Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 04:55

Âgé de trente ans, le docteur du Barrail assiste à Weimar au congrès de 1911 qui réunit, autour de Sigmund Freud et Carl Gustav Jung, le gratin des psychanalystes. À l’issue des rencontres, du Barrail se voit confier une mission par Freud. À Paris, leur confrère Victor Gernereau vient d’être assassiné. Grâce aux notes sur ses patients que la victime adressa à Freud, il doit être possible d’identifier le criminel. Si du Barrail est enthousiaste quant à l’évolution de la psychanalyse, et s’il est conscient que c’est un honneur d’enquêter pour Sigmund Freud, il n’est pas sûr d’aboutir. Dans le train du retour vers Paris, où Jung va séjourner quelques temps, celui-ci lui recommande un détective privé, Max Engel.

À plusieurs reprises, on tente de voler à du Barrail les notes de Gernereau. La coupable, il l’a repérée : c’est une femme toute vêtue de vert. Quand le psy s’adresse à Max Engel, il lui demande de s’intéresser en particulier à elle. Du Barrail possède certaines affinités avec ce curieux détective, qui affiche ses convictions sociales marxistes. Par ailleurs, c’est un jouisseur qui ne s’interdit ni le sexe, ni les bons repas arrosés. Outre la Dame en vert, la police a interrogé trois patients du psy Gernereau, de possibles suspects. Du Barrail commence par contacter Marie Adendorff, surnommée la Dame aux Loups à cause de ses troubles. Cette jeune sculptrice est la fille d’un homme d’affaires très puissant.

Le détective a pisté la Dame en vert jusque dans un bordel où elle exerce ponctuellement. Il trouve quelques occasions de ne pas perdre de vue celle qu’on appelle Marie-Madeleine, en référence à la pécheresse biblique. Il poursuit sa filature, tandis que du Barrail se rapproche de Marie Adendorff, masquant à peine son attirance. Dans la veine freudienne qui relie enfance et sexe, le psy imagine que le père de la jeune femme a pu se rendre coupable d’inceste par le passé. Éventualité qui lui apparaît bientôt trop simpliste. Encore ignore-t-il le singulier parcours de cet homme, remarié à la jeune Aniela. Celle-ci défend avec ardeur les droits des femmes, y compris auprès du député Mirepoix.

Marie-Madeleine tente de séduire du Barrail afin d’obtenir les documents de Gernereau. Avec l’accord de son commanditaire, elle va même tenter de corrompre Max Engel. Ce dernier reste en contact avec Carl Gustav Jung, celui-ci n’étant pas opposé à ce qu’ils fréquentent ensemble une maison close. Du Barrail interroge également les deux autres patients névrosés de Gernereau, mais sans doute devra-t-il élargir son enquête. La Dame en vert n’avançant guère, l’individu qui l’a chargée de retrouver les documents ne cache pas sa nervosité. Pour Max comme pour le psychanalyste, c’est probablement dans le cercle autour du père de Marie Adendorff que se trouvent les réponses aux questions…

Olivier Barde-Cabuçon : Le détective de Freud (Babel Noir, 2017)

— Mais si l’assassin a tué Gernereau et récupéré ses notes, pourquoi vouloir s’emparer de la copie de celles-ci ? Pour les faire disparaître ? Vous auriez pu, vous-même ou Freud, en recopier d’autres exemplaires. Non, à mon avis, quelqu’un a payé la Dame en vert pour récupérer ces notes du vivant du docteur Gernereau. Elle s’est ainsi présentée comme patiente de celui-ci pour se les procurer. Elle a dû échouer. Ce même commanditaire a ensuite fait assassiner le docteur mais, pour une raison inconnue, l’assassin n’a trouvé aucune note chez Gernereau. Consultez-les donc à votre banque seulement, je vous le répète.
— Mais pourquoi voulait-il ces notes ?
— Ce n’est pas à vous que je vais apprendre que l’on dit parfois à son psychanalyste des choses depuis très longtemps enfouies et oubliées… Qui sait si la personne n’a pas regretté que ces choses soient remontées à la surface. Vous êtes des apprentis sorciers, vous tenez boucherie ouverte de nos âmes !

Les six aventures du chevalier de Volnay, commissaire aux morts étranges au temps de Louis XV, ont apporté une notoriété méritée à l’auteur, Olivier Barde-Cabuçon. Avant d’entamer cette série, il publia “Le détective de Freud”, désormais disponible dans la collection Babel Noir. Toute autre époque, puisque nous voici au début du 20e siècle. Si la psychanalyse se développe dans les pays occidentaux, elle reste une science qui a tout à prouver. Certaines bases établies par Sigmund Freud sont, sinon contestées, du moins relativisées par son dauphin désigné, Jung. Et la médecine se méfie de ces confrères qui prétendent déterminer ce qu’il y a dans la tête des patients.

Peut-on dire qu’une enquête ressemble beaucoup à une analyse psy, comme le suggère Freud ? Plus ou moins. En tout cas, Oliver Barde-Cabuçon n’ignore pas qu’un polar historique n’est pas simplement un étalage d’érudition. Il doit être, avant tout, doté d’une véritable intrigue. L’affaire criminelle et la recherche des coupables, c’est le moteur de ce type de romans. Ce qui n’empêche nullement d’inscrire le récit dans un contexte précis, dessinant diverses facettes de l’ambiance d’alors.

Ici, il n’est pas question que de psychanalyse. Certes, les images de l’enfance – dont font partie les contes de fées – ont une importance évidente pour les patients que rencontrent le docteur du Barrail. Mais depuis la seconde moitié du 19e siècle, les luttes sociales n’ont cessé de gagner en union et en force. Nous sommes en 1911, le prolétariat bouge, se fait entendre, refuse l’exploitation par le grand capital. C’est le détective Max Engel qui est porteur de tous ces symboles ouvriers. Par ailleurs, voilà quelques années qu’en ce début de 20e siècle, des femmes – les suffragettes – revendiquent des droits bien réels. Même si des officiels s’avèrent bienveillants envers ces mouvements, peu de concrétisation en vue. Aniela Adendorff en est, en quelque sorte, la porte-parole dans cette histoire. Ce suspense aussi riche en péripéties que par son contexte est fort séduisant.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Philippe 18/09/2017 06:53

Bonjour M. Le Nocher, Max, Belette,

Voyez le site de la librairie Verbatim à Stellenbosch ( capitale nationale du vin là-bas ) en Afrique du Sud.

http://www.stellenbosch-unlimited.co.za/verbatim/

Si je vous recommande ici de le regarder, c'est parce que sur la page montrant des visiteurs :

http://www.stellenbosch-unlimited.co.za/verbatim/verbatim-visitors-book.html

( il faut pointer la flèche sur chaque photo pour voir s'afficher la légende ) il y a deux fillettes et qu'elles viennent de France.
" 2 Sophisticated Young French Visitors "

Cordialement

Claude LE NOCHER 18/09/2017 07:40

Bonjour Philippe
Eh bien, voilà des jeunes filles qui voyagent bien loin pour trouver des livres destinés aux enfants !
Amitiés.

Max 17/09/2017 23:12

Bonsoir Claude,
Lu un seul Barde-Cabuçon,"Casanova Et La Femme Sans Visage", bien, sans plus, qui ne m'a pas donné envie d'en lire d'autres. Mais j'avoue que j'ai du mal avec le polar historique, notamment Parot et d'Aillon.
Amicalement,
Max

Claude LE NOCHER 18/09/2017 06:31

Bonjour Max
Je lis un certain nombre de polars historiques, mais je n'adhère pas à toutes les époques exploitées par les auteurs... ni aux intrigues qui font passer l'érudition avant le suspense criminel, parfois quasiment absent. En alternant avec des sujets contemporains, voire très actuels, ça permet de varier nos lectures.
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 17/09/2017 22:11

Coucou toi !

J'en avais parlé sur mon blog, en fait, ce n'était pas moi, mais Ida et elle en disait, entre autre "Du mystère… Du suspens… Des surprises… Mais un traitement assez irrégulier de la psychologie des personnages et de la construction de l’intrigue vient malheureusement atténuer mon plaisir de lecture."

https://thecanniballecteur.wordpress.com/2017/08/27/le-detective-de-freud-olivier-barde-cabucon/

N'ayant pas le temps de le lire, je passerai mon tour ! ;)

Claude LE NOCHER 18/09/2017 06:24

Salut Belette
Si on ne s'intéresse qu'à la santé mentale, on peut être frustré, sûrement. Mais cette intrigue dessine le décor d'une époque, et c'est ce que je retiens. Et puis, c'est un auteur que j'aime suivre, qui ne manque pas de qualités.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/