Rostand de Cyrano, tels, du moins, qu’un garçon de cet âge avait déjà pu les entendre résonner au fond de lui-même.

Ladite saynète nous conte l’histoire d’un bandit de grands chemins qui, au coin d’un bois, rencontrant de nuit un bourgeois, voyageur isolé, semble beaucoup plus préoccupé de le dépouiller d’abord de son chapeau, puis de son pourpoint, bref de ce qu’il estime être les signes extérieurs de sa caste, que de sa bourse et de l’argent qui s’y pourrait trouver. Tandis que le bourgeois, lui, se révèle aussitôt prêt à tout abandonner à son agresseur plutôt qu’à essayer de se défendre.

Et c’est alors qu’apparaît finalement, lancée du haut des quinze ans de l’auteur, toute la morale de cette histoire, morale éminemment gaullienne et qu’on pourrait ainsi résumer : sans la force et la rigueur du caractère, il n’est pas d’aisance, de fortune, bref de réussite qui vaille.

Donc, disions-nous, destin inattendu que celui de cette œuvre. Et même destin à deux étages.

Car c’est d’abord à cette occasion que Charles de Gaulle va être édité pour la première fois. Ayant envoyé, en effet, un exemplaire de son manuscrit au jury d’un concours littéraire et obtenu le premier prix, il se verra proposer : soit une somme de vingt-cinq francs, soit l’édition de son œuvre à cinquante exemplaires. Il choisira évidemment l’édition. Si bien qu’Une mauvaise rencontre fera son entrée légale à la Bibliothèque nationale avec dix-neuf ans d’avance sur La Discorde chez l’ennemi, premier livre publié, en 1924, par celui qui n’est encore que le capitaine de Gaulle"
http://www.academie-francaise.fr/charles-de-gaulle-ecrivain-seance-solennelle-pour-le-centenaire-du-general-de-gaulle-0

Amitiés.

Max 09/11/2015 10:23

Bonjour Claude,
"Terminus Elicius" ne m'avait pas donné envie de lire d'autres bouquins de Karine Giebel.
Un nouvel essai s'impose (j'ai "Jusqu'à ce que la mort nous unisse"), comme pour d'autres auteurs (D.Sylvain ou B.Aubert, tiens, que des auteur(e)s féminins...).
Il m'est arrivé la même chose avec Vargas, son premier bouquin en Masque m'a tenu éloigné d'elle pendant plus de 10 ans avant que je la redécouvre avec bonheur...
Amicalement,
Max

Claude LE NOCHER 09/11/2015 11:03

Bonjour Max
Je confesse n'avoir lu que trois ou quatre romans de Karine Giebel (dont "Terminus Elicius" et l'excellent "Chiens de sang"). Je dirai franchement que j'ai bien aimé ces scénarios solides. Pour moi, "gros lecteur", c'est un moyen de varier les lectures, en passant par un bon thriller. J'ai beaucoup le style (plein d'ombres, d'incertitudes) de Dominique Sylvain et celui (souvent riche en ironie) de Brigitte Aubert. Quand on a compris que Fred Vargas aime davantage "développer" ses intrigues, avec une ambiance singulière, plus que le dénouement proprement-dit, on peut adhérer. Marie Neuser, Elena Piacentini (bientôt en format poche), Anne Bourrel, et bien d'autres romancières méritent toutes notre attention, c'est un fait.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/