Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 05:49

En 1930, malgré un passé chaotique, le Dr Everett Seeley a décroché un poste pour une société basée au Mexique. Il a installé son épouse, plus jeune que lui, dans un meublé à Phoenix (Arizona). Marion Seeley est engagée comme secrétaire dans une clinique. ABBOTT-2013La fringante infirmière Louise Mercer ne tarde pas à sympathiser avec la nouvelle employée. Elle l'invite dans le petit logement qu'elle occupe avec la blonde Virginia Hoyt, dite Ginny. Tuberculeuse, celle-ci a besoin de traitements. C'est coûteux, mais Louise ne semble pas embarrassée pour trouver l'argent. D'ailleurs, Marion est bientôt invitée aux fêtes que le duo de femmes organisent chez elles. On y côtoie du beau monde, généreux avec Louise et Ginny. De gros consommateurs d'alcool, malgré la Prohibition. Marion meuble sa solitude en devenant une habituée de ces soirées, finissant par boire aussi de l'alcool.

Le soir du réveillon, c'est les bras chargés de cadeaux que Joe Lanigan se joint à ses amis fêtards. Homme d'affaires possédant plusieurs pharmacies, marié à une épouse malade, père de famille allant à la messe, membre de la Chambre de Commerce et autres clubs locaux, Gentleman Joe est un notable de Phoenix. Charismatique, ce séducteur remarque très rapidement la belle Marion. Bien difficile pour la jeune femme vivant en solitaire de résister, quand Joe l'invite au restaurant et se montre attentionné. Son docteur de mari se montre plutôt paternel, protecteur. Alors que Lanigan exprime la légèreté et la sensualité, la réussite et l'aisance financière. Bien que Marion se traite de pécheresse, sa fiévreuse attirance pour Joe Lanigan est de plus en plus intense. Ils finissent par devenir amants. La jeune femme se teint en blonde platine, chevelure plus conforme à sa vie actuelle.

Marion n'éprouve aucun remords à tromper son mari. Elle regrette que Joe ne soit pas entièrement à elle, qu'il soit pris par ses affaires, son épouse souffrante. Par d'autres femmes, aussi. Pas seulement Louise et Ginny. La nouvelle infirmière de dix-neuf ans, Elsie Nettle, est une proie toute désignée pour Joe. C'est lui qui possède Marion, et pas l'inverse. L'ombre de la jalousie commence à planer sur la jeune femme. Le duo Louise-Ginny a un urgent besoin d'argent, depuis qu'elles sont délaissées par Joe Lanigan. Elles ont vendu, ou mis en dépôt, bon nombre d'objets pour quelques sous. Les fêtards viennent moins chez elles, également. La tension monte entre Louise et Marion, avant que Ginny ne s'en mêle. Après des faits quasiment inévitables, Joe promet d'aider son amante. Marion réalise vite qu'elle doit se sortir seule de cette situation hautement dangereuse...

 

Après «Red Room Lounge», «Adieu Gloria», «Absente», «La fin de l'innocence» et «Envoûtée», une conclusion s'impose : aucun titre mineur dans l'œuvre de Megan Abbott. Cette fois encore, les portraits sont d'une admirable subtilité, la psychologie de chacun des personnages apparaît parfaitement juste, et l'intrigue est calibrée avec précision. Par exemple, la troisième partie du récit (consacrée à Elsie) n'est pas là que pour confirmer l'emprise séductrice de Joe. De même, l'exilé Dr Everett Seeley ne fait pas uniquement de la figuration dans cette affaire. Pas plus qu'Abner Worth, patron des abattoirs Worth Brothers, un des fêtards de chez Louise et Ginny. Tout est ici maîtrisé, sans faute.

Quant au contexte, l'Amérique de 1930, on n'a pas de mal à l'imaginer. L'auteure nous la décrit par des détails significatifs, sans s'appesantir inutilement. À nous de nous souvenir qu'on est en pleine Prohibition, que les traditions religieuses restent fortes, qu'un notable d'alors est rarement inquiété longtemps, ou que le poids des journaux influe sur l'opinion publique. S'il y a effectivement une enquête criminelle, on nous fait comprendre pourquoi les policiers sont peu à la hauteur. Pourtant, ils ne manquent ni de témoins, ni de preuves. L'histoire s'inspirant d'un faits divers réel, la romancière nous explique ensuite comment elle a procédé. La fiction est plus excitante que le cas d'origine, même si la vraie coupable fut singulière. Envoûtés, nous le sommes par ce noir suspense de qualité supérieure.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lystig 19/03/2013 06:12

bonne journée à toi !

Claude LE NOCHER 19/03/2013 06:23



On essaie , on essaie...



Lystig 18/03/2013 21:55

tu te lèves et tu te plantes devant l'ordi aux mêmes heures que moi !

Claude LE NOCHER 19/03/2013 06:02



C'est le meilleur moyen de commencer une bonne journée, Lystig !  Amitiés.



Philippe 18/03/2013 11:40

Rebonjour M. Le Nocher,

Ah ! Il se trouve que je connaîs cette histoire de nom, sans avoir lu extensivement.

Vous connaissez peut-être le site www.executedtoday ?
Excellent site que je vous recommande de visiter plus généralement et j'en reparlerai peut-être.

Pour ce qui concerne Winnie Ruth Judd, aujourd'hui.
L'article
http://www.executedtoday.com/2011/02/21/1930-eva-dugan-her-head-jerked-clean-off/
indique le lien vers l'article Wikipedia ( anglais seulement ) :

(Another woman, Ruth Judd, narrowly missed swiping Dugan’s distinction; Judd’s hanging sentence was commuted for insanity just days short of her scheduled 1933 hanging.)

http://en.wikipedia.org/wiki/Winnie_Ruth_Judd

Cordialement

Claude LE NOCHER 18/03/2013 20:18



Bonsoir Philippe


Après lecture du roman, ce sont surtout les photos (actuelles) des lieux qui sont amusantes à découvrir, sur l'article Wikipedia consacré à Winnie Ruth Judd.
J'ai déjà souligné les liùmites du faits divers. La "supériorité" d'un roman, c'est par exemple de nous indiquer que Marion appelle dans ses lettres son mari "Docteur". Respect patriarcal,
en somme. Preuve qu'elle ne fut pas aussi débauchée que ses deux amies. Ce qui change bien des choses quant à sa culpabilité. Et puis la notion de notable (intouchable?) reste plus lisible
dans un roman que dans la réalité, je crois.


Amitiés.



Philippe 18/03/2013 09:04

Je vois 2 brèves du Figaro aujourd'hui :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/17/01016-20130317ARTFIG00215-la-derniere-enigme-de-me-olivier-metzner.php?m_i=dQadNHMvwmtn057Dgrph0%2Bn3D%2B8_e1nP%2BNZayzbGPjSyGRTdc

Je trouve que c'est très romanesque, cela pourrait former la trame d'un polar.
Sans perdre de vue qu'on parle de la mort d'un homme.
Olivier Metzner a été retrouvé sur son île privée du Boëdic dans le golfe du Morbihan.
Je crois que ce n'est pas très loin de chez vous ?

http://www.lefigaro.fr/culture/2013/03/18/03004-20130318ARTFIG00350-sept-chefs-d-oeuvre-spolies-vont-etre-restitues.php?m_i=1C21w73mu98hPsRldwU1gZfnKnkiYd7Fjrf2V9tipcYYbFq1X

Tout à l'heure en parlant de la Chambre d'ambre volée par les Nazis je n'avais pas encore reçu la lettre quotidienne du Figaro, mais je vois que la France va restituer sept oeuvres d'art volées à
des Juifs par les Nazis.

Cordialement

Claude LE NOCHER 18/03/2013 11:01



Oui, Maître Olivier Metzner est décédé dans le Golfe du Morbihan, du côté de Vannes, non loin de Port-Anna en Séné (charmant petit coin, qui fait face à Arradon). C'est presque "mon
quartier", oui. Un suicide pour cet hyperactif, ce n'est pas exclu. Il appartenait à cette catégorie d'humains qui ont un besoin vital de bouger 20 heures sur 24 (j'exagère à peine), d'avoir cent
projets d'avance, d'être à plusieurs endroits éloignés dans une même journée, etc. Héros de polar suite à cette mort ? Je répondrai comme pour Toni Musulin, qu'il faut largement extraopoler ces
faits divers pour en arriver à un véritable polar.


A ce propos, je vous taquine... en tardant à citer l'affaire dont s'est inspirée Megan Abbott. Winnie Ruth Judd, tel était le nom de la criminelle de 1931. Encore une histoire de malle sanglante.
Elle est décédée en 1998, à l'âge de 93 ans. Après un parcours particulier, mais Megan Abbott en a tiré bien mieux que le simple faits divers d'origine.


Amitiés.



Philippe 18/03/2013 08:44

Rebonjour M. Le Nocher,

Très bien.
Mais donc, si vous connaissez la vraie affaire, avez-vous un lien Wikipedia ou autre à indiquer, des noms à taper dans un moteur de recherche ?

A propos de café, et puisqu'on a parlé de Balzac hier, dans le téléfilm de 1999 avec Depardieu dans son rôle, on rappelle qu'il en buvait à haute dose pour se tenir éveillé la nuit pour écrire. On
parle d'un mélange de trois cafés, l'un des Antilles, un autre d'Amérique du Sud et le troisième de je ne sais plus où.
Mais j'ai lu que c'est une idée fausse selon laquelle Balzac serait mort d'avoir bu trop de café. A haute dose ce n'est peut-être pas recommandé, mais on n'en meurt pas et Balzac est mort d'un
oeudème pulmonaire.

Un mot sur Jérôme Bucy dont vous avez cité un livre La Maison des Enfants-Rouges. J'ai regardé et je vois qu'il a écrit un polar sur la Chambre d'ambre, cette chambre d'un palais en Russie, volée
par les Nazis en 1941 ( comme beaucoup d'oeuvres d'art ), disparue depuis 1945.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chambre_d%27ambre

Ce sujet semble inspirer pas mal de monde.
Il y a eu un téléfilm allemand diffusé il y a quelques semaines.
Et aussi un autre roman, aussi un polar, Le Musée perdu, par Steve Berry ( un auteur que vous avez chroniqué mais pour je ne sais plus quels autres romans ).

Pour reparler de 1930.
Un roman jeunesse vient de paraître. C'est l'histoire d'une fille atteinte d'une maladie génétique qui la fait vieillir cinq fois moins vite que la moyenne, de sorte que, née en 1923, elle a 89 ans
mais n'en paraît que 18 à notre époque.

Opprimés
Tome 1 : Les enfants des dieux
Jessica Therrien
Milan, collection Macadam,13 mars 2013

http://editionsmilan.com/c538f51c/OPPRIMES-T.-1-LES-ENFANTS-DES-DIEUX.html

Cordialement

Claude LE NOCHER 18/03/2013 10:51



Re-bonjour


Sur le vieillisement accéléré d'une enfant, lire le dernier Thomas H.Cook en date.


Jérôme Bucy s'est inspiré de cette histoire de la Chambre d'ambre, probablement en partie fausse ou légendaire. Car l'ambre n'est pas un matériau si aisément transportable. Mais je ne sais quelle
est la part de vérité dans ce cas.


Balzac était, tel Olivier Metzner (voir plus loin), un de ces hommes "toujours en action", écrivant debout en robe de chambre - selon l'image connue. Par contre, le manque de confort (il faisait
froid chez lui) et d'hygiène (les microbes pullulaient en ces temps sans médications sérieuses) pourraient mieux expliquer la mort de Balzac.


Amitiés.


 



Philippe 18/03/2013 07:35

Rebonjour M. Le Nocher,

Avez-vous la référence exacte de l'affaire réelle qui a inspiré ce roman ?

J'avoue être ébloui par le fait que vous répondiez aux commentaires chaque jour dés 6h15 et quelque. On dirait que vous vous levez vers 5h30 ou 6h00 tous les matins !

Cordialement

Claude LE NOCHER 18/03/2013 07:56



Oui, cher Philippe, j'ai cette référence.


Je me lève dès 5h30/5h45 en moyenne. Le temps d'un café, de la mise en place de la chronique, et hop, je réponds aux commentaires, puis je vérifie la fréquentation
de la veille. Enfin, je vais voir le résultat final sur Action-Suspense, avant de tweeter l'info du jour. Je ne vous étonnerai pas si je vous dis que "la gestion du temps" est une de mes
spécialités.


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 18/03/2013 06:40

Salut Claude, je l'attendais ton article. Evidemment, je vais le lire ... sur la liste d'achat depuis sa sortie ! Amitiés

Claude LE NOCHER 18/03/2013 07:51



Eh eh eh, mon cher Pierre...


Il y a une poignée d'auteurs qui passent illico à la lecture (et à la chronique), dont fait évidemment partie notre chère Megan Abbott ! Pur délice, encore une
fois.


Amitiés.



Lystig 18/03/2013 06:21

une auteure que je devrais découvrir, non ?

Claude LE NOCHER 18/03/2013 06:25



Ah oui, d'urgence, Lystig !


Parfois, notre enthousiasme peu sembler exagéré. Dans le cas de Megan Abbott, c'est justifié.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/