Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 04:55

Parisien d’une famille d’origine jurassienne, le commissaire Georges Dupin est en poste à Concarneau depuis tout juste cinq ans. Entre son adjoint Le Ber et Nolwenn, la secrétaire du commissariat, Dupin a pu s’initier à l’Histoire et aux coutumes bretonnes. Labat, son autre lieutenant de police, défend volontiers l’écologie, le naturel de la région. Quant aux paysages, Dupin les apprécient toujours davantage. Sa compagne Claire, chef de service en cardiologie à Paris, le rejoint ponctuellement en Bretagne-sud. Bien qu’on remarque encore parfois qu’il n’est pas d’ici, Dupin s’est trouvé quelques d’amis locaux. Par contre, il ne tient pas vraiment à ce qu’une fête soit organisée pour ses cinq ans à Concarneau.

Un cadavre a été repéré sous la pluie, sur le parking de Port Bélon, par une octogénaire. Cette dame n’est autre que Sophie Bandol, ancienne star de cinéma que Dupin admirait. Le corps ayant entre-temps disparu, les gendarmes doutent de la fiabilité du témoignage de Sophie Bandol. Gourmande d’huîtres, elle s’est installée au meilleur endroit pour en déguster quotidiennement. Elle révèle à Dupin qu’elle n’est pas Sophie, mais sa jumelle Armandine, une confusion dont elle n’est pas responsable. Même s’il est un peu déçu, le commissaire sympathise avec elle. Mais, dès le lendemain, la découverte d’un autre corps va l’entraîner loin de la ria du Bélon, vers le sommet des Monts d’Arrée (384 mètres).

Selon un vieux témoin grincheux, le coupable est sûrement étranger à la région. Grâce à des tatouages, dont l’un fait référence aux Shelter Houses (les équivalents des Abris du Marin), le cadavre des Monts d’Arrée est bientôt identifié. Il s’agit d’un ostréiculteur écossais, qui a voyagé depuis chez lui avec un compatriote, Seamus Smith. Un second tatouage représente un tribann, symbole druidique (à ne pas confondre avec le triskell) cher aux populations celtes. En Écosse, la police n’obtient guère de renseignements utiles expliquant le voyage de l’ostréiculteur, ni sur ses rapports exacts avec Seamus Smith. Ce dernier est probablement le mort que Mme Bandol a vu sur le parking de Port Bélon.

Tandis que le policier Labat a de gros problèmes pour avoir enquêté officieusement sur des vols de sables, sur des plages isolées, destinés à des entreprises de bâtiment, Dupin est de retour dans la ria du Bélon. Il s’informe sur l’histoire de l’huître, en Europe et dans le monde, et sur les méthodes de production. Il se peut que l’Écossais des Monts d’Arrée soit juste venu acheter des huîtres à affiner ou à commercialiser, mais le commissaire doute que ce soit aussi simple. Tout en restant en contact avec Mme Bandol, il s’intéresse aux ostréiculteurs du coin, et à d’autres personnes habitant entre Port Bélon et la pointe de Penquernéo, dont l’un est un riche entrepreneur du bâtiment. Mais il n’oublie pas que cette affaire criminelle a aussi forcément un lien avec l’Écosse…

Jean-Luc Bannalec : L’inconnu de Port Bélon (Presses de la Cité, 2017)

— C’est comme ça que ça se passe, ici. Toutes les nuits, on entend un hurlement quelque part. Les démons, les âmes des défunts qui ont pu se libérer pour quelques heures… De temps à autre, on voit même apparaître dans les villages des individus qui ne sont pas ce qu’ils prétendent être. Leur apparence est trompeuse. Il n’y a pas si longtemps, vous savez, les prêtres d’ici opéraient encore des exorcismes : ils attiraient les démons dans les corps des chiens noirs avant de les précipiter dans l’eau du Youdig. Ces monts ont quelque chose de spécial […] C’est ici que les druides organisent leurs principales cérémonies, surtout dans les marais. La fête de fin d’année celte, par exemple. C’était il n’y a pas si longtemps. Ils ont rassemblé pas mal de monde, on comptait trois cent druides…

Après Pont-Aven et ses peintres, l’archipel des Glénan, et les marais salants de Guérande, voici la quatrième enquête du commissaire Dupin. Prénommé Georges comme Simenon, ce policier s’inscrit dans la lignée de Maigret et des héros similaires, collectant les indices éventuels, situant chaque contexte, avançant avec patience dans leurs investigations. On nous offre également quelques détails sur son entourage. Ainsi que son regard sur cette Bretagne dont Dupin découvre les mythes ancestraux, les décors authentiques, et l’état d’esprit de la population native. La tradition du roman policier classique est parfaitement respectée, avec son lot d’hypothèses plausibles et de pistes incertaines.

L’un des principaux thèmes abordés, c’est l’ostréiculture. Il est probable que beaucoup de gens restent sur l’idée de "l’huître sauvage", qui se ramasserait sur le littoral. En réalité, du naissain jusqu’à la consommation, le processus est entre les mains des ostréiculteurs. Il s’agit généralement de petites entreprises familiales. Il y a les exploitants qui font de l’élevage complet d’huîtres — creuses et plates. Et ceux qui se contentent de l’affinage pendant de courtes semaines, avant d’apposer leur label. Si ces mollusques marins grossissent sur des parcs à huîtres, c’est dans les rias – rivières aux eaux mi-salées mi-douces – que s’affirment leurs goûts différents d’un site à l’autre.

Celles de Riec-sur-Bélon sont effectivement très réputées. Face à Moélan-sur-mer, le port du Bélon est pittoresque à souhaits, et très correctement suggéré dans cette histoire. D’ailleurs, l’auteur est fort bien documenté sur les sujets qu’il présente, y compris l’aspect inter-celtique. Contexte et enquête vont harmonieusement de pair dans ce sympathique polar.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Francine (Clio) 11/07/2017 14:24

Merci pour ce brillant résumé ! J'ai adoré ce roman.
Bonne fin de semaine.

Claude LE NOCHER 11/07/2017 17:12

Bonjour
Une très sympathique série, c'est vrai... J'espère que mon "survol" de l'intrigue incitera quelques lectrices et lecteurs à suivre le commissaire Dupin...
Amitiés.

Yv 20/04/2017 08:59

Salut Claude,
ça va trop vite pour moi, je ne l'ai pas encore lu, il m'attend, mais j'avais été un peu déçu avec le précédent...
Amicalement,

Claude LE NOCHER 20/04/2017 09:52

Bonjour Yves
Moi, je n'avais pas trouvé le temps d'aller me promener avec Dupin dans les salines guérandaises. Mais là, Port Bélon m'évoque de très bons souvenirs...
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/