Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 05:47

 

À l’origine, publié en 1954 dans la Série Noire, Le cave se rebiffe est le deuxième volet de la trilogie dédiée au personnage de Max-le-menteur, entre Touchez pas au gribi et Grisbi or not grisbi. Il n’est probablement pas inutile de rappeler l’intrigue initiale du roman.

SIMONIN-1954Max-le-menteur et son associé le Gros Pierrot vont acquérir un troquet. Surtout une idée de Pierrot, manière d’avoir une façade, pas tant pour tirer des bénéfices. Et puis, ce bistrot pourrait porter la poisse, vu qu’il y a eu là une fusillade tuant le patron précédent. Par contre, ce qui plait bien à Pierrot, c’est la cave fournie et de qualité. Max reçoit des appels téléphoniques lui déconseillant d’investir dans cet établissement. S’il ne tenait qu’à lui, une vie plus tranquille avec sa maîtresse Fabienne suffirait presque. Entre-temps, revenu des tropiques, le Dabe propose une affaire de faux talbins, sa spécialité, à Pierrot et Max.

Tout est quasiment bouclé pour fabriquer ces faux billets. Le Dabe, abstraction faite de sa voix de sirène qui enjolivait un peu les choses, c’était l’homme sûr. Pas plus pour l’accepter que pour la rejeter, son offre ne pouvait se prendre à la légère. D’autant que des associations, on lui en avait pas connu lerche.­ Tandis qu’ils se mettent sur le coup, Max est encore mis en garde par son vieux copain Francis. Et peu après, il se retrouve avec le cadavre de Francis sur les bras. Les règlements de compte, ça attire fatalement les flics. En particulier l’inspecteur Larpin, et son collègue Maffeux. Pierrot feint la méprise : Parait qu’une gonzesse a téléphoné tout à l’heure à Police-Secours pour prévenir qu’on s’entretuait dans notre bar !… Tout ce qu’on constaté les collègues de ces messieurs en arrivant, c’est qu’on a débouclé la porte de notre cave, et d’après le concierge il manquerait pas mal de bouteilles.­

Larpin pense savoir que celui qui cherche des embrouilles à Max, c’est Augustin Maillotin, dit Tintin-le-sourdingue. S’approvisionner en flingue chez son ami Théo, c’est la première chose que fait Max. La seconde, c’est de tenter d’approcher Tintin, sympathisant avec sa môme Irène. En séducteur, Max contribue à l’opération lancée par le Dabe, l’affaire de fausse monnaie. Elle ne va pas se passer comme l’avait imaginé le spécialiste. Quant aux problèmes de Max et de Pierrot, ce n’est qu’à coups de flingues qu’ils peuvent se régler…

 

L’adaptation cinématographique de Gilles Grangier date de 1961. Elle est due au réalisateur, à Albert Simonin et à Michel Audiard. Jean Gabin, Bernard Blier, Martine Carol, Maurice Biraud, Franck Villard, Françoise Rosay, Ginette Leclerc, et Antoine Balpétré tiennent les rôles principaux. Dans le film, le personnage de Max le Menteur disparaît. Charles Lepicard, Maître Lucas Malvoisin et Éric Masson veulent monter une affaire de fausse mornifle. Éric pense avoir à sa pogne un graveur hors pair, Robert Mideau, car il est l’amant de son épouse. Mais, le trio n’y connaissant rien, l'affaire n’est jouable qu'avec l’aide de Ferdinand Maréchal, dit Le Dabe. Cet ancien faux-monnayeur chevronné vit retiré sous les tropiques après une affaire ratée. Charles vient lui proposer un dernier coup d'anthologie. Le Dabe accepte de s'occuper de l'affaire et revient à Paris. Déjouant la surveillance policière, l’opération se met en place. Ni le Dabe, ni Robert Mideau, ne sont impressionnés par le frimeur Éric. Robert va effectivement fabriquer les faux billets dans l’imprimerie achetée par le Dabe. Mais pour la suite, gare aux entourloupes…

 

SIMONIN-DARD-2013On l’ignorait, mais Le cave se rebiffe existe dans une troisième version, une pièce de théâtre qui ne fut jamais jouée. On l’a certainement oublié, mais dans le Paris de l’après-guerre et des années 1950, il n’y a pas que le cinéma en guise de distractions. Les petites salles de théâtre sont assez nombreuses, proposant des programmes extrêmement variés, incluant aussi des pièces policières. Dès 1954, Frédéric Dard propose à Albert Simonin une adaptation de ce roman, pour la scène. Jeune auteur déjà expérimenté, Dard a bien compris ce qui fait l’intérêt de l’histoire : Appliquant les méthodes d’adaptation éprouvées, Frédéric Dard resserre l’intrigue, met en avant les personnages du Dabe et de Lucien [le cave], et place l’histoire de faux-monnayage au cœur de la pièce. Celle-ci en découpée en trois actes : l’appartement de Max, le clandé de Marinette, l’imprimerie explique en préface Clément Pieyre, qui a ressuscité cette œuvre. Le texte de Frédéric Dard est revu et corrigé par Albert Simonin. S’il colle davantage au roman, et notamment au vocabulaire argotique, il s’engage résolument dans la voie initiée par Frédéric Dard : le roman noir laisse peu à peu la place à la comédie policière.

Il s’agit bien d’une version intermédiaire entre le roman et, encore très largement remanié, ce qui fera le scénario du film de Gilles Grangier. Sans doute cela s’adresse-t-il en priorité aux passionnés, mais il est aujourd’hui possible de lire cette savoureuse pièce de théâtre. Si Michel Audiard fut un maître en matière de dialogues, Frédéric Dard n’était pas moins doué, on peut ici le vérifier. Parrainé par Marie-Hélène Simonin, l’ouvrage contient la préface (évoquée plus haut) de Clément Pieyre, la version de Frédéric Dard, un cahier documentaire sur la sortie du livre et les relations entre les deux auteurs, la version théâtrale reprise par Albert Simonin, une biographie de Frédéric Dard et une autre de Simonin (signée Claude Mesplède). On peut se procurer ce livre (tirage limité) auprès des Éditions Sillage, 17 rue Linné, 75005 Paris. Avis aux amateurs de raretés.

[Merci à Marie-Hélène Simonin et à Claude Mesplède]

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Oncle Paul 02/03/2013 15:33

Bonjour Claude
Après cette présentation en profondeur, il ne me reste plus qu'à réécrire mon article afin d'en effectuer une approche différente ! Ouin...
C'est pas grave, je vais me débrouiller.
En attendant j'ai du pain sur la planche et je continue ton exploration de l'univers de Morris-Dumoulin.
Amitiés

Claude LE NOCHER 02/03/2013 16:43



Bonjour Paul


Quelle que soit ta propre approche pour évoquer cet ouvrage, nous serons une fois encore complémentaires. Franchement désolé de t'avoir dépassé sur la ligne
d'arrivée.


J'attends avec excitation ton article sur Gilles Morris-Dumoulin.


Amitiés.



ALEXANDRE CLEMENT 02/03/2013 08:53

Oui, c'est une rareté, mais cela a été publié dans le n° 14 de l'excellente revue "Temps noir". C'est d'autant plus important que la rencontre de Dard avec Simonin va permettre au premier de
modifier son approche de l'argot. En outre cette collaboration importante s'inscrit dans le projet plus vaste de Dard de développer un théâtre policier et noir. Il pense à cette époque que cette
orientation peut ramener le public dans les salles de théâtre qui commencent à se vider.

Claude LE NOCHER 02/03/2013 10:10



Bnjour Alexandre


Oui, ce fut publié par "Temps Noir", mais puisque ce livre a le mérite d'exister, évoquons-le.


En complément, je vois une autre chose à souligner. Ces auteurs-là étaient des "bosseurs". Ecrire était leur profession, qu'ils exerçaient avec sérieux. (Dard
s'habillait en tenue de ville pour travailler à son bureau, chez lui). L'un lisait l'autre, les idées et les collaborations se tentaient entre pros, émulation et synergie qui nous ont offert de
belles réussites.


Le théâtre va décliner, c'est vrai. Il y a des raisons sociolgiques diverses qui expliquent ça. Pas seulement le cinéma, dont les salles sont plus attrayantes. En
somme, la France de la fin des années 50/début 60 n'est déjà plus celle de l'immédiat après-guerre. Les pièces de Robert Thomas (et quelques rares autres) continueront à séduire quand
même.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/