Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 06:43

 

Publié autrefois chez Plon puis chez 10-18, Les enfants du massacre de Giorgio Scerbanenco est actuellement réédité (dans une traduction nouvelle) par Rivages/Noir. Un chef d’œuvre du roman noir.

SCERBANENCO-84À Milan, vers la fin des années 1960. Jeune enseignante, Mathilde Crescenzaghi donnait des cours du soir à un groupe d’élèves âgés de treize à vingt ans. Onze délinquants ados, choisis par l’assistante sociale Alberta Romani qui les estimait récupérables. Quelques-uns ont d’ailleurs des parents modestes mais honnêtes. D’autres ont une hérédité nettement plus lourde. Mathilde a été massacrée par ses élèves ce soir-là. Assisté par le policier Mascaranti, Duca Lamberti découvre la salle de classe après les faits. Des vêtements de la victime sont éparpillés dans la pièce. Des inscriptions salaces sont inscrites au tableau. La gardienne des locaux témoigne qu’il y a eu de précédents incidents, causés par ces voyous. Rien d’aussi monstrueux, jusqu’à cette dramatique soirée.

À la Questure, Duca Lamberti interroge les onze suspects. Il va y passer toute la nuit, cherchant leurs failles en mettant sur eux une pression psychologique. Il a déjà compris que le groupe s’était enivré avec un puissant alcool. Certains disent que c’est le jeune Fiorello qui l’a apporté, et qu’on les aurait forcés à boire, probables mensonges. Ces racailles endurcies répondent qu’ils étaient bien présents, mais qu’ils n’ont en rien participé au carnage. Le faible Fiorello, dont Duca comprend vite qu’il est homo, sert de bouc-émissaire au groupe. Il ne veut surtout pas passer pour un mouchard. Duca a une autre thèse que celle d’un dérapage alcoolisé, qui n’entraînera que de faibles sanctions envers les ados. Il est convaincu que c’est un adulte qui a tout organisé.

Assisté par son amante Livia, qui lui sert de chauffeur, Duca entame l’enquête de terrain. Une femme d’environ quarante ans serait proche du groupe d’élèves. Ce n’est pas cette traductrice que Duca retrouve aisément, mais une doctoresse fournissant argent et drogue à l’un des caïds du cours. Qu’une femme soit la manipulatrice qu’il recherche n’est pas exclu. Quand Duca rencontre l’assistante sociale, Alberta Romani ne croit pas à son hypothèse. Elle explique pourquoi elle espérait rééduquer ces jeunes, qu’elle savait pourris. L’enquêteur rend visite à la sœur de Mlle Romani, gynécologue, impliquée contre son gré dans l’affaire. Après le suicide d’un des adolescents, une possible piste en Suisse se dessine…

 

Passage à l’acte meurtrier de jeunes délinquants, voilà un sujet qui nous parait férocement actuel. Et qui donnerait des arguments aux éternels partisans de la plus grande sévérité envers ceux qu’ils estiment criminels-nés. Quand, comme l’humaniste médecin Duca Lamberti, on creuse les faits afin d’aller au fond des choses, rien n’est aussi tranché. Outre les problèmes héréditaires, parfois mais pas toujours, le parcours de chaque malfaiteur est aussi complexe que différent.

SCERBANENCO-2011L’analyse sociale présentée par Giorgio Scerbanenco à travers ce roman dense est parfaitement juste. Cela tient au fait qu’il n’y a pas de personnages anodins dans l’histoire. Du témoignage d’une simple gardienne à l’expérience marquante de l’assistante sociale, en passant par la sœur d’un des jeunes, tout le monde participe au drame qui s’est produit. C’est-ce qu’on nomme la vie en société, tous étant responsables des comportements d’autres. On pourrait souligner de nombreux passages criant de vérité. Retenons celui où Duca explique l’hystérie théâtrale des femmes malintentionnées.

Sa famille, son amie Livia (marquée au sens exact par une dramatique aventure passée), son chef Càrrua (qui comprend mal Duca, tout en ayant de l’affection pour lui), le policier régulier Mascaranti, nul n’empêchera le héros de poursuivre cette enquête dans le sordide. Une noire intrigue qui, longtemps après avoir été écrite, reste profondément universelle et forte de réalisme.

Deux autres chroniques sur des romans de Giorgio Scerbanenco : "Vénus privée" et "Les milanais tuent le samedi", aussi réédités chez Rivages/Noir.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story
commenter cet article

commentaires

Maneval 17/12/2011 00:06

Un de mes trois polars préferés. Mais pourquoi une nouvelle traduction, l'ancienne était si mauvaise?

Claude LE NOCHER 17/12/2011 07:06



Excellente question, camarade Eric !


Comme tu le devines, j'ai relu "Les milanais tuent le samedi" et "Les enfants du massacre" dans la traduction d'origine. Pour le premier, j'avais émis des doutes sur
l'utilité d'une traduction nouvelle. Pour le second, on pouvait éventuellement "rafraîchir" la version française, mmouais. Par exemple, le mot "inverti" n'est plus guère compris aujourd'hui. Avec
çà et là, quelques tournures peut-être un peu vieillotte, mais pas illisibles. On respecte le choix de l'éditeur, de refaire traduire, mais l'absolue nécessité n'est pas flagrante, en
effet.


Amitiés.



Max 16/12/2011 17:14

Bonjour Claude (et les autres),
Le meilleur bouquin de la série, mais aucun n'est à négliger. Lu il y a longtemps, mais un souvenir encore très fort !

Claude LE NOCHER 16/12/2011 17:27



Bonjour Max


Scerbanenco fait partie de ces auteurs qui ne doivent surtout pas tomber dans l'oubli.


Je gardais un souvenir marquant de ses livres, lus il y a plus de vingt-cinq ans. Il existe tellement de convergences avec notre époque dans le contexte sociétal,
que ses intrigues restent aujourd'hui encore puissantes. En outre, Duca Lamberti n'est pas un naïf, un candide, mais au contraire un personnage bien conscient des tares du monde qu'il
côtoie.


Relire "Les milanais tuent le samedi" et "Les enfants du massacre" m'a replongé avec délices dans l'oeuvre de Giorgio Scerbanenco. Je ne peux que le conseiller à
tous !


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 16/12/2011 11:32

Salut Claude, Rivages noir ? achat bientôt ! D'ailleurs, j'ai acheté le Joel Nivard ! Amitiés

Claude LE NOCHER 16/12/2011 15:17



Salut Pierre


Bienvenue à Limoges-by-night, avec Joël Nivard ! J'espère que tu trouveras le même plaisir que moi à le lire. Comme pour Guillaume Gonzalez, on sort un peu des
sentiers battus.


Je m'étais promis de relire Giorgio Scerbanenco avant de le chroniquer, car je n'ai plus mes fiches le concernant. J'ai retrouvé avec bonheur le personnage du
Dr Duca Lamberti. Pas de enquêtes bien rigolotes, certes non, mais teintées d'un véritable humanisme.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/