Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 07:27

 

Chez Krakoen, Franck Membribe publie en ce mois de mars son nouveau suspense, Coup de foehn

Sarah est une jeune Marseillaise âgée de 16 ans, fille d’une prof d’Allemand et d’un père peu actif. Si on observe avec attention cette brunette au teint bronzé, on devine qu’elle a des origines juives. Cet été-là, elle passe deux mois pleins en Suisse, dans le canton alémanique de Zurich. Au pair chez la riche famille Gründlich, elle va s’occuper des petits jumeaux Max et Jonas, tandis qu’un de leurs grands frères passe l’été à Marseille. Hübscherwald n’est pas un village si idyllique. Les Gründlich dominent depuis longtemps toute l’économie locale, le bois, le textile et la filière laitière. Dans leur propriété, tout se veut exemplaire, dans la tradition suisse. M.Gründlich est homme d’affaire, son épouse s’occupe d’art contemporain, la gouvernante Franca surveille la maisonnée, la femme de ménage fouille dans les bagages de la jeune française. Tout est en ordre.MEMBRIBE-2011A

Si Sarah et sa mère ont choisi ce village, ce n’est pas totalement par hasard. Samuel Seemann, l’arrière-grand-père de Sarah naquit et vécut à Hübscherwald. Cet artisan menuisier juif y fonda une famille. Quand vint la 2e Guerre mondiale, il mit à l’abri sa femme et sa fille au Maroc, où vivait déjà son frère. Puis il regagna la Suisse, où l’on perd sa trace en 1943. Sarah a hérité d’un curieux ouvrage, Ma patrie - le livre des Suisses à l’étranger, seul lien avec le passé des siens. Arrivée ici, elle s’est bien gardée de dévoiler aux Gründlich son intention de se renseigner au sujet de son aïeul. Sarah rencontre le journaliste boiteux Johann Kramer, qui a le double de son âge. Handicapé comme le fut Blaise Cendrars, un Suisse aussi, il s’occupe du petit hebdo local, qui appartient aux Gründlich. Sarah tombe vite amoureuse de cet admirateur de l’écrivain Friedrich Dürrenmatt. L’histoire de l’aïeul ne tarde pas à éveiller la curiosité de Johann.

Il va rechercher des témoignages sur la lointaine époque de la guerre. Sarah montre la photo de la maison de Samuel à quelques habitants peu coopératifs. Pourtant la vieille Frédérique Sauser devrait se souvenir, estime Johann. Il sait déjà que Samuel participa à un réseau de résistance aidant les Juifs à transiter par la Suisse. Via le Gothard, Sarah et Johann se rendent dans la région de Lugano. Dans le petit village haut perché de Bré, ils rencontrent Élias Bloch, qui fut jadis un ami de Samuel. Mobilisé durant la guerre, il désapprouva la position faussement neutre de la Suisse, et rejoignit le réseau de Samuel. Son hypothèse sur sa disparition reste une piste à suivre. De retour à Hübscherwald, Sarah se permet de relancer Frédérique Sauser. Il faudrait aussi retrouver un reporter américain avec lequel Samuel sembla être en contact…

 

Le but de la jeune Sarah n’est pas de faire justice, de se venger, juste de savoir. Une victoire, une toute petite victoire sur l’oubli dit-elle. Elle trouve un allié (et amant) compétent pour l’épauler, face à la digne hypocrisie qui plane. Durant la guerre, la neutralité suisse fut fort discutable. Les émissaires helvétiques de la Croix-Rouge ne virent dans les camps d’extermination nazis qu’un séjour forcé mais agréable pour non-aryens, nous rappelle-t-on. Quant aux banques suisses, on a émis la supposition qu’elles protégèrent les biens mal acquis des hitlériens. Aujourd’hui encore dans ce pays, le populisme xénophobe confine au racisme, l’étranger étant considéré comme fatalement criminel par les ultranationalistes. Quête d’identité et contexte sombre, vus à travers le regard de Sarah. Ce qui offre des passages plus souriants. Quand elle évoque sa vie d’adolescente, ses amours, ou joue avec les mots : La musique adoucit les nurses, à ce qu’il paraît… Au final, ce retour sur un aspect de l’Histoire donne un roman fluide et passionnant, vraiment très réussi.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Pierre FAVEROLLE 11/03/2011 10:13


Salut Claude, la 4ème de couverture m'a interpellé, et ton article me confirme qu'il est à lire d'urgence pour les liens avec l'histoire. Ce sera donc pour la semaine prochaine. Merci Claude ...
encore. Amitiés


Claude LE NOCHER 11/03/2011 17:24



Salut Pierre,


Un très bon bouquin, selon moi, vraiment captivant. Quant aux liens avec l'Histoire, on ne rapellera jamais assez où mène la ségrégation raciale et tout rejet de
l'autre.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/