Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 05:46

 

Nogent-les-Chartreux est une paisible petite ville anonyme d’Eure-et-Loir, près du Canal de Beauce, peuplée de vingt mille âmes, au beau milieu d’un désert de céréales. Commerce traditionnel, divers secteurs d’activité en crise, population de classe moyenne ou modeste, rien ne la distingue d’autres villes similaires. Tel est le décor de “La France tranquille” d’Olivier Bordaçarre (chez Fayard).

Le commandant de gendarmerie Paul Garand s’encroûte ici, se sachant incapable de résoudre le moindre cas délictueux ou criminel. Âgé de 51 ans, divorcé restant en contact avec son ex-épouse vivant à Paris, père du jeune adulte Grégory, il pèse 117 kilos et son poids grimpe chaque jour. Pour lui, la pêche à la ligne sera son principal plaisir en ce mois de septembre qui débute.

BORDACARRE-2011Son projet est contrarié par la découverte d’un cadavre brûlé et étranglé dans une cabane proche du canal. La victime est le fils un peu simplet des Bartavel, une famille pauvre et méprisée de la majorité des habitants. Paul Garand les connaît, sait qu’il ne causent guère de grabuge, ces gens relégués “aux confins de la cité, dans les cases prévues à cet effet”. Autour de la cabane, le gendarme ne repère aucun indice. L’affaire s’enlise au fil des semaines, jusqu’à ce qu’on trouve un autre cadavre. Enlevé et torturé, cet employé municipal et sculpteur ne gênait pourtant personne. Greg, le fils Garand, remarque la signature des crimes. Après Bartavel “Suget 0”, le nouveau tué est le “Suget 1”, faute d’orthographe non explicable comprise. Ce qui laisse augurer de futurs crimes. Conseil municipal et gendarmes envisagent déjà des mesures sécuritaires. Garand écourte une inutile conférence de presse.

À Nogent, se multiplient délations et réactions racistes de bistrots. Un politicien local espère exploiter la grogne. La pose de caméras de surveillance augmente le sentiment d’insécurité. Une dame âgée voisine de Greg est trouvée morte chez elle. C’est accidentel, mais ça conforte les partisans de la répression. Greg sympathise vite avec la jeune Élise, qui va occuper le logement de la défunte, reloué par le propriétaire. Bientôt, l’assassin fait une troisième victime (“Suget 2”), un syndicaliste bien connu. Garand est sollicité de toutes parts. Les renforts armés sont partout en ville, où règne l’état de siège. Une milice attaque un camp de gitans dans les environs. Malgré les décisions sécuritaires de la municipalité, carrément radicales, la population vit entre peur et désarroi.

Après la quatrième victime (“Suget 3”), un ami de Grégory, le préfet corse son discours et envoie toujours plus de policiers. Pour Paul Garand, le tueur n’est pas ce monstre décrit par le préfet : “…c’est un mec ultra-entraîné, patient, tenace, avec du pognon, une planque et un masque. Le genre de type à se promener en ville, le sourire aux lèvres, à dire bonjour aux passants.” Quant au sens de la signature, “Suget”, aucune hypothèse n’est satisfaisante. Une intervention de la gendarmerie se passe mal, la grève des poubelles et un nouveau corps découpé, ne font qu’exciter les tensions à Nogent. Bien qu’on ait imposé le couvre-feu, on sent venir ici la guerre civile, bavures et émeutes n’arrangeant rien. Élise, Greg et Paul Garand risquent de figurer parmi les cibles de l’assassin vengeur…

 

Est-ce que la France actuelle ressemble à cet exemple, à cet échantillon ? Est-ce qu’une série d’étincelles suffisent à provoquer une explosion ? Dans un premier temps, on est croit y voir une image périmée de la province. À bien y réfléchir, on serait bien naïf de penser que notre société a tant évolué dans sa mentalité, évacuant toute bassesse. Aujourd’hui encore, ceux qui se proclament de “bons citoyens” prétendent dominer la vie locale au quotidien. Dénoncer de prétendues menaces (étrangers et familles modestes sont un danger), entretenir un climat de suspicion haineuse (avec l’appui de politiciens populistes), exagérer son importance économique (on est les seuls à travailler, donc à payer), autant de recettes efficaces toujours exploitées par des castes soi-disant supérieures. C’est donc bien un miroir de notre France que nous tend l’auteur.

Mal dans sa peau trop large, mal dans son époque trop agressive, le gendarme Paul Garand n’est sans doute pas un brillant héros. Agissant tardivement, dans un contexte déjà pourri, environné d’esprits négatifs (dont son collègue Faquin), il patauge tout en faisant des efforts. Admirateur des Beatles, son fils Greg lui apporte quelques lueurs de raisonnement logique, pas de vraies solutions. Les motivations de l’assassin nous sont progressivement exposées. L’injustice, bien que réelle, ne peut excuser son jusqu’auboutisme aveugle. Car c’est lui seul qui cause le chaos, et toutes ces tensions provoquées par les réactions irrationnelles des habitants. Le portait mordant de cette ville est ironique, sévère, et pourtant réaliste. L’intrigue criminelle et son noir suspense s’avèrent vraiment palpitants. Un “polar sociologique” de très belle qualité.

Dans la blogosphère, l'ami Holden présente un entretien avec Olivier Bordaçarre, et ce roman est chroniqué chez BiblioManu, et par Yan chez Encore du Noir ... 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Ray 06/11/2012 11:17

Bonjour, c'est avec un certain retard (par rapport à toi) que je viens de finir ce bouquin. J'ai beaucoup aimé et j'en ai fait un coup de cœur sur mon blog. J'ai découvert Bordaçarre au dernier
salon du polar de Toulouse. C'est vraiment un auteur de talent. Le style, le ton acerbe (un peu vachard)le distinguent de la production moyenne des polars.

Claude LE NOCHER 06/11/2012 11:26



Bonjour Ray. Les auteurs qui soulignent avec mordant nos lâchetés bourgeoises ne sont pas si nombreux. Quan à l'esprit ultra-sécuritaire, rappeler qu'il peut faire
déraper l'ordre social n'est jamais inutile. Oui, ce roman mérite très certainement un "Coup de coeur".


Amitiés.



Olivier Bordaçarre 06/10/2011 13:42


Merci à vous pour ces mots.
message lancé depuis mon nuage...


Claude LE NOCHER 06/10/2011 15:12



Bonjour


Votre roman étant encensé de partout, à juste titre, il y a de quoi planer sur un petit nuage, c'est vrai. Je confirme avoir sincèrement apprécié ce roman noir très
intense.


Amitiés.



dominque 21/09/2011 10:53


yeahhhhhhhhhhhhhhh


Claude LE NOCHER 21/09/2011 10:59



J'allais dire la même chose : yeahhh aussi !


A bientôt.



dominque 21/09/2011 09:52


je viens de relire le billet
tu as trouvé le ton et les mots justes, c'est un polar sociologique
j'aime


Claude LE NOCHER 21/09/2011 10:56



Merci du compliment, Holden.


Essayer d'exprimer les causes et les effets, sans trop en dévoiler, dans le ton du roman, c'est assez facile avec un très bon roman tel que celui-ci. Plus délicat
quand les romans manquent quelque peu d'ambiance, même si l'intrigue est bonne. Le polar sociologique, les histoires s'inscrivant dans le quotidien des personnages face à la société, j'adore
vraiment.


Amitiés.


 



dominque 21/09/2011 09:51


j'ai beaucou aimé ce livre, merci claude
je trouve que fayard fait vraiment tres fort en cette rentrée
seamus, williamson, bordacarré
et vous ? les poteaux vous en pensez quoi ?

merci les les amis


Claude LE NOCHER 21/09/2011 10:47



Salut Holden


En effet, avec Eric Miles Williamson, Seamus Smyth, et Olivier Bordaçarre, ça fait trois romans (très différents) de belle qualité, voire de qualité supérieure.
Fayard fait de bons choix !


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 19/09/2011 13:28


Salut Claude, A croire que tu copies ! Celui ci sera bientôt en lecture chez moi aussi ! Donc, selon l'expression bien connue, je ne lis pas ... Amitiés


Claude LE NOCHER 19/09/2011 15:23



Salut Pierre !


Similitudes de lectures normales entre nos divers blogs (j'en cite d'autres), puisqu'il s'agit de romans paraissant en cette Rentrée. Et celui-là a frisé le Coup de
coeur, je dois dire.


Amitiés.



dominque 19/09/2011 08:52


hello pour les fans
j'ai fait un entretien avec le bonhomme
excellent entretien

amitiés claude


Claude LE NOCHER 19/09/2011 10:32



Salut Holden,


J'avais prévu de placer des liens (dont le tien) dès ce matin, mais pas eu le temps. Voilà, c'est toqué !


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/