Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 05:55

Printemps 1921. Américain francophone, Jeremy Nelson est un pianiste de jazz venu vivre à Paris. Désargenté, il loge rue de Clichy. Âgé de vingt-cinq ans, il en paraît davantage. Sa mère, une Russe expatriée aux États-Unis, n'a guère laissé d'indices sur son père, qu'elle rencontra lors qu'elle fut de passage en France. Jeremy n'a jamais connu ce Paul K., et ne dispose que de vagues éléments déjà anciens. Ce n'est pas à l'Hôtel de Pékin, un meublé décrépi où habita Paul K., qu'il en apprendra plus. Même s'il y croise Rince-Mirettes, un portraitiste express plutôt sympathique. On projette de bons films au cinéma le Rodéo, rue des Couronnes, appartenant à Robert Bradford. La caissière Marie Coudray ne semble pas insensible à la prestance de Jeremy. Elle va lui trouver un emploi de pianiste.

La sexagénaire Doxie Maxie est propriétaire du dancing-cabaret Le Mi-Ka-Do, à Belleville, rue du Jourdain. Un dresseur de chats, un duo d'Anglais, une goualeuse entonnant des refrains populaires, un pianiste alcoolique : tel est le modeste programme du Mi-Ka-Do. Démontrant qu'il est un virtuose du jazz, Jeremy est vite engagé à la place de son confrère nul. Par la suite, il arrivera à renouveler les attractions du club, avec les mêmes artistes. Pour Marie et quelques amis, c'est un bon moyen d'avoir à l'œil Jeremy, car ils craignent que le musicien s'avère trop curieux. Jeremy et Marie deviennent intimes, mais le pianiste garde sa part de vie privée. Il s'installe rue de Charonne, en colocation avec Jacob, un jeune type débrouillard. Il poursuit son enquête sur la piste de son père.

Il va fureter dans le quartier des Buttes-Chaumont, mais la dame contactée lui rappelle que ses indices remontent à un quart de siècle. Peu après, Jeremy est agressé par une femme mystérieuse. Il pourrait soupçonner Doxie Maxie. Grâce à un vieux cordonnier, il a accès aux registres de l'ex-gérante de l'Hôtel de Pékin. En 1892, un certain Paul Ker-son a habité l'établissement, en effet… Par ailleurs, il y a d'abord eu la mort suspecte dans le métro de Monique Martin, seconde caissière du cinéma le Rodéo. Puis c'est le dresseur de chats du Mi-Ka-Do, Serge Le Hutin, qui meurt dans un douteux accident. Doxie Maxie se pose des questions, elle, sur la disparition de Robert Bradford, propriétaire du Rodéo. Avec Jeremy pour chauffeur, elle se rend à Saint-Mandé, jusqu'à la maison de son amant.

Dans l'ombre, un homme sans pitié exerce sa vengeance, manipulant plusieurs personnes autour de Jeremy. À l'origine, il y a l'incendie d'un immeuble, deux ans plus tôt. Ni le flair du chien Rip, ni l'aide du jeune Sammy (employé du Mi-Ka-Do), ne suffiront probablement à protéger le pianiste de jazz. S'il n'a guère de chances de retrouver traces de son père, Jeremy dénouera peut-être cette affaire criminelle ?…

Claude Izner : Le pas du renard (Éd.10-18, 2016) – Inédit –

Il n'est pas difficile d'expliquer le titre de cet inédit de Claude Izner : “Le pas du renard” étant la traduction de “fox-trot”, une danse à la mode après la Première Guerre Mondiale. Le jeune héros pianiste baigne pour sa part dans l'univers musical des origines du jazz, avec des classiques tels que "Alexander's ragtime band" et autres morceaux ragtime. La play-list de cette histoire inclut aussi bien George Gershwin ou Scott Joplin que des succès français de l'époque, signés Albert Willemetz ou Erik Satie, ou des ritournelles populaires ("Cach' ton piano", "C'est une gamine charmante").

Né en 1896, Jeremy est un grand admirateur de Chaplin (né en 1889, ils sont de la même génération). Il sera donc encore question de cinéma : Pearl White, Mary Pickford, Gloria Swanson, Douglas Fairbanks, Max Linder, et les personnages de cow-boys étant les rois de cette nouvelle industrie rayonnant sur le monde entier. Sont évoqués les Studios de la Victorine, à Nice, qui deviendront un Hollywood à la française.

L'ambiance du Paris de ce temps-là nous est décrite avec soin, ou habilement suggérée selon les scènes : les immeubles vétustes où se loge vaille que vaille une population sans gros moyens, des petits métiers (tel le manchot Georges Vialet avec sa charrette, qui récupère tout et rien), des cabarets vivotant de petits spectacles, des cinémas avec leur programme complet et un pianiste-accompagnateur illustrant le film, des combinards sans malice tel le compagnon de chambre de Jeremy. Et puis, on se déplace moins alors : du cœur de Paris jusqu'à Saint-Mandé, ça reste une équipée, par exemple.

Outre la base documentaire très complète et utilisée avec souplesse, l'intrigue à suspense est riche en mystère. On est bien dans l'esprit des romans énigmatiques de ces débuts de 20e siècle. D'ailleurs, il est même fait allusion à Fantômas dans une scène. Auteures des enquêtes du libraire Victor Legris (douze tomes, chez 10-18), le duo signant Claude Izner ne manque pas d'expérience. On espère déjà retrouver Jeremy Nelson dans de futures aventures, aussi palpitantes et mouvementées que celle-ci.

 

― “Le pas du renard” est disponible dès le 7 janvier 2016 ―

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2016 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 30/12/2015 12:06

Bonjour M. Le Nocher,

A propos d'artistes et de musique, saviez-vous, moi je ne l'ai lu que récemment dans une revue d'Histoire - je ne sais plus laquelle, l'une de celles qu'on trouve en kiosque - , que l'air de " Maréchal, nous voilà ! " a, ironie de l'Histoire, été copié sur un air composé par un Juif ?
Un Juif polonais très talentueux, Casimir Oberfeld, né à Lodz en Pologne - qui sera pendant la guerre le lieu d'un tristement célèbre ghetto jusqu'à l'extermination de ses habitants - . Déporté via Drancy en 1943 et mort à Auschwitz en 1945, de froid suite à une marche de la mort.
Donc il avait composé l'opérette " La Margoton du bataillon " ( 1937 ) d'après un film de 1933. Et c'est un air de cette opérette qui sera copié pour l'hymne vichyste " Maréchal, nous voilà ! "

https://fr.wikipedia.org/wiki/Casimir_Oberfeld

Cordialement en cet avant-dernier jour de l'année

Claude LE NOCHER 30/12/2015 16:23

Bonjour Philippe
Si j'en crois la fiche Wikipedia sur cette chanson, c'est copiage sur toute la ligne :
"Elle est créée en 1941 et éditée par les Éditions musicales du Ver Luisant, mais il y a une « ressemblance frappante » avec une chanson dédiée au Tour de France 1937 et intitulée La Fleur au guidon de Frédo Gardoni. Cette maison d'édition est dirigée à l'époque par Rolf Marbot (d'origine allemande, de son vrai nom Albrecht Marcuse) et produit d'autres chansons à la gloire de Pétain, comme : La France de demain, La Marche des jeunes.
La musique de Maréchal, nous voilà ! ressemble étrangement à celle d'une chanson socialiste composé par Michel Emer et G. Aubry dénommée Chant de l'avenir, chanson des Amicales socialistes.
Au moment de la déclaration de la chanson à la SACEM celle-ci décèle une « parenté évidente » avec une composition de Casimir Oberfeld (La Margoton du bataillon) et met en garde Charles Courtioux sur cette « étrange similitude » par une note."
Il est vrai qu'avec les pétainistes, il ne fallait pas attendre la moindre honnêteté.
Amitiés.

Philippe 29/12/2015 15:02

Bonjour M. Le Nocher,

Ce n'est pas directement à propos de ce nouveau livre de Claude Izner que vous chroniquez, mais comme je vois que le héros est le fils d'une Russe expatriée.
Cela coïncide avec le fait qu'hier je repensais, à propos de ces Russes blancs qui fuirent leur pays après la Révolution de 1917, à Natalie Paley ( l'orthographe Natalie est dans son cas considérée comme la bonne, plutôt que Nathalie ). Apparentée à la dernière famille impériale de Russie les Romanov.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Paley

Qui eut la vie extraordinaire racontée dans cet article.
Violée par les Bolcheviques à douze ou treize ans.
Je projette d'acquérir la biographie par Jean-Noël Liaut, parue chez Filipacchi en 1996 puis chez Bartillat en 2005. Je vois qu'il y a eu une réédition en juin 2015 toujours chez Bartillat.
Disons aussi que Frédéric Mitterrand parle de Natalie Paley dans son ouvrage " Mémoires d'exil " ( Robert Laffont, 1999 et Pocket, 2001 ), la suite des " Aigles foudroyés " ( 1997 et 2000 ). Ces livres ayant fait l'objet d'émissions de télévision éditées en VHS de l'époque, avec le commentaire en voix-off de Frédéric Mitterrand.

Rappelons qu'une autre Natalie, Natalie Wood ( West Side Story ), dont on connaît la mort tragique par noyade ( son mari Robert Wagner a été plusieurs fois mis en cause et exonéré, ceci à juste titre je pense ), était aussi d'origine russe.

Je ne connaîs guère Jean-Yves Liaut, mais j'avais acquis en 2011 chez Robert Laffont son livre " La Javanaise " ( pas la chanson de Serge Gainsbourg, encore que je ne suis pas sûr qu'il n'y ait pas de rapport ). Consacrée à une femme peu connue en France Totto Koopmann, Néerlandaise qui connut l'occupation japonaise des îles en Asie alors colonies néerlandaises ( Java, Sumatra, Bornéo ) pendant la Seconde Guerre mondiale.

A propos de Renée Hartevelt, la jeune femme néerlandaise victime d'Issei Sagawa le Japonais cannibale à Paris en 1981, vous ne savez pas forcément que sa famille avait déjà été victime de ( " de " , non pas " des " ) Japonais ? Pendant la guerre, un oncle de Renée était un militaire combattant sur une île néerlandaise. Il fut tué par une unité japonaise occupant cette île.

Cordialement

Claude LE NOCHER 29/12/2015 20:10

Nous restons donc dans le domaine "historique", cher Philippe. Le roman traité demain mercredi, une réédition en poche 2016, aura aussi un aspect concernant le passé.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/