Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 04:55

Frédéric Peeters est âgé de vingt-huit ans. À Bruxelles, en ce mois de juin 2015, il dirige l’équipe internet du journal Le Soir. Si Fred est un gros fumeur, c’est surtout un casse-cou. Son kif, c’est l’adrénaline. Pour des paris, il roule à contresens sur le Ring (le périphérique de Bruxelles), fait des concours d’apnée, saute d’un immeuble à l’autre, franchit à ses risques et périls une voie de chemin de fer, s’envoie des décharges électriques. Il applique la devise de Nietzsche : “Pour retirer de l’existence la plus grande jouissance, le secret est de vivre dangereusement”. Son frère Greg était encore plus téméraire que lui, semble-t-il. Côté amours, c’est aussi spécial. Fred est l’amant de Camille, une libraire enjouée de trente-deux ans dont le mari travaille dans la finance. Leurs rencontres dans des hôtels se veulent toujours originales et excitantes. Mais cela peut-il durer éternellement ?

Par téléphone, un informateur fixe rendez-vous à Fred aux alentours de Bouillon, dans les Ardennes. Sur place, il découvre le cadavre de ce quinquagénaire et alerte la police. Ce Régis Bernier se serait suicidé. Fred contacte un expert en cadavres et en balistique, qui lui confirme que c’est possible, même si des détails clochent. Par contre, Bernier était déjà mort quand Fred a reçu cet appel. C’est pourquoi le Bruxellois assiste à ses obsèques, avant d’entamer un dialogue de sourds avec un policier qui maintient la version du suicide. Visitant la maison de Bernier, Fred y découvre un impressionnant arsenal d’armes caché à la cave. Le voisin lui apprend que le défunt avait dû beaucoup voyager. Fred sympathise avec Raf, le fils de Bernier, taxi de nuit. Ils ont pour point commun un rapport conflictuel avec leurs pères respectifs. Le défunt fut militaire, avant de se reconvertir dans le privé.

Difficile pour Fred d’obtenir des infos précises sur les mercenaires, et les organisations qui les engagent. D’autant qu’il doit agir à découvert. Ce qui pourrait entraîner des menaces, en cas d’agression à son propre domicile. Par ailleurs, Fred a des contrariétés du côté de Camille. Et l’hypothétique piste d’une Natasha, en Ukraine, est fort incertaine. Fred et Raf Bernier font la connaissance d’un couple huppé qui employa le défunt quand ils vivaient à Caracas. Il se produisit au Vénézuela un sérieux incident qui "humanisa" le père de Raf. Par la suite, plus question pour lui de participer à des actions armées meurtrières. Apparaît aussi un prénom, un certain Marc, ami de Régis Bernier. Fred ne doute pas que cet homme mystérieux soit l’inconnu qu’il a aperçu lors des obsèques. Hélas, si c’est un mercenaire, peu de chances de retrouver une trace à son sujet.

Avec l’accord de son rédacteur en chef espérant un scoop, Fred va chercher des réponses à l’Est de l’Europe. Même si leur contact Tadeusz connaît des vérités secrètes et présente à Fred deux interlocuteurs apportant de graves témoignages, rien ne dit que ce sera le reportage du siècle pour Le Soir. Fred serait tenté d’abandonner le sujet, mais il reste à définir le rôle de Régis Bernier, et celui de son énigmatique ami Marc…

Paul Colize : Zanzara (Fleuve Éditions, 2017)

Sauf rebondissements, plus personne n’en parlera demain, moi y compris. L’affaire sera enterrée comme le reste. La majorité du contenu du journal d’hier n’a plus de valeur aujourd’hui. Ne parlons pas d’avant-hier, de l’année dernière ou du siècle écoulé.
Ça m’arrange. Le passé ne m’intéresse pas. Seul le présent m’importe, même si le laps de temps qu’il symbolise est flou. Est-ce une journée ? Une heure ? Une minute ? Se limite-t-il à la durée d’un orgasme ou aux poussières de secondes qui séparent le dernier souffle de la vie de la morsure de la mort ?
J’arrête de gamberger et remonte avec mes gobelets de café…

Une des principales thématiques derrière l’intrigue, c’est le mercenariat. Mythe ou réalité, il se raconta longtemps que la Belgique était la principale plaque tournante en Europe pour les aventuriers prêts au baroud. Ex-légionnaires et autres anciens militaires de plusieurs pays trouvaient à s’engager via la région bruxelloise, disait-on. Ce livre suggère qu’il y a sûrement du vrai là-dedans. C’est un "secret de Polichinelle" de rappeler que ces mercenaires exercèrent leur compétence dans divers pays d’Afrique, puis lors des conflits en ex-Yougoslavie et en Irak. Dans notre monde en ébullition, agité de guerres plus ou moins larvées, il serait surprenant que ces baroudeurs ne soient pas employés à des tâches très peu médiatisées. Voire impliqués dans certains trafics, armes ou drogue, qui ne sont pas sans lien avec ces situations belliqueuses.

Si Paul Colize écrit depuis le début des années 2000, c’est surtout à partir de 2012 que les lecteurs ont retenu son nom. Car ses romans “Back-up”, “Un long moment de silence” et “Concerto pour quatre mains” ont été récompensés par de nombreux et prestigieux prix littéraires. Des distinctions amplement méritées, car cet auteur possède une tonalité toute personnelle. Les contextes sont choisis et documentés, l’action étant au rendez-vous. Il le démontre une fois encore avec ce “Zanzara”. Au centre de l’histoire, un héros-narrateur "geek" prêt à toutes les audaces pour mettre du panache dans sa vie. Pas un prétentieux, c’est plutôt une tendance jusqu’au-boutiste qui l’anime. Ne rien s’interdire. Mener une enquête (journalistique) ne doit pas ralentir son existence "speed". Ce qui apporte un rythme certain à ce très bon polar d’aventure.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

PIERRE FAVEROLLE 02/04/2017 11:13

Salut Claude, lu ou devrais je dire avalé en à peine 2 jours. Impressionnant de vitesse avec un fond terriblement noir. Un grand Colize, pour moi. Amitiés

Claude LE NOCHER 02/04/2017 11:43

Hello Pierre
Un roman "à dévorer", en effet. Le noeud de l'intrigue est carrément sombre, et actuel.
Amitiés.

Max 01/04/2017 11:39

Non, pas lu qu'un seul, lu aussi "Un long moment de silence", tout aussi bon....

Claude LE NOCHER 01/04/2017 11:44

Cela dit, Colize a déjà pas mal de titres à son actif. Qui semblent bien plaire à ses lecteurs.

Max 01/04/2017 11:36

Bonjour Claude,
Le seul Colize que j'ai lu, "Back up" était excellent.
Amicalement,
Max

Claude LE NOCHER 01/04/2017 11:41

Bonjour Max
Je connais Paul Colize de réputation depuis un certain temps, mais je n'ai lu que ces deux titres, très sympathiques.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/