Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 05:55

Dans nos campagnes françaises, le brigandage est intemporel. Des malfaiteurs s'attaquent aux voyageurs mal protégés, aux propriétés prospères, aux notables fortunés. Violence et vols ne sont pas rares dans le royaume. Quand arrivent les années 1790, la Révolution entraîne une instabilité politique et sociale. Guerroyer aux frontières et contre les chouans ennemis de la nation, ça ne laisse que trop peu de forces de l'ordre pour lutter contre les criminels. Les prisons étant déjà pleines, il faut réquisitionner d'anciens locaux religieux, où les évasions sont plus aisées. L'autorité fait ce qu'elle peut, mais la réorganisation du pays est bien lente. On colmate les failles, on réglemente vaille que vaille, tandis que les brigands développent leurs activités et leurs réseaux à travers la France.

C'est particulièrement vrai entre Chartres, Orléans et la Beauce. Il n'est pas difficile de s'éloigner de quelques lieues après un méfait ou de se cacher durant un temps. Quand un Lorrain comme Nicolas Cloche, militaire plusieurs fois déserteur, repère tel endroit où il trouvera quelque gain, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait rapine. Quand le couple Horeau est sauvagement assassiné dans sa propriété viticole, il est plus simple d'accuser un trio de Prussiens semi-prisonniers que d'envisager que les Pelletier, employés par les victimes, soient complices. Quand, quelques mois plus tard en 1795, le château de Gautray est mis à sac par une bande de brigands, maltraitant les habitants et dérobant tout ce qui leur tombe sous la main, on peut accuser "la bande d'Orléans" sans vraiment les identifier.

Ils sont fort bien organisés dans ce groupe de malfaiteurs autour de Beau-François, connu aussi sous le nom, ordinaire à l'époque, de Jean Anger. Depuis les "mioches" jusqu'à leurs aînés, en passant par leurs compagnes plus ou moins prostituées, tout le monde possède son sobriquet et chacun a un rôle actif dans la bande. Ou plutôt dans "les bandes" : toutes ont leur territoire, mais leurs membres agissent parfois seuls, ou s'acoquinent d'occasion avec tel groupe avant d'en rejoindre un autre. Quand règne une misère noire, les plus pauvres errant sur les routes, ces bandes acceptent volontiers les plus hardis. Profiter du désordre ambiant et ne pas être avare de cruauté, ainsi trouve-t-on de bonnes recrues. Si ces nouveaux ont fui la prison, celle de Chartres entres autres, ce n'est que mieux.

Alain Bouzy : La loi de la guillotine (Cherche Midi Éd., 2016)

La guillotine, châtiment ultime né depuis peu, ne les dissuade sûrement pas. En marge de la société si mal armée contre eux, les brigands n'ont peur de rien, d'autant que beaucoup ont connu le bagne (qu'on nomme encore les galères). La Justice ne traque-t-elle pas en priorité les prêtres réfractaires, les aristocrates déchus, et quelques chouans ? Pendant ce temps, on cambriole presque impunément, on trucide au besoin sans états d'âme. “Il n'y avait rien de plus terrible pour les populations, que de voir débarquer en pleine nuit une horde vociférante, qui cassait votre porte, molestait le chef de famille, menaçait l'épouse ou la domestique. Plus le pain se faisait rare et plus les brigands étaient audacieux.” Si le prix du blé explose, c'est parce que les meuniers spéculent. Les bandits vont les cibler.

Avec sa bande d'enragés, le Rouge-d'Anneau pille les biens du meunier Auger. Dans le Loiret, le meunier Lejeune est victime d'une autre razzia. Grâce à un charretier témoin, le juge Guérin suit une piste qui aboutit à plusieurs arrestations. En 1797, à Gérainville, du côté de Châteaudun, les meurtres de la veuve Coupé et de son berger donnent lieu à une enquête sérieuse, permettant là encore d'arrêter quelques brigands. Pourtant, les bandes multiformes continuent à sévir, utilisant l'esprit anti-républicain pour trouver des alliés. En 1798, à Milhouard, la ferme de Nicolas Fousset, soixante-trois ans, est attaquée par la bande de Beau-François. On torture le paysan pour lui faire avouer où il cache son supposé magot. L'affaire fait grand bruit dans la région.

Le juge de paix d'Orgères, M.Fougeron, fut longtemps un opposant à la Révolution, mais c'est un juriste compétent. Le maréchal-des-logis Vasseur, qui enquête sur le crime de Milhouard, est partisan de l'éradication des bandes de brigands. Le juge et le gendarme se complètent dans l'efficacité. M.Fougeron fait même appel à Lambrechts, le ministre de la justice, afin d'obtenir des renforts. De gros moyens sont déployés en Beauce : “...deux pelotons de hussards, soit quatre-vingt cavaliers”. Le Borgne-de-Jouy, un des complices de Beau-François, ne tarde pas à avouer – ce qui permettra bientôt au juge d'auditionner plus de trois cent suspects. Le 2 février 1798, Beau-François est arrêté : “Fougeron comprit qu'il aurait fort à faire avec cet oiseau-là, dont le regard flambait d'insolence.”

La Beauce en a-t-elle fini avec les méfaits de Beau-François, du Rouge-d'Anneau et de “la bande d'Orgères”, à l'heure où la Révolution cède la place à un régime plus stable ? Si la guillotine est prête à servir, les magistrats feront-ils preuve de la sévérité indispensable ? Possible que Beau-François échappe encore aux griffes de la Justice… Utilisant une riche documentation, Alain Bouzy illustre par l'exemple la "criminalité" qui s'est répandue en ces temps troublés, sans oublier d'évoquer le contexte révolutionnaire. Incertitudes politiques et sauvagerie des brigands vont de pair dans ce récit fluide, relatant le climat d'insécurité des années 1790 et les circonstances authentiques autour de ces bandes. Un aspect de l'Histoire brillamment retracé dans ce livre passionnant.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs Polar_2016
commenter cet article

commentaires

Philippe 27/02/2016 06:50

Bonjour M. Le Nocher,

Rappelons rapidement que la guillotine a eu des précurseurs tels que les tranche-tête, dont la Maiden écossaise ( Halifax gibbet ).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tranche-t%C3%AAte

( Notons que l'ouvrage cité de Martin Monestier, " Peines de mort " , 1994, est paru au Cherche-Midi comme le livre que vous chroniquez. )
Et que la guillotine aurait dû plutôt s'appeler la Louisette, car elle était d'abord l'invention du docteur Antoine Louis, collègue et peut-être ami de Joseph-Ignace Guillotin, et du facteur d'orgues allemand Tobias Schmidt.
Mais je voulais dire que je vois que vous mentionnez un certain Pelletier.
Ce peut aussi bien être Nicolas Pelletier, brigand de grand chemin et toute première personne à être guillotinée en France, en 1792, qu'un homonyme ?

Voyez cet article de 2008 du blog Executed Today :

http://www.executedtoday.com/2008/04/25/1792-nicolas-pelletier-first-executed-guillotine/


Cordialement

Claude LE NOCHER 27/02/2016 07:45

Bonjour Philippe
Si Nicolas Pelletier est cité dans le livre, c'est d'un Théodore Pelletier dont il s'agit, condamné à mort plus tard pour complicité dans le double meurtre des époux Horeau. "(Origine) Celui qui fabrique ou vend des peaux, des fourrures. Nom très porté dans toute la France : Pelletier est classé au 127ème rang des noms de famille en France" selon le site Geneanet. Bien sûr, Alain Bouzy évoque les vrais créateurs de la guillotine, il précise même les "améliorations techniques" demandées par ceux qui l'utilisaient en province.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/