Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 04:55

Anglais, Gilbert Woodbrooke est marié à Naoko, une Japonaise. Ils vivent à Londres, avec leurs deux enfants de douze et dix ans, Ken et Naomi. Photographe, Gilbert commence à bénéficier d’une petite notoriété dans ce milieu artistique. Sa spécialité, ce sont les photos fétichistes avec de belles Japonaises. En ce mois de juillet 1994, une exposition lui est dédiée à la galerie "Deep" de Tôkyô. L’endroit appartient à Julius B.Hacker, reconnu en ce domaine, qui apprécie l’amour avec de jolies Japonaises. Gilbert Woodbrooke se rend à Tôkyô pour cet évènement, ce sera son septième voyage dans ce pays depuis 1979. S’il parle très correctement la langue, Gilbert lit mal le japonais écrit. Ce qui n’est nullement indispensable vis-à-vis des modèles bénévoles qu’il photographie.

N’étant pas très argenté, Gilbert bivouaque avec son sac de couchage dans une boutique sado-maso, où sont employés la ravissante Natsuka Mori – une de ses modèles, et le petit ami de celle-ci, Hiroaki. Pas le grand confort, mais suffisant. Le patron de la boutique va lui offrir une carte téléphonique truquée, permettant des appels gratuits, ce qui l’aide à rester en contact avec sa famille et ses amis locaux. D’ordinaire, les Japonais s’avèrent courtois, mais une séance photo avec Natsuka sur le toit d’un immeuble décrépi est sur le point de mal tourner, dès le début de son séjour. On présente à Gilbert la jeune Satomi, qui pourrait lui servir de modèle, mais elle n’est pas vraiment attirante. Avec Natsuka, le photographe se montre trop maladroit dans sa quête amoureuse pour qu’elle accepte.

Quand arrive la soirée branchée d’inauguration de son expo, le bilan est assez déprimant pour Gilbert. Zéro photo vendue, et zéro côté drague : il n’est pas loin de penser que ce nouveau voyage est une connerie. À cause de la chaleur caniculaire peut-être, son genou enflé a besoin de soins, ce qui entraîne des frais supplémentaires. Les finances de Gilbert, déjà limitées, virent de plus en plus au rouge. Lors d’une soirée en l’honneur d’un éditeur, l’Anglais repère quelques jeunes filles pouvant devenir ses modèles. Mais celles-ci sont encadrées par des yakusas, des mafieux qui veulent racketter Gilbert. Même s’ils frappent le photographe, il n’a pas les moyens de payer. Ce qui le fait passer du statut de "gaijin" (étranger) à celui bien moins honorable de "keto" (métèque).

Après cette altercation, l’Anglais fait la connaissance de Takeshi Terakoshi, qui paraît être un homme puissant. Il veut faire traduire son livre, bien que Gilbert s’en sache incapable. L’essentiel était de sortir des griffes des yakusas avant de rejoindre à dîner quelques amis. Outre Julius B.Hacker et la chaude Takako, qui met son appartement à la disposition de Gilbert s’il le souhaite, il y a là Akiko. C’est une hôtesse de l’air avec laquelle Gilbert a des relations épisodiques. Cette fois, l’Anglais risque de ne pas atteindre son but avec la belle Akiko. Ce qui assombrit encore le bilan négatif de ces coûteuses "vacances" au Japon.

Un tremblement de terre effraie Gilbert, puis c’est une Aïkawa – dont il ne se souvient pas – qui cherche à le joindre. Il préfère rester auprès de la séduisante Natsué, espérant échapper avec elle au fiasco sexuel de ce voyage. Gilbert va bientôt être confronté à des "uyoku", yakusas défendant l’idéologie d’extrême-droite. Certes, ce n’est pas le cadavre de l’Anglais que l’on retrouvera dans une photocopieuse, mais – s’il est encore temps – Gilbert espère pouvoir prendre l’avion pour retourner à Londres…

Romain Slocombe : Un été japonais (Série Noire, 2000)

Romain Slocombe avait déjà tout un parcours artistique à son actif, quand il publia ce livre : bande-dessinée, photographie, illustrations, romans-jeunesse, réalisation de films. Mais ce premier opus de sa tétralogie "La crucifixion en jaune" (quatre titres publiés chez Gallimard, puis Fayard) marque une étape dans sa carrière. Il va désormais se consacrer, pour l’essentiel, à l’écriture – même s’il reste par ailleurs photographe émérite. Depuis, il a été couronné par plusieurs prix littéraires : Prix Arsène Lupin et Prix Mystère de la critique 2014 (pour "Première station avant l’abattoir"), Prix Calibre 47, Trophée 813 et Prix Nice Baie des Anges 2012 (pour "Monsieur le Commandant"). Malgré ces succès, cet écrivain et artiste chevronné qu’est Romain Slocombe reste flegmatique – peut-être est-ce dû à ses origines britanniques ? – et d’une simplicité amicale. Un auteur fort sympathique.

Nul doute que cet “Été japonais” publié en 2000, raconté à la première personne, s’inspire des tribulations nippones de Romain Slocombe. Comme ce Gilbert Woodbrooke, n’est-il pas alors marié à une Japonaise et photographe fétichiste ? Outre l’intrigue flirtant avec le genre polar, c’est surtout à une exploration du Japon, de sa culture et de ses coutumes, de sa criminalité aussi, qu’il nous invite. Notons une autodérision toute british, car ce Gilbert n’a rien d’héroïque, ni de tellement glorieux. Pas un "keto", terme méprisant utilisé par les yakusas à son encontre, mais pas un séducteur charismatique, loin s’en faut. Une fiction palpitante, qui nous initie à quelques aspects tokyoïtes, et permet de mieux connaître l’œuvre de cet excellent auteur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe 21/07/2016 11:03

Bonjour M. Le Nocher,

Voyez l'un des deux posts ( je parle de l'autre sous votre chronique du livre de Pierre Vial-Lesou ) de ce jour du blog Rare Historical Photos.
Il a quelque rapport avec le sujet d'" Un été japonais " de Romain Slocombe.

http://rarehistoricalphotos.com/tokyo-striptease-show-1957/
A stripper at a Tokyo striptease show is taken past the audience on a lighted walkway, 1957

Cordialement

Claude LE NOCHER 21/07/2016 16:10

Bonjour Philippe
Une strip-teaseuse "habillée", c'était très osé !
En précisant que la censure est toujours active au Japon, concernant les pilosités intimes féminines. Ce qui n'empêche pas la production de films X depuis une bonne quarantaine d'années. Slocombe précise d'ailleurs que rares sont les perversions interdites dans ce pays... mais pas de poils pubiens.
Amitiés.

Philippe 20/07/2016 07:44

Bonjour M. Le Nocher,

Vous ne connaissez pas forcément le photographe Baudouin de Rochebrune, aujourd'hui à la retraite. J'étais allé lui rendre visite il y a quelques années chez lui à Montreuil.
Voyez son site ( conçu par son fils et gelé dans sa version de 2006 donc il y a dix ans, plus actualisé mais intéressant à voir néanmoins ).

http://baudouin.de-rochebrune.pagesperso-orange.fr/

Il a eu entre autres comme modèle le mannequin tchèque Katerina Rudlova, dite Katka :

http://lettreducrocodile.over-blog.net/article-23007918.html

http://www.katirudlova.com/

Cordialement

Claude LE NOCHER 20/07/2016 08:00

Bonjour Philippe
Le noir & blanc offre toujours une palette de contraste intéressante en photographie. Sur les portraits et les nus, c'est moins vrai que sur les paysages, mais ça donne aussi des images réussies.
Comme vous le savez, Slocombe exploita des thématiques, telles les jolies Japonaises bardées de bandages, ou en fâcheuse posture. Depuis quelques années, paysages urbains désolés et références (féminines) à la 2e Guerre font partie de ses thèmes. Dans quelques semaines, paraitra son nouveau roman, sur cette période historique. J'espère que la couverture finale gardera la photo qui l'orne...
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/