Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 04:55

En cette seconde moitié du 19e siècle, le commissaire William Monk dirige la police fluviale de la Tamise, à Londres. Dans un entrepôt du quartier de Shadwell, un meurtre singulier vient d’être découvert. La victime était le patron de sa petite entreprise, un Hongrois du nom d’Imrus Fodor. Il a été martyrisé, l’assassin laissant derrière lui une mise en scène macabre. Monk se demande immédiatement pourquoi dix-sept bougies ont été placées près du cadavre. Avec son adjoint Hooper, il effectue une enquête de voisinage. Le témoin ayant trouvé le corps, le pharmacien Dobokai, va leur servir d’interprète. Il connaît bien la petite communauté hongroise de Londres, dont il fait partie, qui ne compte que quelques centaines de personnes. Bien qu’appréciés pour leur courtoisie et pas si différents de la population anglaise, les Hongrois d’origine sont parfois mal vus de certains londoniens.

Adopté par le couple Monk, le jeune Scuff – dix-huit ans – continue à cultiver sa vocation médicale auprès du Dr Crow, qui soigne les gens modestes dans son dispensaire. Il ont du mal à stabiliser la santé d’un nommé Tibor, lui aussi Hongrois, qu’il a fallu amputer. Un des médecins du quartier, le Dr Fitzherbert (dit Fitz) leur apporte un peu d’aide. Celui-ci passa pour mort lors de la Guerre de Crimée, où il faisait partie des soignants. Avant de revenir en Grande-Bretagne, il vécut quelques années en Hongrie. Là-bas, il sympathisa avec les patients locaux, et soigne quelquefois aujourd’hui des exilés hongrois à Londres. Marqué profondément par le conflit en Crimée et le reste de son chaotique parcours, le Dr Fitz est sujet à des cauchemars, des états délirants. Hester, l’épouse du commissaire Monk, l’a bien connu à l’époque de la Guerre de Crimée, où elle était infirmière.

Pourquoi s’en prendre à des Hongrois ? s’interrogent Monk et Hooper. Les dix-sept bougies auraient-elles un sens ésotérique ? Évoquent-elles un rituel de leur pays d’origine, voire d’une société secrète ? Existe-t-il un rapport avec cette altercation entre un commerçant anglais caractériel et un jeune Hongrois ? Un deuxième crime est commis, exactement similaire au premier, visant un autre membre de cette communauté. Monk préfère avoir pour interprète Adel Haldane, le pharmacien Dobokai cherchant à s’imposer comme chef des expatriés hongrois, en profitant de ces affaires. Mais le mari de cette dame, Anglais de souche, reste peu coopératif, se sentant mal-aimé par les compatriotes de son épouse.

Scuff est admiratif devant les capacités du Dr Fitz, non sans être conscient que le médecin présente des aspects inquiétants. Quand il le retrouve tout ensanglanté dans la rue, Scuff vérifie que Fitz n’a été mêlé à aucun meurtre. Bien qu’appréciant aussi Fitz, Hester se sent désemparée, ne sachant comment lui venir en aide. Ayant connu naguère des troubles comparables, le commissaire Monk voudrait discerner la psychologie de Fitz. Deux autres crimes au processus identiques vont être commis, visant toujours des Hongrois. Les Monk auront besoin des services de leur ami le brillant avocat Oliver Rathbone, lorsque l’affaire arrivera devant la justice. Car l’accusation semble avoir tous les atouts en main…

Anne Perry : Meurtre en écho (Éditions 10-18, 2017) – Inédit –

Néanmoins, Monk n’était pas préparé à la scène qui s’offrit à lui dans la cuisine. Le médecin légiste était agenouillé à côté d’un cadavre ensanglanté, étendu sur le dos. Le manche d’une moitié de cisailles se dressait hors du torse. À première vue, Monk estima qu’il devait y avoir dix à douze pouces de lame enfoncés dans la poitrine.
Cependant, ce qui lui donna un haut-le-cœur, ce fut la série de bougies disposées sur les étagères et autres surfaces autour de la pièce, toutes rouges de sang. Il les compta machinalement. Exactement comme chez Fodor, il y en avait dix-sept (…) Il regarda Hyde [le légiste] puis les mains de Gazda. Un coup d’œil lui suffit pour s’apercevoir que l’homme avait eu les doigts écrasés. Ils présentaient des angles tels, qu’ils ne pouvaient pas avoir été simplement déformés par des œdèmes, si terribles fussent-ils. Du sang avait coulé de la bouche du mort, dont les dents avaient été arrachées.

C’est le vingt-troisième épisode de la saga consacrée par Anne Perry à William Monk. Fort productive et toujours inspirée, l’auteure continue par ailleurs sa série autour de Charlotte et Thomas Pitt. Celle ayant Monk pour héros possède ses qualités propres. On ne manque pas de nous rappeler que, le policier ayant perdu jadis la mémoire, le passé de Monk reste flou. Ce qui l’incite sûrement à faire preuve de compréhension envers les suspects, et à cerner le contexte aussi précisément que possible autour des victimes. Les réfugiés venus de Hongrie à l’époque subissent une part d’ostracisme, bien que se différenciant peu de la population anglaise. Ces catholiques font juste une meilleure cuisine que les anglicans.

Formée par Florence Nightingale, l’infirmière humanitaire Hester Monk participe à cette nouvelle affaire de façon indirecte. Outre le fait qu’elle souhaite se réconcilier avec son frère Charles, elle fut impliquée durant la Guerre de Crimée – dont elle peut témoigner autant que le Dr Fitzherbert, et suit également l’évolution de son jeune protégé Scuff. Ce dernier, entrant dans l’âge adulte, médecin en devenir, a décidé d’opter pour un nom plus sérieux que son sobriquet d’enfant des rues. Appartenant lui aussi à l’univers du couple Monk, sir Oliver aura son rôle à jouer dans le dénouement de cette série criminelle. Anne Perry montre une habileté certaine pour définir chacun des personnages récurrents, même si l’on n’a pas lu l’intégralité des aventures de William Monk. Énigmes et suspects sont, bien sûr, au rendez-vous pour cette enquête. On lit avec toujours autant de plaisir les suspenses historiques d’Anne Perry.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 30/08/2017 06:53

Bonjour M. Le Nocher,

Comme ce roman évoque les Hongrois en Grande-Bretagne, un sujet auquel on ne pense guère disons-le, rappelons que le grand intellectuel Arthur Koestler ( 1905 - 1983 ) ( et ce tout en connaissant les révélations sur son comportement avec les femmes dans sa vie privée dans sa biographie par David Cesarani, Arthur Koestler : The Homeless Mind, 1999 ) était un Hongrois né à Budapest, naturalisé britannique. Auteur du livre " Le Zéro et l'infini " ( 1940 ).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Koestler

Incidemment,ce que je ne savais pas :

" Arthur Koestler naît dans une famille hongroise juive ashkénaze et de langue allemande. Il est le fils d'Henrik Koestler, un industriel et inventeur prospère dont le grand succès commercial avait été le « savon de santé », dans lequel les graisses animales, difficiles à trouver durant la Première Guerre mondiale étaient remplacées par des substances minérales faiblement radioactives. On pensait en effet à cette époque que la radioactivité avait des vertus curatives. "

L'anniversaire de la mort de Lady Diana approchant, dés demain, je voudrais évoquer, qu'elle ne soit pas oubliée, la reine Astrid. Princesse de Suède puis reine de Belgique quand son mari le prince Léopold devint roi en 1934 suite à la mort dans un accident d'alpinisme de son père Albert Ier le " roi-chevalier " . Léopold III dut abdiquer plus tard en 1950 car on lui reprochait, à tort ou à raison, son attitude passive face à l'occupation nazie de la Belqique pendant la guerre.
Astrid était la mère de Joséphine-Charlotte et des futurs rois Baudouin ( âgé de 5 ans en 1935 ) et Albert II.
Le 29 août 1935 à Küssnacht en Suisse, ce triste anniversaire datant d'hier, Astrid trouva la mort quand son mari le roi Léopold III, au volant d'une Bugatti, ne put éviter un arbre. La voiture quitta la route et Astrid fut tuée presque instantanément, la cage thoracique enfoncée.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Astrid_de_Su%C3%A8de

" Il existe une place de la Reine-Astrid dans le 8e arrondissement de Paris, à proximité des quais de Seine et près du pont de l'Alma – et le hasard voudra que, soixante-deux ans presque jour pour jour après la mort d'Astrid, une autre princesse, Lady Diana, soit elle-même victime d'un accident de voiture mortel dans le tunnel du pont de l'Alma. "

http://www.parismatch.com/Royal-Blog/famille-royale-belge/Des-souveraines-au-destin-tragique-la-reine-des-Belges-Astrid-de-Suede-epouse-du-roi-Leopold-III-morte-dans-un-accident-de-voiture-en-Suisse-comme-Lady-Diana-847819

La reine des Belges Astrid, victime de la route
Paris Match| Publié le 18/10/2015 à 16h00 |Mis à jour le 18/10/2015 à 22h52
Dominique Bonnet

" L’Histoire réserve parfois de bien curieuses coïncidences. Le 31 août 1997, 62 ans presque jour pour jour après la reine Astrid, Diana Spencer, l’ex-épouse du prince Charles et mère de leurs deux enfants les princes William et Harry, trouvait elle aussi la mort dans un accident de voiture. Celui-ci se produisit à Paris sous le tunnel du pont de l’Alma, à deux pas de… la place de la Reine-Astrid. Et, à l’instar de celle de la reine des Belges à son époque, la disparition de l’ancienne belle-fille de la reine Elizabeth II, à l’âge de 36 ans, connut un énorme retentissement dans le monde entier. "

Cordialement

Claude LE NOCHER 30/08/2017 07:34

Bonjour Philippe
Puisque nous sommes le 30 août, souvenons-nous aussi de la disparition énigmatique du Docteur Godard et de sa famille :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Godard
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/