Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 06:03

 

De 1962 (L’incroyable Monsieur Beachet) à 1981 (Opération Bégonia), André Caroff publia une quarantaine de titre dans la collection Spécial-Police. Il fut un des très efficaces auteurs du Fleuve Noir, y compris dans la collection Angoisse avec son héroïne Mme Atomos. Par ailleurs, il publia sous plusieurs pseudos pour diverses productions. Ne cherchant pas forcément à exploiter des thèmes novateurs, il a bâti des intrigues généralement assez solides, pleines de suspense. Des romans non dénués d’une certaine dérision ironique car, très souvent, les personnages semblent ne pas maîtriser leurs mésaventures. Voici quatre exemples assez typiques de ses polars.

 

La bouche d’égout (1963)

CAROFF-1963Employé insignifiant, Maxime Devatine est marié à Bertha depuis vingt ans. Il aimerait tant changer de vie! Grasse et molle, sa femme le dégoûte. En ce premier jour de vacances, chez eux dans une petite ville belge, il a le temps de réfléchir, se promenant sans but toute la journée… Annie Prost est la concubine du nommé Gustave, qui va bientôt toucher une forte somme. Sauf qu’il ne s’est pas rendu chez le notaire, comme prévu. Quand ce notaire téléphone, Annie réalise vite la situation. Son compagnon n’étant pas du genre à négliger la somme annoncée, c’est qu’il lui est arrivé malheur. Annie risque donc de se retrouver seule, sans moyens financiers.

À la terrasse d’un bar, Annie remarque Maxime. Non pas pour sa beauté, mais parce qu’il ressemble tant soit peu à Gustave. Pourquoi ne pas l’aborder, pourquoi ne pas lui proposer de remplacer le disparu chez le notaire pour toucher le fameux héritage ? Tout ça mérite un peu de finesse, dont Annie est capable. De son côté, Maxime envisage d’assassiner Bertha. Plus facile d’élaborer un plan, que de le mettre en œuvre. Pourtant, se sentant apprécié par Annie, il passe à l’acte, droguant le vin préféré de son épouse. Lorsqu’il rentre chez lui, après un après-midi en compagnie d’Annie, un inspecteur l’attend, alerté par des gens trop curieux. Il risque des ennuis, alors que Bertha n’a pas été empoisonnée. Annie et lui seront tout autant suspect, lorsque la mort (accidentelle ou pas) de Gustave sera avérée. Pas facile pour un brave homme tel que Maxime de sortir du pétrin. (Réédité dans la collection Polars50 du Fleuve Noir, en 1989).

 

Meurtres en commun (1965)

CAROFF-1965Nathalie Rothstein et son mari Arnold, Janet Stanton et son époux Hank, deux couples. Amante de Hank, Nathalie est certaine que son mari Arnold ne lui laissera pas leur fille s’ils se séparent. En face, la femme de Hank ne se satisfera pas d’une compensation financière en cas de divorce. Issue d’un milieu modeste, Janet ne renoncera pas facilement à son actuel statut aisé. L’inconnu du Nord-Express de Patricia Highsmith inspire Nathalie. Elle s’arrange pour sympathiser avec Janet, au club où celle-ci a ses habitudes. Jouant à l’épouse malheureuse en ménage, elle lui suggère un plan, une sorte d’entraide : Janet assassine le mari de Nathalie, avant que Nathalie tue celui de Janet. Ainsi, chacune aura un alibi au moment du meurtre du mari.

Bien sûr, Nathalie n’a aucune intention d’accomplir sa part du projet, de tuer son amant. En dénonçant anonymement Janet à la police, Hank et elle seront débarrassés de l’épouse gênante. Quand intervient le meurtre d’Arnold, Nathalie possède donc un alibi et la police reçoit un courrier accusant Janet. Mais celle-ci a aussi un solide alibi. Ce serait maintenant au tour de Nathalie d’assassiner son amant. Prétextant son récent veuvage, elle gagne du temps. Pourtant, un matin, Hank est retrouvé mort dans sa voiture, tué par la même arme qu’Arnold. La police ne voit pas le lien réel entre ces deux crimes, où les épouses sont couvertes par des alibis. Il faut un troisième meurtre pour que les enquêteurs progressent…

 

La douloureuse (1969)

CAROFF-1969Paul Padirac, Louis Angevin, Jo Legrand et le Niçois sont quatre truands minables, n’ayant quasiment plus un sou en poche. Padirac a proposé aux autres un hold-up dans une banque, mais ils n’ont pas assez d’argent pour acheter des armes. Si la femme de Padirac ne peut les aider, ils peuvent solliciter la petite amie de Jo, Simone. Plutôt que de leur avancer le fric, elle leur présente une affaire en or, rafler quinze millions en attendant le coup de la banque. La société qui emploie Simone a, pour quelques jours, cette somme dans son coffre. Spécialiste en la matière, Angevin se sent capable de le forcer sans laisser de traces.

L’affaire est lancée, se déroulant parfaitement. Sauf que Jo et Simone filent sous le nez de leurs complices. Priorité au hold-up programmé, qui se fera à trois, c’est-à-dire dix briques chacun. Tandis que Jo s’ennuie quelque peu à Saint-Prest, près de Chartes, le Niçois rumine sa vengeance. Récupérer le premier butin et éliminer Jo, tel est son objectif. Ayant supprimé Angevin, le Niçois maltraite la mère de Simone afin de savoir où se cache sa fille. De son côté, Padirac obtient le même renseignement, plus facilement. Et c’est lui qui retrouve en premier le couple. Tous les trois doivent faire front ensemble contre le Niçois, qui a les trente millions du second braquage. Sans doute Simone est-elle agréable envers Padirac, mais celui-ci sait qu’il ne faut faire confiance à personne. Le Niçois étant prêt à tout pour tuer le trio, on risque le carnage…

 

Opération Bégonia (1981)

CAROFF-1981Alix Poncet, Manuel Simonetti et Éric Marchand sortent le même jour, chacun d’une prison différente, après avoir passé huit ans à l’ombre pour la même affaire. Libération anticipée, qui les incite à penser que la police les pistera discrètement. Ils trouvent refuge chez Simon Pavese, receleur parisien respecté de tous. Dès qu’il sera mis au courrant de leur sortie, ce qui ne tardera pas, leur complice Mueller réclamera évidemment le paquet (dont la valeur a doublé en huit ans). Ce n’est pas qu’ils refusent de le lui rendre, mais le trio affirme ne pas le posséder. Ce que Mueller ne peut pas croire. L’affaire en question se déroula dans la vie natale d’Éric. Il s’agissait pour le trio de s’emparer du fameux paquet, dont-ils ignorent toujours quel était le contenu. L’opération ratée causa plusieurs mort, entraînant l’arrestation rapide des trois hommes.

Cerveau de la petite bande, Alix Poncet est convaincu qu’il y avait ce jour-là une tierce personne, qui rafla le paquet. Homme d’action aux instincts primaires, Manuel croit que l’objet est resté caché sur place. Ils iront vérifier dans l’hôtel où se déroula l’affaire. Très affecté par son séjour en prison, Éric ne semble pas vouloir se démener pour retrouver l’objet. Suite à un accident, il est hospitalisé. De son côté, Mueller s’énerve. Son adjoint Klotz et ses sbires passent à l’action. Marika, la compagne de Mueller, s’éclipse quand elle pense avoir deviné où se trouve le paquet. L’inspecteur Belhomme essaie, tant bien que mal, de garder à l’œil le trio d’ex-taulards ainsi que Mueller et sa bande. Il y a du règlement de comptes meurtrier dans l’air, avant qu’on ne sache quel était le contenu du paquet en question...

Le portrait détaillé d'André Caroff est ici, chez l'Oncle Paul. 

 

- Un romancier à ne pas confondre avec Martial Caroff, auteur de "Liberté pour la libertine" (une enquête du journaliste Léo Tanguy) et de "Karl" (roman jeunesse) -

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story
commenter cet article

commentaires

Patrick 09/08/2014 16:54

Je n'y manquerai pas..Merci..
:)
Bon week...

Claude LE NOCHER 09/08/2014 17:43

A bientôt, Patrick.
Amitiés.

Patrick 09/08/2014 14:34

Bonjour Claude
je viens de terminer : " L'incroyable Monsieur Beachet " d'andré Caroff , une histoire un peu compliqué j'ai trouvé , mais vraiment agréable à lire...avec une fin faite de bon sentiments...
Bonne journée
amitiés...

Claude LE NOCHER 09/08/2014 16:06

Bonjour Patrick
André Caroff en était encore à ses débuts, balbutiements pouvant expliquer une complexité de l'intrigue. Mais il trouva très vite cette fluidité de narration qui fait que les romans de ces époques-là étaient fort agréables à lire. Il faudra tenter d'autres titres de l'auteur. Amitiés.

Patrick 16/04/2013 20:17

Bonsoir
Trouvé quelques Spécial Police samedi en brocante...Mort pour mort d'André Caroff , De prime abord de Roger Faller , La neige tombait de Mario Ropp ,Le vaudou est toujours dehors d'Alain Page....voilà....
Amitiés....
Bonne soirée...

Claude LE NOCHER 16/04/2013 20:33

Bonsoir Patrick,
Alain Page me semble le plus "solide", suivi de près par André Caroff et Roger Faller. Je reste plus sceptique sur les romans de Mario Ropp, mais c'est aussi sympa. Dimanche, j'ai également glané trois ou quatre Spécial-Police, dont un que je suis en train de lire (une prochaine chronique, donc)
Amitiés..

Patrick 08/11/2012 17:03

Je vous dis Bravo!!!
J'ai commandé un autre Pierre Signac :"Le crime du dernier métro " et reçu ce matin...
Bonne soirée..

Claude LE NOCHER 08/11/2012 17:36



Nous essayons de partager un peu de notre passion, Paul ou moi.


Dans ce livre, Siniac s'inspirait d'une affaire réelle. A sa manière, bien sûr.


Amitiés.



Patrick 08/11/2012 12:32

Bonjour Claude

Vous vous êtes donnés le mot avec Paul ....
Bonne journée...:)

Claude LE NOCHER 08/11/2012 13:14



Salut Patrick... Oui, mon camarade Paul "complète" de temps à autres par un portrait les chroniques en hommage à quelques titres de certains auteurs que je propose.
Après tout, ces romanciers-là méritent d'être mis à l'honneur de manière double.


Amitiés. 



Oncle Paul 03/11/2012 18:16

Bonjour Claude
Cela faisait un bout de temps que je pensais mettre le portrait d'André Caroff en ligne. Tu m'offres une belle occasion
Amitiés

Claude LE NOCHER 03/11/2012 20:01



Bonjour Paul


André Caroff fait partie de ces auteurs Spécial-Police que je lisais ponctuellement. Avec moins de passion que Pelman, Arnaud, Ferrière, Arly, mais très agréable
tout de même.


Amitiés.



Patrick 03/11/2012 17:23

Bonjour Claude
J'aime bien André Caroff en Angoisse , mais il n'est pas mal non plus en Spécial Police.:)Mort d'un libraire est très bon ....
Là je commence un Pierre Siniac , " Monsieur Cauchemar"...
Bonne soirée claude..

Claude LE NOCHER 03/11/2012 17:36



Salut Patrick. Je suis sûr que tu vas te régaler avec "Monsieur Cauchemar", un des premiers romans de Pierre Siniac. Quant à André Caroff, je garde aussi un bon
souvenir de "Mort d'un libraire". C'était un des auteurs très plaisants à lire chez Spécial-Police.


Amitiés. 



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/