Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 04:55

Amateur de bières, de tabacs forts, de plats en sauces, de nuits blanches et de bastons virulentes, le quinquagénaire parisien Jacques Bower doit suivre l’avis de son médecin traitant, et se mettre à la diète. Pour commencer, il va prendre l’air sur la côte belge, vers La Panne et Furnes. Pas tellement pour raisons de santé, ni même pour fuir sa compagne Véro, shampouineuse pour animaux. Un fait divers a attiré son attention. Van Haag, ex-conservateur du musée Paul Delvaux à Saint-Idesbald, est mort dans l’éplucheuse automatique d’une usine de frites surgelées en Flandres. Bien que sa présence là reste inexplicable, on a conclu à un simple accident.

Tout juste Bower sait-il que Van Haag organisa une rétrospective consacrée au peintre Paul Delvaux, exposition annulée au dernier moment. Madeleine, actuelle conservatrice du musée, lui apprend que Van Haag fut jadis membre d’un obscur mouvement artistique, les Reculistes. Devenus proches de Delvaux grâce à leur égérie Lotte, aucun d’eux n’a jamais connu la célébrité. Sauf Wout Baeteman, qui expose dans une galerie de La Panne, à la place de la rétrospective prévue. Bower sympathise avec Léopold Spriet, un des derniers Reculistes. De leur groupe artistique, il resta ami avec Van Haag et le comédien Jonas.

Bower visite l’expo des œuvres de Baeteman. Selon le propriétaire de la galerie, c’est de l’art transgressif. Pour Bower, c’est merdique à vomir. Le lendemain à Furnes, il tente de contacter Jonas, à l’occasion de la Procession des pénitents. Le comédien est abattu d’une balle en pleine tête. Au domicile de Jonas, il trouve pour principal indice une date, le 2 août. Les mêmes adversaires s’en prennent bientôt à la maison de Madeleine, la conservatrice du musée. Bower se rend à Merwijk, ville dont le bourgmestre n’est autre que Colvenaer, propriétaire de la galerie d’art. Il perçoit vite ici l’hostilité des Flamands contre l’ensemble des francophones. Une ambiance cultivée par le bourgmestre Colvenaer, leader d’un groupe politique à l’idéologie fasciste, prônant une supériorité flamande. Ceux qui le dérangent ont droit aux méthodes musclées de Clarence, son homme de main.

S’il est expulsé manu militari de chez Colvenaer, Boer a quand même croisé la fameuse Lotte. Après avoir interviewé le médiocre peintre Baeteman, Bower est agressé sur ordre de Colvenaer. Il trouve refuge et soins chez Léopold Spriet, qui préfère s’éloigner. Il est temps que Bower soit rejoint par son ami Karim, afin d’affronter en duo leurs ennemis…

Maxime Gillio : La fracture de Coxyde (l’Atelier Mosésu, 2017)

Jacques Bower est un proche cousin de Gabriel Lecouvreur, aussi fouineur et indépendant que lui, partageant certains de ses goûts, il possède son caractère personnel. D’ailleurs, le surnom de Bower est Le Goret, ce qui désigne un jeune cochon, non pas un octopode à longs bras genre pieuvre… ou Poulpe Les tribulations flamandes de cet enquêteur autonome l’amènent à prendre de vrais risques. Les milieux artistiques belges s’avèrent terriblement dangereux. Ses mésaventures sont toutefois ironiques et souriantes, l’auteur prenant plaisir à nous entraîner dans de multiples péripéties. On retrouve la tonalité de “Les disparus de l’A16”, avec cette forme narrative mouvementée et débridée qui convient à Maxime Gillio.

Excellente initiative que de rééditer “La fracture de Coxyde”. Si elle est diablement agitée, cette histoire se veut aussi un hommage au peintre Paul Delvaux. En outre, l’auteur y effleure la délicate situation politique belge, gangrenée par les alliances entre nationalistes flamands et groupes néo-nazis. Mieux vaut retenir, comme on le fait ici, les spécialités culinaires et l’assortiment de bières qu’offre la Belgique. Dans la meilleure tradition du roman populaire, ce roman palpitant nous offre une fort excitante comédie policière.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 06/06/2017 17:26

Bonjour M. Le Nocher,

Le post d'aujourd'hui du site Executed Today :

http://www.executedtoday.com/2017/06/06/1730-sally-bassett-bermuda-slave/

est très intéressant en soi puisqu'il rend hommage à une vieille esclave noire aux Bermudes en 1730 qui, en plus d'être victime de l'injustice que constitue le fait d'être en esclavage, fut injustement condamnée pour une prétendue tentative de meurtre par empoisonnement. Et brûlée vive en place publique, sort abominable. Ce n'est qu'il y a quelques années qu'une statue d'elle a été érigée en son honneur, afin sinon de réparer du moins de reconnaître les erreurs du passé et l'horreur de l'esclavage.

Mais cet article m'a aussi permis de découvrir un arbre que je ne connaissais pas :

https://en.wikipedia.org/wiki/Manchineel

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hippomane_mancinella

Arbre dont les feuilles sont extrêmement toxiques, lisez vous-même les indications médicales décrites.

Et j'en viens au polar : il se trouve que l'article sur le mancenillier évoque son apparition dans une aventure de SAS, comme il vous arrive d'en mentionner.

" Dans la fiction

Le mancenillier est évoqué dans le roman SAS aux Caraïbes (1967) : un jeune homme est torturé par l'utilisation de la sève acide de l'arbuste. "

Voyez cette chronique ( attention spoiler : contrairement à vos chroniques à vous, toute l'histoire est racontée donc y compris le dénouement ).

https://fr.wikipedia.org/wiki/SAS_aux_Cara%C3%AFbes

Cordialement

Claude LE NOCHER 06/06/2017 20:06

Bonjour Philippe
La cruauté de la classe dirigeante, au temps où elle avait droit de vie et de mort sur les esclaves, nous rappelle des questions sur la colonisation, à laquelle certains attribuent toutes les vertus encore aujourd'hui. Certes, il y a toujours eu des personnes de bonne volonté, qui traitaient correctement les peuples colonisés. Mais il y avait deux autres cercles, bien plus durs. Ceux des "propriétaires", qui abusèrent autant des richesses que de la population d'un pays. Et certains expatriés d'alors, en poste dans ces pays, qui furent au mieux indifférents aux habitants locaux, au pire des exploiteurs eux aussi. Quant à la Justice... ça importait peu à ces Occidentaux, si ce n'est pour "faire des exemples", imposer une certaine terreur.
Sans commentaire sur SAS, car j'ai frôlé des "complications" suite à un écho concernant la question.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/