Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 04:55

La blonde Évelyne est originaire du plat pays entre Flandre et Hainaut. Fille du Nord avec une jolie voix, âgée d’une vingtaine d’années, elle a tenté sa chance comme chanteuse. Et c’est ainsi que, grimée en brune sensuelle, elle est devenue Eva. Pour exercer son talent au Modern Dancing, dans les Monts d’Arrée, au cœur de la Bretagne profondément rurale. Une clientèle de dames mûres et de vieux beaux, en effet. Mais ce public de salles de bals n’a rien de méprisable. Ces gens-là ont le droit de se divertir, fut-ce deux ou trois jours par semaine. Évelyne a bientôt remarqué deux personnages insolites, un fils et sa mère sexagénaire semblant nymphomane. Roparz et Marie-Thérèse, elle les a surnommés le Poète et la Piquée. Elle va en apprendre davantage sur eux, quand Roparz se raconte.

Le parcours du jeune homme et de ses parents, tenant une ferme, ne fut pas simplement celui d’une famille campagnarde. Roparz comprit très tôt qu’il était à l’opposé de son père, si rustre. Sa tante Émilienne, une citadine, était beaucoup plus proche de Roparz. Il logea chez elle, à Rennes, le temps de poursuivre ses études. Pendant ce temps, à la ferme, des problèmes survinrent : imaginant une malédiction, son père sombra dans la superstition, se laissa gruger par un prétendu mage. L’affaire ne pouvait que mal finir, surtout si le père de Roparz trouvait une corde sur son chemin. À soixante ans, Marie-Thérèse entra dans une période de liberté et d’hédonisme forcenés. L’épisode Maurice ne dura qu’un temps, avant qu’elle consacre ses loisirs au Modern Dancing et aux rapports sexuels.

Cette aventure familiale au quotidien est devenue au fil des années un manuscrit, œuvre de Roparz. Quant à faire publier ce livre, cela aurait été possible si cet écorché vif s’était montré moins intransigeant. Toutefois, il ne faut pas ricaner sur les hasards de la vie. Un chasseur de passage en Bretagne, nommé Albert Mireuil, remarqua Évelyne. Ou plutôt Eva, interprétant la chanson écrite par Roparz, “L’allumeuse d’étoiles”. Une chanson forte, ayant une résonance sur un public urbain décalé, déclassé. Un possible succès, Mireuil n’en douta pas un instant. Actionnaire dans une maison de production musicale, il les brancha avec Jacques Craube, bien vite baptisé “Mister Prode” par Évelyne et Roparz. Le couple s’installa durant plusieurs mois à Paris, afin de concrétiser ce projet de disque.

Mais Évelyne dut continuer seule sur sa route. Eva céda la place à Lyne, animatrice dans un club de vacances pour clientèle d’Allemands, en Turquie. Ce fut Tello, l’organisateur en chef, qui remplaça Roparz dans le rôle du pygmalion. Il était conscient que son avenir à lui se conjuguait au passé. Jacques Craube, il l’avait connu. Si Lyne avait croisé son chemin, il n’était pas surprenant que ça se soit mal terminé. La fatalité épargnera-t-elle cette fois la jeune femme ? Dans ce nouvel univers, peut-être moins hostile, Tello l’espère…

Hervé Jaouen : L’allumeuse d’étoiles (Presses de la Cité, 2016)

Le dimanche, Roparz et moi on l’a passé dans les bistrots. À s’engueuler. Il voulait mettre les bouts, disait qu’on allait se faire baiser, qu’on jouait le rôle des ringards qui se prosternent au pied du showbiz, qu’on n’avait pas besoin de ça, qu’on avait notre fierté, qu’on pouvait vivre sans tous ces cons, que la gloire n’était qu’illusion et, pour finir, que mieux valait se flinguer tout de suite plutôt que de se laisser promener dans les paradis artificiels par des escrocs travestis en gentlemen des boulevards.
« Même pas des gentlemen farmer » il a conclu.
Moi, je lui ai dit qu’il était excessif, et que c’était ce qui faisait son charme…”

Heureuse initiative que de rééditer en grand format cet excellent roman d’Hervé Jaouen, datant de vingt ans. Grâce à son écriture lucide à la tonalité "directe", l’histoire n’a pas du tout vieilli. On y trouve de l’ironie, mais probablement beaucoup plus d’émotion encore. À bien lire les mésaventures d’Évelyne, de Roparz, de Tello, on s’aperçoit que l’auteur fait le choix de poser plus de questions qu’il n’apporte vraiment de réponses.

Une forme de rébellion, un mal de vivre ? Oui, les personnages centraux expriment cela, en partie. Choisir son destin serait donc impossible ? Au point de laisser désabusés ceux qui en tentent l’expérience ? Malgré ce constat, reste un espoir ténu, éventuel. Avoir la voix et le talent des plus grandes, comme Évelyne, est-ce insuffisant dans notre monde brutal excluant toute poésie, tuant toute sensibilité ? On a vu depuis, à travers les shows de télé-réalité, que le "système" récupérait tout, à son profit.

Roman social ? C’est certain. Ce dont nous parle Hervé Jaouen, c’est d’abord de la vie des "petites gens". Évelyne est issue du vide sidéral, des plaines du Nord sans attrait et sans avenir. Roparz s’est arraché à sa terre natale, pour y revenir, pour observer et raconter la vie de ses parents, bien plus réelle que ne le ferait un traité de sociologie. Tello, lui, a déjà l’expérience des échecs, de l’illusoire. Aucun d’eux n’a la chance de trouver un équilibre personnel satisfaisant alors qu’on a le sentiment que c’est simplement ce qu’ils cherchaient.

Cette opinion est "une lecture" de ce roman. D’autres lecteurs y dénicheront sans nul doute des angles différents, auront un autre regard, car le propos de ce livre est riche de nuances.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 07/09/2016 17:57

Bonjour Claude,
Comme souvent on se rejoint sur Hervé Jaouen. Bon, je ne l'a pas encore celui-ci, mais il m'attend et ne doute pas un instant de ses attraits.
Amicalement,

Claude LE NOCHER 07/09/2016 18:03

Bonjour Yves,
Un titre qui montre la diversité des formes romanesques choisies par Hervé Jaouen !
Amitiés.

Philippe 03/09/2016 21:02

Victor Lanoux.

Philippe 03/09/2016 20:58

Rebonjour M. Le Nocher,

J'ai des cousins dont le patronyme est Le Van, ce qui pourrait être pris pour breton, à la consonance et en connaissant la Pointe du Van ( vous la situez mieux que moi, je sais seulement qu'elle est en Bretagne ). Alors que c'est vietnamien, vous l'aurez compris.

Mahaut est un prénom qu'il arrive d'attribuer à des filles aujourd'hui, j'ai déjà entendu des parents s'adresser à leur fille.
Alors que dans notre imaginaire, pour peu qu'on connaisse un peu le Moyen Age et surtout la télé, Mahaut c'est d'abord Mahaut d'Artois, interprétée par la grande comédienne de théâtre Hélène Duc dans le feuilleton " Les Rois maudits" , d'après Maurice Druon, version de 1972 de Claude Barma avec Jean Piat.
la vraie Mahaut d'Artois n'était pas l'empoisonneuse en série de ce feuilleton, mais une grande protectrice et mécène des artistes et lettrés de son temps.
Et pour en revenir à la Résistance, Hélène Duc en fit partie et aida des Juifs.

Vous citez le nom Maheux ?
Vous savez aussi bien que moi que Maheux et Grangé - j'ai oublié leurs prénoms, faciles à trouver - furent un grand duo de scénaristes de télévision, qui signèrent notamment le scénario de nombreux épisodes des Cinq dernières minutes, époque commissaire Bourrel - Raymond Souplex.
Il y a quelques jours j'ai visionné un téléfilm que vous avez peut-être vu aussi, " Mort d'un guide " , 1975, de Jacques Ertaud, avec Victor Lanousx, et donc Maheux et Grangé au scénario. L'histoire se passe à Chamonix, dans le milieu de l'alpinisme.

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/09/2016 21:11

Pour confirmer le patronyme Le Van, oui il y eut un réalisateur de télévision nommé Renaud Le Van Kim.
Quant à la graphie des noms de famille, ils dépendirent jadis ou naguère des officiers d'Etat-Civil, des secrétaires de mairie ou des prêtres tenant les registres, de leur fantaisie ou de leur imprégnation alcoolique parfois.
Autour de 1960, l'épouse d'un marin breton inscrivit sa fille en mairie sous le prénom de Nadine. Refus du secrétaire de mairie : ce n'était pas un prénom chrétien. Insistance de la mère : mon mari est en mer, mais il a exigé ce prénom. Long échange nerveux, avant que ce bébé se voit accepté sous son prénom. Anecdote authentique.
Amitiés.

Philippe 03/09/2016 18:39

Je vais quitter l'ordinateur après avoir relevé le point suivant : je ne savais pas, je l'ai lu tout à l'heure, que Roparz Hémon s'appelait en réalité Louis Paul Nemo.
De sorte que, alors que le capitaine Nemo de Jules Verne - Breton de Nantes au passage - ( Vingt mille lieues sous les mers - L'Ile mystérieuse ) est un prince hindou qui a pris le nom de Nemo - " personne " en latin - , Roparz Hémon lui était vraiment un Nemo.
Ulysse, dans l'Odyssée d'Homère ( je n'entre pas ici dans le débat de savoir si c'est ou non Homère l'auteur ), dit au Cyclope Polyphème qu'il s'appelle Nemo, Personne.
Et que Hémon est, que ce soit ou non la source d'inspiration de son pseudonyme, était par ailleurs le patronyme de Louis Hémon, auteur canadien francophone du roman " Maria Chapdelaine " ( notons une adaptation avec Jean Gabin ). Il mourut en 1913, écrasé accidentellement par un train.

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/09/2016 20:09

Cher Philippe
En Bretagne, nous avons même des Chinois (sans offense pour ce peuple, ni pour les familles que je vais citer). Car nous trouvons, en particulier dans le Finistère, des famille MAO.
Vous aurez bien compris qu'il s'agit d'une déclinaison orthographique de Mahaut, comme Mahé, Maé, Maheux, Mayeux, Mahévas, Mahuas, etc. Certains y ont vu une traduction du qualificatif "meilleur", mais je crois que Mahaut était un prénom datant du Moyen-Âge.
Quant aux Hémon, ou Hamon, Hamont, dans les annuaires et dans les cimetières, nous en trouvons aussi des flopées en Bretagne.
Une anecdote (simpliste, oui) : il y a trente ans, un de mes collègues obtient un arrêt de travail (peu justifié) signé d'un Dr Hamon. Qui, je l'ai deviné illico, n'était autre qu'un oncle de sa fiancée. Pourquoi avais-je retenu le nom de famille de cette jeune femme ? Tout simplement, parce que j'avais auparavant connu bien d'autres Hamon.
Amitiés.

Philippe 03/09/2016 18:17

A propos de Roparz Hémon, je viens de regarder l'article Wikipédia et remarque dans la bibliographie l'auteur Yves Mervin.

Arthur et David Bretons et Juifs sous l'occupation
Yves Mervin
Editions Yoran Embanner, 2011

http://www.priceminister.com/offer/buy/161940924/arthur-et-david-bretons-et-juifs-sous-l-occupation-de-mervin-yves.html

Voir le commentaire :

Contre la pensée ambiante

par pulgacita (Voir ses avis) le 23/12/2012

Un nouveau livre qui affirme la non-collaboration généralisée en Bretagne sous l'occupation. Peu concernée par la question juive, la Bretagne a vécu tout de même sous Vichy

La Face cachée de la Résistance en Bretagne
Yves Mervin
Etat de Bretagne, 2013

http://www.priceminister.com/offer/buy/281690072/la-face-cachee-de-la-resistance-en-bretagne-de-mervin-yves.html

Viens rejoindre notre armée ! - 1944, une Résistance bretonne à contretemps
Yves Mervin
Yves Mervin Editions, 20/01/2016

http://www.priceminister.com/offer/buy/849758133/viens-rejoindre-notre-armee-1944-une-resistance-bretonne-a-contretemps-de-yves-mervin.html

L'article parle des relations qu'entretint Roparz Hémon avec le linguiste allemand, non nazi ni résistant au nazisme, Leo Weisgerber.

Un agent du Reich à la rencontre des militants bretons - Leo Weisgerber
Nelly Blanchard
Editions Brud Nevez, Collection : Leoriou Bihan, 2003

http://www.priceminister.com/offer/buy/4404031/Blanchard-Nelly-Agent-Du-Reich-A-La-Rencontre-Des-Militants-Bretons-Livre.html

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/09/2016 18:33

Peut-être l'ai-je déjà dit, mais j'ai bien connu une dame qui fut institutrice puis directrice d'école, qui fit ses études durant la 2e Guerre. Elle et beaucoup d'étudiants furent "approchés" par ces milieux régionalistes pro-nazis. Bien que Bretonne et fière de l'être, elle avait de bonnes raisons (privées, donc je n'en parle pas) de ne pas se laisser entraîner chez ces collabos.
Oui, certains veulent réhabiliter des personnes hautement contestables, très proches des hitlériens. En édulcorant trop facilement les affinités intéressées entre occupants et (certains) occupés. Et le rôle actif de "rouages de la collaboration" qui fut celui d'une partie des régionalistes d'alors. En effet, ne généralisons pas, mais ne fermons pas les yeux.
Quant à la Résistance, elle était naturellement dans l'esprit de nombreux Bretons, n'ayant jamais apprécié qu'on leur impose quoi que ce fut. La solidarité ouvrière y contribua, j'en ai eu un témoignage familial.
Amitiés.

Philippe 03/09/2016 17:19

Voyez aussi la surprise qu'a eue une habitante du Finistère :

http://www.leparisien.fr/insolite/finistere-elle-decouvre-un-lama-dans-son-jardin-02-09-2016-6089545.php

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/09/2016 17:58

Cher Philippe, c'était sûrement le lama d'Alain Delon... car vous connaissez la chanson "Lama-Delon vient nous servir à boire..."

Philippe 03/09/2016 17:09

Bonjour M. Le Nocher,

L'un des personnages a un prénom peu courant, du moins d'un point de vue non-breton, Roparz.
Si l'on demande à la plupart des gens de nommer une personne se prénommant Roparz, aucun nom ne viendra.
Moi, je ne saurais en nommer qu'une : Roparz Hémon, personnage controversé, car il fut un remarquable linguiste, militant pour la reconnaissance et l'étude de la langue et de la culture bretonnes, mais on l'a taxé de collaboration pendant la guerre. Il choisit de s'exiler et finit ses jours en République d'Irlande, autre terre celtique.
Il y a quelques années il y eut des propositions de débaptiser certains lieux, des écoles notamment, portant le nom de Roparz Hémon. Au motif de ses engagements pendant la guerre. Certains, sans être tout à fait contre, firent remarquer que beaucoup d'écoles s'appellent Jules Ferry, qui pourtant lui aussi eut des positions controversées par la suite ( son discours sur la mission civilisatrice de la France et le devoir de la race supérieure blanche de civilisation des races inférieures ).

Par ailleurs, vous avez vu le MP que je vous ai envoyé transférant la lettre des Pépites de l'INA ?
Comme je me souviens que, hors du sujet polar, vous aviez ouvert un débat sur la loi Evin de 1992 sur l'interdiction de fumer dans certains lieux recevant du public - et dit que vous aviez participé à votre niveau à son application - , je souligne parmi les sujets de la lettre de l'INA de ce samedi le reportage :

Les jeunes et la clope
Sécurité est le mot-clé de cette rentrée. Parmi les mesures les plus contestées : l'interdiction pour les lycéens de fumer à l'extérieur, devant les établissements. Découvrons ce que pensaient les enfants de la cigarette en 1976… Étonnant !

https://www.ina.fr/video/CAA7601090501

Reportage : les jeunes et le tabac
06 oct. 1976 05min 57s 656 vues

Enquête à l'école secondaire d'Athismons où s'est déroulée une campagne anti-tabac l'année dernière. Interviews de jeunes élèves entre 8 et 15 ans, expliquant pourquoi ils fument, l'exemple des parents, des adultes. "Une loi anti tabac, ça peut être bon"...

Cordialement

Claude LE NOCHER 03/09/2016 18:18

Bonjour Philippe
Notons qu'un de ces ados pense que l'alcool, le vin, est nettement plus sain que le tabac : à l'évidence, le contexte familial plutôt non-fumeur mais assez bons buveurs explique cette réponse. Au risque de me répéter, la Loi Evin se justifiait dans sa version initiale, mais le contenu final (voulu par la dictatoriale bien-pensance) n'a jamais fait baisser la consommation, ou fort peu. Très amusant sujet d'époque, en effet.
Rien à ajouter sur Roparz Hémon, vous avez tout dit. Le prénom est porté en Bretagne, mais sans doute assez rare.
Jules Ferry et "la mission civilisatrice...", ça me rappelle les reproches faits à Simenon et à Hergé sur leur vision coloniale. Question d'époque, la prise de conscience ou le regard sur l'Afrique ayant bien changé. Et puis, question de culture, toute une génération de Belges étant restés longtemps attachés à leurs ex-colonies. Cela me choque moins que l'attitude pro-nazis de certains régionalistes d'autrefois.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/