Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 07:24

 

Publié en 2006 chez Albin Michel, puis au Livre de Poche en 2009, Le Roi des Juifs de Nick Toshes est assurément un livre inclassable et déroutant.

Arnold Rothstein est mort à New York le 6 novembre 1928, à l’âge de 46 ans. L’avant-veille au soir, il jouait au poker avec des amis au Park Central Hotel. Après quoi, il fut la cible de coups de feu. Arnold était issu d’une famille juive, venue de la lointaine Bessarabie. Sans doute ignorait-il l’histoire culturelle si ancienne de son peuple. Commerçants s’étant installés en Amérique au milieu du 19e siècle, les Rothstein devinrent d’authentiques new-yorkais. TOSCHES-PocheEn ce temps-là, la ville était peu sûre. Dans ses quartiers mal famés, se côtoyaient les échoppes de textile, les bistrots et les bordels. Mais on y était plus libre. Abraham, dit Abe le Juste, père d’Arnold, fut un homme influent dans sa communauté religieuse. Encore que sa légende soit probablement enjolivée.

Arnold Rothstein s’affichait homme d’affaires. En effet, il possédait plusieurs sociétés, générant beaucoup d’argent. C’était surtout un joueur. Il créa une maison de jeu à Saratoga, fut propriétaire d’une écurie de chevaux de course, truqua le championnat de base-ball. La justice ne prouva pas son implication dans cette magouille, ni dans d’autres cas. Sans se mouiller, Arnold finança des trafics de drogue. Les futurs chefs de la mafia italo-américaine furent ses amis. Les corrompus de la mairie de New York l’appréciaient. Il produisit aussi des spectacles à Broadway. Son personnage inspira de grands écrivains. À cause de son douteux dernier testament, contesté par la famille, sa succession fut compliquée.

A cette époque, l’antisémitisme progressait. Si Abe le Juste montrait une pieuse sagesse, le seul Dieu d’Arnold était l’argent. Il profita du manque de réglementation dans ce pays neuf pour en amasser ; au besoin, il contourna la loi. Sa carrière en eaux troubles peut expliquer sa mort. A moins que sa maîtresse, la belle Inez Norton (qui succéda à la défunte Bobbie Winthrop) ait été la cause de ce meurtre. On ne le saura jamais, car on n’enquêta guère. New York vivait alors entre fric et trafics, corruption et crime…

« Ne croyez rien, sauf si ça vient de moi » nous répète l’auteur. Démêler la vérité de l’invention dans cet inextricable récit serait illusoire. Nick Tosches est un magnifique bluffeur sarcastique, un véritable écrivain. Son long prélude autour des origines du peuple Juif peut effectivement rebuter, éloigné du sujet réel. S’agit-il d’une biographie ou d’un roman ? d’un prétexte pour raconter le passé de New York, pour évoquer sa population juive ? S’agit-il de se souvenir de tous ceux qui méprisaient la légalité ? Ce livre est fascinant, à condition d’en accepter la forme dynamitée. Toutefois, il faut souligner que ce n’est pas le titre le plus facile de Nick Toshes.

 

Cliquez ici pour une autre lecture de ce livre chez "One more blog in the Ghetto".

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

lopez 05/11/2011 11:37


vraiment ce livre est une réelle déception...je ne remettrais pas en doute la qualité,le niveau,le talent de l'auteur Nick Tosches mais,lorsque j'achète une soit-disant "biographie" sur Arnold
Rothstein,je m'attends,je souhaite,lire une biographie classique sur les événements de sa vie,bref comme on connait mais la,non,l'auteur est part a tout bout de champ sur des sujets divers et vaiés
mais,bien loin,très loin du sujet de départ !!!exemple a la plupart des noms cités l'auteur part dans l'explication de la racine du nom,de son origine religieuse,géographique et,en tartinant tout
sa comme il se doit.Autre exemple,il s'est senti obligé de remonter jusqu’à la description précise du quartier du grand-père du sujet de la bio !!!somme toute très intéressant,bien écrit mais,ce
n'est pas du tout,mais alors pas du tout se que j'attends quand je décide de lire la biographie d'Arnold Rothstein...donc,en ne s'attendant pas du tout a cela,la lecture du livre est
difficile,laborieuse...sans cela,bien écrit mais,je me répète se n'est pas du tout l'attente du lecteur pour la biographie de ce pesonnage...je me serais procuré dans ce cas une livre sur
l'origine,la racine des prénoms juifs-allemands,un autre sur l'histoire du quartier five points (gang of new-york de Scorsese)ou un sur les migrations du peuple juifs d'Europe...dommage,navrant...


Claude LE NOCHER 05/11/2011 15:46



Bonjour


Nous sommes bien d'accord sur trois points : 1) ce livre ne devrait pas être présenté comme une biographie. A sa sortie chez Albin Michel, il était paru dans une
collection "littéraire", pas spécifiquement "biographique". 2) c'est un livre "écrit", avec une vraie virtuosité à mon goût, mais pas dans la manière consistant à retracer la vie d'un personnage;
l'ambition est sans doute plutôt d'évoquer la place du peuple juif aux Etats-Unis/à New York, à cette époque. 3) ce livre reste d'un accès
difficile, dès l'intro longue revenant à des origines lointaines, etc.


Il est évident que ce livre peut causer des déceptions. La description de quelques quartiers pouilleux et de l'ambiance de Five
Points, les nébuleuses mafieuses se supplantant l'une l'autre, et bien d'autres passages m'ont néanmoins paru inspirés. Probablement faut-il accepter de
suivre la logique du narrateur ce qui, effectivement, n'est pas toujours simple. Et, lorsqu'on espère une biographie traditionnelle, il est normal de ne pas adhérer.


Amitiés.



mazel 04/12/2010 19:19


ouf ! de justesse rajouté sur ma liste. heureusement que j'ai ouvert l'ordinateur ce soir, demain c'est visite en librairie pour noël...
bonne soirée
bises


Claude LE NOCHER 04/12/2010 20:13



Salut Mazel,


Dommage que tu sois un peu loin de Montigny-lès-Cormeilles : y a Salon du Livre ce ouikende ! Que des bons auteurs de polars,
dont pas mal de potes et potesses.


Demain matin, avant de partir explorer les rayonnages, tu trouveras ici une nouvelle chronique... et lundi, je parlerai moitié-roman, moitié-cinéma...


Ben ouais, pour ne pas copier un ancien slogan McDonald, il se passe toujours quelque chose chez Claude Le Nocher. Sauf que c'est plus digeste qu'en
fast-food...


Amitiés.


 



One More Blog in the Ghetto 04/12/2010 06:32


Hello.
Effectivement, je n'ai pas apprécié autant que toi ce Tosches (merci pour le lien, je m'en vais faire de même). Tant mieux qu'il y ait une multiplication des points de vue.


Claude LE NOCHER 04/12/2010 07:29



Merci.


C'est suite à ta chronique que je me suis décidé à diffuser ce texte, après de longues hésitations - car le livre est assez ardu, on l'a dit. Je suis
très content que Pierre F. et Holden soient intervenus dans les commentaires précédents. Preuve que même les romans (?) moins simple intéressent autant. Bien sûr qu'il est bon, nécessaire même,
de multiplier les points de vue. Surtout que toi et moi le faisons sans "imposer" notre opinion.


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 03/12/2010 08:56


Salut Claude, assurément c'est un auteur à part mais fascinant. Dino est un livre fantastique, j'ai celui ci en grand format dans ma bibliothèque et j'avais beaucoup aimé La main de Dante fait de
digressions (le roi des juifs me semble être de la même veine). Il faudrait que je lise un jour ce roi des juifs. Tu as raison de préciser que ça se mérite. Amitiés


Claude LE NOCHER 03/12/2010 11:13



Salut Pierre,


La différence entre un auteur et un écrivain, c'est probablement l'audace. L'auteur raconte, l'écrivain ose. Avec Nick Toshes, il faut accepter "son jeu" (et son
côté "allumé"). Ici, ça me paraît être la "globalité" de l'histoire qui la rend cohérente. Comme l'indiquent mes guillemets, ce n'est pas un livre facile à aborder. J'ai longtemps hésité à
le présenter ici, pour cette raison. Mais je confirme : j'ai trouvé ce bouquin excellent.


Amitiés.



holden 03/12/2010 08:43


salut
c'est sur un nick toshes cela se merite, mais une fois le livre fermé on en a encore plein les mirettes
a lire


Claude LE NOCHER 03/12/2010 11:15



Salut Holden,


On est bien d'accord : le talent et l'originalité, c'est parfois plus difficile d'approche, mais ça nous reste en mémoire parmi les bons souvenirs de lecture. Un
auteur à lire, peut-être pas en commençant par ce titre, quand même...


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/