Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 05:31

 

Le sixième titre de la collection Petits polars du Monde est Momo d’Alexandra Schwartzbrod, lauréate du Prix SNCF du polar en 2004, récompensée par le Grand prix de Littérature policière en 2011. Le festival polar de Bon-Encontre (Agen) lui a également décerné en 2011 le Prix Calibre 47.

SCHWARTZBROD-2012-ppmLarissa est employée depuis huit mois à Paris, un bon poste dans une chaîne de parfumeries. Âgée de vingt-sept ans, elle n’a pas ménagé ses efforts pour extraire sa famille et elle-même des quartiers nord de Marseille. Sa mère et son jeune frère Momo habitent toujours là-bas, logeant non loin de la gare Saint-Charles. Depuis le décès de son père, c’est Larissa qui fait figure de chef de famille. Même si, depuis Paris, elle ne peut consacrer beaucoup de temps aux siens, elle reste en contact. Toutefois, il n’est pas facile de surveiller ainsi un petit frère de dix-sept ans comme Momo. Elle l’a longtemps choyé, se privant pour lui offrir le meilleur, le protégeant autant qu’elle pouvait. Mais comment les choses ont-elles tourné pour lui ces huit derniers mois ? Peut-être a-t-il rejoint le monde des gangs, le bizness lucratif et facile de la drogue étant notoirement l’activité des jeunes de ces cités. Ce serait si simple pour lui de cacher la vérité à leur mère.

Quand Larissa reçoit un message alarmant de Momo, ça ressemble fort à un appel au secours. Pas d’autre solution que de retourner d’urgence à Marseille. Elle ne trouve personne dans l’appartement de sa mère et de son frère. Malgré sa vive inquiétude, c’est un lieu où elle revient avec un plaisir nostalgique. Quand des types malintentionnés cherchent à s’introduire ici, Larissa utilise un stratagème pour les éloigner. Néanmoins, cet incident attise ses craintes, autant au sujet de sa mère que de Momo. Dans la chambre de son frère, règne un désordre n’ayant rien d’habituel. Sur le bureau, elle remarque une liasse de papiers froissés qu’elle lisse entre ses mains. Et découvre, surprise, une écriture malhabile, des pattes de mouches sautillant sur les lignes. Pas dans les habitudes de Momo de griffonner quoi que ce soit, pourtant. Un inconnu fixe un rendez-vous à Larissa, dans une librairie du Cours Julien. Peut-être une piste sérieuse pour retrouver Momo…

Dans cette histoire, Alexandra Schwartzbrod nous présente deux portraits. Celui de Larissa, avec sa famille franco-marocaine. Les gens ordinaires doivent faire preuve d’un caractère volontaire pour avancer, à l’exemple de Larissa. Idem pour résoudre les problèmes, on le verra. Le second portrait, c’est celui du Marseille actuel. Pas plus invivable qu’une autre métropole, sans doute. Mais on ne peut ignorer la délinquance et la criminalité, les trafics et les règlements de comptes. Quelle que soit son origine, il parait si facile pour un jeune de rejoindre les rangs des malfaiteurs, où l’argent est trop vite gagné. Un texte court riche en images réalistes et en péripéties à suspense.

 

Chaque jeudi, la collection Petits polars du Monde nous propose un nouveau titre. Après Didier Daeninckx (Les négatifs de la Canebière), Jean-Bernard Pouy (Ce crétin de Stendhal), Marc Villard (Tessa), Dominique Sylvain (Parfums d’été), Caryl Férey (Famille nucléaire), et Alexandra Schwartzbrod, viendront Chantal Pelletier (Crise de nerfs), Franck Thilliez (Le grand voyage), Michel Quint (Triste comme un enfant), Tito Topin (Un été 22), Marcus Malte (Les Indiens), Sylvie Granotier (Le temps égaré) et Pierre Pelot (Roman de gare).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

domicha 31/08/2012 13:52

En accord avec vous, donc avec ce curieux dénouement. Par contre un peu surpris par votre commentaire "la fiction peut supporter l'à peu près, dans ce format". Le Monde met en avant le polar mais,
surtout la nouvelle (comme c'était le cas il y a quelques années dans des versions à détacher du quotidien). Quand on connait le handicap éditorial dont souffre la nouvelle en France (par
comparaison aux pays anglo-saxons par exemple), dommage de mettre en avant des textes qui contiennent quelques légèretés. Le Monde publie de grands noms du polar, si on veut que le grand public
ouvre un peu son regard sur la nouvelle et à fortiori sur la nouvelle polar, c'est peut-être le moment pour montrer une exigence plus forte pour mettre en avant, à la fois, les auteurs du polar
français, le polar ET la nouvelle. Cordialement.

Claude LE NOCHER 31/08/2012 16:31



Oui, Domicha, il est vrai que la nouvelle est mal mise en valeur chez nous, et qu'un peu de rigueur dans les textes présentés est logique. Dans mon esprit (j'aurais dû le préciser, sans
doute), la collection étant d'un bon niveau, "la fiction peut supporter l'à peu près" sur un ou deux titres. Toutefois, pour faire adhérer le grand public aux auteurs de polars/romans
noirs, il faut que cette "vitrine" soit la plus convaincante possible, en effet. C'est quelque peu le but affiché par Christine Ferniot en préface. D'une certaine façon, ici la nouvelle
permet de gommer aussi les frontières entre les stricts genres, je crois. J.B.Pouy n'est pas Caryl Férey, qui ne ressemble pas à Franck Thilliez, lui-même différent de Daeninckx, etc. Une
diversité qui offre un atout supplémentaire. Idem avec le prochain, Michel Quint, dont le grand public ne connaît que la facette "Effroyables jardins", c'est d'ailleurs pourquoi je me suis
efforcé de souligner sur ce blog ses qualités d'auteurs de romans noirs. Depuis le mythique "Mystère Magazine" d'antan, la nouvelle polar est bien une manière de découvrir des talents.


Amitiés.


 



Domicha 31/08/2012 11:02

Bonjour et bravo pour vos chroniques. J'apprécie également les publications du jeudi du Monde (la bonne idée de l'association de l'illustrateur et de l'auteur également) et tous les jeudi je ne
manque pas le rendez-vous. Jusqu'ici pas de mauvaises surprises mais... une déception sur... Momo. Pas de remise en cause du talent de l'auteur mais un petit agacement sur la fin de la nouvelle où
le dénouement sent un peu trop l'envie d'en finir avec une commande. P. 50, Larissa l'héroïne pour se débarrasser de l'homme qui la menace d'une arme dans une pièce qui restreint leurs mouvements
(il sort son flingue et s'approche d'elle) ramasse un mégo miraculeusement rougeoyant après plusieurs minutes, l'approche d'une vieille BD et "quelques instants plus tard" parvient à l'embraser de
telle façon que les flammes s"élèvent jusqu'à la lucarne. (je reprends les termes utilisés) Tout cela sous le regard du type qui a un flingue à la main et qui lui laisse le temps de tout faire,
conséquences, le type court partout avec son blouson pour éteindre les flammes, la fille s'évanouit et le type est arrêté par la police.
Bob Morane n'aurait pas fait mieux. Une fin grand guignolesque qui pourrait être marrante dans un autre contexte mais qui colle mal avec avec le ton du reste de la nouvelle. Qu'en pensez-vous ?
Amicalement.

Claude LE NOCHER 31/08/2012 11:18



Bonjour Domicha


Je ne peux pas vous contredire sur le dénouement "rapide" du récit. C'est d'ailleurs pourquoi j'ai plutôt insisté sur le portrait de Marseille, et celui de Larissa
et sa famille. Les auteurs se permettent quelquefois de curieuses fantaisies. Tel ce roman (dont j'ai oublié le titre) où une jeune femme reste pendue par les pieds tête en bas durant de très
longues heures, mais se requinque rapidement lorsqu'il s'agit de s'enfuir par un étroit passage (!).


Dans le petit polar de Franck Thilliez, j'ai aussi relevé aujoud'hui un extrait "erroné". Acceptons ces approximations quand ils ne constituent
pas l'essentiel de l'histoire. La fiction peut supporter l'a-peu-près, dans ce format. Ce serait moins vrai dans un "gros" roman.


Amitiés.



Lystig 18/08/2012 23:03

ça sort le jeudi donc...
je vais me procurer celui-ci !

Claude LE NOCHER 19/08/2012 08:44



Oui, Lystig, celui-là est dispo dès maintenant.


Les pochains titres que je chroniquerai, aussi !


Amitiés.



Pierre Seguelas 18/08/2012 16:44

Ce petit clin d'oeil est apprécié. Il m'offrait l'opportunité de saluer amicalement le blogueur breton ardent défenseur de la qualité dans toute sa diversité.
Que la brise d'altitude est douce...
Pierre
Alex, si tu lis ces lignes...je t'embrasse

Claude LE NOCHER 18/08/2012 16:51



Encore et toujours, et plus que jamais, la diversité du polar, mon cher Pierre.


Guère de brise marine chez moi. Eh oui, même en Bretagne, le soleil est torride.


Amitiés.


 



Pierre Seguelas 18/08/2012 15:41

Hello Claude,

Je tenais à te remercier publiquement pour tes excellentes chroniques.
Amitiés d'un obscur polardeux qui a pris du recul mais surtout de la hauteur...l'appel des cimes est toujours le plus fort!

Pierre

Claude LE NOCHER 18/08/2012 16:25



Salut Pierre


J'espère que la chaleur n'écrase pas la région d'Agen, mais je sais que tu trouve refuge sur les hauteurs de l'Ariège, peut-être plus aérées. Je n'ai pas oublié,
bien sûr, qu'Alexandra S. reste une amie du festival de Bon-Encontre. Elle mérite bien cette petite chronique.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/