Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 04:55

Loupo est un braqueur actuel, qui fréquente peu le milieu des truands, dont il sait se faire respecter, au besoin. Même s'il opère avec son ami Kangou, qui pilote les motos volées à chaque coup, et sur les tuyaux de leur copain Le Chat, Loupo est un solitaire dans l'âme. Kangou et lui pillent des banques de Paris et de sa région. S'il est surnommé Le Flingueur, c'est parce que Loupo tire à chaque braquage pour impressionner employés et clients. Il a amassé un joli tas de fric, auquel il ne touche pas. Marié à la belle Maria, père de famille, Kangou se shoote un peu et perd pas mal de ses gains au jeu. Néanmoins, Loupo peut avoir une confiance totale en lui. En attendant le gros braquage, il faut patienter avec des coups moins rentables.

Loupo n'est pas de ceux qui bénéficieraient de circonstances atténuantes devant la Justice. Certes, abandonné par sa mère, il connut l'orphelinat, l'Assistance Publique d’Évry, ce qui attisa certainement sa révolte intérieure. Tôt, avec quelques potes, Loupo s'engagea dans la délinquance. C'est ainsi qu'ils perdirent leur ami Smalto. Ça n'arrêta pas Loupo dans sa marche en avant, vers des braquages toujours plus juteux et risqués. Le dernier en date va mal tourner. Comme toujours, Loupo tire pour affoler les gens dans la banque. Par accident, il touche un môme, dont il ne sait s'il est mort ou blessé. En plus, il n'y a quasiment pas de fric dans cette agence, car on les a prévenus.

Loupo culpabilise au maximum, envisage le suicide, mais songe plutôt à se rendre après avoir laissé son pactole à Kangou. Il devine qui les a balancés. Avant de se livrer aux flics, c'est une affaire que Loupo doit régler. Le gang d'en face est dangereux, mais il a des arguments-choc et pas grand chose à perdre. S'il était capable de s'attacher à la jeune Nora, sincèrement amoureuse de lui, peut-être agirait-il autrement. Mais l'étape qu'il vient d'entamer est probablement sans retour…

Jacques-Olivier Bosco : Loupo (Éd.Pocket, 2016)

Quand une histoire est racontée par le héros, à la première personne, ça donne du rythme et ça permet des images explicites puisque personnelles : “C'est pour ça que je m'y sens chez moi, la nuit. Seulement la nuit. J'ai les sens qui guettent, qui attendent. Je me rappelle tous les coups qu'on faisait, les petits cambriolages de pavillons, les casses d'entrepôts. Parfois la nuit était glacée, mordante et agressive...” Un mode narratif direct et efficace, idéal pour un roman d'action de ce genre.

La psychologie du héros est particulière : c'est un type froid, déjà “en sursis” bien avant cet épisode de sa vie. Il ne souhaite ni admiration, ni pitié. Ses moments d'apitoiement sur lui-même (“Je suis un monstre. Je le savais. Je le savais.”) ne sont pas destinés à nous émouvoir. Les braquages répondent à son besoin d'adrénaline, qui afflue pendant quelques minutes, même si l'excitation du casse reste brève. Voilà la seule drogue de ce loup solitaire.

L'auteur fait référence à Léo Malet et André Héléna, pionniers du roman noir à la française. La délinquance glissant vers la criminalité est intemporelle, en effet. La violence devient vite l'unique réponse des gens traqués. Loupo fait parfois penser aux personnages désabusés de David Goodis, conscients qu'ils seront rattrapés par la fatalité. Ils ont connu trop de déboires pour solliciter la sympathie. Cette notion n'existe pas dans le monde des animaux, or Loupo se veut animal. Un polar solide et percutant.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2016 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Serge 31 13/05/2016 23:57

Salut Claude.
Je vais faire mon râleur: à vrai dire, "Loupo" a déjà été publié en poche, chez Jigal même (ainsi que "Quand les anges tombent"), et j'aurais bien aimé que Pocket jette son dévolu sur un inédit dans ce format. Par exemple "Et la mort se lèvera", son 1er titre, je crois (tu connais mon vice de la chronologie...). Mais, après tout, Jigal est moins bien distribué que Pocket. Gageons que de nombreux lecteurs découvriront (et apprécieront) JOB... ce qui incitera Pocket à poursuivre les rééditions...
Amitiés.

Claude LE NOCHER 14/05/2016 06:33

Salut Serge
Dans la mesure où il ne s'agit pas de "série", c'est moins embêtant.
Sans me faire l'avocat de Pocket, je vois qu'ils mettent de plus en plus en valeur des auteurs français (on le constate pour Elena Piacentini, par exemple) possédant une tonalité personnelle. Ce qui permet effectivement de "populariser" les noms et les livres de ces auteurs, d'abord connus des passionnés. Je confirme que JOB mérite un large public.
Amitiés.

yv 13/05/2016 08:14

Salut Claude
c'est le premier JOB que j'ai lu je crois, enfin, je ne sais plus trop, mais de toutes façons, ils sont tous très "coup de poing", des livres à lire vite
Amicalement,

Claude LE NOCHER 13/05/2016 08:30

Salut Yves
Bonne définition des polars de JOB, oui : ça bouge, ça frappe, ça percute !
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 12/05/2016 15:27

Il est sorti chez Pocket, bonne nouvelle parce que Jigal n'exporte pas vers la Belgique ! :lol:

Claude LE NOCHER 16/05/2016 20:03

Salut Belette
Depuis toujours, la diffusion a été le handicap des éditeurs organisés en "petites structures", je ne t'apprends rien.
Je suppose que, outre Jigal, il en est à peu près de même pour les éditions Le Passage. C'est donc en pensant à toi que je chronique aujourd'hui un roman de Gilda Piersanti, désormais dispo chez Pocket.
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 16/05/2016 19:46

Oui, mais il m'avait été répondu, dans une toute grosse librairie de Bruxelles, que Jigal ne livrait pas en Belgique à cause des frais de port trop importants... Le transport en camion, c'est pas gratos, apparemment et voilà pourquoi on ne trouve aucun Jigal dans nos rayons... :((

Claude LE NOCHER 12/05/2016 16:46

Jigal est pourtant un éditeur "international", enfin presque ! (^_^)
Amitiés.

wollanup 12/05/2016 12:23

Ah ouais JOB,c'est un très bon et un mec en or.Il chronique parfois chez nous.

Claude LE NOCHER 12/05/2016 16:54

En effet, W.! Ses chroniques chez Nyctalopes ne manquent ni d'enthousiasme, ni de style. Un auteur dont on a plaisir à évoquer les romans.
Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 12/05/2016 06:39

Salut Claude, mon préféré de JOB avec Le Cramé. Excellent polar. Amitiés

Claude LE NOCHER 12/05/2016 06:46

Exact, mon cher Pierre.
Puisque "Loupo" est désormais dispo en version poche, celles et ceux qui ne connaissent pas encore JOB ont là une opportunité de découvrir cet excellent auteur.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/