Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 05:44

 

Flic sans grande ambition, Thierry Sauvage est lieutenant de police à Soissons. Sa vie perso n’est pas un modèle d’équilibre. D’un côté, il y a son ex-épouse Maryse, prof militante, et leur fils Victor. De l’autre, son ex-compagne Valérie, débordée depuis la naissance des jumelles dont il est le géniteur contre son plein gré. VIX-2013L’aide de la mère du policier n’est pas inutile. Sauvage reste assez froid vis-à-vis de ses deux familles. Au commissariat, il est assisté par la robuste Joanna Sénéchal, vingt-cinq ans. Celle-ci occulte un drame lié à sa mère, mais un gendarme n’a pas renoncé depuis un quart de siècle. Actuellement, outre la délinquance galopante, Soissons est perturbée au quotidien par le Front Anti-Pub. Ces altermondialistes noircissent les affiches, brûlent les prospectus, causent un fort incendie. Sauvage est chargé de remplacer un collègue souffrant, sur une enquête délicate.

Il s’agit du meurtre de la jeune Bernie Sainte-Croix, assassinée à son domicile en soirée. La famille Sainte-Croix, c’est la société Royal Soup, un des plus gros employeurs de la région. Son père étant décédé cinq années plus tôt, c’est Thérèse Sainte-Croix qui a repris les rênes de l’entreprise. Elle n’avait alors que vingt ans, et envisageait d’entrer dans les ordres. Sa sœur jumelle Bernadette, dite Bernie, étant idéaliste par nature, elle s’est contentée de toucher une rente. Entre son émission sur une radio FM, et son action parmi les altermondialistes, Bernie semblait avoir trouvé sa voie. Côté cœur, elle assumait nettement moins. Elle a quitté l’animateur de radio Greg, avant de sortir avec le responsable d’un club équestre, Christian Aubry, trente-sept ans. Avec son alibi incertain, douteux, ce dernier fait un excellent suspect, à moins qu’une preuve ne le disculpe.

Thérèse Sainte-Croix apparaît fort peu expansive, au point que Thierry Sauvage se pose des questions. La roseraie en friche de sa propriété semble la fasciner. Le policier se demande si une substitution serait plausible, Bernie prenant la place de sa sœur. Ce que son ami légiste juge impossible. Sauvage connaît un psy, Serbe d’origine, qui pourrait entrer dans le subconscient de Thérèse grâce à l’hypnose. La personnalité de la victime interroge aussi. Frigide, comme l’affirme Christian Aubry ? Sinon, Bernie était gentille avec tout le monde, autant de gentillesse, c’en était écœurant. Suspect, finalement. Elle eut un petit conflit d’argent avec son amie Samira Ouadi, qui a ouvert un institut de massage. Bernie restait en rapport avec les antimondialistes et le Front Anti-Pub, semblant souhaiter les financer. La vérité sur ce crime sera fatalement plus complexe…

 

Sans doute le policier Thierry Sauvage est-il plutôt déboussolé, ne maîtrisant pas grand-chose de sa vie privée, quelque peu maladroit aussi lors de cette enquête. Quant à dire, comme en quatrième de couverture, que cette histoire provoque le trouble et le rire, il est bon de nuancer. Ne nous attendons pas à une ambiance désopilante, hilarante. Quelques sourires naissent de certaines scènes, oui. Pour ce qui est du caractère troublant, on sera davantage d’accord. La gémellité est toujours intéressante à traiter dans le polar. Ce qui permet de jouer sur la personnalité ou les éventuels secrets de chaque jumelle, dans le cas présent.

Une question sociétale est abordée également : C’était comme si l’humanité, à un moment donné, s’était fourvoyée sur une mauvaise piste, avait pris le mauvais embranchement. Fallait-il revenir sur nos pas jusqu’au carrefour fatidique ? Si oui, qui était prêt à renoncer au mode de vie occidental ?… Guérir le monde par ce procédé même qui l’avait rendu malade, le profit ? Vaste problématique que la remise en cause de nos systèmes, c’est sûr. Élisa Vix nous présente là un solide roman d’enquête, d’une lecture fort agréable.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs Polar_2013
commenter cet article

commentaires

Philippe 06/03/2013 04:53

Par ailleurs, la marquise de Brinvilliers habitait l'actuelle rue Charles V, près de l'intersection avec la rue Saint-Paul, donc près de la rue Sainte-Croix-la-Bretonnerie.

Claude LE NOCHER 06/03/2013 06:12



Une charmante dame, cette Brinvilliers, longtemps appréciée à la Cour du Roi Soleil  !


Amitiés.



Philippe 06/03/2013 04:37

Bonjour M. Le Nocher,

Soissons fait penser au vase de Clovis.
Voici une blague que j'ai lue autrefois. Un inspecteur de l'Education nationale visite une classe de primaire. Pour évaluer les connaissances des élèves, il en interroge un au hasard. " Mon petit,
saurais-tu me dire qui a cassé le vase de Soissons ? " " C'est pas moi, m'sieur ! " L'inspecteur est désespéré. Soudain, l'instituteur intervient et dit " Mais puisqu'il dit que ce n'est pas lui !
"

Il y a aussi les haricots Soissons, des haricots blancs, je ne sais jamais leur taille par rapport aux haricots lingots ou tarbais - ceux utilisés dans le cassoulet -.
Le cassoulet a été inventé à Castelnaudary, le mot cassole étant occitan, au Moyen Age et avec des fèves puisque c'était avant la découverte de l'Amérique d'où ont été rapportés les haricots.
On dit " le Père c'est le cassoulet de Castelnaudary, le Fils celui de Toulouse et le Saint-Esprit celui de Carcassonne. "
J'ai déjà eu l'occasion de goûter dans un endroit faisant de la cuisine du Sud-Ouest le févoulet, donc du cassoulet avec des fèves à la place des haricots, c'est à dire le cassoulet des
origines.
Il existe une version juive ashkénase du cassoulet : le tcholent.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tchoulent

Je vois que, d'un jour sur l'autre, vous avez chroniqué deux romans avec le nom Sainte-Croix qui apparaît dans les deux cas.
Dans le livre de Gilles Schlesser " La mort n'a pas d'amis " ,l'un des meurtres a lieu à Paris dans le 4ème dans le quartier du Marais rue Sainte-Croix-la-Bretonnerie. A l'époque de l'histoire en
1924, pas encore le quartier gay que c'est aujourd'hui. Mais on voit que Camille Baulay, sans habiter le coin, a un amour saphique, lesbien, avec la femme du député.
Et, dans le livre d'Elisa Vix, l'intrigue tourne autour de la famille Sainte-Croix. Faut-il y voir un clin d'oeil, un private joke, à l'un des protagonistes de l'histoire de la marquise de
Brinvilliers, la célèbre empoisonneuse du temps de Louis XIV, dont parle madame de Sévigné dans l'une de ses lettres à sa fille ?
Le chevalier Godin de Sainte-Croix.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Godin_de_Sainte-Croix

J'avais beaucoup aimé le téléfilm sur la marquise de Sévigné interprétée par Anne Parillaud, d'après le livre de 1984 " La marquise des ombres " de Catherine Hermary-Vieille, qui cherchait à la
dédiaboliser, à éclaircir son image, la rendant plus humaine et montrant qu'elle avait des circonstances atténuantes, des douleurs d'enfance.

Cordialement

Claude LE NOCHER 06/03/2013 06:11



Bonjour Philippe... Merci pour ce festival de digressions !


Concernant les haricots blancs, je suis allergique à ces féculents (depuis le lointain temps de la cantine scolaire). Si je devais en manger, ce serait uniquement le
"coco de paimpol", que l'on dit le plus goûteux, parfumé, et qui nécessite peu d'accompagnement.


La rue en question n'est pas choisie au hasard par Gilles Schlesser, en réalité. A propos du Marais, je crois que c'est dans "Le gentleman d'Epsom" que Jean Gabin
(qui incarne un homme distingué mais éternellement fauché) fait croire à son amour d'antan (Madeleine Robinson) qu'il compte investir dans le Marais, disant à peu près : "Vous comprenez, l'Île de
la Cité est aujourd'hui trop mal fréquentée, les nouveaux riches y pullulent, manquant de classe". La réplique (signée Michel Audiard) est plus belle que ça encore.


Quant aux amours gays/saphiques de l'Entre-deux-guerres, ils n'étaient certes pas bien vus de la société (ni d'André Breton). Mais tant de gens aspiraient à une
forme de liberté, y compris sexuelle, après le "grande boucherie" de 1914-18.


"Sainte-Croix", ça classe la famille de vieille tradition bourgeoise, n'est-il pas ?


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 05/03/2013 07:15

Salut claude, décidément on a les mêmes lectures ! Pour Elisa Vix, j'hésite entre celui là et son précédent ... ou les deux ? Je verrai la semaine prochaine. Amitiés

Claude LE NOCHER 05/03/2013 07:44



Salut Pierre


J'avais zappé, à tort où  raison, "La nuit de l'accident", qui est sûrement un bon roman, puisqu'un prix littéraire l'a récompensé. Ici, on sent que l'auteur
tient bien son sujet et ses personnages. D'où un certain plaisir de lecture, je le confirme.


Amitiés.



Lystig 05/03/2013 06:15

je te le compte dans mon challenge régions .
si oui, laisse-moi un comm sur mon blog !

Claude LE NOCHER 05/03/2013 07:36



Bien sûr, Lystig.


D'autant que Soissons ne doit pas être la ville la plus évoquée dans les polars d'aujourd'hui.


Amitiés. 



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/