Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 17:55

En 1996, Michel Galabru publia une autobiographie intitulée “Je l'ai perdue au 18”. Si l'on a aimé le personnage qu'il incarnait, avec son exubérance, ce livre nous renseigne davantage sur l'homme qu'il fut. Sans doute en rajoutait-il sur son enfance de cancre. Il évoque dans ce livre des souvenirs d'alors qui l'ont marqué. L'épisode le plus étonnant de sa vie, et certainement le moins connu, se place durant la guerre. Envoyé au STO, il échoua en Yougoslavie. Il fut libéré par les Partisans de Tito, avec lesquels il passa plusieurs semaines, période très singulière qui ne lui laissa pas une mauvaise impression.

Le jeune Galabru fut récompensé par un Premier Prix du Conservatoire, et entra à la Comédie Française. Étape trop souvent oubliée dans son parcours. Il décrit dans ces mémoires le petit monde en question, d'une façon délicieusement ironique. Outre ses premiers succès, Galabru décrit ses amitiés professionnelles (dont celle avec Louis de Funès), ses admirations (Sacha Guitry, Michel Simon), et évoque ses amitiés de toujours (le comédien et réalisateur Jean Pignol, 1924-1990). Une autobiographie permet de mieux connaître l'intéressé. Celle-ci est, en plus, fort bien écrite : on navigue entre l'enfance, son métier, ses réflexions, de manière non-linéaire, sans jamais être confuse ni brouillonne. Réalisme, sens de la dérision, absence d'hypocrisie, Galabru n'avait pas la "grosse tête". C'est sûrement pour cela qu'il était populaire.

Michel Galabru : Je l'ai perdue au 18 (Éditions Harca, 1996)

Le texte de 4e de couverture de “Je l'ai perdue au 18” :

« Quand j'étais jeune, ça m'aurait bien dit d'être écrivain. Mais j'avais le complexe du cancre. J'avais la syntaxe flottante, l'orthographe incertaine. Et puis, il fallait inventer des histoires, créer des personnages. Peut-être n'en avais-je pas le talent. C'est plus facile, l'âge venant de réinventer sa vie, d'écrire ses "mémoires". Moi j'avais l'impression de m'être fait baiser ; d'abord par les profs, par les parents, par les curés, puis par les femmes, les agents du fisc, les metteurs en scène. A la relecture, je me rends compte aujourd'hui combien ce sentiment était justifié. Mais je n'avais pas perçu à quel point tout cela était une farce énorme : "Une histoire de fou racontée par un ivrogne". En fait, seules les incandescences, les étincelles, sont intéressantes, le reste n'est pas là que comme remplissage, une sorte de sauce qui a le même goût pour tout le monde, qu'on soit clown ou plombier. Mes mémoires c'est ça : "Du Ketchup avec des étincelles".

Par delà les mythes sous lesquels on a parfois caché son vrai visage, Michel Galabru écrit là son premier livre, et quel livre ! Pour un coup d'essai c'est un coup de maître, un véritable bonheur pour le lecteur, avec une qualité d'écriture qui en surprendra plus d'un.»

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

holden 07/01/2016 17:33

bonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnne annnnnnnnnnnnnnnnnnnnnée
pfttttttttttttttttttttttttttttttttt
oui de quoi ?

Claude LE NOCHER 07/01/2016 17:59

2016, année de braise ou de malaise ? de synthèses ou de foutaises, voire de fadaises ? entre parenthèses (en charentaises)ou pas si mauvaise ?
Meilleurs Vieux, oups... Meilleurs Vœux, Dom !

(le bébé est bien arrivé).

Pierre FAVEROLLE 05/01/2016 06:33

Salut Claude, Tristesse, grande tristesse. Un homme qui jouait de son image et qui vivait pour le divertissement. Amitiés

holden 08/01/2016 10:38

surtout à se revoir, c'est tout ce que je nous souhaite mon ami

Claude LE NOCHER 05/01/2016 06:39

Salut Pierre
Oui, un grand bonhomme du spectacle, qui mérite qu'on ne l'oublie jamais. Si tu as l'occasion de retrouver ce bouquin, c'est à la fois drôle et tendre, à son image.
Amitiés.

Philippe 04/01/2016 19:31

Bonjour M. Le Nocher,

Oui, je l'ai appris cet après-midi. C'est bien triste pour cet immense comédien et ce bon vivant avec un coeur gros comme ça. Nous ne l'oublierons pas.
Disons-le, à 93 ans, c'est moins inattendu que pour l'autre Michel, Delpech, qui nous a quittés à seulement 69 ans, bien que certes il avait ses cancers de la gorge et de la langue depuis déjà un certain temps.

Cordialement

Claude LE NOCHER 04/01/2016 20:04

Bonjour Philippe
Il va sans dire que Michel Delpech et Michel Galabru faisaient partie des artistes s'inscrivant dans notre décor collectif. J'ai donné ce livre depuis, mais je me souviens avec une certaine tendresse de l'autobiographie de Galabru. Bien qu'il ne s'agisse pas de polar, pourquoi ne pas l'évoquer ? Demain, ce sera plus "british".
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/