Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 15:46

 

Nicolas Jaillet : « Sansalina»

(Editions Après La Lune, “Lunes Blafardes”)

 

Mexique, 1927. Un carnage incendiaire vise la bibliothèque de Cazcùn et sa jeune directrice, Dolores. Elle est sauvée par un nommé Guzman. Il est chargé autant de la protéger que de l’amener à Sansalina, leur ville natale. Il exécute les ordres de Don Zorfi, chef mafieux local, ami d'enfance de Dolores.

08-JAILLET-2007.JPGDès l’école, Pablo Zorfi s’affiche comme un caïd en devenir. Son instituteur, Don Jaime Vasquez ne s’y trompe pas. Avec les trois frères Martìn et Eduardo Mendes, ils forment bientôt une première bande, les Buenhombres. Pour payer ses dettes, Ramon Zorfi vend son fils Pablo à Don Fernando. Dans la ferme de celui-ci, le garçon supporte les sévices. Il finit par tuer Don Fernando, avant de fuir avec Guzman. De retour à Sansalina, il obtient l’aide de la prostituée Raquel, et de ses amies, pour s’emparer de l’hôtel Colòn. Les Buenhombres renaissent : les frères Martìn, Mendes, Guzman et Zorfi se débarrassent de Don Sisco, patron de l’hôtel et maître du quartier.

Pendant les dix années suivantes, Don Pablo Zorfi domine son univers. Il respecte à peu près le pacte des Buenhombres, le recours au meurtre étant rare. Sauf dans le cas de son père, Ramon Zorfi, auquel il ne pardonne pas de l’avoir vendu. Sinon, tous profitent de son système. Il fait même bâtir une nouvelle école. Il n’a jamais oublié Dolores, la seule qu’il ait aimé, sans doute pour son caractère volontaire. Il sait qu’elle a réussi ce projet de bibliothèque. Dans l’ombre, Mendes planifie sa trahison. Utilisant Ramon Zorfi, qu’il n’a pas tué, et les pouvoirs d’un sorcier Indien, il déstabilise psychologiquement le caïd. Mais les Indiens n’aiment que son argent.

Guzman a été tué durant le trajet. Dolorès est enlevée par Mendes. Il veut faire passer Pablo Zorfi, qui agit tel un zombi, pour un fou dangereux. Lors d’un affrontement final, où Zorfi a retrouvé sa lucidité, tous deux sont abattus. Revenue à Cazcùn, Dolores médite une vengeance contre le maire - qui veut remplacer sa bibliothèque détruite par un casino…

Ces héros évoluent dans une atmosphère âpre, violente. Leur propre loi, leurs actes et leurs sentiments sont empreints de dureté. Survivre, défi permanent. « Le bilan était amer. Pablo était au bout de la course (…) Les Buenhombres avaient bâti un empire. Ils avaient accompli une œuvre immense. Mais ils avaient foiré quelque chose au passage. Pablo ignorait quand et comment, mais de toute évidence ils avaient loupé le coche et leur vie avait sombré dans le délire. » Soumis à un noir destin, ils n’en sont pas moins émouvants. À l’exemple de Sénèque, ils préfèrent la liberté du philosophe à la cruauté du tyran. Dans un décor original, un roman singulier, d’une belle maturité d’écriture.
Cliquer sur ma chronique sur "Intruse" de Nicolas Jaillet

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Coups de Cœur
commenter cet article

commentaires

gridou 24/01/2011 10:23


heu...il manque un L à Jaillet dans ton titre...


Claude LE NOCHER 24/01/2011 10:41



C'est réparé.


 



gridou 24/01/2011 10:23


tout à fait ! et je me demande même si cette ambiance mafieuse n'est pas trop virile pour moi. Je ne suis pas fan de films de gangsters non plus d'ailleurs: jamais vu la serie des 'parrains', pas
vu 'scareface' en entier...


Claude LE NOCHER 24/01/2011 10:39



Les mafias latinos "à l'ancienne", comme dans ce livre, sont selon moi nettement plus excitantes que la Cosa Nostra italo-américaine rackettant les Etats-Unis. C'est
le mythe des truands sans foi, ni loi, se disant tous "hommes d'honneur" mais butant le premier venu pour une peccadille, qui est amusant en prendre au second degré dans ces histoires-là. La
réalité des trafics, entre autres à la frontière entre Mexique et Etats-Unis, est moins rigolote - avec des centaines de morts chaque année. Tout ça n'est plus viril, mais mortel !


Amitiés.



gridou 24/01/2011 08:54


je te rajoute en lien sur mon article.
amicalement


Claude LE NOCHER 24/01/2011 10:20



Merci Gridou.


"Coup de coeur" que je revendique toujours. C'est-y pas toi qui parlait récemment de "romans virils" : eh ben, en v'là un !


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/