Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 05:59

 

Joseph Bialot est décédé le dimanche 25 novembre 2012. Né à Varsovie en 1923, il venait d’avoir quatre-vingt-neuf ans le dix août. Installé en France à partir de 1930, Joseph Bialot était un authentique rescapé d’Auschwitz. Après la guerre, sa vie professionnelle s’exerce dans le prêt-à-porter, puis il complète ses études. BIALOT-GPLP1979À l’âge de cinquante-cinq ans, il publie son premier roman dans la collection Super Noire (1978) : Le salon du prêt-à-saigner est récompensé par le Grand prix de Littérature policière 1979. Ce livre sera maintes fois réédité, en Série Noire, Carré Noir, Folio, et chez Folio policier depuis 2000. Le quartier du Sentier est au centre de cette intrigue. Cette histoire reste un témoignage sur l’activité dans ce monde du vêtement et du textile, même si cela a évolué depuis l’époque en question.

 

Il y a d’abord cette jeune femme qu’on découvre égorgée sur une petite place, dans le Sentier. Peu après, c’est le cadavre d’un homme qui est retrouvé non loin de là, rue du Caire. Puis, lorsqu’un camionneur s’apprête à livrer sa marchandise, un troisième corps poignardé a été placé dans son véhicule. Chargés d’enquêter, le commissaire Faidherbe, son adjoint Chaligny, et le policier Brancion n’ont guère de pistes, car les trois victimes sont inconnues dans le quartier. Grâce au hasard, et à un duo de stylistes, on parvient quand même à identifier la jeune femme. Michèle Boulat fabriquait dans son petit atelier des modèles commandés par des créateurs du Sentier. Toutefois, un problème se pose, puisqu’il n’y avait aucune machine chez elle. Il faut donc supposer qu’elle sous-traitait ces travaux.

La police va procéder à une interpellation agitée et inutile dans l’immeuble de Michèle Boulat. Et l’inspecteur Brancion va se lancer dans la poursuite de l’Alfa Romeo rouge d’un suspect qui l’a menacé. Ce qui n’empêchera pas cet homme de continuer à narguer les flics, pour récupérer des photos érotiques chez la victime. À Maisons-Alfort, où le troisième cadavre a été mis dans le camion, Robert Biotto est un témoin gênant. Bien qu’il soit hospitalisé, le tueur parvient à l’éliminer. Cet assassin se nomme Josip Vissarianovitch, un Yougoslave exilé âgé de trente ans. Plutôt séduisant et cultivé, il s’adonne depuis quelques temps au racket, visant des gens en rapport avec le Sentier. Une de ses cibles est Mustafa Demirel et sa famille, des Turcs habitant dans un bidonville de proche banlieue.

Sans doute Josip a-t-il eu tort d’affronter ce clan, car Mustafa et les siens sont sans pitié. C’est avec le secours de la petite Yamina, que Josip réussit à se tirer de ce mauvais pas. Entre-temps, un fils de Mustafa a saccagé l’appartement de Josip. Requinqué, le Yougoslave s’attaque de nouveau à la famille turque, mettant le feu à leur bidonville. Pour Josip, il serait prudent de s’éloigner, mais un policier de l’aéroport d’Orly le repère avant l’embarquement. De son côté, la jeune Vania est de retour à Paris après un voyage dans son pays natal. Elle recherche son compagnon Kosta. Sa disparition est inquiétante, mais elle préfère ne pas mêler la police à tout ça. Vania n’a pas de papiers en règle, ce qui ne l’empêchait pas d’effectuer les travaux de confection commandés à Michèle Boulat.

BIALOT-2000Depuis l’épisode d’Orly, le commissaire Faidherbe et ses hommes possèdent enfin une piste, ayant identifié Josip. Mustafa Demirel et ses fils sont, eux, prêts à se venger du Yougoslave par tous les moyens. Se sentant trahie par Josip, la petite Yamina et sa bande de gamins le recherchent également. Quant à Vania, elle comprend rapidement le sale rôle qu’a joué Josip dans ces meurtres. Traqué, le Yougoslave résistera autant qu’il le pourra…

 

C’est dans un magistral chassé-croisé entre les personnages que Joseph Bialot entraîne ses lecteurs. Bien que les protagonistes soient nombreux, on ne s’y perd jamais. Spectaculaires, sombres, ou plus dures, les scènes se succèdent à bon rythme grâce à des chapitres courts. La tonalité du récit ne manque pas d’humour (Les badauds s’apitoyèrent sur le triste sort des meurtriers qui finissent tous dans la misère puisque, comme chacun sait, le crime ne paie pas). Une ironie qui atténue volontairement la noirceur de l’affaire, mouvementée à souhaits. L’auteur décrit çà et là quelques réalités de ce quartier du Sentier, et de l’industrie qu’il génère. Récompense effectivement méritée, que ce Grand prix de Littérature policière qui lui fut attribué.

Mes chroniques sur "L'héritage de Guillemette Gâtinel" et "La station Saint-Martin" est fermée au public" de Joseph Bialot (cliquer sur les titres).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick 27/12/2012 08:09

Bonjour Claude
Je suis dedans et c'est très bon.
Bonne journée.

Claude LE NOCHER 27/12/2012 08:19



Salut Patrick


Rares sont les Grands prix de Littérature policière immérités. Dans le cas de Joseph Bialot, c'est même une évidence. J'aurai sûrement l'occasion d'évoquer d'autres
titres de lui.


Amitiés.



Patrick 01/12/2012 08:49

Bonjour Claude
Je l'ai en Carré Noir...héhé..:)
Bon samedi .

Claude LE NOCHER 01/12/2012 11:00



Salut Patrick. Ce titre-là n'est pas difficile à retrouver, en effet. Il a été multi-réédité, comme précisé dans ma chronique.
Franchement, un roman de très belle qualité.


Amitiés.



Serge 31 01/12/2012 01:22

Salut Claude.
Je profite de ce billet pour te remercier et te féliciter, toi et d'autres blogueurs (Paul, Jean-Marc...), pour cet hommage mérité à ce grand homme. Côté médias "officiels", à part Pascale Clark
dans une de ses récentes matinales d'Inter, c'est le cas de le dire: silence radio...
Amitiés.

Claude LE NOCHER 01/12/2012 05:30



Salut Serge


Une brève de quelques lignes dans les deux pages culture de mon quotidien, c'est déjà ça mais bien faible en comparaison du talent de Joseph
Bialot. Pour ma part, je n'ai pas souhaité écrire une "nécro". On ne me croira sans doute pas, mais c'est pure vérité : dans ma série sur les Grands
prix de Littérature policière, après John D.MacDonald, j'avais prévu de relire "Le salon du prêt-à-saigner". Le roman m'attendait là, en haut de la pile, quand j'ai appris le décès de Joseph
Bialot. J'ai pris le même plaisir à le relire, teinté toutefois de la tristesse d'avoir perdu un grand romancier. La scène que je raconte dans ma réponse à Paul, si tu savais comme elle est
toujours présente dans mon coeur.


Amitiés.



Oncle Paul 30/11/2012 16:44

Bonjour Claude
Joseph Bialot nous manquera mais heureusement il reste ses romans qui sont tous plus intéressants les uns que les autres.
Un monsieur que j'ai eu le plaisir de rencontrer à plusieurs reprises lorsque j'écumais les salons et festivals...
Amitiés

Claude LE NOCHER 30/11/2012 17:09



Salut Paul


Je garde un souvenir très fort de mon unique rencontre avec lui. C'était il y a quelques années, à Concarneau. J.B.Pouy me tape sur l'épaule : "Tu veux que je te
présente Joseph Bialot ?" Je sens mon adrénaline à son maximum. Bien que fatigué par l'âge, il est souriant, cordial, et enthousiaste. Nous discutons langage populaire, argot imagé remplacé
par des jargons actuels moins savoureux. Un quart d'heure, vingt minutes, moment très intense. Joseph Bialot était un grand monsieur, oui, je n'hésite pas à le confirmer.


Amitiés.



La petite souris 30/11/2012 07:37

il se trouve que j'ai acheté quelques uns de ces romans lors d'un salon il y a quelques mois.Je connais mal son oeuvre il est vrai, mais je compte bien combler mes lacunes en la matière !! Amitiés

Claude LE NOCHER 30/11/2012 17:03



Salut Bruno


Je sais bien que je me répète souvent dans ces cas-là, mais Joseph Bialot fait partie de ces grands auteurs à découvrir absolument. En particulier pour la tonalité
de ses romans noirs.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/