Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 04:55

En littérature policière, il n’est pas rare que le mot "nuit" figure dans des titres de romans. On peut en rappeler quelques-uns en vrac : William Irish : Les yeux de la nuit (1945), Ken Follett : La nuit de tous les dangers (1991), Gunnar Staalesen : La nuit tous les loups sont gris (2005), Graham Hurley : La nuit du naufrage (2006), Hugo Buan : La nuit du tricheur (2010), Kishwar Desai : Témoin de la nuit (2013), Arnaldur Indridason : Les nuits de Reykjavik (2015), Denise Mina : La nuit où Diana est morte (2015). Dans la Série Noire, notons par exemple Day Keene : Bonne nuit, brigadier (1954), M.J.Naudy : Equipe de nuit (1998), Nino Filasto : La nuit des roses noires (2001). Dans la collection Spécial-Police du Fleuve Noir, il y aurait Benoît Becker : Nuit des traqués (1957), Adam Saint-Moore : Les voix de la nuit (1965) et La nuit du chat (1967), J.P.Conty : Première nuit dans ma tombe (1972), Pierre Nemours : La longue nuit d’Alice Fairfield (1974), , Claude Joste : La nuit commence à l’aube (1977), Eric Verteuil : Le punch d’une nuit d’été (1979), Joël Houssin : La nuit du Doberman (1981). Sans oublier J.P.Ferrière : La nuit de Mme Hyde (1977).

Constellation d’étoiles dans la nuit du polar

Revenons plus en détail sur une vingtaine de romans d’anthologie.

Georges Simenon : La nuit du carrefour (1931). Maigret enquête sur le meurtre d’un diamantaire anversois, du côté d’Arpajon, au Carrefour des Trois-Veuves, un hameau de quelques maisons.

Fredric Brown : La nuit du Jabberwock (1950). À Carmel City, Al Grainger et Doc Stoeger sont deux admirateurs de Lewis Carroll. Doc se voit proposer par un certain Yehudi Smith d'assister aux séances de la société secrète des Sabres verzibafres. Il le suit jusqu’à une maison abandonnée où Smith meurt bientôt, empoisonné. Dans le coffre de sa voiture, Doc va découvrir les cadavres de Ralph Bonney, un industriel, et du shérif-adjoint Miles Harrison.

Thomas Walsh : Ronde de nuit (1952). Trois flics surveillent l’appartement de Harry Wheeler, qui a cambriolé une banque. McCallister, un des policiers, abat le braqueur et rafle le pactole qu’il convoitait. Son collègue chevronné Sheridan tente de l’arrêter.

Jim Thompson : Nuit de fureur (1953). Quand, à trente ans on en paraît dix-sept, qu’on mesure un mètre cinquante avec des talonnettes, qu'on est presque aveugle et en train de crever de tuberculose, on ne vus prend pas au sérieux. Mais ce n'est pas par hasard si c'est à vous qu'on offre trente mille dollars pour descendre un mafioso trop bavard. Pas de coïncidence non plus si deux superbes filles vous tombent dans les bras, l'une d'elles souffrant d'une curieuse infirmité.

Léo Malet : La nuit de Saint-Germain-des-Prés (1955). Nestor Burma est engagé par un assureur afin de retrouver des bijoux volés. Le receleur doit être Charlie Mac Gee, ex-musicien de jazz noir devenu trafiquant de drogue. Le détective plonge dans l’univers culturel de Saint-Germain-des-Prés.

Davis Grubb : La nuit du chasseur (1955). Orphelins, John (9 ans) et sa sœur Pearl ont des raisons d’avoir peur du Prêcheur, individu inquiétant qui s’installe dans leur village de Cresap. Car il cherche le pactole caché par leur père avant que celui-ci soit pendu.

Frédéric Dard : Les bras de la nuit (1956). A Seattle, le policier Leonard Wilkins enquête sur la disparition de Steeve Huff. Il peut supposer que son épouse Doris Huff est impliquée. Wilkins a du mal à refouler son attirance pour la jeune femme.

David Goodis : Ceux de la nuit (1961). Ex-policier, Corey Bradford rencontre Walter Grogan, parrain de la pègre locale, qui l’engage afin de retrouver le commanditaire de l'agression dont il a failli être victime. Par ailleurs, deux flics de la "Night Squad" lui offrent de récupérer son badge de policier s’il met fin aux agissements de Walter Grogan. La solution pour lui, jouer un double jeu.

Agatha Christie : La nuit qui ne finit pas (1967). Quelque peu déçu par la vie, Michael Rogers raconte ses amours avec Ellie, leur mariage, leur installation dans leur nouvelle demeure.

Pierre Siniac : Le nuit des Auverpins (1969). Une bande d’Auvergnats (Le Cantalou, le Charbonnier et la belle Laurette) cherchent à récupérer un milliard et demi en barres d'or, enfermé dans le coffre-fort d’une ferme abandonnée en Haute-Provence. Ils ne sont pas seuls sur le coup, et ça risque de flinguer à tout-va.

Mary Higgins Clark : La nuit du renard (1977). À New York, le Renard est un criminel ayant déjà assassiné cinq femmes. De leur côté, Steve Peterson et son amie Sharon Martin sont séquestrés dans une pièce de la gare de Grand Central, sous la menace d’une bombe. Grand Prix de Littérature Policière 1980.

Constellation d’étoiles dans la nuit du polar

Bernard Lenteric : La nuit des enfants rois (1981). Sept adolescents surdoués, six garçons et une fille, bénéficient d'une bourse d'études. Lors d'une sortie nocturne à Central Park, ils sont agressés et victimes de violences sexuelles. Ils s'enferment alors dans une spirale de folie meurtrière, visant d’abord ceux qui les ont conditionnés. Jimbo Farrar, qui les observe depuis dix ans, peut-il faire cesser leurs crimes vengeurs ?

James Ellroy : À cause de la nuit (1984). Le policier Lloyd Hopkins du LAPD est chargé d’enquêter discrètement sur la disparition d'un autre flic de son service, Jack Herzog. Au même moment, un magasin d'alcool est braqué, et trois personnes exécutées. Il existe un lien entre les deux affaires. Hopkins est bientôt confronté à un criminel surnommé Le voyageur de la nuit.

Andrea Camilleri : L’odeur de la nuit (2003 ). En Sicile, un homme d'affaires douteux disparaît de Vigàta, et avec lui, les économies de beaucoup d'habitants. Est-il vivant, en train de profiter de l'argent escroqué ou bien mort, exécuté par la mafia ? Sa secrétaire, Mlle Cosentino, amoureuse de lui, attend son retour. Le commissaire Salvo Montalbano et son équipe s’en occupent.

Val MacDermid : Quatre garçons dans la nuit (2005). Écosse, en 1978, Ziggy, Mondo, Weird et Gilly rentrent chez eux par une nuit d’hiver. Fortement alcoolisés, les quatre étudiants découvrent le cadavre poignardé de la barmaid Rosie. Ils ne sont que témoins, mais on va bientôt les suspecter. Aucune preuve n’existe contre aucun d’entre eux, pourtant. Mais l’affaire va ruiner leur amitié. D’autant que tous ont, fatalement, quelques secrets persos à taire.

James Lee Burke : La nuit la plus longue (2007). Été 2005, l'ouragan Katrina sème le chaos à La Nouvelle-Orléans. Des pillards vident les maisons abandonnées, des milices se créent pour contrer les voleurs, et les flics véreux ne sont pas les derniers à se montrer violent. Dave Robicheaux débarque en ville, pour élucider la mort de deux jeunes Noirs dans le quartier blanc.

Tess Gerritsen : Au bout de la nuit (2009). Déclarée morte noyée, attendant d’être autopsiée par le Dr Maura Isles, une inconnue se réveille soudain à la morgue. La jeune femme abat bientôt un garde, puis prend plusieurs personnes en otage dans l’hôpital. Dont la policière Jane Rizzoli, enceinte de neuf mois. Pour comprendre la situation, encore faut-il que Jane survive à cette longue nuit.

John Connolly : Les anges de la nuit (2009). Les Faucheurs, c’est l'élite des tueurs, des hommes terrifiants. Ami du détective Charlie Parker, Louis a été formé par cette armée de l'ombre avant de tourner la page. Aujourd'hui il est la cible des Faucheurs, et surtout de Bliss, le tueur des tueurs. Charlie Parker, que Louis a souvent tiré de mauvaises passes, parviendra-t-il à le sauver ?

Dennis Lehane : Ils vivent la nuit (2012). Boston, 1926, à l’époque de la Prohibition. Jeune fils du policier Thomas Coughlin, Joe espère se faire une place au sein de la pègre. Il braque un bar clandestin appartenant à un caïd local et commet l'erreur de séduire sa maîtresse. Joe se retrouve bientôt en prison. C'est ainsi qu'un vieux parrain, Maso Pescatore, se charge de son "éducation" et que la carrière de Joe va prendre son essor.

Peter Robinson : Face à la nuit (2014). Un meurtre à l'arbalète, c’est pour le moins insolite. La victime est un officier de police médaillé, Bill Quinn, veuf d'une femme à laquelle on le disait fidèle et dévoué. Ce qui ne colle pas avec les photos compromettantes trouvées près de la scène du crime, montrant Quinn avec une mineure. Contrairement à Joanna Passero de l'Inspection Générale de la Police, l’inspecteur Banks ne croit pas à une affaire de corruption interne. La mort de Quinn peut être liée à une enquête menée six ans plus tôt, sur la disparition d'une jeune Anglaise en Estonie.

Jo Nesbø : Soleil de nuit (2016). Chargé de recouvrer les dettes pour le Pêcheur, le trafiquant de drogue le plus puissant d’Oslo, Jon Hansen succombe un jour à la tentation : l’argent proposé par un homme qu’il devait liquider lui permettrait de payer un traitement expérimental pour sa fille leucémique. En vain… Jon se réfugie dans un village isolé du Finnmark, où il croise la route de Lea et de son fils de dix ans, Knut. Une rédemption est-elle possible? Toutefois, on ne trahit pas impunément le Pêcheur.

Constellation d’étoiles dans la nuit du polar

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 05/04/2017 16:12

Je vois que le roman dont je parlais a été traduit en français.
Cela pourrait être une idée de lecture ou/et de chronique à vous suggérer ?

Tous les vivants. Le Crime de Quiet Dell
Jayne Anne Phillips
Editions de l'Olivier, janvier 2016

https://www.parislibrairies.fr/livre/9782823603514-tous-les-vivants-le-crime-de-quiet-dell-jayne-anne-phillips/

Nouvelle édition à paraître, par coïncidence ce mois-ci :

Points, 13 avril 2017

https://www.parislibrairies.fr/livre/9782757866047-tous-les-vivants-le-crime-de-quiet-dell-jayne-anne-phillips/

" En 1931, à Park Ridge (Illinois), un certain Cornelius O. Pierson assassina une jeune veuve, Asta Eicher, et ses trois enfants. En enquêtant sur leur disparition, la police découvrit que Pierson n'était autre que Harry Powers, un serial killer qui recrutait ses victimes par le biais d'annonces matrimoniales. Cette affaire qui bouleversa l'Amérique inspira à Charles Laughton son admirable film, La Nuit du chasseur. Tous les vivants est le « roman vrai » de cette histoire. Jayne Anne Phillips reconstitue avec minutie le déroulement de la tragédie, la traque du meurtrier et son arrestation. Mais c'est d'abord son extraordinaire imagination romanesque qui frappe à la lecture de ce livre. La voix de la petite Annabel, assassinée par Powers, se mêle à celle des vivants, qu'ils soient réels ou inventés de toutes pièces, comme Emily Thornhill, la journaliste qui mène les investigations. "

" Veuve et mère de trois en enfants, Asta Eicher croit sauver les siens en épousant Cornelius O. Pierson. La famille entière est assassinée par ce prétendant providentiel, un serial killer qui choisit ses victimes dans les agences matrimoniales. Journaliste assignée à l'affaire, Emily Thornhill plonge dans une histoire sordide. Depuis l'au-delà, la petite Annabel Eicher veille sur les vivants. "

Cordialement

Claude LE NOCHER 05/04/2017 16:34

"Cette affaire... inspira à Charles Laughton son admirable film, La Nuit du chasseur." Non, c'est bien le roman de Davis Grubb qui est la base du film en question. L'impressionnant personnage incarné par Robert Mitchum (avec ses poings tatoués love et hate) n'est pas un tueur en série, mais un malfaiteur en quête de butin. Ce genre "d'extrapolation argumentaire" est trompeur.
Amitiés.

Philippe 05/04/2017 15:39

Rebonjour M. Le Nocher,

Voilà qui donne l'occasion de parler d'une autre " nuit ", celle du 4 août 1789 pendant la Révolution, date de l'abolition - théorique - des privilèges en France.

Signalons que le bon curé d'Ars Saint Jean Marie Vianney est si populaire que certains parents ont depuis assez longtemps choisi de faire de son nom de famille un prénom pour leur fils.

Vous savez que je savais déjà pour 1959. Mais pour le 4 août, je ne l'ai su qu'hier, en cliquant sur votre chronique de " Dans la chaleur de la nuit " de John Ball, où dans un commentaire vous dîtes avoir deux ans de plus au jour près que Barack Obama né un 4 août.

Vous citez " Les Voix de la nuit " d'Adam Saint-Moore ( 1965 ).
Il y a bien sûr plusieurs livres avec le même titre, mais j'en recommande un spécialement : un roman de l'auteur allemand Marcel Beyer - né, ce n'est qu'une coïncidence, en 1965, l'année de parution du roman d'Adam Saint-Moore - .

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Beyer

Paru en français chez Calmann-Lévy en 1997.

Présentation de l'éditeur :

Hermann Karnau est acousticien, une sorte d'archéologue des sons. La voix humaine est son fétiche, son obsession. En 1940, il décide d'explorer systématiquement ce phénomène et, repéré par les nazis, met son savoir-faire au service du IIIe Reich : il collectionne par exemple les râles des soldats agonisant sur les champs de bataille, assurant ainsi la pérennité de l'éphémère, et procède à des expérimentations scientifiques afin d'obtenir la voix aryenne la plus pure. L'autre personnage du roman est une petite fille de huit ans, Helga, fille d'un très haut dignitaire du régime qu'électrisent les aboiements meurtriers des orateurs nazis. Une voix de plus mais une voix lumineuse non encore pervertie par le système. Les deux voix se font écho jusqu'en avril 1945 où, dans le bunker berlinois de Hitler, Karnau enregistre les derniers instants des enfants assassinés. La voix de la mort se confond alors avec la mort de la voix.Voix de la nuit est un exercice d'équilibre subtil et dévastateur entre culpabilité et innocence, réflexion et hallucination, révélant ce qu'est l'essence même du nazisme : la négation de l'homme.Marcel Beyer, né en 1965, vit à Cologne. Il est l'un des jeunes écrivains de langue allemande les plus prometteurs. Voix de la nuit est son deuxième roman et lui a valu le prix Ernst Wilner du concours Ingeborg Bachmann. Ce livre est un événement exceptionnel. "Marcel Reich-Ranicki"

L'article Wikipédia indique l'adaptation en BD par Ulli Lust.

https://www.parislibrairies.fr/livre/9782369902034-voix-de-la-nuit-marcel-beyer-ulli-lust/

Voix de la nuit
Marcel Beyer, Ulli Lust
Ca et Là, septembre 2014

( Des commentaires de lecteurs )

Ne déçoit pas: on reste de plus en plus scotché au fil des pages
Par Stefy TOP 1000 COMMENTATEURS le 8 février 2015
Format: Album
Avec les romans graphiques, parfois, on est bien déçus. Beaucoup de pages mais un scénario finalement faiblard et on referme le livre en se disant "tout ça pour ça...". Eh bien pas là. Le dessin d'Ulli Lust n'est certes pas virtuose mais il sert parfaitement le récit, d'autant que le choix des couleurs (mortifères et peu nombreuses) ainsi que le découpage des cases renforcent encore cela: le dessin illustre pour une fois réellement le propos, faisant corps avec lui, lui donnant vie. Et le récit, eh bien pardon, mais c'est du costaud: adaptation d'un roman de Marcel Beyer, l'œuvre est riche et profonde, vertigineuse descente aux tréfonds de l'être humain et de la vie, macabre et martiale à la fois, poétique et philosophique toujours. Une très grande réussite donc car Ulli Lust est réellement parvenue à recréer cette œuvre forte, troublante, originale et touchante. Superbe.

Un indispensable !
Par Actu-Littéraire - Tests-Electro TOP 100 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 20 octobre 2014
Format: Album
Avec cette adaptation de l'oeuvre de Marcel Beyer, Ulli Lust signe un bijou. L'oeuvre se livre à de magnifiques contrastes visuels et scénaristiques qui rendent l'oeuvre vivante, sensible et intelligente. Un indispensable !

A propos de " La Nuit du chasseur " de Davis Grubb, rappelons que le personnage de Harry Powell, qu'on voit surtout sous les traits de Robert Mitchum dans le seul film réalisé par le comédien Charles Laughton ( le capitaine Bligh dans la version de 1935 des " Mutinés du Bounty " , ou l' " Extravagant Mister Ruggles " ), avait été inspiré à Davis Grubb par une affaire réelle survenue dans sa jeunesse en Virginie occidentale.
Harry Powers, " West Virginia's Bluebeard ", pendu en 1932.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Powers

Je n'ai vu qu'hier qu'il y avait un roman graphique, par un auteur de BD argentin.

" Le roman graphique de 2012 Harry & the helpless children de Sergio Aquindo retrace également l'histoire de Powers et de ses victimes. "

Harry and the Helpless Children
Sergio Aquindo (Auteur), Ainoha Bordonaba (Traduction)
Rackham, 2012

Présentation de l'éditeur
"Les ecchymoses autour de ses yeux porcins, pochés par ceux qui l'ont capturé, sont les seules taches colorées sur le visage terreux et cruel de Harry F Powers, l'impitoyable Boucher de Clarksburg, tandis que, dans sa cellule, il livre a un détective les détails macabres de ses crimes et explique comment il a étranglé deux femmes et de malheureux enfants sans défense dans le charnier de son garage près de Clarksburg, Virginie-Occidentale", The Daily News, 1er septembre 1931.

http://www.citebd.org/spip.php?article1686

webographie

On peut suivre son travail d’illustrateur dans son blog : sergioaquindo.blogspot.com
Ses recherches, (écrites ou dessinées), sur le blog : minameisdanger.blogspot.com
Et finalement, le travail de ses « inspirateurs », sur le blog : troesmas.blogspot.com

Un roman d'après la même histoire, où Harry Powers garde son vrai nom :

http://jayneannephillips.com/quiet-dell/

http://www.wvculture.org/history/crime/powers03.html

Cordialement

Claude LE NOCHER 05/04/2017 16:27

Merci pour ces infos, cher Philippe
A lire le pitch du roman de Marcel Beyer, on se demande parfois jusqu'où les auteurs iront creuser pour exploiter des idées originales.
Amitiés.

Philippe 04/04/2017 18:34

Bonjour M. Le Nocher,

Qu'évoque pour vous la date du 4 août 1959 ?

Cordialement

Claude LE NOCHER 04/04/2017 20:08

Bonjour Philippe
Je crois avoir pris un bon bol d'air ce mardi-là, mais je crains que mes souvenirs restent imprécis. Il faisait chaud, paraît-il, c'est pourquoi j'ai attendu la soirée pour sortir. C'était la St Jean-Marie Vianney, du nom du curé d'Ars (près de Lyon). Je sais que Louis Armstrong, la mère d'Elisabeth2 et Barack Obama sont nés un 4 août.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/