Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 06:05

Autour de Noël vers 1960, dans la station de sports d’hiver de Morroux, en Haute-Savoie, non loin de Thonon-les-Bains, Chamonix et Genève. Mariés depuis quinze ans, Raymond Curel et son épouse Hélène y ont acheté un chalet et un bar-club, La Paillotte, dont la gérance a été confiée à leur associé Georges Dompierre. Un investissement pas tellement rentable à vrai dire, ce bar peu fréquenté. Pour ces vacances, le couple Curel a invité dans leur chalet une poignée d’amis. Il y a là Sylvette, la nièce d’Hélène, et son fiancé Philippe Massy, étudiant en médecine. Et puis la brune Catherine Jonzac, une séductrice qui allume volontiers les beaux mâles. On la voit beaucoup avec un moniteur de ski, Laurent, dont la petite amie finit par provoquer un esclandre au chalet.

Ce genre de petits incidents amuse le dernier invité, Boris Watroff. C’est un pique-assiette, qui se revendique dilettante. S’il prétend pratiquer la voyance par les cartes, il observe surtout ce petit cercle d’amis, notant tout ça dans un cahier qu’il dissimule. Après le 23 décembre, marqué par les chamailleries sentimentales autour de Cathie, la journée du 24 va bientôt être centrée autour de l’accident de ski du fiancé Philippe. Puisqu’il est transféré à l’hôpital de Thonon, Sylvette suit le mouvement. Boris remarque que les skis de Philippe ont été sabotés, cause de sa chute. Tous les habitants du chalet peuvent être suspectés. Mais rien ne prouve que c’était bien l’étudiant qui était visé, il peut s’agir d’une erreur sur les skis tous rangés au même endroit, à l’entrée du chalet.

Pendant ce temps, les gendarmes de Morroux sont à la recherche d’Antoine Vézat, un gars d’ici qui vient de tuer sa femme et son beau-père à coups de fusil à chamois. Craintive, Hélène Curel se demande s’il présente un danger pour eux. Le réveillon du 24 décembre à La Paillotte n’a été que très relativement festif. D’ailleurs, Raymond s’est vite éclipsé pour trouver dans la station quelque jeune femme de passage qui voudrait coucher avec lui. Au matin du jour de Noël, Cathie est la première à emprunter le télésiège afin d’aller faire du ski. Elle va être assassinée, probablement par l’arme d’Antoine Vézat, le criminel fuyard. Toutefois, Hélène se rend compte que la victime portait son anorak rouge. N’était-elle pas la cible espérée de ce meurtre ? Une autre erreur, après le cas de Philippe ?

Fiévreuse, Hélène imagine des raisons de soupçonner Raymond, car elle est sans illusion au sujet des infidélités de son mari. La nervosité de Laurent, le moniteur de ski, est bien justifiée, elle aussi. Les gendarmes l’ont longuement interrogé, après que les amis de Raymond et Hélène aient suggéré son nom. Mais un cadavre caché sous la neige, puis un meurtre simulant un suicide vont relancer l’affaire…

Michel Lebrun : Quelqu’un derrière la porte (Coll.Un Mystère, 1960)

— J’en ai plus qu’assez de l’ambiance qui règne dans le chalet et à La Paillotte. On ne dirait pas un groupe d’amis réunis pour réveillonner dans la neige, mais un panier de crabes où tout le monde tente de déchirer tout le monde ! Je ne suis pas fâchée de vous laisser entre vous. D’ailleurs, rien ne m’ôtera de l’idée que Philippe et moi vous gênions pour laver votre linge sale.
— Qui parle de linge sale ? Nous nous adorons tous. Et qui aime bien châtie bien, voilà tout. Ça fait des années que ça dure et nous nous en trouvons très bien. Il n’y a aucune raison que cela change.
Boris la laissa soulever la valise et quitter la chambre. Avec un soupir, il reprit le cahier dans le tiroir, regarda autour de lui comme pour lui trouver une autre cachette, et finit par le plier en deux dans le sens de la hauteur et par le mettre dans une de ses poches…

On peut espérer que ce grand romancier populaire que fut Michel Lebrun (1930-1996) reste dans les mémoires des amateurs de littérature à suspense. Car les ambiances très vivantes, les portraits parfaitement crédibles et les intrigues impeccables font que les romans de Michel Lebrun appartiennent à l’élite du polar. “Prenez les meilleurs amis du monde. Enfermez-les pendant quinze jours ou un mois dans un lieu clos. Examinez-les à la loupe au bout de ce temps. Ils se sont transformés en ennemis mortels. L’amitié ne résiste pas à la concentration” : c’est l’idée qu’il exploita ici.

En ajoutant un décor savoyard à Noël, un tueur en cavale, un mystérieux Monsieur X fréquentant le bar La Paillotte, et un personnage cynique tel que Boris, l’histoire s’avère rapidement entraînante. Pour les lecteurs actuels, ce sera un voyage dans le temps, à l’époque des Peugeot 403 et DS Citroën, des premières stations de sports d’hiver. Ce qui vaut bien les "polars historiques", non ? Publié en 1960 dans la collection Un Mystère, ce titre fut réédité en 1967 chez Presses de la Cité, en poche Policier.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story
commenter cet article

commentaires

Max 26/12/2016 22:24

Bonsoir Claude,
Michel Lebrun, j'ai dû plus ou moins lire tous ses bouquins, un auteur peu réédité, sinon en Masque il y a déjà quelques années.....dommage, Il nous offrait des intrigues de qualité dans un contexte socio-culturel très intéressant. Mais peut-être faut-il être au moins sexagénaire pour mieux l'apprécier !
Amicalement,
Max

Claude LE NOCHER 27/12/2016 06:18

Bonjour Max
Michel Lebrun est un de mes auteurs-fétiches français, avec Brice Pelman, G.J.Arnaud, J.P.Ferrière, San-Antonio, et quelques autres. En effet, il s'inspirait avec justesse de contextes réels, pour construire ce que j'appelle des "romans malins". Et quelle fluidité dans la narration, un vrai plaisir !
Je ne sais trop s'il y a une question de génération, mais il est vrai qu'on a habitué les lecteurs à la violence "directe" depuis quelques décennies, dans les romans. C'est "punchy", oui. Mais les histoires de nos chers vétérans du polar n'étaient pas moins criminelles, juste un peu moins glauques.
Amitiés.

Oncle Paul 26/12/2016 11:19

Bonjour Claude
Un Lebrun après le réveillon, un bon moyen pour digérer quelques pavés. Et Michel Lebrun reste l'un de mes auteurs favoris.
Amitiés

Claude LE NOCHER 26/12/2016 11:58

Bonjour Paul
Exact, une pause s'impose dans les nouveautés... et ce roman se déroulant à Noël, c'était logique !
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/