Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 05:38

 

Le numéro 400 de la collection Spécial-Police du Fleuve Noir fut publié début 1964. La mort prend l’ascenseur est un roman signé Jean Socoa.

Le héros en est le policier Jutel, proche de la retraite. Il n’a rien d’un brillant enquêteur : On lui refilait toutes les pannes, les os, les sales boulots anonymes, les plus dangereux, et [le commissaire] Galissard rappliquait toujours à pic pour se faire photographier avec le criminel. Ce n’est pas l’affaire dont on le charge aujourd’hui qui devrait le mettre en valeur. Dans le 13e arrondissement, près du square Lancelot, un homme a été retrouvé mort cette nuit, quand le locataire d’un immeuble a appelé l’ascenseur. La victime est un sexagénaire élégant, portant une Légion d’Honneur à la boutonnière. On identifie rapidement Charles Heitzman, médecin-colonel en retraite habitant Auteuil. Il n’avait rien à faire à cette heure tardive dans cet immeuble éloigné de chez lui. Selon les premières constatations, la mort naturelle est privilégiée.

Jutel mène une enquête sur les lieux, interrogeant le concierge M.Méhu. Il prend les noms des locataires, de l’agent de police du premier à la SOCOAcartomancienne du cinquième, en passant par M.Vincent qui a découvert le corps. Ici, personne ne connaissait Charles Heitzman. C’est assez curieux, mais la police ne peut perdre son temps avec un cas aussi banal. L’affaire est bientôt close. Néanmoins, Jutel estime qu’il doit continuer, mieux fouiller dans les habitudes de l’immeuble. À l’insu de ses collègues et de son supérieur, il revient interroger les gens vivant à cette adresse.

Il est même possible qu’il ait posé des questions dérangeantes car, une nuit, il est agressé en pleine rue. Ce qui lui donne quelques jours de repos. Grâce à ce congé inattendu, il glane discrètement de nouveaux éléments. Le témoignage de Claude Heitzman, neveu de la victime, et le livre écrit par le médecin-colonel, lui offrent de précieux indices. Il est sur le point d’arrêter le coupable supposé, quand celui-ci se suicide. On lui vole son heure de gloire ? Non, car ce comparse a été éliminé de la même façon que Charles Heitzman…

Nous avons là un classique roman d’enquête, de bon aloi, possédant toutes les qualités pour satisfaire le lecteur. Revanche d’un flic sans prestige, qui flaire une affaire plus opaque qu’il n’y parait, et finit par démontrer la vérité. Un suspense fluide, comme on savait les raconter en ce temps-là.

 

Néanmoins, il subsiste un mystère. Son nom n’apparaissant qu’une seule fois dans la collection, Jean Socoa est forcément un pseudonyme. En effet, Socoa se trouve dans le Pays Basque. C’est un quartier en bord de mer, au sud de Saint-Jean-de-Luz, un petit port entre Ciboure et Urrugne. Ce hameau est quelque peu connu grâce au Fort de Socoa. Au 16e siècle, on bâtit une forteresse afin de protéger Saint-Jean-de-Luz des voisins espagnols. C’est évidemment Vauban qui, à la fin du 17e siècle, fit renforcer l’édifice et lui donna sa forme actuelle.

Quel rapport entre l’auteur de ce roman et le site de Socoa ? Il exista bien un écrivain nommé Michel de Socoa (1893-1980), pseudo de Luc Benoist, conservateur de musée, puis historien de l’art. Auteur d’ouvrages sur ce thème, et d’autres livres faisant référence dans les domaines de l’ésotérisme et de l’astrologie, on l’imagine mal écrire un roman policier. Qu’une cartomancienne figure dans La mort prend l’ascenseur n’est pas un indice sérieux.

Alors, il faudrait certainement chercher, parmi les obscurs auteurs des années 1960, lequel avait un quelconque lien avec le quartier du Fort de Socoa. Voilà une mission qu’il serait vain de s’imposer. Pourtant, s’agissant d’une centaine, le n°400 pouvait sembler symbolique, de ceux qu’on attribue aux piliers d’une telle collection. Le n°100 fut réservé à Frédéric Dard, le n°200 à Mario Ropp, le n°300 à André Lay, puis le n°500 à Peter Randa, autant d’auteurs importants chez Spécial-Police. Derrière le pseudonyme, il y a donc bien un mystère Socoa. Si quelquun possède une réponse probante, ça intéressera les passionnés de cette collection…

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story
commenter cet article

commentaires

Berano 29/08/2011 11:56


Bonjour Claude
Et en contactant les éditions fleuve-noir ? Quelqu'un doit bien savoir qui se cachait sous ce pseudo, si c'en est un ? Ils doivent avoir des archives, non ?
Renato


Claude LE NOCHER 29/08/2011 14:59



Salut René,


Je crains qu'il n'y ait plus de personnel "historique" chez Fleuve Noir, ni grand intérêt pour les archives de leur part. Il est loin le temps de l'empire Armand de
Caro. Jean-Marie Carpentier ou Patrick Siry, ex-piliers de la maison (et membres par alliance de la famille), le sauraient peut-être mais j'ignore totalement où les joindre. Disons en outre que
c'est un de ces petits mystères qui alimentent notre "mythe" du Fleuve-Noir.


Amitiés.



La petit souris 11/08/2011 18:15


dis moi Claude, une petite question me vient chaque fois que je lis tes chroniques qui concernent des romans des éditions Fleuve Noir de la belle époque. tous ces auteurs, ces romans, ont il un
jour été réédités depuis ou au contraire il n'y a qu'en fouinant chez les bouquinistes qu'on peut retrouver des exemplaires de ces livres aux couvertures si évoquantes ?


Claude LE NOCHER 11/08/2011 20:24



Salut Bruno,


La collection "Polar'50" a réédité quelques dizaines de titres dans les années 1990 au Fleuve Noir. Surtout G.J.Arnaud, Brice Pelman, et quelques titres-phares de
l'époque (dont les auteurs étaient encore en vie).


Moi, j'ai eu la chance de compléter ma collection dès fin années 80-début années 90. Chez les bouquinistes (y compris ceux d'Internet), dans les magasins
dépot-vente, dans les animations type "bric-à-brac" ou "vide-grenier", chez Emmaus, tu trouves aujourd'hui bon nombre de ces livres pour des sommes modiques. Pas à dépenser des fortunes pour se
faire plaisir, je te le confirme. Un peu de chance et de flair, le coup d'oeil sur des "vieilleries" (les couvertures de Goudon nous aident), et hop, des miracles se produisent parfois...


Quant aux bouquinistes qui prétendent que les 3/4 des Fleuve Noir était réellement de Frédéric Dard, pour les vendre au prix fort, tu les remercies de ne pas te
prendre pour un imbécile ! Non, c'étaient pour beaucoup de bon polars bien ficelés, et c'est déjà énorme. Si j'en parle ponctuellement, c'est bien pour ça : il n'y a pas que chez Série Noire
qu'on a publié des trésors !!!


Amitiés.



Oncle Paul 10/08/2011 16:23


Bonjour Claude
Concernant Jean Socoa, pour une fois je n'ai aucune précision à apporter. En ce qui concerne l'auteur évoqué par Maneval (Bonjour !) il s'agit d'Alain Yaouanc, qui a débuté aux Presses de la Cité
et qui a également écrit sous les pseudos de Lieutenant Kijé au Rayon Fantastique et chez Albin Michel, Alain Jansen à la Série Noire, et de nombreux ouvrages sur l'astrologie sous celui de
Hadès.
Amitiés


Claude LE NOCHER 10/08/2011 17:27



Diable ! C'est bien la première fois que je réussi à faire sécher l'Oncle Paul !


Transfuge de chez Un Mystère ? Auteur émérite de la collection Espionnage (ou autre) tentant un roman Spécial-Police ? Eventuel ratage sur un nouvel auteur (peu
probable) ? Bien des hypothèses sont possibles.


Amitiés, mon Paul.



maneval erric 10/08/2011 11:21


Salut, je n'ai pas la réponse mais le fait qu'un auteur ecrive de la littérature ésotérique ne l'exclut pas du champ policier, au contraire. A l'époque, les écrivains "à la chaine" alternaient
polar, erotisme, horoscopes, courier du coeur sensationnel (comme dans "Midnight examiner de kotzwinkle..) Il y a un auteur du fleuve noir qui a écrit nombre de livres ésotériques sous pseudo, je
n'ai plus le nom en tête mais c'est un auteur important du Fleuve.


Claude LE NOCHER 10/08/2011 17:24



Salut Eric,


Notre Oncle Paul préféré donne le nom de l'auteur auquel tu pensais : Alain Yaouank. Il nous offre d'ailleurs une piste involontaire : peut-être Socoa était-il un
transfuge de la collection Un Mystère, ayant choisi un nouveau pseudo. C'est l'époque où plusieurs romanciers ont migré vers le Fleuve Noir. Symple hypothèse, pour une toute petite énigme (que
même Paul ne peut résoudre).


Amitiés.


 



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/