Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 05:55

Dix ans plus tôt, John Turner végétait dans son Afrique du Sud natale, modeste Blanc sans avenir dans ce pays en mutation. Il se prenait pour un écrivain, mais n'avait aucun talent. Il vivotait en traficotant de la drogue, s'endettant car il consommait plus qu'il n'en vendait. Sa route croisa un jour celle du flic afrikaner Christiaan Bekker. Un combinard au cynisme affiché : “Au bout d'un mois à l'école de police, je me suis glissé dehors une nuit et j'ai braqué un boui-boui à négros avec mon arme de service. Je suis rentré discrètement et personne n'en a rien su. C'est comme ça pour moi depuis. Je me sers du badge. Je me sers du flingue. Et je m'en suis plutôt bien sorti jusqu'à présent.” Son nouveau plan, c'était de kidnapper la gamine d'une riche famille noire de Johannesburg. Bekker avait besoin d'un complice. Une belle opportunité pour Turner.

Voilà près de dix ans que, installé près de Tucson en Arizona, John Turner s'est reconverti en homme d'affaires, grâce à un brevet d’aspirateur de piscine. Il est marié à Tanya, qui fut sa voisine à Johannesburg. La jeune femme avait échappé à la tuerie sanglante dont furent victimes ses parents. Cela lui forgea un tempérament froid et volontaire. Professeur d'université aux États-Unis, Tanya sait que sa carrière ne progressera pas. Car elle refuse de s'assimiler à la vie américaine, cultivant encore son accent d'origine. John et Tanya ont une fille de neuf ans, Lucy. Mais le couple fonctionne plus mal que jamais. Turner voudrait divorcer et refaire sa vie avec la blonde Grace Worthington, son assistante. Nerveuse et offensive, Tanya refuse absolument, menaçant de le faire chanter. Elle sait tout ce qui s'est passé en Afrique du Sud, ce qui causerait d'énormes ennuis à son mari.

De son côté, le flic Bekker a fini par quitter son pays pour venir lui aussi vivre en Arizona, à Phoenix. Quand il recontacte John Turner, ce dernier pense que Chris Bekker peut lui venir en aide, afin d'éliminer Tanya. L'ancien policier ne veut pas être l'exécuteur, tandis que Turner aurait un alibi solide pendant ce temps-là. Autant agir rapidement, un jour où la petite Lucy est absente, peu après que Grace ait quitté les lieux après son travail.

C'est ainsi que trois tueurs s'invitent dans la propriété du couple : Shorty, Tard et Bone agressent avec violence John et, surtout, Tanya. Celle-ci ne craint pas d'affronter le trio, avec son caractère provocateur, même s'ils s'acharnent sur elle. Les braqueurs semblent là pour l'argent, raflant les cartes de crédit, exigeant le fric du coffre-fort. Mais le retour prématuré de Lucy va tout changer, d'autant que l'ami des Turner qui la raccompagne est buté sans pitié par les tueurs. Même si la situation a dérapé, Bekker pense tenir en main ses deux complices, ses larbins. Pas si sûr, car la tension est forte, mais n'a pas encore atteint son paroxysme. Des victimes, il y en aura d'autres…

Roger Smith : Un homme à terre (Éd.Calmann-Lévy, 2016)

Ce roman extrêmement dur aurait pu s'intituler “La rédemption par le sang”, ce que nous suggèrent certains passages de l'histoire. En effet, on nage ici dans une noirceur des plus violentes. Les coups pleuvent, le sang coule, les tirs d'armes à feu fusent. On comprend tôt que la force prime, qu'aucun des protagonistes ne fera preuve de faiblesse. C'est le Diable qui mène la danse, sans doute depuis longtemps dans la vie de Turner, de Tanya et de Bekker, les Sud-Africains expatriés. C'est là qu'intervient toute l'intelligence du récit, à l'opposé d'un scénario linéaire.

Dans un désordre soigneusement agencé, d'une cohérence qui permet que le lecteur ne soit jamais perdu, l'auteur nous renvoie à des moments anciens ou plus récents de la vie de ses personnages. Ce qui lui permet d'évoquer l'Afrique du Sud et ses contradictions, ou le mirobolant rêve américain qui ne convient pas forcément à tous. Cette structure dessine le portrait des uns et des autres, de John Turner qui n'est pas vraiment un type brillant, de Bekker pas exactement doué pour les coups d'envergure, de la psychorigide Tanya. Le but n'est pas de nous présenter des héros attachants. Âmes sensibles s'abstenir. D'une sacrée efficacité, ce noir polar est percutant à souhaits.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2016 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

roudet 01/03/2016 09:39

Quel dommage que vous ne preniez jamais la peine de nommer les personnes qui ont mis des mois à traduire les livres que vous aimez tant !

Claude LE NOCHER 01/03/2016 10:38

En effet, je ne cite jamais les traducteurs, dont je respecte infiniment le travail. J'en ai déjà expliqué la raison : ils sont nommés sur chaque livre qu'ils traduisent, bien souvent cités sur les catalogues, c'est un métier correctement payé. Je ne vois pas pourquoi, à mon humble niveau, je devrais les "mettre en valeur" puisque c'est fait par ailleurs.

wollanup 23/02/2016 20:53

Salut Claude,
je suis en train de le terminer,il est excellent!

Claude LE NOCHER 24/02/2016 06:42

Salut Wollanup
Je ne saurais mieux dire... Je crois que la chronique du jour va aussi t'intéresser...
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 23/02/2016 20:01

Coucou^^

Les romans de Roger Smith sont loin de la douceur d'un Barabara Cartland, et heureusement... de lui, j'avais lu "mélanges de sang" et j'avais adoré.

Claude LE NOCHER 23/02/2016 20:25

Bonsoir ma Belette !
Avec Roger Smith, ça secoue, ça sanguinole, ça trucide ! Pas vraiment sentimentaux avec espoir d'une vie harmonieuse, les héros de cette histoire. Ah, ça fait grand bien !
Amitiés.

Philippe 23/02/2016 16:49

Par ailleurs, le blog Executed Today que je lis chaque jour comme le vôtre proposait hier cet article :

http://www.executedtoday.com/2016/02/22/1864-the-pirates-of-the-flowery-land/

Outre que cette histoire peu connue ( moins que le Bounty ou d'autres ) d'une mutinerie à bord d'un navire anglais de l'Amirauté au 19ème siècle est intéressante et suscite des questions d'ordre philosophique, juridique, j'attire votre attention sur le lien indiqué :

https://www.arthur-conan-doyle.com/index.php/A_True_Story_of_the_Tragedy_of_Flowery_Land

Le futur créateur de Sherlock Holmes n'avait que cinq ans à l'époque des faits en 1864, mais cette affaire imprégna assez sa mémoire pour que plus tard il en tire cette nouvelle.

Cordialement

Claude LE NOCHER 23/02/2016 20:19

J'irai voir ça, cher Philippe, mais la journée a été longue, et le roman suivant (captivant suspense) m'attend...
Amitiés.

Philippe 23/02/2016 16:07

Rebonjour M. Le Nocher,

Je me demandais si vous connaissiez le livre :

La plastiqueuse à bicyclette
Jeanne Bohec
Mercure de France, 1975
Félin, 1999
Sextant, 2004
Et in " J'ai vécu la Résistance " , Bayard Jeunesse, 2005 ( 3 histoires de Résistants )

Il m'est revenu que j'avais entendu parler ( sur le blog de Philippe Poisson ) de ce récit il y a quelques années.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_Bohec

Jeanne Bohec, morte seulement en 2010 à 91 ans, était, vous le savez ou pas, une résistante bretonne, issue du monde des lettres.
Notez la savoureuse fantaisie ( enfin pas du goût de tout le monde, je m'en doute ) de l'illustration de la couverture de l'édition originale de 1975 : pour montrer que Jeanne Bohec est Résistante et bretonne, elle est représentée avec la célèbre coiffe bretonne - qui n'était déjà plus portée à l'époque de la guerre - , chevauchant une bicyclette, en route pour aller faire du sabotage avec du plastic.

Cordialement

Claude LE NOCHER 23/02/2016 16:44

Je connaissais (assez vaguement) l'histoire de Jeanne Bohec. Le dessin de couverture de 1975 ( http://ecx.images-amazon.com/images/I/41y4uJ92fML.jpg ) est assez ridicule, se voulant humoristique je suppose : un train qui explose, un casque allemand qui vole, et une bigoudène (elle n'était pas de cette région bretonne) en sabots jubilant sur son vélo.
Partout en France, un grand nombre de femmes servirent "d'agents de liaison" pour la Résistance, bien souvent à vélo (moyen de transport courant, et surtout pratique). Ce n'était pas si "folklorique", car elles prenaient de véritables risques. Jeanne Bohec était, quant à elle, une scientifique autant qu'une femme d'action, ce qui mérite d'être salué.
Amitiés.

Philippe 23/02/2016 14:54

A propos de Gilles Paquet-Brenner, rappelons q'il a longtemps été un réalisateur de comédies, mais a surpris en réalisant " Elle s'appelait Sarah " en 2010 d'après le roman de Tatiana de Rosnay. Histoires croisées d'une journaliste américaine en 2002 et d'une fillette juive pendant la guerre.
Et qu'en parlant des sens différents que peut avoir un même mot, le mot " key " du titre original Sarah's key a plusieurs sens. La clé, objet matériel que Sarah utilise pour fermer le meuble où est caché son petit frère pendant la rafle ( quand des années plus tard elle a échappé à Vichy et revient le chercher, il est mort de faim depuis les premiers jours et son corps dégage une odeur atroce que les nouveaux occupants prenaient pour un chat ou un oiseau mort ) ). Et la clé dans la vie de Sarah.
Notons la toujours excellente Kristin Scott-Thomas dans le rôle de la journaliste et surtout la révélation de la jeune Mélusine Mayance dans celui de Sarah. Et rappelons qu'elle a ensuite joué Julie dans le téléfilm " Les Jeudis de Julie " ( avec un scénario d'un auteur prénommé Sylvie dont le patronyme ne me revient pas immédiatement, qui avait écrit l'un des Petits polars du Monde que vous aviez chroniqués ) , d'après le polar de Georges-Jean Arnaud ( 1978 ).
Polar que vous aviez chroniqué, je renvoie à cette chronique que vous avez faîte en 2013 ou 2014.

Cordialement

Claude LE NOCHER 23/02/2016 16:35

Kristin Scott-Thomas est une comédienne que j'aime beaucoup. Quant au roman de Tatiana de Rosnay, je n'ai pas éprouvé l'envie de le lire. Sans doute ma vieille méfiance envers les best-sellers affichés d'avance en tant que tels.
Amitiés.

Philippe 23/02/2016 07:21

Bonjour M. Le Nocher,

Vous connaissez comme moi le drame dans la vie de la comédienne sud-africaine Charlize Theron : quand elle avait quinze ans, sa mère a tué leur père et mari, en état de légitime défense.
Charlize Theron a joué dans le film Dark Places, dont j'ai acheté le DVD l'année dernière.
Dans une interview, elle répondait quant aux parallèles entre sa vraie vie et l'histoire dans ce film.
Je vous laisse le soin de chercher un synopsis du film, que je n'ai à ce jour pas encore visionné.
Je crois que l'héroïne donc interprétée par Charlize Theron a vécu le meurtre d'une personne de sa famille 15 ou 25 ans plus tôt, et que l'auteur de ce crime revient dans sa vie à l'occasion de sa sortie de prison ou autre, je ne sais plus très bien.

Cordialement

Claude LE NOCHER 23/02/2016 07:49

Bonjour Philippe
Je vois que "Dark places" est adapté du roman de Gillian Flynn "Les lieux sombres", par le cinéaste français Gilles Paquet-Brenner.
J'adore le mot anglais "dark" qui signifie : sombre, obscur, noir, foncé ou brun (dark hair), profond (deep dark), couleur nuit. Toutes les nuances du gris-noir dans un seul mot si court.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/