Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 04:55

La grande famille Wolfe est établie de longue date dans le sud du Texas, à la frontière avec le Mexique. Côté américain, le hameau de Terre-Wolfe ne compte que soixante-six habitants. “On est au milieu de nulle part d’ailleurs, à mi-chemin entre Brownsville et l’embouchure du Rio Grande, sur une soixantaine d’hectares.” Un endroit où personne ne vient s’égarer. Certes, sous l’autorité des Trois Oncles, les activités des Wolfe offrent une façade légale, ce qui en fait une famille respectée. Toutefois, ils tirent l’essentiel de leurs revenus de la vente d’armes – un marché extrêmement juteux – et de faux documents d’identité. Plus quelques activités annexes aussi illégales, mais pas du trafic de drogue.

Si des voyous mal inspirés ont la malencontreuse idée de s’attaquer aux Wolfe chez eux, la réplique est expéditive. De l’autre côté de la frontière, se trouve la branche mexicaine de la famille Wolfe, qui exerce dans les mêmes domaines illicites. Ils ne sont pas mouillés avec les violents cartels, experts en drogues et kidnappings. Leur clan prend pour base un réseau occulte, les Jaguaros, toujours informé de ce qui se passe, mais ne fréquentant pas la pègre. Officiellement, les relations sont quasi-inexistantes entre les Wolfe de part et d’autre. Malgré tout, les Oncles ne se perdent pas de vue. Et la jeune rousse Jessica Wolfe est très amie avec sa cousine mexicaine, la brune métisse Rayo Luna Wolfe.

Étant étudiante, Jessie a sympathisé avec une autre Mexicaine, Luz Sosa, fille du puissant et riche Oscar Sosa. La jeune Luz se marie avec le fils de Francisco Belmonte, appartenant aussi à l’élite financière de Mexico. C’est ainsi que Jessie est invitée au mariage, en tant que demoiselle d’honneur, avec son chevalier servant Aldo, et sa cousine Rayo. À la fin des festivités, une dizaine d’invités est victime de ce qui semble être un braquage. En réalité, c’est une prise d’otages collective. Jessie Wolfe fait partie des prisonniers. Elle va tenter de s’échapper. Vite rattrapée, elle paiera cher cette évasion manquée. Rayo Luna n’a pas été enlevée. Elle alerte très vite l’Oncle Rodrigo. Ce dernier contacte les Wolfe américains.

La bande dirigée par Ramon Colmo, dit Galan, et le nommé Espanto, réclame cinq millions de dollars en guise de rançon. Il s’agit d’un petit gang, indépendant des cartels, mais fort bien organisé. Leur complice Huerta était chargé de la sécurité de la propriété Belmonte. Ce qui leur a facilité la tâche. Mais ils ne s’encombreront pas longtemps d’un comparse tel que Huerta. Certains sbires sont plus fiables, sans états d’âme, comme Chino et Chato. Si les conditions fixées par Galan pour la rançon sont précises, les Wolfe craignent que le gang éliminent quand même les otages. Jessie pourrait d’ailleurs être la première victime. L’Apache, qui l’a déjà maltraitée, se chargerait d’elle volontiers.

Tous les Wolfe sont concernés, mais deux d’entre eux ont des affinités plus personnelles avec Jessie. Patron de bar à Terre-Wolfe, Charlie Fortune fait figure de tuteur pour Rudy Wolfe et pour Jessie ; il est le protecteur de cette branche de la famille. Il appartient donc à Charlie et Rudy de régler le problème, en territoire mexicain, avec l’aide de Rodrigo. Le gang de Galan est efficace, et sans doute meurtrier ? Les Wolfe ne sont pas des tendres, et son bien entraînés, eux aussi…

James Carlos Blake : La maison Wolfe (Éd.Rivages, 2017)

Le type à la queue-de-cheval les contourne par derrière. Il sort un masque de sommeil du sac et le glisse sur les yeux d’Aldo, puis prend un rouleau d’adhésif et lui bâillonne la bouche, faisant le tour de la tête. Puis il s’occupe de Susi.
Ils s’assurent qu’on n’a même pas les moyens de chercher de l’aide, pense Jessie. Qu’on ne nous retrouve pas avant demain matin. Elle tressaille en sentant le type à la queue-de-cheval derrière elle. Le masque de sommeil tombe sur ses yeux, l’adhésif lui ferme la bouche, et l’homme passe au suivant. Jessie reste immobile, ligotée, bâillonnée, aveuglée. Elle n’entend que l’adhésif qu’on déroule – et puis soudain, elle est sûre qu’on pleure doucement et la peur revient…

Romancier chevronné récompensé par plusieurs prix prestigieux, James Carlos Blake a entamé avec “La loi des Wolfe” une saga dédiée à la famille Wolfe, dont “La maison Wolfe” est le deuxième opus. L’introduction du présent roman nous permet de situer le cadre de cette série. Cette famille a sa conception de l’autodéfense : “Nous ne laissons personne se mêler de nos affaires, et nous ne nous mêlons pas des siennes. Laissez-nous en paix et nous vous laisserons en paix.” Par contre, disposant d’autant d’armes qu’il veulent, gare à ceux qui les provoquent, à quiconque constitue une menace pour la famille ou l’un de ses membres. Pas exactement de cynisme dans leur riposte, plutôt leur version de la justice.

Derrière l’image tant soit peu exotique, le Mexique est un pays confronté à un banditisme omniprésent. Vaste problème que, malgré de gros moyens, le gouvernement fédéral n’a jamais réussi à éradiquer. La séquestration contre rançon y est assez courante, semble-t-il. Un moyen pour des gangs, déjà aguerris mais ayant encore peu de pouvoir, de se rapprocher du niveau des trop fameux cartels. Le contexte de ces kidnappings est utilisé par l’auteur pour alimenter ce roman d’aventure. La structure narrative est habile, nous permettant à la fois de suivre la réaction des Wolfe, la situation des otages et de leurs ravisseurs. Une histoire fourmillant de péripéties, dans la grande tradition du polar. On se régale !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 01/05/2017 16:57

Rebonjour M. Le Nocher,

Ce n'est pas une nouveauté, mais vous ai-je déjà parlé de cet autre roman, qui évoque l'épisode de l'évacuation des enfants pendant la Seconde Guerre mondiale en Grande-Bretagne des villes bombardées vers la campagne ?
L'auteur Charlotte Link est allemande, mais la plupart des histoires qu'elle écrit se situent en Grande-Bretagne.

L'Enfant de personne
Charlotte Link
Presses de la Cité, 2011 / J'ai Lu, 2013

https://www.parislibrairies.fr/livre/9782258073937-l-enfant-de-personne-charlotte-link/

" Un soir de juillet 2008, Amy Mills, étudiante dans une ville côtière du Yorshire, est sauvagement assassinée, le crâne fracassé contre un mur. Quelques mois plus tard, non loin de là, on retrouve dans un ravin le corps d'une septuagénaire, Fiona Barnes, dont la tête a été écrasée à coups de pierre. Le mode opératoire similaire laisse penser que les deux affaires sont liées. Si l'enquête piétine, des zones d'ombres dans le passé de la vieille dame ne tardent pas à apparaître. Placée dans une ferme du Yorkshire pendant les bombardements de Londres en 1940, Fiona, alors âgée de onze ans, s'était liée d'amitié avec Chad, l'un des fils de sa famille d'accueil. Par jeu, tous deux prirent en grippe un orphelin handicapé mental lui aussi logé à la ferme, et à le maltraiter. « Nobody », comme l'avaient surnommé cruellement à l'époque les deux enfants tortionnaires, a-t-il, des années plus tard, cherché à se venger ? Au fil d'une intrigue policière habilement conçue, Charlotte Link nous plonge au coeur des secrets et non-dits de la Seconde Guerre mondiale, et livre l'un de ses meilleurs romans à ce jour. "

" Pendant les bombardements de Londres en 1940, Fiona fait partie des enfants évacués dans la campagne du Yorkshire. Elle se lie d'amitié avec Chad, l'une des enfants de sa famille d'accueil. Toutes les deux malmènent un petit orphelin handicapé mental. Cinquante ans plus tard, le lendemain du mariage de la fille de Chad, Fiona est retrouvée morte dans la forêt. L'enquête est ouverte. "

Des commentaires de lecteurs ( sur PM ) :

Captivant et émouvant
par caro483 (Voir ses avis) le 01/05/2015
Même si on ne perd pas de vue le thriller psychologique avec deux meurtres violents à élucider, cette histoire nous plonge néanmoins au-delà des frontières d'un simple suspense policier. En effet, avec son art consommé dans l'écriture, Charlotte Link nous relate en parallèle l'histoire de deux personnes âgées reliées par un passé trouble et une faute horrible. Le décor du Yorkshire se dessine alors sous nos yeux ainsi que le Londres bombardé de la Seconde Guerre mondiale, ses personnages prennent de l'épaisseur. Leurs personnalités, leurs tourments, leurs secrets prennent vie et on reste émus aux larmes devant le portrait qu'elle nous dresse de cet enfant retardé, abandonné et torturé tout en éveillant en nous une réflexion sur l'incidence de nos actes sur nos vies et celles de nos proches et plus généralement, la place de chaque être humain dans la vie. Mêler ainsi littérature, psychologie et suspense dans un seul roman avec cette aisance à rendre vivant chaque mot, chaque phrase, c'est captivant. Un grand bravo à Madame Link. Je recommande vivement.

Excellent roman dans le genre intrigue policière
par tourmelusine (Voir ses avis) le 30/07/2011
Excellent suspense - des personnages bien dessinés - des histoires de famille dans le Yorkshire - une ambiance policière qui n'est pas oppressante, mais souvent émouvante, dans le contexte historique de la guerre et de l'après-guerre en Grande-Bretagne.

toujours très bien
par aniamania777 (Voir ses avis) le 09/11/2012
Comme toujours Charlotte Link m¿a surprise avec une histoire originale : deux meurtres et quasiment cinq cents pages pour apprendre qui est le meurtrier. Comme d¿habitude, ce sont les femmes à qui on a attribué les rôles principaux, mais j¿aime bien cette vision un peu féministe de l¿auteure. Ce qui est nouveau ( ?) et ce qui m¿a vraiment touché, c¿est l¿attitude, la vision d¿un enfant handicapé, différent, orphelin. On en parle peu dans ce genre de littérature (et en général), c¿est un peu le sujet tabou, alors que ce serait bien plus simple de dédramatiser l¿image des gens ayant un handicap ou qui sont juste différents ? !

Du grand Charlotte Link
par gabuzo7 (Voir ses avis) le 09/11/2012
Une histoire prenante, on s¿attache au sort de cet enfant, indésirable, toute sa vie, qui affronte toutes les douleurs et on en arrive a vouloir faire un saut dans cette partie de l'histoire de la guerre 40 en Angleterre peu connue mais si riche en émotion. Le suspense, nous prend, nous dévore, nous empêche de dormir jusqu'à la dernière page.

Captivant suspense psychologique
par jackin1er (Voir ses avis) le 30/11/2012
Roman scindé en 2 parties avec d'une part,l'enquête policière sur les meurtres apparemment liés d'une étudiante et d'une vieille dame, et d'autre part, une plongée dans le passé trouble de la vieille dame qui comporte drames et secrets... Grâce aux nombreux rebondissements et fausses pistes habilement distillés,le lecteur est tenu en haleine jusqu'au dénouement.Il s'agit là d'un suspense psychologique bien mené avec son lot de vies brisées, de personnages complexes et torturés, rongés par la culpabilité. Avec également un personnage original et attendrissant,un jeune garçon handicapé mental ironiquement surnommé ''Nobody'', alors qu'il est au coeur de toute l'histoire...Une réussite.

Cordialement

Claude LE NOCHER 01/05/2017 17:32

Eh bien, voilà encore un roman à retenir, cher Philippe.
Amitiés.

Philippe 01/05/2017 16:19

Rebonjour M. Le Nocher,

Je recommande un roman de Kate Morton ( Australienne, mais qui écrit des histoires situées le plus souvent en Grande-Bretagne ) dont l'édition poche paraît le 4 mai.

L'Enfant du lac
Kate Morton
Pocket, 4 mai 2017
( Edition originale : Presses de la Cité, 2016 )

https://www.parislibrairies.fr/livre/9782266276955-l-enfant-du-lac-kate-morton/

1933. Comment Theo Edevane, adorable poupon de onze mois, a-t-il pu disparaître durant la nuit de la Saint-Jean ? Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l'enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour les filles Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du lac, la propriété tant aimée, est fermée et laissée à l'abandon. Soixante-dix ans plus tard, Sadie Sparrow, jeune détective londonienne en vacances dans les Cornouailles, curieuse et momentanément désoeuvrée, s'intéresse à cette mystérieuse disparition. Elle reprend l'enquête, au grand dam de l'une des soeurs aînées de Theo, Alice, devenue écrivain à succès. Depuis Les Brumes de Riverton, son premier roman, Kate Morton n'a cessé de séduire un large public et s'est imposée comme la « parfaite héritière de Daphné Du Maurier » (François Rivière - Le Figaro).

Voici la critique d'un lecteur ( sur PriceMinister ) :

" Une histoire touffue, bouleversante, intelligente
par petitpic (Voir ses avis) le 13/08/2016
Un bébé disparait : l'enquête n'aboutira jamais.
80 ans plus tard, une jeune inspectrice la reprend : chaque indice en ramène un autre, les liens qui unissent (ou séparent) les différents protagonistes se croisent et s'entrecroisent ; bien que compliquée, l'intrigue déroule sa trame, on croit entrevoir la vérité... elle s'éloigne.Font partie de l'histoire, la campagne de Cornouaille, merveilleusement décrite, les animaux.
Les personnages sont sont touchants, d'une profondeur et d'une qualité humaine peu courante, jusqu'où peut aller l'amour d'une épouse et d'une mère ?
La vérité est bouleversante.
Aucune longueur dans ce gros pavé, on ne peut pas le lâcher ! "

Cordialement

Claude LE NOCHER 01/05/2017 16:40

Voilà un "cold case", pour reprendre une terminologie actuelle, qui paraît intéressant. Encore que l'intrigue soit sûrement "touffue", comme le dit le lecteur. Car il y a fatalement une part de psychologie tourmentée dans ces affaires-là, qui s'ajoute aux arcanes de l'histoire elle-même.
Amitiés.

Philippe 01/05/2017 14:10

Bonjour M. Le Nocher,

En ce 1er mai que je vous souhaite agréable et où vous avez choisi de ne pas publier de chronique, voyez à propos de cabanes.
On s'éloigne quelque peu des cabanes qu'enfants on construit dans les arbres, comme dans le film " Le Grand Chemin " ( 1987 ) de Jean-Loup Hubert, avec Anémone, Richard Bohringer, Antoine Hubert, Vanessa Guedj. Ou de la chanson " Ma cabane au Canada " ( de Line Renaud ou pas, j'ai un doute ).

Je vois néanmoins que vous avez chroniqué au moins un livre avec " cabane " dans le titre :

http://www.action-suspense.com/article-gordon-ferris-la-cabane-des-pendus-presses-de-la-cite-2012-101858585.html

http://www.action-suspense.com/2016/03/formats-poches-chez-points-gordon-ferris-et-christophe-molmy.html

Mais sans languir davantage, voici :

http://www.planet.fr/monde-photos-une-cabane-dans-les-arbres-tout-simplement-hallucinante.1301333.1608.html

Une cabane dans les arbres tout simplement hallucinante

http://treehotel.se/en/

http://treehotel.se/en/all-rooms/8-rum/32-the-7th-room

Cordialement

Claude LE NOCHER 01/05/2017 16:35

Bonjour Philippe
Précisons que "La cabane des pendus", premier roman de Gordon Ferris paru en France, n'a rien de bucolique.
Cabane de luxe dans les arbres, en effet. Qui ne m'attire nullement, je vous l'avoue. Cela me rappelle les bungalows de camps de vacances (rebaptisés"hôtellerie de plein air"). Sympathique, certes. Mais je crains que ce ne soit pas "se rapprocher de la nature" que de loger dans un appartement à la cime d'un arbre. Il existe des versions plus sobres, qui doivent être assez agréables.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/