Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 06:40

 

Un classique du roman noir, toujours au catalogue Folio : Le démon dans ma peau de Jim Thompson.

THOMPSON-2011-FolioAu Texas, dans les années 1960, Central City est une ville de quarante-huit mille habitants. Lou Ford est l’un des adjoints du shérif Bob Maples. Âgé de vingt-neuf ans, c’est le fils d’un médecin qui avait bonne réputation ici. Le frère adoptif de Lou, Mike Dean, est décédé accidentellement sur un chantier six ans plus tôt. S’il avait eu précédemment des ennuis avec la justice, c’était quelque peu à cause de Lou. La mort de Mike Dean ne fut jamais vraiment éclaircie, mais on peut aussi bien penser qu’il a été assassiné. Le syndicaliste Joe Rothman partage ce doute avec Lou Ford. Mais comment mettre en cause le magnat de cette ville, Chester Conway ?

Par ailleurs, il y a deux femmes dans la vie de Lou. Côté sage, il est fiancé à Lucille Stanton, institutrice qui réclame le mariage. Face cachée, il est l’amant de Joyce Lakeland, une prostituée qu’il maltraite et qui aime ça. La fille en question est aussi la maîtresse d’Elmer Conway, le fils du grand patron. Relation que Chester Conway compte bien faire cesser, en payant pour qu’elle quitte Central City. Estimant pouvoir faire confiance à Lou Ford, qui se montre soumis envers lui, M.Conway-père lui a demandé de surveiller la transaction. Ce que va faire Lou, en effet, mais en manigançant tout autre chose. Quand on découvre Elmer abattu de six balles et Joyce massacrée par les poings de son agresseur, Lou regrette d’être intervenu trop tard à cause d’un pneu crevé.

Il doit s’expliquer auprès de l’attorney du comté, Howard Hendricks. Soupçons vite effacés, d’autant que Lou a toute la confiance du shérif Maples. Pourtant, c’est bien son adjoint toujours affable qui a supprimé le couple. En réalité, il reste un souffle de vie à Joyce. M.Conway la fait transférer par avion à Fort Worth, afin qu’on la sauve. Car il veut qu’elle soit jugée, pour blanchir la réputation de son fils et de leur famille. Lou et le shérif participent au voyage à Fort Woth, dociles face au puissant M.Conway. De retour à Central City, Lou n’a pas de mal à convaincre son allié le syndicaliste Rothman qu’il n’est pour rien dans cette sombre affaire.

Peu après, un suspect est accusé du double meurtre. Il s’agit du jeune Johnnie Pappas, petit délinquant notoire, fils d’un restaurateur grec. Lou s’est toujours montré amical et protecteur vis-à-vis de Johnnie. Mais il ne peut pas laisser en vie quelquun qui finirait par comprendre, par le dénoncer peut-être. De même que, si elle insiste trop pour se marier, Lou risque de décider l’élimination de sa fiancée Lucille. Quitter la ville avec le fric qu’il a détourné, c’est évidemment le but profond de Lou Ford. Du moins, essaie-t-il de le croire, car partir n’est probablement pas la solution pour lui…

 

Avec 1275 âmes, écrit auparavant dans le même esprit, Le démon dans ma peau figure parmi les romans magistraux de Jim Thompson. Sans doute parce que ces titres apparaissent plus abordables que d’autres du même auteur, bien plus noirs encore. La narration par le héros est pour beaucoup dans cette fluidité atténuant tant soit peu la gravité des faits. Belle manière de montrer la dualité du personnage : c’est le même Lou qui prépare son repas ou prend sa douche, que celui qui tue froidement et répond calmement aux quelques soupçons à son encontre. Il jouit d’une certaine impunité, ce shérif-adjoint si compréhensif avec tous. Parallèlement, il suscite une part de malaise chez ses interlocuteurs, tel l’attorney ou même le shérif.

La complexité psychologique du héros se dessine de plus en plus, non sans raison. Ses partenaires féminines ne sont guère mieux traitées quant à leurs portraits, un véritable roman noir n’épargnant personne. Soulignons la précision remarquable du récit, c’est un véritable travail d’orfèvre. Des puristes plaideraient sûrement pour une nouvelle traduction, qui n’omettrait pas un ou deux mots ou paragraphes occultés çà et là : ce serait absolument inutile, la puissance de l’histoire est restituée dans le ton choisi par Jim Thompson. Un grand classique du genre, à lire et relire.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story
commenter cet article

commentaires

pierre bondil 18/12/2011 09:37

Bonjour
Je confirme que 4 des romans de Jim Thompson sont passés chez Rivages et qu'ils devraient paraître en deux lots, le premier au plus tôt en juin 2012 (mais quand on attend depuis des années une
traduction intégrale débarrassée de l'argot série noire, ce n'est plus "une aussi longue absence"). Les cinq autres (il y en avait neuf en série noire) suivront très vraisemblablement. Il s'agit de
retraductions intégrales et non de replâtrages (contrairement à ce qui a été fait chez Gallimard jusqu'à présent, pour les Chandler ou pour Chester Himes, par exemple). En ce qui me concerne, comme
pour Hammett, ce sera une traduction car je ne relirai (je ne relis) pas la traduction antérieure, tant pis si à l'occasion je perds des solutions meilleures que les miennes, au moins je ne suis
pas influencé et ne risque pas le plagiat. Je suis en ce moment sur "The Getaway" ("Le lien conjugal") et Jean-Paul Gratias travaille en parallèle sur "The Killer Inside Me" ("Le Démon dans ma
peau"). Le mien est à la troisième personne du singulier, d'où le choix du passé simple en français, le sien à la première personne d'où le choix du présent de narration. Peut-être reviendrons-nous
sur ces choix en cours de route. En ce qui me concerne je suis pour l'instant très surpris et déstabilisé par le nombre de mots très longs, la présence envahissante d'adverbes (avec la terminaison
en -ment, en français, ça ne va pas passer) et la grande recherche de vocabulaire. On verra bien, mais je n'avais plus traduit de Thompson depuis 25 ans ("Libération sous condition", "Recoil", n°1
Rivages/Noir, et "Un Nid de crotales", "The Trangressors", n°12) et ce n'est pas le souvenir que j'en avais gardé. De toute façon, je suis heureux d'être à nouveau en compagnie du grand Jim. Un
jour, je reverrai peut-être ces deux textes vieux de 25 ans...
Amitiés, Claude

Claude LE NOCHER 18/12/2011 11:39



Bonjour Pierre, et un grand merci.


J'ai immédiatement utilisé votre réponse, afin qu'elle figure dès maintenant dans les infos du jour d'Action-Suspense. Concernant "Le démon dans ma peau", relu
récemment, la traduction (bien que je ne dispose pas du texte original) m'a semblé correcte, dans l'esprit de Jim Thompson. Elle est sûrement perfectible, Jean-Paul Gratias nous le
démontrera.


Amitiés.



cynic63 13/12/2011 09:18

Adhéré au film (malgré toutes les critiques négatives qu'il a reçues, j'y ai retrouvé, de mon côté, l'esprit du roman) et au livre/ Avec Thompson, je suis plutôt un convaincu malgré le nombre de
bouquins très moyens qu'il a pu produire. Par contre, Le criminel, Hallali ou Ici et maintenant, je trouve ça magistral.
Amitiés

Claude LE NOCHER 13/12/2011 10:46



Salut Cynic


Tous les romans de Jim Thompson n'ont peut-être pas la même force, mais il reste une sacrée référence. En particulier pour la complexité psychologique de ses héros.
La noirceur des ambiances et des intentions séduit ses admirateurs, sans doute moins d'autres lecteurs.


Amitiés.



Yv 12/12/2011 08:54

Bonjour Claude,
Ouh, la, je ne suis pas dans le truc : je n'ai pas aimé ce bouquin, je n'ai jamais réussi à m'y retrouver et surtout à m'y intéresser. Le film étant fidèle au livre, c'est peu dire que je n'ai pas
apprécié non plus.

Claude LE NOCHER 12/12/2011 10:48



Bonjour Yv...


On est là dans le thème le plus partagé du polar : les manipulateurs (arnaqueurs de base, escrocs de haut vol, tueurs jouissant d'impunité, etc.) On y
adhère totalement -c'est mon cas-, ou au contraire on rejette en bloc. Hier encore, j'ai eu un commentaire (négatif) autour du roman de Seamus Smyth que j'ai adoré, "Trois accidents et
un suicide", à ce sujet.


Si on n'aime pas, autant ne pas persévérer, c'est sûr !  


Amitiés.


 



Serge 31 10/12/2011 12:27

Eh eh, on parie: "Pop 1280", n° 1000 de Rivages Noir?...
Amitiés.

Claude LE NOCHER 10/12/2011 16:14



Salut Serge


Eh eh, pas bête comme éventualité. Mais quel titre donner cette fois à "1275 âmes" ? Celui d'origine choisi par Marcel Duhamel ? "1280 âmes", plus possible,
c'est J.B.Pouy qui l'a pris. "Population 1280", c'est déposé aussi par une société de films. Ou bien "1280 habitants" ? mais attention, des villes référencées autour de 1280
habitants risquent de réclamer des droits (Dugny-sur-Meuse,55- Cusy, 74- Valff,67- Montrosier,12- Luant,36- etc***)


Amitiés.


(Liste complète ici : http://www.toutes-les-villes.com/villes-population/174.html )



ONE MORE BLOG INTHE GHETTO 10/12/2011 09:26

Non, non, il ne s'agit pas de retraductions des Rivages:. Rivages va rééditer des Thompson parus auparavant en SN (The getaway par exemple)traduits cette fois-ci notamment par JP Gratias ou Pierre
Bondil. C'est ça la bonne nouvelle!

Claude LE NOCHER 10/12/2011 11:11



Dans ce cas-là, oui, ça peut être sympa. "Le lien conjugal" (The getaway), "Des cliques et des cloaques", "Un chouette petit lot", ou "Deuil dans le coton", formatés
à 250 pages maxi en première traduction, ça doit pouvoit être amélioré. Bonne nouvelle, en effet !


Amitiés.



ONE MORE BLOG IN THE GHETTO 10/12/2011 08:37

Hello Claude.
Ah! Jim Thompson! L'un des deux piliers INDISPENSABLES (l'autre étant Goodis) à tout amateur de romans noirs des années 50. 20 ans après sa lecture, je suis encore marqué (pour ne pas dire
traumatisé) par "Rage noire".
Pour ce qui est des retraductions, effectivement, j'ai aussi lu que Rivages préparait la ressortie d'une petite dizaine de Thompson retraduits, peut-être pour le 2ème semestre de 2012. Miam !!
Amitiés

Claude LE NOCHER 10/12/2011 08:53



Oui, David Goodis et Jim Thompson sont les deux valeurs sûres des romans noirs de cette époque, d'une noirceur très différente d'ailleurs, avec plus de fatalité chez Goodis.


Les ex-traducteurs(trices) de Jim Thompson, dont J.P.Gratias, vont être ravis si Rivages revoit leur copie sans eux. Certes, une "mise à jour" des textes peut s'avérer intéressante, mais les
traducteurs attitrés de François Guérif nous ont déjà donné des versions très puissantes (de Thompson et d'autres, bien sûr). Nous verrons donc ce que ça donne.


Amitiés.



Serge 31 09/12/2011 23:47

Salut Claude.
Le film de Winterbottom (affiche sur la couv' et raison de la réédition) rend bien la beauté sombre de Thompson. Grand film qui m'a fait relire le livre... Quant à retraduire les Thompson de la SN,
je crois avoir lu au détour d'un blog que c'était d'actualité. Info ou intox?...
Amitiés.

Claude LE NOCHER 10/12/2011 07:02



Salut Serge


Pas vu le film, mais il y a effectivement matière à une belle adaptation !


Je suis parfois sceptique au sujet des re-traductions. Certes, il convient de traduire "au plus près du texte d'origine". Les coupes exigées par les éditeurs
d'alors (Marcel Duhamel, mais aussi Pierre Nord et quelques autres) sont peut-être dommageables. Mais, tu auras pu le vérifier en lisant ce roman, ça ne nuit pas à l'esprit de Jim
Thompson. J'ai même trouvé que le vocabulaire était plutôt "contemporain". Qu'on ait re-traduit Dashiell Hammett, c'est une très bonne chose, et il y a sûrement d'autres projets en cours chez
Gallimard et ailleurs.


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 09/12/2011 20:19

Salut Claude, après avoir lu Calibre de Ken Bruen, on ne peut que mettre ce roman sur sa liste d'achat. Ton avis confirme une lecture urgente ! ça sera fait ! Amitiés

Claude LE NOCHER 10/12/2011 06:53



Salut Pierre


Puisque c'est une véritable référence pour Ken Bruen, en effet, c'est bien le signe d'une qualité supérieure. Une lecture qui s'impose, dans les plus brefs délais
peut-être ?


Amitiés.



dominque 09/12/2011 10:26

je crois que je vais m'offrir tous les jim tompson
et arreter de les voler aux bibliothécaires
quant à james ellroy, j'ai du mal, mais grave en vieillissant

je plaisantais pour la bibliotheque....^^

Claude LE NOCHER 10/12/2011 06:51



Salut Holden


Toutes les bibliothèques de la vallée du Rhône ont été alertées : elles ont mis au coffre-fort leurs Jim Thompson, dommage pour toi.  Non, vraiment un romancier à ne pas manquer !


Amitiés.



dominque 09/12/2011 09:27

phhhhhhhhhhhtt
putain je l'ai pas lu celui là
j'y cours tonton claude

Claude LE NOCHER 09/12/2011 10:22



T'as intérêt, camarade Holden !


On a le droit de rater quelques James Ellroy, voire quelques daubes de la Série Noire, mais sûrement pas des Jim Thompson !!!


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/