Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 07:11

 

Parmi les nouveaux titres de la collection Coups de Tête, voici Zones 5 de Michel Vézina. Rappelons que ces romans sont disponibles en France.

Au Québec, dans un futur proche. Indépendant depuis quelques décennies, le pays appuie son économie sur l’exportation d’eau, richesse désormais rare. Une filiale de la Lyonnaise des Eaux, la Boréale, s’est associée au pouvoir en place pour dominer économiquement le Québec. Un découpage permet aux nantis de se protéger dans les Zones 1, tandis que les populations sont reléguées selon leur niveau de pauvreté dans les Zones 2, 3 et 4. VEZINA-zones5Accès et déplacements sont contrôlés depuis La Grande Expropriation qui a vidé une partie du pays.

Des groupes marginaux espèrent échapper au système mis en œuvre. Ils se sont installés dans d’anciens villages de l’Est, laissés à l’abandon. C’est ainsi que Jappy, sa compagne Élise, Ender, et quelques amis squattent à Blanc-Sablon, sur le Golfe du Saint-Laurent. Selon Jappy, il s’agit de concrétiser des Zones Autonomes Temporaires, inspirées des TAZ du philosophe anarchiste Hakim Bey. Ses propositions sur l’insurrection permanente, au lieu de vaines révolutions, ont séduit Jappy. Ender et son disciple Diego, ainsi qu’Élise, sont plutôt partisans d’un activisme minant la société actuelle. Détourner les infos officielles via Internet est un jeu. Les réseaux entre villages squattés peuvent leur permettre d’aller beaucoup plus loin dans leur résistance.

Bien qu’occupé, surtout depuis que leur groupe grossit, Jappy s’ennuie. Élise à accouché de leur enfant, Kassad, un bébé très particulier. Cette naissance ne suffit pas à l’enthousiasmer. Quand la Compagnie Collective des squatteurs décide d’arraisonner un cargo de passage dans la baie, Jappy retrouve un certain entrain. Avant de saborder le navire vidé de sa cargaison, les pirates recueillent l’équipage et les clandestins maltraités venus du Kivu. Parmi ces Noirs, Jappy repère instinctivement la belle Shade, attirante par sa nature combative. Les actes de piraterie maritime se poursuivent bientôt. Opérations excitantes autant que fructueuses, sans doute. Pourtant, partisan de vivre secrètement loin de la société, Jappy mesure vite le danger de tant s’exposer. Sous l’influence d’Ender et de Diego, l’ensemble des squatteurs se laisse trop facilement entraîner.

Bien que Rimouski soit une ville hyper protégée, dédiée au tourisme et à la culture encadrée, Jappy parvient à s’y infiltrer un temps. Grâce à ses contacts sur place, ils peuvent organiser un petit bordel, c’est-à-dire quelques trafics illicites. L’attaque d’un navire pétrolier est une réussite, piraterie d’envergure qui fait réagir les autorités. Maintenant, les bateaux seront escortés sur le Saint-Laurent. Forts de leurs succès, les groupes marginaux s’éloignent des préceptes simples des ZAT. S’en prendre à un paquebot de croisière transportant de riches clients, Jappy est hostile à cette idée. Bien qu’il participe à l’assaut, la suite lui donne raison. Même dans l’adversité, il peut compter sur ses contacts. Tels Big Jo et Gloria, ses amis de Rimouski, ou les Innus ralliés à leur combat…

 

Sociologues ou statisticiens nous parlent d’une vision raisonnable de l’avenir. Politiques et économistes se contentent de gérer notre monde à court terme. Présenter une version alternative de la société de demain est le rôle qui incombe aux romanciers.

C’est-ce que nous propose Michel Vézina dans ce polar futuriste, de la série Élise. La précision narrative nous permet d’imaginer facilement l’univers qui est décrit, même si l’on n’est pas québécois. Il n’est jamais inutile de souligner la mainmise des groupes financiers sur les décisions politiques. Le rejet d’un système, qui n’est profitable qu’aux élites les plus aisées, amène diverses éventualités. Entre le mythe de Robin des Bois et les idées anarchistes d’Hakim Bey, entre devenir pirate pour subsister et mener une guérilla révolutionnaire contre l’État, les motivations sont divergentes. Sans doute est-ce là l’ambiguïté des utopies. Voilà ce qu’illustre l’auteur à travers cette histoire.

Outre le propos sociétal, c’est aussi un roman d’aventures, dont les libres héros vivent de multiples péripéties et sont confrontés à de réels périls. La marginalité exige parfois des actes délictueux ou criminels. Nuancée, la psychologie des personnages montre leur caractère humain dans une époque qui aura aseptisé tout sens de la liberté. Un scénario d’une originalité extrêmement séduisante.

Lire aussi la chronique que Paul Maugendre consacre à "Zones 5" chez Mystère Jazz.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Spécial Québec
commenter cet article

commentaires

Paul Maugendre 14/11/2010 17:05


Bonjour Claude
Comme tu écris "il n'est jamais inutile de souligner la mainmise des groupes financiers sur les décisions politiques". Le récent sommet du G20 vient d'en apporter la minable démonstration
Amitiés


Claude LE NOCHER 14/11/2010 17:58



Salut Paul,


On a souvent l'impression d'énoncer une évidence. Oui, chacun de nous sait que la "Phynance" est plus puissante que l'Individu et que les Etats. Au G20,
personne n'a envie de secouer le système, craignant la réaction des financiers. En France, on remanie un gouvernement sous forme de chaises musicales, puisque les mêmes milieux d'affaires sont
pleinement satisfaits de la situation (qui, d'ailleurs, leur assure une impunité).


L'expérience de Don Quichotte nous a servi : nul ne se bat plus vainement contre les moulins. Par contre, rappeler la néfaste puissance de la mafia financière peut
aider à réfléchir, qui sait ? Comme le suggère Serge Quadruppani dans "Saturne", y a-t-il encore une différence entre "argent sale" et flux financier
ordinaire ?


Amitiés.



Michel 13/11/2010 16:54


H2O Inc, c'est le titre d'un autre polar ecolo sur le thème de l'eau du pouvoir politique economie
je te le conseille ;-)
j'ai pris note de celui-ci


Claude LE NOCHER 13/11/2010 18:19



Salut Michel, ami Serial Lecteur...


J'en prends bonne note... Vézina fait un peu plus dans l'anar que dans l'écolo, mais l'aspect économico-politique est bien présent dans "Zones 5".


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/