Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 06:49

 

Chez Fayard noir, il faut dès maintenant savourer le nouveau roman de Joseph Incardona, intitulé 220 Volts. En effet, il y a de l’électricité dans l’air au sein du couple qu’il nous présente…

Âgé de trente-sept ans, marié à Margot, père de deux enfants, Ramon Hill est l’auteur de plusieurs best-sellers, de solides romans d’action grand public. Un écrivain de talent promis à un avenir littéraire radieux. Sauf que depuis quatre mois, Ramon Hill est incapable de produire une ligne supplémentaire, bloqué au milieu du chapitre 43. Panne sèche, réservoir vide, manque total d’inspiration. Margot a organisé pour eux deux un séjour en montagne de quinze jours, dans la maison appartenant à ses parents. Elle estime qu’un provisoire changement de vie peut relancer son goût d’écrire. Ramon n’en est pas tellement convaincu. INCARDONA-2011Encore moins quand il voit que la grange dépendant de la propriété a été prêtée à leur voisin Charlot. Il y héberge une basse-cour et surtout des porcs puants.

Les relations du couple ne sont pas au beau fixe. Issue d’une famille bourgeoise, vaguement journaliste, Margot adresse de virulents reproches à son mari dès le premier jour. Certes, Ramon se laisse un peu aller, mais pense ne pas mériter la pression que lui impose son épouse. Dès le lendemain au petit-déjeuner, les chamailleries vindicatives de Margot continuent. Ayant trouvé un préservatif usagé, Ramon s’interroge. Sa femme prétend ne pas être revenue dans cette maison depuis le mois de mars. Un deuxième indice trouble bientôt Ramon. Le livre d’un confrère qu’il exècre ne devrait pas traîner ici puisqu’il est paru depuis peu, sauf si Margot y a séjourné entre-temps. Entre paranoïa et jalousie, Ramon ressasse ce drôle de pressentiment, ces questions sur la loyauté de sa femme.

Ramon est victime d’une électrocution. Le vieux docteur Kraus est appelé à domicile. Bien qu’il ne semble pas y avoir de séquelles, il met en garde l’écrivain, lui conseillant le repos. C’est l’inverse qui se produit. L’incident a réveillé la libido de Ramon. Non seulement il assouvit avec Margot sa faim de sexe, mais il se sent désormais capable de poursuivre l’écriture de son roman. Le sommeil de Ramon reste agité, des crises de somnambulisme qui inquiètent un peu le vieux médecin. La jalousie de l’écrivain ne s’est pas éteinte. Il imagine des zones d’ombre dans la vie de Margot, mais chasse les hypothèses lui venant à l’esprit. Alors qu’il vient de mettre le point final à son roman, la situation dérape. Garder son sang-froid, jouer la comédie, Ramon se sent assez fort pour ça. Ce n’est pas sur son beau-père, hostile à sa vocation d’écrivain, qu’il peut compter. Avec un peu de chance, il peut espérer passer entre les gouttes…

 

Il n’est pas indispensable de chercher des arguments pour évoquer les qualités de Joseph Incardona. Il suffit de lire ses romans. Remington et Lonely Betty ont déjà prouvé qu’il s’agit d’un auteur inspiré et subtil. Les vicissitudes d’un couple, des vacances censées ressouder leur union, un mari en proie à une jalousie peut-être injustifiée, voilà le sujet éternel qu’explore la première moitié de l’histoire. Un huis clos raconté avec fluidité, non sans quelques passages amusés (Tu sais à quoi je pensais pendant que je pédalais ?  Que t’étais Jeannie Longo ? Margot a laissé s’éteindre ma remarque sans souffler dessus). En effet, il n’y a pas de raison de dramatiser.

D’ailleurs, cette tonalité reste présente quand les circonstances se font plus sombres. Dès lors, Ramon Hill va incarner un personnage, tel le romancier jouant à être son héros. Débarrassé d’une pesante moralité, il se sent libre et fort, tant dans son écriture que dans sa vie. Si, malgré tout, quelques épreuves l’attendent, Ramon peut compter sur la solidarité des lecteurs. Un suspense noir tout en finesse, à l’écriture nuancée et précise, vraiment très agréable à lire.

On peut cliquer ici sur mon article consacré à  Lonely Betty” et Remington”, ou là pour le Portrait chinois auquel a répondu Joseph Incardona.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Oncle Paul 22/03/2011 14:38


Bonjour Claude
tout comme Holden je n'ai encore rien lu de Incardona. Je vais essayer de me rattraper, mais vu ma PAL, ce ne sera pas pour tout de suite.
Amitiés


Claude LE NOCHER 22/03/2011 15:57



Mon Paul, toi qui aimes les romans pas trop longs, "220 Volts" fait dans les deux cent pages, "Lonely Betty" est une novella encore plus courte, "Remington" n'était
pas exagérément long non plus. Surtout, c'est la tonalité enjouée et la finesse d'écriture qui te plairaient, j'en suis sûr. Roman noir, oui, mais style perso très très convaincant. Aucune
lourdeur, bien au contraire. Joseph Incardona est de ces auteurs qui méritent un vrai grand succès.


Amitiés. 



BiblioMan(u) 22/03/2011 14:28


Oui, pour moi aussi. Il paraît que Lonely Betty ches Finitude est aussi très très bien ! Je dois le lire sous peu...


Claude LE NOCHER 22/03/2011 15:47



Sans chercher à t'influencer, je crois pouvoir affirmer que tu ne seras pas déçu par "Lonely Betty". On sent un intense plaisir d'écriture dans ce roman court et
malin. Pour l'avoir rencontré une fois, Joe Incardona est un homme aussi chaleureux que peut l'être sa manière d'écrire...


Amitiés.



holden 22/03/2011 08:58


hello les gas
cela fait un bon moment que je me tate pour lire cet auteur....
donc, goooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo


Claude LE NOCHER 22/03/2011 10:39



Kwooaaaa, Holden !?! Tu n'as pas encore découvert les romans de Joseph Incardona ?


Honte à toi !  Non, sans rire, c'est véritablement un très bon auteur, selon
moi.


Amitiés.



BiblioMan(u) 22/03/2011 08:51


Entièrement d'accord ! Ce livre est un petit bijou .


Claude LE NOCHER 22/03/2011 10:36



Salut Manu,


Parler de subtilité au sujet des romans de Joseph Incardona est une évidence, pour moi. Il possède sa manière perso, et c'est vraiment réussi.


Amitiés.



claire 22/03/2011 08:30


bonjour claude je passe te souhaiter une bonne journée le soleil est là je suis pas trop là la fatigue j'espére que tu as été au salon du livre et que tu nous raconteras bonne journée bizz


Claude LE NOCHER 22/03/2011 10:42



Bonjour Claire, en cette journée parfaitement ensoleillée...


Comme je le craignais, évidemment pas eu de temps à consacrer au Salon du Livre, vu aussi que je n'habite pas tout près. Et puis la lecture me rend casanier : un bon
livre, un bon fauteuil, je ne vois rien de mieux !


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/